Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret sur Seine: ponts et quais

En hommage à Michel Lemoine

par Murielle Wenger

English translation

Anjou (q)
Arts (p)
Austerlitz (p)
Austerlitz (q)
Bercy (p)
Bercy (q)
Bir-Hakeim (p)
Bourbon (q)
Béthune (q)
Change (p)
Charenton (q)
Concorde (p)
Célestins (q)
Gare (q)
Grands-Augustins (q)
Grenelle (p)
Grenelle (q)
Henri-IV (q)
Horloge (q)
Javel (q)
Jemmapes (q)
Louis-Philippe (p)
Louvre (q)
Marie (p)
Mirabeau (p)
Mégisserie (q)
National (p)
Neuf (p)
Orfèvres (q)
Orléans (q)
Orsay (q)
Rapée (q)
Saint-Louis (p)
Saint-Michel (p)
Sully (p)
Tournelle (p)
Tournelle (q)
Tuileries (q)
Valmy (q)
Voltaire (q)

Préambule

Dans l'œuvre de Simenon, et tout particulièrement dans les Maigret, Paris a acquis, pourrait-on dire, le statut d'un personnage. Le romancier a su, en évoquant les noms des rues parisiennes, bâtir une géographie personnelle de la ville, de façon très évocatrice pour le lecteur, qui peut se faire ainsi sa propre représentation de la capitale. Nous avons déjà évoqué cette géographie maigretienne, mais il manque encore au tableau, entre autres, une évocation des ponts et des quais, tant il est vrai que ceux-ci ont leur place dans cette géographie, l'importance de la Seine et des images fluviales n'étant plus à démontrer en ce qui concerne Maigret…

Cette nouvelle étude est dédiée à la mémoire de Michel Lemoine, dans un modeste et respectueux hommage, et avec l'immense regret que nous ne pourrons plus en lire ses commentaires…

Quels sont les ponts et les quais les plus souvent évoqués dans la saga maigretienne, comment sont-ils présentés par le romancier, et quelle est leur importance dans les intrigues des romans, c'est ce que cette étude va chercher à montrer. Pour effectuer le recensement, nous nous sommes évidemment appuyés sur l'incontournable ouvrage de Michel Lemoine, Paris chez Simenon, ce qui nous a permis d'affiner nos résultats, de compléter nos recherches, en y retrouvant certaines mentions qui nous avaient échappé, mais aussi en en découvrant d'autres dont lui-même n'avait pas fait état, et pour lesquelles nous déplorons de ne plus pouvoir en discuter avec lui…

Pour établir notre statistique de recensement, nous avons procédé de la manière suivante: nous n'avons pas compté le nombre de mentions de chacun des ponts et quais, mais nous avons considéré le nombre de romans dans lesquels chacun de ces ponts et quais apparaît au moins une fois. Notons aussi que si ces mentions sont, dans leur immense majorité, "nominales", autrement dit que les ponts et quais en question apparaissent avec leur nom, il arrive parfois, mais plutôt rarement, que le texte ne comporte que le mot "pont" ou "quai"; cependant, grâce au contexte de la mention, on peut déduire de quel pont ou quai il s'agit. Saluons encore une fois le travail de Michel Lemoine, qui nous a aidés à identifier certaines de ces mentions. Enfin, notons que nous nous sommes limités, dans notre recensement, au Paris des 20 arrondissements, sans prendre en compte les agglomérations avoisinantes.

  1. "Il suffit de passer le pont…"

    "Pour aller à Suresnes ou bien à Charenton
    Tout le long de la Seine on passe sous les ponts
    Pendant le jour, suivant son cours
    Tout Paris en bateau défile
    "

    (début de la chanson Sous les ponts de Paris)

    Le pont est par définition un lieu de passage, un thème cher à Simenon. A Paris, les ponts servent à traverser la Seine, pour se rendre d'une rive à l'autre, mais, dans les Maigret, les ponts ont aussi d'autres rôles: ils sont le décor qui environne les péniches, qui sont amarrées à leur proximité, ou qui se font inlassablement entraîner par les remorqueurs, dont les sifflets constituent la bande sonore qui pénètre par les fenêtres grandes ouvertes du bureau de Maigret… Les ponts sont encore le refuge des clochards, un endroit où l'on voit des pêcheurs (en particulier le pêcheur du pont Saint-Michel évoqué au chapitre 8 de La patience de Maigret), mais aussi un lieu qui permet de situer l'action du roman dans un endroit précis de Paris.

    Nous avons recensé dans les textes 16 ponts différents (entre parenthèses le nombre de romans où ils apparaissent): pont Saint-Michel (34), Pont-Neuf (21), pont d'Austerlitz (10), pont Marie (5), Pont-au-Change (3), pont Saint-Louis (3); puis quelques ponts qui apparaissent dans deux romans: pont Louis-Philippe, pont des Arts, pont Mirabeau, pont National; enfin des ponts qui ne sont mentionnés que dans un seul roman: pont de Bercy, pont de Sully, pont de la Tournelle, pont de la Concorde, pont de Bir-Hakeim, pont de Grenelle.

    1. le pont Saint-Michel

      Le lecteur habitué des Maigret ne trouvera sans doute pas étonnant que ce pont soit le plus fréquemment mentionné, car il sait que c'est la vue sur laquelle se porte le regard du commissaire depuis son bureau; c'est d'après son aspect et celui de la Seine que Maigret en déduit souvent le temps qu'il fait; mais le policier prend aussi plaisir à regarder les péniches passant sous les arches. Ce pont est encore un lieu de passage pour Maigret lorsqu'il quitte ou arrive à son bureau, ou qu'il se rend sur les lieux d'un crime situés sur l'autre rive de la Seine. Notons aussi que ce pont est le plus souvent cité par son nom, mais qu'il apparaît parfois sous le seul terme de "pont", surtout lorsque l'auteur parle du décor aperçu par la fenêtre de Maigret. Cependant, comme il a été posé une fois pour toutes que depuis le bureau du commissaire on a vue sur ce pont ("Par la fenêtre, il aperçut un bras de la Seine, la place Saint-Michel, un bateau-lavoir, le tout dans une ombre bleue qu'étoilaient les uns après les autres les becs de gaz." début du roman Pietr le Letton), il devient quasiment superflu d'en préciser le nom…

      La première mention du pont intervient, dans la saga, dans La nuit du carrefour, peu après l'incipit, qui évoque "les crémeries de la place Saint-Michel"; curieusement, ce n'est pas le commissaire lui-même, mais Carl Andersen qui jette le premier regard sur le décor du pont: "De sa place, il pouvait apercevoir le mouvement de la rue, les tramways et les autobus franchissant le pont". On retrouve le pont dans Cécile est morte, où il ne sert ici que comme lieu de passage: c'est là que Maigret attend le tramway qui va l'emmener à Bourg-la-Reine. Dans Signé Picpus, le pont devient à nouveau élément de décor, avec son "grouillement bariolé". Et ce sont toujours ces deux rôles que l'on va retrouver dans les autres romans, soit un lieu de passage, soit un élément de décor.

      Lieu de passage, comme dans Maigret et son mort, lorsque Janvier emprunte le pont pour se rendre au bistrot d'où a téléphoné le petit Albert; dans L'amie de Madame Maigret, quand Maigret marche vers le pont pour prendre un taxi jusqu'à l'hôtel Beauséjour; dans Maigret et la Grande Perche, lorsque Maigret regarde Mme Serre, qui lui a rendu visite à son bureau, "marcher à pas menus, en plein soleil, dans la direction du pont Saint-Michel"; dans Maigret et l'homme du banc, quand Albert Jorisse se fait arrêter sur le pont par un sergent de ville; dans Les scrupules de Maigret, lorsque Jenny attend Marton au sortir du bureau de Maigret; dans Maigret aux Assises, c'est Gaston Meurant qui hésite à traverser le pont ou à se rendre à la PJ; dans L'ami d'enfance de Maigret, c'est le commissaire qui franchit le pont pour se rendre à pied boulevard Saint-Germain, dans les bureaux de François Paré; dans La folle de Maigret, celui-ci et Lapointe traversent le pont pour se rendre rue Saint-André-des-Arts chez Angèle Louette.

      Elément du décor, en guise de carte postale "vue sur la Seine", comme dans La première enquête de Maigret, lorsque le jeune secrétaire du commissaire est reçu par Xavier Guichard, et qu'il regarde par les fenêtres "ouvertes sur la Seine. Des remorqueurs, traînant leur chapelet de péniches, faisaient marcher leur sirène avant de passer sous le pont et abaissaient leur cheminée. Des tramways, des autobus, des fiacres, des taxis passaient sans arrêt sur le pont Saint-Michel, et les trottoirs étaient égayés par des femmes en robes claires." Dès lors, la formulation revient au fil des romans, comme une ritournelle, avec à peine quelques variations. C'est ainsi que dans Les mémoires de Maigret, les différents chefs de service, réunis pour le rapport chez le patron de la PJ, "restent debout, parfois à la fenêtre, à regarder les autobus et les taxis passer sur le pont Saint-Michel". On retrouve le même thème dans Maigret à l'école, où les collègues de Maigret, à nouveau dans le bureau du chef, savourent "cette lumière qui baignait la ville et faisait de chaque coin de rue, des façades, des toits, des autos qui passaient sur le pont Saint-Michel, autant de tableaux qu'on aurait voulu accrocher à son mur."

      Dans Maigret et la Grande Perche, la notation du pont permet de fixer le décor d'une nuit d'interrogatoire: "La ville avait cessé d'être bruyante. De temps en temps un taxi franchissait le pont Saint-Michel." Dans Le revolver de Maigret, au contraire, c'est le décor d'un petit matin: "le remorqueur de tout à l'heure remontait le courant et sifflait avant de s'engager sous le pont, suivi de sept péniches, le ciel était rose, et on voyait des aigrettes lumineuses à l'angle de certains toits."

      Dans Maigret se trompe, c'est un décor à la fois "météorologique" et "cinématographique": "Il faisait toujours gris, le fleuve avait une vilaine couleur, les gens marchaient aussi vite que la veille, surtout en traversant le pont Saint-Michel balayé par le vent, les hommes levant les bras pour retenir leur chapeau, les femmes les baissant pour tenir leur jupe." Image semblable dans Maigret et la jeune morte: "la pluie tombait en diagonale, crépitait sur l'appui de la fenêtre tandis que, sur le pont Saint-Michel, les gens marchaient soudain plus vite, comme dans les anciens films muets, et que les femmes tenaient leur jupe."; dans Un échec de Maigret: "Un vent froid, humide, s'était levé qui obligeait les passants à tenir leur chapeau et leur collait les vêtements au corps. Certains, sur le pont Saint-Michel, marchaient penchés en arrière comme si on les eût poussés."; dans Maigret et le voleur paresseux: "le pont Saint-Michel, où la bise faisant pencher les passants dans le même sens, dans le même angle." A croire que Simenon s'essaie en peintre à des variations, tel Monet et sa "série des cathédrales de Rouen"…

      Dans Maigret tend un piège, voici une après-midi d'août, et les fenêtres "faisaient pénétrer un air chaud qui semblait émaner du bitume amolli, de la Seine elle-même qu'on s'attendait à voir fumer comme de l'eau sur un poêle. Les taxis, les autobus, sur le pont Saint-Michel, allaient moins vite que d'habitude, semblaient se traîner".

      Parfois, le décor est uniquement sonore: "On entendait le bruit des voitures et des autobus sur le pont Saint-Michel, parfois la sirène d'un remorqueur qui baissait sa cheminée avant de passer sous l'arche." (L'ami d'enfance de Maigret); "Les fenêtres, dans le bureau de Maigret, étaient à nouveau ouvertes sur le frémissement de l'air du dehors et sur le bruit des voitures et des bus sur le pont Saint-Michel." (Maigret et l'indicateur)

      Parfois encore, c'est une notation qui sert à souligner une ambiance psychologique: dans Maigret et les témoins récalcitrants, le commissaire, en attendant de se rendre chez le juge Angelot pour l'interrogatoire final de Paulette Lachaume, regarde "la Seine d'un gris cruel, les fourmis noires qui gravitaient sur le pont Saint-Michel et se faufilaient entre les autobus." Dans Maigret et le clochard, après l'interrogatoire de Guillot et Hardoin, Maigret regarde, "rêveur, la Seine qui coulait au-delà des arbres, les bateaux qui passaient, les taches claires des robes des femmes sur le pont Saint-Michel.". Dans La colère de Maigret, tout à la fin du roman, lorsque Maigret apprend le suicide de Jean-Charles Gaillard, il reste "debout, à regarder la fenêtre ouverte, le feuillage bruissant des arbres, les bateaux qui glissaient sur la Seine et les passants qui gravitaient comme des fourmis sur le pont Saint-Michel."

      Au fil de la chronologie rédactionnelle, l'aspect du pont change avec les transformations du temps qui passe: dans Maigret et l'affaire Nahour, les temps modernes chassent les fiacres et les tramways, et on découvre une image de la cohue urbaine: "Sur le pont Saint-Michel, un embouteillage empêchait toute circulation et trois agents en uniforme s'efforçaient de démêler l'écheveau de voitures et d'autobus à grand renfort de coups de sifflet."

      Parfois, plus rarement, le décor est inversé, et c'est depuis le pont que Maigret regarde les bâtiments de la PJ: "Du pont Saint-Michel, Maigret pouvait voir de la lumière dans son propre bureau." (L'amie de Madame Maigret, au retour de Lagny); "Il était passé minuit. Le quai était désert, le pont Saint-Michel aussi. On entendait les bruits de loin et Maigret reconnut celui des pas de plusieurs personnes dans la cour de la PJ." (Maigret s'amuse)

      Et, puisque nous en sommes à ce pont, élucidons une énigme posée dans le roman Maigret se fâche, où est évoqué à deux reprises un "pont de la Cité", une première fois au chapitre 6, lorsque Maigret, installé "à son ancienne place, près de la fenêtre ouverte", au Quai des Orfèvres, voit un remorqueur Amorelle et Campois qui passe "sur la Seine, donnant deux grands coups de sirène avant de s'engager sous le pont de la Cité"; et une seconde fois au chapitre 7, quand Maigret rentre chez lui, et "du pont de la Cité, il vit un remorqueur qui remontait la Seine avec ses cinq ou six péniches". Comme l'a finement remarqué Michel Lemoine (op.cit.): "L'analogie avec les romans dans lesquels Maigret contemple tant de fois le pont Saint-Michel depuis son bureau du quai des Orfèvres autorise notre interprétation", à savoir que "c'est bien le pont Saint-Michel qui est débaptisé" en "ce pont de la Cité qui n'existe pas à Paris". Rappelons pour mémoire que c'est dans ce même roman que Simenon place le domicile des Maigret non au boulevard Richard-Lenoir, mais place des Vosges…

    2. le Pont-Neuf

      Un peu moins fréquemment évoqué que le pont Saint-Michel, le Pont-Neuf n'en reste pas moins un classique du décor parisien à la Simenon.

      Parfois c'est un lieu de passage, comme dans L'ombre chinoise, lorsque Maigret descend de l'autobus "au Pont-Neuf, d'où il apercevait les fenêtres de son bureau" (Maigret revient du "quartier de Saint-Philippe du-Roule", situé sur la rive droite, où il a assisté aux funérailles de Couchet, et s'il peut voir les fenêtres de son bureau, cela doit impliquer que l'autobus a traversé le Pont-Neuf, et que Maigret en descend du côté du quai des Grands-Augustins, ou à tout le moins à l'angle du pont et du quai des Orfèvres); dans Signé Picpus, lorsque Maigret y arrête un taxi pour se faire conduire rue Caulaincourt auprès de la jeune Emma; dans Maigret et la Grande Perche, quand Maigret le franchit dans une voiture de police pour se rendre au commissariat de Neuilly; de même dans Maigret, Lognon et les gangsters, la voiture qui emmène Maigret rue des Batignolles chez Baron, croise sur le Pont-Neuf celle dans laquelle Torrence a embarqué Cicero; dans Le revolver de Maigret, Maigret traverse le pont, de concert avec Lourtie, avec qui il vient d'aller boire un verre à la Brasserie Dauphine, pour trouver un taxi rue de Rivoli; c'est dans la même rue que se rendent Lucas et Maigret, en traversant le pont, dans Maigret à l'école; c'est par le Pont-Neuf que Léontine s'en va après sa première visite au Quai des Orfèvres (La folle de Maigret); et c'est par le Pont-Neuf que Maigret rentre après sa visite à Nathalie dans Maigret et monsieur Charles, et qu'il s'arrête à la Brasserie Dauphine pour boire un cognac.

      D'autres fois, c'est un lieu qui abrite des cafés et bistrots, tels le "Tabac Henri-IV, au milieu du Pont-Neuf" (L'écluse no 1), où se réunissent les mariniers, ou le "petit bar, devant la statue d'Henri-IV, au milieu du Pont-Neuf" (Cécile est morte), et que Michel Lemoine identifie comme étant le même que dans L'écluse no 1.

      Le Pont-Neuf peut devenir, sous la plume de Simenon, comme un monument symbole de Paris, et sa description prend des teintes impressionnistes: "Un soleil pourpre se couchait sur Paris et la perspective de la Seine enjambée par le Pont-Neuf était barbouillée de rouge, de bleu et d'ocre." (L'écluse no 1); "le Pont-Neuf tout rose de soleil" (Maigret).

      Ce pont est aussi un endroit d'où les suspects se jettent à la Seine: Mascouvin dans Signé Picpus et Florentin dans L'ami d'enfance de Maigret, et encore le lieu où sont amarrés le bateau-lavoir où Fernande se rend pour sa lessive (L'amie de Madame Maigret), et le bateau de Simenon l'Ostrogoth (Les mémoires de Maigret).

    3. le pont d'Austerlitz

      La première mention de ce pont dans la saga se trouve dans L'écluse no 1, dans une description à nouveau impressionniste: "le pont d'Austerlitz qui dressait ses ferrailles dans un véritable feu d'artifice où l'on devinait, noyée de bleu et de rose, l'architecture de Notre-Dame." D'après Michel Lemoine, et nous le suivons dans son interprétation, cette notation descriptive "semble résulter d'une confusion entre le pont d'Austerlitz et le pont voisin, à strict usage métropolitain." En effet, le pont d'Austerlitz est de pierre, mais le viaduc d'Austerlitz, réservé au passage d'une ligne de métro, est une passerelle de métal. La confusion peut s'expliquer, car les deux ouvrages sont proches l'un de l'autre.

      Le pont peut être un lieu de passage, comme dans Maigret se fâche, lorsque le commissaire, de retour de chez Campois, fait arrêter son taxi au milieu du pont, parce qu'il a envie de rentrer à pied chez lui pour pouvoir ruminer ses cogitations.

      Ce peut être un lieu clé dans une enquête, comme dans Maigret et son mort, lorsque l'on apprend que la voiture des amis du petit Albert est tombée en panne quai Henri-IV, et, dit Maigret, "Ce qui est important, c'est que la voiture était tournée vers le pont d'Austerlitz." C'est un indice qui permet au policier de conjecturer que le domicile d'Albert doit se trouver au sud-est de Paris, ce qui se confirmera par la suite…

      Mais le pont d'Austerlitz est souvent, dans la saga, le lieu où passe Maigret lorsqu'il se rend à l'Institut médico-légal, qui se trouve en effet près de l'une des extrémités du pont. C'est le cas par exemple dans Maigret et l'homme du banc, lorsque le commissaire accompagne Mme Thouret, dans Maigret et la jeune morte, où Maigret s'y rend avec Janvier, dans Maigret et le corps sans tête, où cette fois, il y est avec Lapointe, et les deux hommes attendent sur le seuil, d'où ils voient "le va-et-vient incessant sur le pont d'Austerlitz".

    4. le pont Marie

      Dans la saga, le pont Marie fait souvent office d'abri pour les clochards; c'est là que Victor passe la nuit (La guinguette à deux sous), et là qu'un clochard renseigne Torrence sur Vivien dans Maigret et l'homme tout seul; mais c'est là surtout que François Keller s'est installé (Maigret et le clochard), et ce pont va être franchi à plusieurs reprises par Maigret dans ce roman, puisque c'est là aussi qu'est amarrée la péniche de Jef Van Houtte.

      C'est aussi un lieu où les "vagabonds sur l'eau" aiment amarrer leur bateau, comme de Greef sur son Fleur d'amour (Mon ami Maigret)… ou Simenon sur l'Ostrogoth en 1931…

      Le pont est encore un lieu de passage dans Maigret et le tueur, lorsque le commissaire se rend au domicile des Batille dans l'île Saint-Louis.

    5. pont-au-Change

      Ce pont apparaît assez tard dans la saga, puisque sa première mention se trouve dans Maigret et le client du samedi, où l'auteur décrit le chemin que parcourt Maigret pour rentrer de son bureau chez lui: "Le col du pardessus relevé, les mains dans les poches, il contournait le Palais de Justice, passait sous la grosse horloge, traversait le Pont-au-Change." Autrement dit, en sortant de la PJ, Maigret tourne à gauche et emprunte le boulevard du Palais pour se rendre sur le pont, qu'il traverse pour se rendre, comme le dit le texte plus loin, sur la place du Châtelet où il prend l'autobus qui le ramène chez lui. Le deuxième passage de Maigret sur le Pont-au-Change se trouve dans Maigret et le fantôme: cette fois, le commissaire emprunte ce pont alors qu'il retourne à la PJ après avoir rendu visite à Norris Jonker avenue Junot; ici, Maigret traverse le pont et aperçoit "la silhouette familière du vieux Palais de Justice". La troisième mention, dans La patience de Maigret, évoque un pêcheur qui se trouve près du Pont-au-Change, que Maigret voit alors qu'il est descendu d'autobus place du Châtelet, dans le sens inverse de Maigret et le client du samedi, puisque le commissaire vient de quitter son domicile au matin, sur un vieil autobus à plate-forme…

    6. le pont Saint-Louis

      En réalité, ce pont, qui relie l'île de la Cité et l'île Saint-Louis, n'apparaît pas sous son nom dans les Maigret, mais on peut l'identifier avec la "passerelle" dont il est fait mention dans trois romans: dans Maigret et le corps sans tête, lorsque Maigret se rend chez Lucette Calas: "Il se dirigea, à pied, vers l'île Saint-Louis, contourna Notre-Dame, franchit la passerelle en fer et se trouva un peu plus tard dans l'étroite et populeuse rue Saint-Louis-en-l'Ile."; dans Maigret et le clochard, lorsque Maigret se rend, en compagnie de Lapointe, pour la première fois au Pont-Marie: "Franchissant la passerelle de fer, ils avaient atteint l'île Saint-Louis"; dans Maigret et le tueur, c'est Lapointe, que Maigret a chargé d'enquêter sur la petite amie d'Antoine Batille, qui se rend sur l'île Saint-Louis, et traverse la passerelle pour prendre la même rue, à la recherche de cigarettes.

    7. le pont Louis-Philippe

      Ce pont est évoqué dans Maigret et le clochard, où c'est Léa la clocharde qui couche sous ce pont; dans Maigret et le tueur, le pont fait partie du décor l'île Saint-Louis lorsque Maigret se rend à l'enterrement d'Antoine Batille, et qu'il voit une file de voitures "tout le long des quais, du pont Louis-Philippe au pont Sully".

    8. le pont des Arts

      Ce pont est cité dans deux nouvelles: dans L'homme dans la rue, le pont est franchi dans les déambulations de Stéphan Strevski, suivi par Maigret, qui craint que l'homme ne s'y jette dans la Seine; dans On ne tue pas les pauvres types, Janvier y recherche les bistrots des environs où Tremblet donnait des rendez-vous à sa fille.

    9. le pont Mirabeau

      Dans la chronologie rédactionnelle de la saga, ce pont est le premier à apparaître: on le trouve dans La tête d'un homme, lorsque l'inspecteur Dufour fait son rapport de filature à Maigret et qu'il lui explique que Heurtin a traversé la Seine au Pont Mirabeau pour se rendre sur la rive gauche; l'autre mention se trouve dans un roman bien plus tardif, Une confidence de Maigret, dans lequel le pont joue un rôle important pour l'intrigue, puisque c'est de là que Josset affirme avoir jeté le couteau dans la Seine.

    10. le pont National

      Ce pont apparaît deux fois dans la saga, une fois nommément, dans Maigret et les témoins récalcitrants, où il permet de situer plus précisément un lieu de l'action: c'est juste en face du pont que se trouve la boutique tenue par l'épicière qui a vu la voiture de Jacques Sainval attendre Paulette Lachaume, dont la maison se trouve à environ deux cents mètres du pont. L'autre apparition du pont se fait sans que celui-ci soit nommé, et c'est à nouveau aux recherches de Michel Lemoine que nous faisons appel pour découvrir que "le pont dont [Maigret] avait oublié le nom" dans Maigret et son mort, pont situé entre le quai de Bercy et le quai de Charenton, est le pont National.

    11. le pont de Bercy

      Si le quai de Bercy est un lieu assez fréquemment cité dans la saga, comme nous le verrons plus loin, le pont de Bercy, par contre, ne l'est qu'à une seule reprise, dans Maigret et le clochard: c'est là que François Keller couchait avant de vivre sous le Pont Marie; c'est là aussi qu'il avait assisté à la mort du vieux Willems…

    12. le pont de Sully

      Ce pont n'apparaît que dans Maigret et le tueur, pour situer un lieu de l'action; voir ci-dessus la citation pour le pont Louis-Philippe.

    13. le pont de la Tournelle

      Ce pont est une des balises de l'itinéraire de la promenade que Maigret fait en compagnie de Ducrau dans L'écluse no 1: en partant de Charenton, ils longent la Seine, aperçoivent en route le pont d'Austerlitz (voir plus haut), puis franchissent le pont de la Tournelle pour se retrouver dans l'île Saint-Louis, avant de rejoindre finalement le Pont-Neuf.

    14. le pont de la Concorde

      La seule mention de ce pont dans la saga se trouve dans Maigret et les vieillards: c'est de ce pont que Jaquette jette le pistolet et les douilles qui ont été tirées sur le comte de Saint-Hilaire.

    15. le pont de Bir-Hakeim

      Encore un pont d'où on jette une arme, ou plus précisément à quelque distance de celui-ci, et cette fois il s'agit du browning de François Ricain dans Le voleur de Maigret.

    16. le pont de Grenelle

      Maigret franchit ce pont pour se rendre sur les lieux où on a découvert le corps de Sabin-Levesque dans Maigret et monsieur Charles.

    Et pour qui veut en savoir un peu plus sur les ponts de Paris, voici les adresses de trois sites:

    www.lcpc.fr

    www.peniche.com

    www.paris1900.lartnouveau.com

     

  2. "J'ai «fait» […] les quais et le dessous des quais." (Les mémoires de Maigret)

    "Mais j'aime aussi les quais de Paris

    Mes vieux quais du bord de Seine

    Sous le ciel bleu, sous le ciel gris"

    (extrait de la chanson Quais de Paris)

    Si les ponts permettent de passer au-dessus de la Seine, les quais, eux, sont le moyen de longer le cours du fleuve. Maigret prend un grand plaisir à se balader le long des quais, et c'est un itinéraire qu'il choisit souvent, lorsqu'il se rend à la PJ ou qu'il rentre chez lui; c'est aussi un de ses lieux de promenade favoris, bras dessus bras dessous avec Mme Maigret...

    Si on peut identifier, dans la saga, un certain nombre de quais, de nombreuses mentions parlent simplement des quais, comme une entité générale, indiquant qu'un personnage les parcourt, y habite (les clochards, par exemple), ou que tel ou tel bâtiment donne sur les quais.

    Nous avons recensé 24 quais dans les textes, dont voici la liste, avec entre parenthèses le nombre de romans dans lesquels ils apparaissent au moins une fois: quai des Orfèvres (14), quai de Bercy (7), quai de la Tournelle (6), quai des Grands-Augustins (6), quai de l'Horloge (6), quai de Charenton (5), quai de la Rapée (4), quai de la Mégisserie (4), quai Voltaire (4), quai de Javel (4), quai de Bourbon (3), quai de Valmy (3), puis des quais mentionnés dans deux romans: quai de Jemmapes, quai des Célestins, quai d'Orléans, quai de la Gare, et enfin toute une série de quais qui sont cités dans un roman: quai d'Austerlitz, quai Henri-IV, quai de Béthune, quai d'Anjou, quai du Louvre, quai des Tuileries, quai d'Orsay, quai de Grenelle.

    1. le quai des Orfèvres

      Il est évident que l'expression "quai des Orfèvres" désigne, dans les Maigret, le plus souvent le bâtiment où sont logés les locaux de la PJ, et, par conséquent, on va trouver la mention de ce quai, sous cette forme métonymique, dans chacun des romans de la saga. Ce qui nous intéresse ici, c'est le quai lui-même, en tant qu'entité géographique, vu le plus souvent depuis le bureau de Maigret.

      On rencontre la première évocation de ce quai dès les débuts de la saga, puisque c'est au troisième chapitre de Pietr le Letton qu'est décrite la tempête de novembre qui sévit: "Les arbres du quai étaient violemment secoués et des petites vagues clapotaient autour du bateau-lavoir."; en contraste, un roman de la fin de la saga décrit le quai par une chaude journée d'août: "le feuillage des arbres du quai des Orfèvres n'avait pas un frémissement, la Seine était plate et lisse comme de la soie." (Maigret et l'homme tout seul)

      Le quai est parcouru par les visiteurs de Maigret qui viennent – ou hésitent à venir – à son bureau, comme le petit Albert dans Maigret et son mort, ou Pigou dans Maigret et le marchand de vin; mais c'est aussi Maigret qui le longe, par exemple pour se rendre à la Brasserie Dauphine; le quai peut servir d'indice météorologique: ainsi, dans Les scrupules de Maigret, alors qu'il quitte son bureau: "Sur le quai, le froid le surprit et il releva le col de son pardessus, enfonça les mains dans ses poches et se dirigea vers la station d'autobus."; dans Maigret et les témoins récalcitrants, lorsque le commissaire arrive le matin à son bureau: "Sur les quais, la pluie était plus oblique et plus froide."

    2. le quai de Bercy

      On sait la prédilection que Maigret a pour ce quai, où il a mené maintes enquêtes. Rien d'étonnant donc à le trouver mentionné dans plusieurs romans.

      Dans Maigret et son mort, le quai de Bercy est le premier jalon dans l'itinéraire de la poursuite entre Lucas et Victor le Tchèque, au sortir du café du petit Albert, situé quai de Charenton (nous y reviendrons): Victor, après avoir quitté le café, se dirige vers le quai de Bercy, "long, tout droit, sans rues transversales", "presque désert", bordé de grilles, derrière lesquelles se trouvent les entrepôts de vin. Car c'est sur ce quai que sont situées les entreprises des marchands de vin, comme Hervé Peyrot (Maigret et la vieille dame) et Oscar Chabut (Maigret et le marchand de vin).

      On trouve une longue description, dont nous ne donnons ici que la première phrase, de ces entrepôts au début du chapitre 7 de Maigret s'amuse, lorsque le commissaire y emmène sa femme pour une longue balade le long des quais: "C'était quai de Bercy, où l'ombre des arbres était aussi douce et quiète, cet après-midi-là, que sur le mail d'une petite ville."; et déjà dans La pipe de Maigret, le quai était décrit "pareil à un mail de province", avec sa "voûte de verdure".

    3. le quai de la Tournelle

      Dans les romans de la saga, ce quai n'a guère d'autre utilité que de situer géographiquement un lieu quelconque de l'intrigue: ainsi, dans L'écluse no 1, Gassin a reçu l'ordre d'aller charger sa péniche quai de la Tournelle; dans L'auberge aux noyés, c'est un marinier qui doit aller décharger des tuiles sur ce quai, que Simenon baptise curieusement "quai des Tournelles", comme il le fait dans Maigret et le clochard, où les fenêtres de Mme Keller donnent sur ce même quai; dans Maigret et le fantôme, c'est à l'Hôtel de la Tournelle, sur le quai du même nom, que loge Stanley Hobson; dans Maigret et le marchand de vin, c'est Désiré Chabut qui y tient son bistrot; dans La folle de Maigret, c'est dans un restaurant du quai que le grand Marcel avait rendez-vous avec Angèle Louette.

    4. le quai des Grands-Augustins

      Ce quai est un de ceux sur lesquels Maigret jette volontiers le regard depuis la fenêtre de son bureau, quand il ne s'attarde pas sur la vue du quai des Orfèvres ou du pont Saint-Michel. D'après Michel Lemoine, c'est là que se situerait la Chope du Pont-Neuf (voir, dans le forum, notre texte The mystery of the Chope du Pont-Neuf) dans le roman Maigret, mais aussi l'hôtel où Maigret descend dans le même roman. Le quai abrite surtout le café Aux Caves du Beaujolais, d'où le petit Albert lance son premier appel à Maigret (Maigret et son mort), café qui se trouve à l'endroit "où le quai des Grands-Augustins forme rampe pour atteindre le pont Saint-Michel". A la suite de Michel Lemoine, nous admettons qu'il s'agit du même café dans Maigret tend un piège et dans Maigret s'amuse, où le commissaire s'installe pour avoir vue sur les fenêtres de son bureau.

    5. le quai de l'Horloge

      Pendant du quai des Orfèvres, ce quai longe l'autre face du Palais de Justice, sur l'autre rive de l'île de la Cité. Le quai de l'Horloge, dans les Maigret, abrite avant tout les cellules du Dépôt. C'est là que Maigret conduit Ducrau à la fin de L'écluse no 1, Picard dans Signé Picpus, et qu'il interroge Dédé dans La première enquête de Maigret. C'est là encore qu'il demande à Pierrot de se faire conduire pour faire une entrée plus discrète à la PJ, car le quai de l'Horloge est "peu fréquenté. Personne ne prêtera attention à lui. Un de mes inspecteurs l'attendra à la porte et me l'amènera par l'intérieur du Palais de Justice." (Maigret se trompe).

    6. le quai de Charenton

      Avec ce quai, nous sortons des limites de Paris stricto sensu, mais comme c'est un endroit important dans les enquêtes des Maigret, nous en parlerons tout de même ici. Nous nous y autorisons d'autant plus que Simenon, dans la saga, mentionne ce quai comme une sorte d'extension du quai de Bercy, qu'il prolonge après les entrepôts dont nous avons parlé plus haut: "Tiens! après la limite de Paris, sur le territoire de Charenton, le quai continuait à s'appeler quai de Bercy." (La pipe de Maigret)

      Le quai de Charenton est une scène importante dans deux enquêtes de Maigret, La pipe de Maigret et Maigret et son mort. Dans la nouvelle, c'est là que se trouve la maison de Mme Leroy, sur "un quai très large, avec des dépôts, des péniches en déchargement", où "il n'y avait plus d'arbres", mais "des entrepôts, des pavillons bâtis jadis quand c'était encore presque la campagne et coincés maintenant entre des maisons de rapport." Dans le roman, on retrouve sensiblement le même décor: "le quai s'élargissait, bordé d'un côté de pavillons à un ou deux étages […]. Il y avait toujours un grand nombre de péniches à cet endroit-là, et Maigret revoyait le port couvert de tonneaux à perte de vue." C'est sur ce quai que l'on découvre le café du petit Albert, "qui fait le coin du quai et d'une rue".

      Dans Maigret s'amuse, le commissaire prolonge avec Mme Maigret la promenade après le quai de Bercy, vers "le quai de Charenton où Paris prend tout à coup des allures de banlieue. Il avait toujours aimé les larges quais de déchargement encombrés de tonneaux et de matériaux de toutes sortes, les pavillons grisâtres, entre les immeubles neufs, qui rappelaient le Paris d'autrefois."

      Enfin, si Oscar Chabut a ses entrepôts à Bercy (voir plus haut), c'est au quai de Charenton que se situent ses bureaux (Maigret et le marchand de vin), ce qui permet à Maigret d'y mener à nouveau une enquête parmi les alignements de barriques et les odeurs de vinasse…

    7. le quai de la Rapée

      C'est sur ce quai que Simenon situe "les bâtiments roses de l'Institut médico-légal" (La colère de Maigret), d'où, en sortant, Maigret et Janvier voient les "allées et venues à bord des péniches amarrées au quai" (Maigret et la jeune morte). C'est quai de la Rapée que le vieux Willems est tombé dans l'eau (Maigret et le clochard).

    8. le quai de la Mégisserie

      Ce quai est connu pour abriter de nombreuses boutiques où l'on vend des animaux et des plantes, et dans les Maigret, c'est là qu'on trouve nombre d'oiselleries, comme dans Maigret et l'homme du banc, où Maigret rend visite au vieux Saimbron qui habite sur ce quai, dans un immeuble coincé "entre deux boutiques où l'on vendait des oiseaux et dont les cages envahissaient une large portion du trottoir." Dans La folle de Maigret, Léontine de Caramé habite sur le même quai, dans un immeuble dont le rez-de-chaussée est occupé par un marchand d'oiseaux, M. Caille, le bien nommé…

    9. le quai Voltaire

      Dans la saga, ce quai sert essentiellement de lieu d'adresse, en particulier pour l'étude de deux notaires: Me Ballu dans Maigret se fâche et Me Barbarin dans Maigret et les témoins récalcitrants.

    10. le quai de Javel

      Ce quai est rebaptisé aujourd'hui "Quai André Citroën", du nom du constructeur de voitures dont l'usine se trouvait justement à cet endroit. Et c'est dans cette usine que sont embauchés plusieurs personnages de la saga, comme Victor Poliensky dans Maigret et son mort, et Joseph Raison dans Maigret et le voleur paresseux.

    11. le quai de Bourbon

      Ce quai sert d'adresse à la maison Amorelle et Campois (Maigret se fâche) et à l'Anglais qui prête sa garçonnière à Jacques Sainval (Maigret et les témoins récalcitrants).

    12. le quai de Valmy

      Avec ce quai, et le suivant que nous traitons ci-dessous, nous quittons les rives de la Seine pour nous rendre au canal Saint-Martin. Nous nous permettons cette incartade parce que cet endroit est un de ces lieux que Maigret fréquente volontiers et avec plaisir. Le quai de Valmy abrite les entrepôts des cafés Balthazar (La première enquête de Maigret). C'est là aussi qu'habite Jef Schrameck (Maigret et l'homme du banc). Mais c'est surtout sur ce quai qu'on trouve le bistrot d'Aline Calas (Maigret et le corps sans tête), et Maigret apprécie d'enquêter le long de ce quai, dont les immeubles ont des façades aux peintures blanches et jaunes délavées, mais qui peuvent, par un matin de mars ensoleillé, avoir un aspect "aussi léger qu'un tableau d'Utrillo" (ibid.).

    13. le quai de Jemmapes

      Ce quai borde l'autre côté du canal Saint-Martin, en face du quai de Valmy évoqué ci-dessus. C'est sur ce quai qu'habitent, dans "deux chambres au-dessus d'un bistrot peint en vert", Ernestine et Alfred Jussiaume (Maigret et la Grande Perche), et au bout du quai on trouve le poste de police (Maigret et le corps sans tête).

    14. le quai des Célestins

      Sur ce quai on trouve les bureaux de Ducrau (L'écluse no 1). Lorsque Maigret vient interroger Jef van Houtte sur sa péniche amarrée près du pont Marie, il entend "le bruit des autos, là-haut, quai des Célestins" (Maigret et le clochard), et, un plus tard, le commissaire et Lapointe traversent le quai pour se rendre dans un bistrot rue de l'Ave-Maria.

    15. le quai d'Orléans

      C'est ici qu'habite Mme Keller (Maigret et le clochard), et, dans Maigret et le tueur, on y voit des voitures parquées lors de l'enterrement d'Antoine Batille.

    16. le quai de la Gare

      Comme nous le rappelle Michel Lemoine, le quai de la Gare tel que Simenon l'a connu recouvre aujourd'hui trois quais: il s'appelle encore quai de la Gare juste après le pont de Bercy, puis, jusqu'au pont de Tolbiac, devient le quai François-Mauriac, qui se prolonge par le quai Panhard et Levassor jusqu'au pont National, avant qu'on sorte des strictes limites de Paris pour arriver à Ivry, où se déroule l'enquête de Maigret et les témoins récalcitrants, qu'on nous pardonnera de mentionner ici, puisque Simenon écrit que la maison des Lachaume se trouve sur le quai de la Gare. Ainsi que nous l'avons dit plus haut, cette maison se trouve relativement près du pont National, et nous nous autorisons donc à considérer l'endroit comme faisant encore partie du Paris tel que nous l'avons pris en compte… Le quai de la Gare, dans ce roman, nous présente le décor d'une banlieue en pleine évolution: "Là où, jadis, il n'y avait que des pavillons et des chantiers, se dressaient à présent des immeubles locatifs de six ou sept étages, avec des boutiques et des bistrots au rez-de-chaussée, mais il restait des trous, par-ci par-là, des terrains vagues, des ateliers, deux ou trois maisons basses."

      Quelques années plus tôt (voir la nouvelle On ne tue pas les pauvres types), le quai, dans sa partie la plus proche de Paris ("au-delà du pont d'Austerlitz" dit le texte), a encore des allures bucoliques: "Un quai large, au bord duquel plusieurs rangs de péniches reposaient paresseusement. Un quai qui sentait encore la province, le long de la Seine, avec des maisons à un seul étage, entre quelques immeubles de rapport, des bistrots où semblait que n'entrait personne et des cours où l'on était tout étonnée de voir des poules picorer le fumier." C'est ici qu'est venu se réfugier Maurice Tremblet, pour pêcher tranquillement à la ligne et installer des volières pleines de canaris…

    17. le quai d'Austerlitz

      Ce quai abrite la maison et les entrepôts de charbon de Marcel Basso (La guinguette à deux sous). On y voit "un chantier entouré d'une palissade noirâtre", et en face, "un quai de déchargement […] et des péniches".

    18. le quai Henri-IV

      C'est sur ce quai, "un des plus calmes, des moins fréquentés de Paris" (si c'était vrai à l'époque, ce n'est plus le cas aujourd'hui, car c'était devenue une voie beaucoup empruntée par les voitures !) que l'auto jaune des amis d'Albert est tombée en panne (Maigret et son mort).

    19. le quai de Béthune

      Ce quai n'est qu'évoqué dans Maigret et le tueur, où on retrouve la file des voitures stationnées déjà mentionnée plus haut.

    20. le quai d'Anjou

      C'est sur ce quai que se trouve la maison des Batille (Maigret et le tueur). On y trouve des immeubles et des voitures "de grand luxe", et des "limousines avec chauffeur" le jour de l'enterrement du jeune Antoine.

    21. le quai du Louvre

      On trouve sur ce quai un marchand d'oiseaux, qui a vendu plusieurs volières de canaris à Maurice Tremblet (On ne tue pas les pauvres types).

    22. le quai des Tuileries

      Ce quai n'est mentionné qu'en passant, pour situer l'endroit où on a découvert le corps du petit Albert: "place de la Concorde… Près du quai des Tuileries."

    23. le quai d'Orsay

      Outre de désigner, par métonymie, le ministère des Affaires étrangères (voir Maigret et les vieillards), mention dont nous ne nous occuperons pas ici, ce quai apparaît, sur le plan géographique, dans un roman où il n'est pas nommé, et pour cause: comme le remarque Michel Lemoine, une partie de ce quai a été rebaptisée en quai Anatole-France, et c'est là que se situe l'hôtel où Me Canonge va loger au sortir de la gare d'Orsay (Maigret et le corps sans tête).

    24. le quai de Grenelle

      C'est à ce quai qu'est amarrée la péniche du marinier qui découvre le corps de Sabin-Levesque (Maigret et monsieur Charles); on y voit "des madriers, des piles de briques et des tonneaux. Deux ou trois péniches étaient en déchargement."

 

Et c'est ainsi que nous terminons cette petite promenade le long de la Seine, sur les pas de notre commissaire. Et peut-être allons-nous nous laisser emmener à sa suite, le quittant sur cette dernière image: "Il y alla à pied, longeant les quais jusqu'au Pont-Marie, qu'il traversa. Il fumait lentement sa pipe et tenait les mains enfoncées dans ses poches"…
 


image: Maigret et le corps sans tête, Editions du Rocher 1997, adaptation et scénario: Odile REYNAUD, dessin et couleur: Frank BRICHAUD

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links