Bulletin des Amateurs d'Anticipation Ancienne
n° 21 bis (Christmas 1998)
Marc MADOURAUD

POUR (TENTER D’) EN FINIR

AVEC CETTE M N ? L DE SAGA PRÉHISTORIQUE DE

MAUER, FILM

PAR GÉRARD DE LACAZE-DUTHIERS

Tous les lecteurs attentifs de ce Bulletin se souviennent encore, la larme au coin de l’œil, des efforts méritoires qu’avait produits notre ami Guy Costes (voir n° 15 pp. 97/98) pour démêler le fouillis bibliographique inextricable que constitue la saga préhistorique Mauer, film du sieur Gérard de Lacaze-Duthiers. Ayant réuni non seulement les volumes de l’édition originale dans la "Bibliothèque de l’Artistocratie", mais aussi ceux de sa réédition – avec une numérotation interne différente et de nouveaux sous-titres, ce qui complique encore l’affaire – je suis à même de vous exposer la génèse éditoriale de cette série, décidément plus passionnante bibliographiquement parlant que littérairement.

Après la lecture de cet exposé, vous vous demanderez encore pourquoi ce jeune écervelé de Guy jugeait difficile cette bibliographie !

1) Parution originale dans la collection

L’édition originale de Mauer, film est parue donc dans la collection "Bibliothèque de l’Artistocratie" proprement dite, et adopte la numérotation – en chiffres romains – de cette collection, quelquefois avec des numéros doubles, ce qui nous donne en tout neuf volumes (dont trois doubles). Il existe aussi une numérotion interne à la saga, allant de I à IX (toujours en chiffres romains), et même une troisième numérotation pour le sous-titre des trois derniers volumes, Vie de Mauer (allant, elle, de I à III).

Les volumes de la collection, hors leur attribut de couleur (voir caractéristiques de la collection au § 5) se distinguent par les éléments suivants : sur le premier plat, bandeau supérieur pour le titre de la collection, bandeau inférieur pour le(s) mois de parution, et numérotation de la collection en haut (ainsi qu’au dos). Leurs prix, plus ou moins en fonction du nombre de pages, variaient de 7.50 francs (tomes I, II, IV, V, VI et VII), 5 francs (tome III) à 15 francs (tomes VIII et IX).

N° collection

Sous-titre

Tome

Date de parution

Pages

Illustrateur

XLIX

(aucun)

I

janvier 1935

1-99

(aucun)

L

(aucun)

II

février 1935

100-179

Get

LI

(aucun)

III

mars 1935

181-250

Get

LV

(aucun)

IV

juillet 1935

251-454

Get

LIX

(aucun)

V

novembre 1935

455-544

Get

LXIII

(aucun)

VI

mars 1936

545-868

Get

LXX-LXXI

Vie de Mauer I

VII

octobre-novembre 1936

869-1108

Félix Courché

LXXXI-LXXXII

Vie de Mauer II

VIII

septembre-octobre 1937

1109-1488

Jossot

LXXXIII-LXXXIV

Vie de Mauer III

IX

novembre-décembre 1937

1489-1783

Jossot

2°) Réédition en hors-collection

Mauer, film commença a être réédité seulement une année après son tirage original; le millésime indiqué semble authentique, puisque, lors de la parution du nouveau premier tome, la liste des titres annoncés comme parus dans la collection recensait déjà 6 tomes de la saga. Cette réédition se démarque de sa devancière tout d’abord par son nombre de volumes : cinq au lieu de neuf, ce qui occasionna notamment la sortie d’un énorme cinquième tome (plus de sept centimètres d’épaisseur !)

Les cinq tomes présentèrent cette fois-ci la même couleur, ce que Lacaze-Duthiers nommait "Café au lait" pour sa collection, en fait une sorte d’ocre tirant tout à la fois sur le gris et l’olivâtre. Plus de bandeau de collection ni de date sur le premier plat, mais seulement le titre et ses détails, le nom de l’auteur, le logo de la collection (déjà présent sur la première version) et la mention de la collection inscrite comme s’il s’agissait de l’éditeur; cette dernière mention constitue d’ailleurs la seule référence d’édition : même sur la page de titre, on ne trouve que le laconique "Bibliothèque de l’Artistocratie, Paris". Les prix s’étalent de 10 à 30 francs.

Très important pour nous, le dernier tome, dans la liste des ouvrages "à paraître" de l’auteur, mentionne deux nouveaux tomes, les VI et VII (en suivant la seconde numérotation), appelés Mauer à Paris – épilogue, clairement destinés à clôre la série.

Le tableau suivant indique entre autres la correspondance entre les tomes originaux (à droite) et nouveaux (à gauche).

Tome

Sous-titre

Date indiquée

Pages

Illustrateur

Correspondance

I

Les Origines

1936

1-250

Get

I – II – III

II

Les Origines

1936

251-454

Get

IV

III

Les Origines

1936

455-868

Get

V – VI

IV

Vie de Mauer I

1936

869-1108

Félix Courché

VII

V

Vie de Mauer II

1937

1109-1783

Jossot

VIII – IX

3°) Le Sommaire de Mauer, film

Au lieu d’un résumé – la seule idée de lire ce fatras me fait frissonner ! – je vous propose de reproduire le sommaire de cette geste antédiluvienne, ce qui mettra en lumière son articulation. Nous découvrons en fait que la partie purement romancée (entrecoupée de nombreuses digressions philosophiques) ne couvre que les pages 869 à 1108 (le seul tome VII !), le reste n’étant qu’étude sur la génèse de la vie et sur la préhistoire, ou bien développement du credo artistocrate de l’auteur. Mais, produit par Lacaze-Duthiers, l’essai préhistorique lui-même prend des allures de roman, tant il arrive à humaniser ses antiques sauriens et à disserter d’un ton badin et humoristique. Curieux !…

Par contre, à ne considérer que les ouvrages présents, la saga ne donne pas l’impression d’être inachevée. Elle se clôt sur la fin de la deuxième partie, sans indication de suite, et par un sommaire. Seule la liste des titres à paraître de la réédition révèle l’existence d’une séquelle restée inédite.

TOMES I, II, III

Préambule. Petit dictionnaire cinémato-graphique à l’usage des profanes

15

Synopsis

81

Prologue. Découverte d’une mâchoire

87

PREMIERE PARTIE

 

LES ORIGINES

 

Le Monde avant Mauer

101

Les Étapes de la Terre. L’Aurore du monde. Les Temps cosmiques ou le règne du feu (temps prégéologiques, naissance de la Terre)

105

Les Temps géologiques. L’Ere primordiale ou le règne de l’eau. Naissance de la vie. Temps archéens ou azoïques

135

Animalisation de la vie (Biogénèse)

161

Bases physiques de la vie

173

Les Temps géologiques (suite). Les ancêtres de Mauer. Apparition successive des espèces. Évolution ou création ?

181

La Vie s’organise… L’ere primaire ou le règne des poissons. Temps paléozoïques

199

   

TOME IV

Les Temps géologiques (suite). La Vie se déploie… L’Ere secondaire ou le règne des reptiles. Temps mésozoïques

251

Hors-texte. Le Défilé des dinosaures

389

   

TOME V et VI

Les Temps géologiques (suite). La Vie continue… L’Ere tertiaire ou le règne des mammifères. Temps cénozoïques

455

Les Temps préhistoriques. La Vie s’hominise… L’Ere quaternaire ou le règne de l’homme

545

Faune et flore pléistocènes

566

L’Homme en marche… (Du singe à l’homme). Les intermédiaires : anthropomorphes d’Europe, d’Asie et d’Afrique

581

L’Homme et le singe. Affinités physiques et morales

592

L’Homme et l’animal. Leur parenté

601

Les Intermédiaires (suite). Préhominiens, hominiens. Le Pithécanthrope

636

Le Paloecanthrope

636

L’Eoanthrope

645

Le Sinanthrope

651

L’Homme d’Ehringsdorf

660

L’Homme de la Rhodésie

661

L’Australopithèque

663

Autres intermédiaires

667

Préhistoire de l’homme

673

Le Problèmes des éolithes et l’existence de l’homme tertiaire

682

Hominisation de l’animal

697

L’Homme quaternaire

715

Origine et naissance de l’homme. A quelle époque et dans quelle partie du monde a-t-il fait son apparition ?

733

Classification des industries préhisto-riques

744

Autre aspect du problème. Le Mystère de la génération

780

Parenthèse sur l’acte sexuel

786

L’Étape qu’il reste à franchir. Surho-minisation de l’homme

815

Perspectives

826

Retour en arrière. Les Précurseurs

847

Dernier regard sur l’Antéhistoire

856

   

TOME VII

DEUXIEME PARTIE

 

VIE DE MAUER (I)

 

Mauer, curieux homme. Physionomie du personnage. Portrait, mœurs, habitat, milieu

872

Le Monde du temps de Mauer

877

Découverte du moi

904

Découverte du monde

916

Découverte de la vie

922

Découverte de l’industrie. Mauer au travail. Il invente la technique et perfectionne la taille du silex

977

Commentaires sur le machinisme

1008

Découverte de l’art. Mauer dans son atelier de Pierres-Figures. Il invente la ronde bosse et lègue à ses successeurs les premiers essais de sculpture préhistorique

1035

Découverte du feu. Invention du briquet

1066

Découverte du langage. Mauer rencontre un homme. Naissance de la socia-
bilité

1086

Découverte de l’amour. Mauer rencontre une femme. Premier baiser. Souvenirs d’enfance

1097

Synthèse

1104

   

TOMES VIII et IX

VIE DE MAUER (II, III)

 

Enseignements à tirer de la vie de Mauer

 

I. Qu’avons-nous fait de la vie ? Un retour à l’âge d’or est-il possible ? Comment ? Par quels moyens ?

1117

II. Tour d’horizon sur le monde actuel. La Médiocratie triomphante. Ce que l’Histoire nous a apporté : la barbarie organisée

1229

III. L’Humanité maîtresse de sa destinée. L’Individualisme créateur. La Civilisation spirituelle et le salut par l’Esthétique

1491

4°) Mauer et le roman préhistorique dans Pages choisies

Bien avant la parution dans la collection des neuf tomes de la saga, Gérard de Lacaze-Duthiers avait fait publier Pages choisies 1900-1930, qui recueillait, comme son nom l’indique, différents textes – essais ou fictions – rédigés durant les trois premières décennies du siècle. Ce volume occupe le numéro XI de novembre 1931, et comprend une préface de Banville d’Hostel (tiens, tiens !), des commentaires de Jean Miccoa et un portrait par Pierre Larivière (belle tête d’excentrique, d’ailleurs).

Après divers textes où l’auteur développe ses idées sur l’Artistocratie et son amour de la préhistoire, nous en arrivons à la fiction (chapitre VI, Roman, des pages 153 à 190). Le compilateur nous explique que, désireux d’associer la préhistoire et ses conceptions personnelles sous forme romancée, Lacaze-Duthiers a écrit deux romans : Le Roman de Mauer, homme fossile, récit de l’âge d’or, commencé en 1923, "roman de l’individualiste primitif, découvrant la vie, créant l’art, la science et la philosophie"; et L’Idole phallique, roman des temps glozéliens, rédigé entre 1926 et 1928, "histoire d’une colonie d’individualistes vivant en beauté à l’aurore des temps néolithiques". Ces deux textes, pour l’heure inédits, étaient annoncés comme à "paraître prochainement".

Des extraits – pourvus d’intéressants commentaires – s’ensuivaient :

LE ROMAN DE MAUER

Introduction : "Après avoir rappelé dans un Prologue comment des savants découvrirent, dans les sables de Mauer, la plus ancienne mâchoire humaine, Lacaze-Duthiers bâtit sur cette mâchoire tout un roman, dans lequel il nous montre l’un des premiers hommes découvrant les richesses de l’univers, inventant la technique et vivant en paix avec la nature entière, dans une sorte de paradis terrestre, au début des temps chelléens." L’extrait choisi se situe vers la fin du roman, intitulé Le Rêve de Mauer, dans lequel Mauer rêve qu’il se trouve transporté à notre époque. Le pauvre est totalement horrifié de voir ce que la civilisation humaine est devenue, et finit, après bien des déconvenues, au poste de police…

Extrait : Mauer chez le commissaire [pp. 153/174] (tiré du chapitre Le Rêve de Mauer). Arrêté pour outrage à la pudeur sur les quais de Paris, Mauer est passé à tabac et interrogé par les forces de police, qui tentent de lui faire avouer des crimes imaginaires et de se renseigner sur ses origines et son aspect extérieur (des poils pour tout vêtement). Stoïque, Mauer ne comprend rien à leurs questions et se contente de laisser passer l’orage.

Remarques : Cet extrait a une énorme importance bibliographique, puisqu’il nous confirme que Le Roman de Mauer, que nous ne connaissons que sous sa forme Mauer, film, est bien – comme l’affirmait Pierre Versins et les titres annoncés – inachevé ou, du moins, pas entièrement publié. Le texte présent – une fable humoristique se déroulant à notre époque, alors que Mauer, film ne traite que de préhistoire – ne figure effectivement pas dans les neuf tomes précités, et plus particulièrement dans la partie romancée (tome VII). Il aurait dû appartenir à ces deux tomes mentionnés comme "à paraître" dans la réédition, et qui étaient censés contenir Mauer à Paris – épilogue. Pourtant, assez bizarrement, une illustration du dernier tome de Mauer, film, intitulée Mauer devant la société, (voir sur page précédente) représente à merveille la scène du commissariat !

L’IDOLE PHALLIQUE

Introduction : Lacaze-Duthiers tente ici de concilier préhistoire et utopie, en présentant "une société dans laquelle l’idéal esthétique (liberté et beauté) est pleinement réalisé. Glozéliens et Glozéliennes y observent le précepte Aimez-vous les uns les autres, vivant leur vie harmonieusement, ignorant les préjugés, et exempts des tares propres aux prétendus civilisés. Ils ont de l’amour une conception très élevée (l’acte sexuel constitue pour eux une œuvre d’art), ignorent la guerre et collaborent au bonheur de tous, en accomplissant avec joie la tâche librement choisie par chacun." Un jour, un peuple de "race inférieure", composé "de mercantis et de politiciens" vient s’installer chez eux en vainqueur, puis repart, ayant appris de l’héroïne, Maïa, la culture glozélienne; mais un autre peuple, barbare sanguinaire, arrive et massacre tous les pacifistes, sauf Maïa qui, prisonnière, enseigne à ces brutes sa philosophie et les transforme peu à peu en vrais Glozéliens.

Extrait : C’était sur les bords du Vareille… [pp. 176/179] (début du chapitre I, Au champ des morts de Glozel). Dix mille ans avant notre ère, les Glozéliens avaient succédé à la civilisation Magdalénienne, un peuple tranquille, sage, heureux et esthète.

Extraits : La Vision de Maïa [pp. 179/188] Tiré du chapitre Le Départ de la horde : Maïa pleure sur le massacre des siens et la destruction du symbole de leur culture par les envahisseurs barbares. Tiré du chapitre Dans les gorges de l’Ardoisière : Alors que les barbares investissent le lieu, Maïa contemple l’idole phallique de son peuple défunt. Tiré du dernier chapitre, L’Éternel amour : Les barbares se sont intégrés au pays, policés et éduqués par l’enthousiaste Maïa; celle-ci, enceinte, accouche d’un fils.

Remarques : Visiblement, si Mauer, film était un récit préhistorique à l’intrigue fruste, plus exutoire du bouillonnement d’idées d’un auteur s’intéressant davantage à ses digressions philosophiques qu’à son histoire réduite à une succession de scènes, L’Idole phallique se voulait un vrai roman, bien construit, avec une progression littéraire et une certaine profondeur psychologique. Hélas, il ne semble jamais avoir été publié. Du moins, en 1938, n’était-il pas paru et n’était d’ailleurs pas plus annoncé, contrairement aux fantômatiques tomes VI et VII de Mauer, Mauer à Paris – épilogue. Seules subsistent quelques bribes…

5°) Informations sur la collection

Le titre complet de la collection est : " Bibliothèque de l’Artistocratie ", " Cahiers mensuels de littérature et d’art, publiés sous la direction de Gérard de Lacaze-Duthiers".

Elle débuta en janvier 1931, avec un titre d’Han Ryner, et dura au moins jusqu’en novembre-décembre 1937 (dernier volume que je possède), pour LXXXIV (84) numéros parus, mais pour seulement 81 volumes, puisque Mauer, film présenta trois numéros doubles.

Toutefois, la "Bibliothèque de l’Artistocratie" continua son existence bien après, puisque j’ai retrouvé les références, toujours écrits par son directeur, de Pour sauver l’esprit tome I (1938), Dialogue inactuel (1939), Psychologie du slogan (1940), Un héros de la pensée Auguste lumière et son œuvre (1946) et Sous le sceptre d’Anastasie (1948). Toutefois, j’ignore s’il s’agissait de la collection numérotée, ou si ce label ne dissimulait plus que l’éditeur, à l’instar de la réédition de Mauer, film.

Pour ce que j’en sais, au moins deux éditeurs se sont succédés jusqu’en 1937 :

Période

Éditeur

Adresse

1931-1936

Les Écrivains indépendants, dépositaire Librairie F. Piton

24 avenue de la Porte-Clignancourt, Paris 18ème

1937

René Debresse

38 rue de l’Université, Paris 7ème

Lacaze-Duthiers s’amusa à distinguer chaque année (12 numéros par an) par une couleur dont il paraît la couverture – seule petite fantaisie au sein d’une présentation plutôt sobre.

Outre la saga de Lacaze-Duthiers et La Superfemme de Henri Lambert (n° 62 de février 1936) dont nous parla avec lyrisme Gérard Meunier dans un précédent "Bulletin", nous retrouvons d’autres auteurs qui nous sont plus ou moins familiers – Han Ryner, Jean Desthieux, Eugen Relgis, Victor-Émile Michelet, Jean Souvenance, Carlos d’Eschevannes, Georges Normandy, Léon Riotor et même le célèbre Victor Margueritte – mais aucun autre titre ne semble franchement conjectural. Il faudrait cependant feuilleter Le Conte de l’oiseau rouge de Henri Lambert et L’Aventure merveilleuse de Merlin l’enchanteur de Carlos d’Eschevannes, à tout hasard.

Voici le détail des couleurs annuelles, annoté des parutions :

Année

Couleur

Commentaires

1931

Réséda

titres de Han Ryner, Georges Normandy; Pages choisies de G. de Lacaze-Duthiers

1932

Rouge

titres de Léon Riotor, Victor Margueritte

1933

Cendre

titre de Jean Desthieux

1934

Bleue

titre de V.E. Michelet, étude sur Lacaze-Duthiers par Manuel Devaldès

1935

Café au lait

tomes I, II, III, IV et V de Mauer, film; titres de Souvenance et d’Eschevannes

1936

Jaune

tomes VI et VII de Mauer, film; La Superfemme de H. Lambert; titre d’E. Relgis

1937

Mandarine

tomes VIII et IX de Mauer, film; étude sur Michelet par Alcanter de Brahm

6°) Informations sur l’auteur

Gérard de Lacaze-Duthiers, le chantre de l’Artistocratie – le culte de l’idéal – et de la "Bioesthétique", commença à publier dès le début du siècle (je connais L’Art et la vie chez Alcan en 1908), et continua à écrire au moins jusqu’en 1952 (date de sa réception à l’Académie Populaire de Littérature et de Poésie).

Parmi la myriade d’articles et d’essais qu’il composa, relevons J.H. Rosny aîné et l’idée de bonté (in "Contact" d’avril 1940) mais j’ignore si la partie conjecturale de l’œuvre Rosnyenne y est abordée. La préhistoire, entre autres, semblait le passionner, car il écrivit aussi Philosophie de la préhistoire (tome I chez E. Flammarion), pour lequel il prévoyait de nombreux tomes.

Au sein de sa "Bibliothèque", outre le florilège Pages choisies, Manuel Devaldès lui consacra une étude, baptisée Gérard de Lacaze-Duthiers et la Bioesthétique (n° XLII de juin 1934, portrait, 125 pp.)

A noter, l’autre titre de gloire conjectural de Gérard de Lacaze-Duthiers, Banville d’Hostel et l’anticipation, Z !, n’est pas paru dans sa collection fétiche, mais à la Maison des Écrivains (Paris, in-8° carré broché, 24 pp., 1930). Comme nous l’avons vu, les auteurs de Z ! et de Mauer, film étaient fort proches puisque le premier préfaça Pages choisies du second.

Marc MADOURAUD