Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

CinéMonde
N° 1511, pp 15-17
Mardi 23 juillet 1963

 

Maigret Voit Rouge

un film de Gilles Grangier

raconté en images par Gilles Durieux

 
[English translation]


MAIGRET VOIT ROUGE

NOTRE FILM COMPLET
RACONTÉ EN IMAGES PAR GILLES DURIEUX

UN FILM DE GILLES GRANGIER

DISTRIBUTION
JEAN GABINMAIGRET
FRANÇOISE FABIANLILY
MICHEL CONSTANTINCICERO
VITTORIO SANIPOLIPOZZO
PAUL FRANKEURBONFILS
GUY DECOMBLELOGNON

Jean Gabin a écrit, un jour : « Paul Guth, c'est la royauté de la bête formidable, à laquelle les espèces inférieures ne tentent jamais de disputer la préséance. » Ces quelques mots pourraient aussi s'appliquer au célèbre inspecteur de Georges Simenon, Jules Maigret, l'égal des Lemmy Caution et Sherlock Holmes. Une fois de plus, Gabin a accepté de prêter ses traits au champion du quai des Orfèvres. Après Maigret tend un piège, Maigret et l'Affaire Saint-Fiacre, voici Maigret voit rouge.

Trois gangsters américains, débarqués de fraîche date à Paris. Soudain, l'un d'eux, un certain Charlie (Cooper), fait feu et un homme s'écroule. Bien entendu, le tueur et ses acolytes, Cicéro et Bill, prennent la fuite.

L'inspecteur Lognon (Guy Decomble), passant par là, se précipite au secours de la victime. Mais le temps d'alerter Police Secours, et la victime a disparu. Un témoin raconte à Lognon, médusé, qu'une D.S. blanche l'a enlevé.

Lognon, quelques heures plus tard, est enlevé à son tour par les trois Américains et roué de coups. Ils voulaient savoir, explique celui-ci à Maigret, ce qu'était devenu le corps de leur victime ! Maigret se demande si son ami n'a pas été victime d'une hallucination...

Fort heureusement, Lognon a eu la présence d'esprit de noter le numéro d'immatriculation de la Chevrolet. Son propriétaire n'est autre qu'un certain Pozzo, tenancier d'un bar fréquenté par de nombreux Américains. Jules Maigret (Gabin), ayant surpris un appel téléphonique, aura vite fait de faire la connaissance de Lily (Françoise Fabian) une employée de Pozzo et la maîtresse de Bill, qui, avec ses amis, ont pris refuge chez elle.

Incontestablement, Maigre sait parler aux femmes, car Lily ne lui résiste pas. Elle avoue avoir hébergé trois Américains. Elle ne pouvait le nier car Maigret, qui n'a jamais les yeux dans les poches, a découvert de la drogue dans le cabinet de toilette. Lognon, de plus, reconnaît dans un cadre le portrait de Bill Larner (Bud Harris) l'un de ses agresseurs.

Plus décidé que jamais, Maigret interroge à nouveau Pozzo (Vittorio Sanipoli). Son regard est attiré par la photo dédicacée d'un boxeur américain qui n'est autre que Charlie. Mais Maigret ne le sait pas encore et s'interroge toujours sur la disparition de la victime de ses tueurs Made in U.S.A. Il comprend d'autant moins que Lognon lui a affirmé que l'homme découvert à Pigalle était bien mort.

De retour au quai des Orfèvres, Maigret reçoit un appel au secours d'une personne se disant l'épouse de la victime de Pigalle. Lorsque Maigret arrive à l'hôtel de Mme Curtiss, celle-ci a cessé de vivre.

Entre temps, les tueurs, incertains d'avoir tué Curtiss, décident de frapper une seconde fois et de faire disparaître les « empêcheurs de tourner en rond » tel que Maigret. Celui-ci est traqué dans un marché couvert. Il a eu le temps de prévenir le commissaire voisin. Charlie est blessé mais a eu le temps d'abattre un inspecteur de police.

Cette fois, il faut avouer qu'il y a de quoi faire voir rouge à l'inspecteur Maigret. Il accepte une arme de son confrère Bonfils (Paul Frankeur) et rend visite à un de ses amis à l'ambassade d'Amérique. Amicalement, celui-ci insiste pour que Maigret ne s'intéresse pas à cette affaire où il risque de se mesurer à plus fort que lui. Mais Maigret n'aime pas qu'on lui donne des conseils.

Le terrible Cicéro vient d'apprendre que Lily n'a pas très bien su garder sa langue. Pour lui donner une leçon il la rejoint chez Pozzo. Mais pendant qu'il prend sa drogue, Lily s'enfuit.

Lily a trouvé refuge dans la D.S. blanche de Harry Mac Donald, l'attaché d'ambassade qui n'est autre qu'un agent du F.B.I. Il est le seul à savoir que Curtiss n'est pas mort. Cet homme, en effet, a été le témoin d'un meurtre à New York dont l'auteur n'est autre que le caïd de la pègre, un certain Walter Douglas. Ce dernier est « intouchable » car ses alibis sont parfaits. Seul Curtiss, vivant, peut envoyer cette crapule à la chaise électrique.

Cicéro et Charlie sont des hommes de Douglas chargés d'abattre, coûte que coûte, Curtiss, le témoin gênant. Pour l'instant, Cicéro aimerait faire disparaître Lily et la recherche. Mais les hommes de Maigret, l'inspecteur Torrence (Marcel Bozuffi), en tête, lui font face.

Cicéro, une véritable force de la nature, ne craint pas d'affronter trois policiers à la fois. De quelques manchettes pesantes il a raison d'eux. Il trébuche et, en tombant, sa tête heurte le pare-chocs de sa voiture. Cicéro, la terreur de Chicago, est bel et bien k.o.

La partie n'est pas encore gagnée. Maigret le sait bien et décide de passer, plus ouvertement à l'attaque. Ses hommes écoutent ses conseils avant de prendre la route de Lamorlaye, en Seine-et-Oise, où s'est réfugié le reste de la bande et en particulière Charlie, le plus dangereux de tous les bandits.

Au domaine de l'Enclos, propriété d'un certain docteur Fezin (Armontel), Maigret découvre en premier Charlie, qui est bien vite réduit à l'impuissance. Puis, dans le garage, Maigret trouve le corps de Bill, abattu par ses ex-amis qui ne croyaient plus en lui. Maigret a, maintenant, compris le jeu de Harry Mac Donald.

Il se rend, sur-le-champ, à son domicile et y découvre Curtiss, la victime, et Lily. Sans écouter l'agent du F.B.I. qui lui parle d'incident diplomatique, il décide d'emmener tout ce « beau monde » au dépôt et lance à son ami. « Il n'y a plus de Jules. Le divisionnaire Maigret vous recevra, demain, à son bureau quai des Orfèvres! »

Le lendemain, Maigret dit à son ami Harry (Paul Carpenter) : « Alors, le professionnel, un petit coup de chapeau s'il vous plait à l'amateur ! » « O.k. Maigret ! »


 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links