anon
La Conquête du feu
Editions Paris-Solde ca. 1945

page 2

Il y a des milliers d'années dans un paysage d'une sauvage grandeur.

Le vieux chef Wooh revient de la chasse.

Les chasseurs sont accueillis avec joie par la tribu.

Aussitôt chacun s'affaire aux préparatifs du repas.

Le repas terminé toute la tribu entre dans la caverne, sauf.... une

Le veilleur qui garde le feu, le bien le plus précieux.

Pendant la nuit un orage épouvantable éclate. L'eau arrive de partout.

Le veilleur essaie de protéger le feu contre l'eau envahissante.

Le calme revient avec le jour. Le veilleur a été noyé et le feu est éteint !

Le chef Wooh réunit la tribu et déclare : le malheur est sur nous. Le feu est mort. Il nous en faut un autre ou nous sommes perdus.

Je sais un tribu, près des lacs, qui a du feu. Vingt hommes vont aller le chercher.

Le lendemain, les 20 hommes désignés partent à la conquête du feu sous les ordres du brave Balooh.

Longtemps ils suivent la rivière qui leur est familière et arrivent à un grand fleuve.

Ne trouvant pas de gué, ils fabriquent un radeau pour traverser le fleuve.

Ils embarquent. Le fleuve est profond et rapide. Ils sont pris dans de dangereux remous.

Le courant entraîne le radeau vers des rochers sur lesquels il va sûrement se briser...

Devant le danger, plusieurs hommes se jettent à l'eau et dirigent le radeau vers la rive...

ou ils arrive après des efforts surhumains. Trois hommes ont payé de leur vie leur action héroïque.

Des jours et des jours les hommes cheminent au travers d'une forêt aux arbres géants peuplée de fauves.

Ils sortent enfin de la forêt... Soudain un grognement épouvantable les arrête. Un ours des cavernes leur barre la route.

Un instant interloque par la vue de ces êtres inconnus, l'ours tout à coup s'élance vers les hommes.

D'un coup de patte, il défonce le crane d'un homme puis en saisit un autre qu'il écrase contre sa poitrine.

Ils le criblent de tant de blessures que l'animal s'écrase sur le cadavre de l'homme qu'il a étouffé.

Les autres frappent le de toutes leurs armes.

Des jours passent encore. Ils arrivent dans un région couverte de marécages et entourée de forêts.

Ils marchent toujours.... brusquement, ils s'arrêtent épouvantés...

Le monstre, sans les voir, poursuit sa route vers le marécage.

next