La Guerre du Feu Contextes

La Guerre du feu: Documents annexes

 



VISIONS DU FEU ET DE LA PRÉHISTOIRE

(TEXTES DE NATURE SCIENTIFIQUE)



Extraits choisis et commentés par Éric LYSØE
illustrant La Guerre du feu de J.-H. Rosny aîné

1. LA PRÉHISTOIRE


1.1. Gabriel et Adrien de Mortillet

Le Préhistorique, dont la première édition date de 1883, constitue une véritable somme où Gabriel et Adrien de Mortillet ont rassemblé l'essentiel des recherches de leurs contemporains. Le passage ci-dessous évoque différent types humains en des termes qu'on retrouve parfois sous la plume de Rosny, à propos des Nains Rouges, des Kzamms ou des Oulhamr :

Le groupement de caractères simiens dans la race de Néanderthal prouve clairement que l'homme primitif se rattache aux singes. S'il ne se relie pas directement aux anthropoïdes actuels, c'est qu'il manque entre eux et lui des échelons. Certainement il descend d'une forme ou d'un type intermédiaire. Nous nous retrouvons donc en présence de l'anthropopithèque, l'homosimien, dont nous avons démontré l'existence.
Les homosimiens se sont montrés, se sont développés et se sont éteints pendant le tertiaire. L'homme a apparu au commencement du quaternaire. Cet homme primitif constitue la race de Néanderthal, dont nous rencontrons les débris dans les gisements appartenant au paléolithique inférieur et moyen. C'est la race chelléenne.
[...]
La race de Néanderthal a complètement disparu. Elle a terminé son évolution. Il n'y a rien là de surprenant, car elle a vécu pendant toute la partie inférieure et moyenne du quaternaire ancien. Et comment ne serait-elle pas éteinte ? Pendant le quaternaire ancien, ne voit-on pas trois espèces d'éléphants : les Elephas meridionalis, antiquus et primigenius, apparaître et disparaître. Le même phénomène s'est opéré pour au moins deux espèces de Rhinoceros : le Merckii et le Tichorhinus. Le trogonthérium n'a-t-il pas été remplacé par le castor. Mais, si la race de Néanderthal a disparu, elle ne l'a pas fait sans laisser des traces de son contact avec la race de Laugerie qui lui a succédé.
De nos jours encore, on voit de temps à autre réapparaître par atavisme le type de Néanderthal. Il a été signalé plusieurs cas bien constatés, de ce retour au passé. Outre les exemples complets toujours très rares et fort exceptionnels, bien que suffisants pour prouver que certaines de nos races actuelles se rattachent à celle de Néanderthal, il y a fréquemment des cas de réversion partielle. Bordier, ayant étudié une belle série de crânes de criminels qui se trouvait à l'Exposition des sciences anthropologiques de 1878, a reconnu sur eux d'une manière presque constante des caractères néanderthaloïdes. Les arcades sourcilières étaient assez généralement très développées, tout au moins plus que d'habitude. C'était surtout la partie postérieur du crâne qui prenait chez ces criminels un développement considérable et plus ou moins néanderthaloïde. Ne pouvons-nous pas en conclure que l'homme de la race de Néanderthal devait être violent, colère et bataillard, défauts qui ont laissé leur empreinte au-dessus de l'oeil droit et sur le bras gauche de l'individu de la grotte de Néanderthal?
Pendant la partie supérieure du quaternaire ancien, l'ouest de l'Europe a été occupé par une race humaine très distincte de celle qui venait de s'éteindre, la race de Laugerie. À première vue, ce second type paraît tout à fait différent du premier. Les caractères les plus saillants du Néanderthal semblent disparaître à peu près complètement Les arcades sourcilières, si développées dans le type de Néanderthal, sans manquer entièrement dans le type de Laugerie, s'affaiblissent considérablement. Le front se relève en façade et s'arrondit régulièrement au sommet. Le haut du crâne n'est plus aplati. Le menton, au lieu d'être fuyant, est bien accentué. Si nous passons aux membres, nous observons également des changements importants. Ainsi les fémurs arqués et les tibias épais et arrondis du Néanderthal, se redressent, s'allongent et s'aplatissent plus ou moins dans le type de Laugerie. Pourtant l'étude approfondie des deux types montre que, s'il y a entre eux des différences très appréciables, il y a aussi des rapports importants qui les rapprochent. Tous les deux sont dolichocéphales. Leurs indices céphaliques sont à peu près semblables. Dans les deux races, l'homme étail court, trapu et fortement musclé. La race de Laugerie est-elle un simple produit par transformation de la race de Néanderthal, ou bien est-ce une race étrangère qui a envahi nos contrées et détruit l'ancienne race ?

Le Préhistorique , éd. 1900.


retour au sommaire des documents annexes