vendredi 14 décembre 2001
 Archives
  
 Rechercher un article      

 ACTUALITES
 à la une
 international
 france
 société
 régions
 horizons
 analyses & forums
 entreprises
 euro
 communication
 aujourd'hui
 météo
 sports
 sciences
 culture

 AUTRES EDITIONS
 version texte
 tous les dossiers
 tous les forums
 lettres
 d'information

 les dessins du jour
 le Monde en pdf
 le Monde en html
 édition nomade

 CHAINES
 interactif
 sortir
 livres
 éducation
 emploi
 immobilier
 finances

 SERVICES
 archives du Monde
 services
 aux lecteurs

 contactez-nous
 sté des lecteurs

 OUTILS
 espace personnel
 mail gratuit
 mots croisés
 webcam
 outils de recherche
 navigateurs
 & utilitaires

 traducteur
 questions de
 français

Jean Richard, éternel maigret à la télévision
LE MONDE | 13.12.01 | 10h28
MIS A JOUR LE 13.12.01 | 14h25
Envoyer par email cet article à un amiArticle au format texte pour impression

Photo de Jean Richard prise en septembre 1969, dans le rôle du commissaire Maigret
 Photo de Jean Richard prise en septembre 1969, dans le rôle du commissaire Maigret
Comédien de cinéma et de télévision - premier Maigret du petit écran -, homme de cirque, Jean Richard est mort des suites d'un cancer, mercredi 12 décembre, à l'hôpital de Senlis. Il était âgé de quatre-vingts ans. En 1968, il reconnaissait "nourrir ses lions avec des navets", résumant ainsi une carrière cinématographique sans grand éclat, qui avait servi à financer sa passion, le cirque. L'année précédente, il venait de tourner, pour l'ORTF, le premier épisode de la série des Maigret, adaptée des romans de Simenon. Ce rôle, repris quatre-vingt-douze fois, devait lui donner une immense popularité, à un moment où la télévision capturait le public des autres arts populaires, au premier rang desquels le cirque.

Jean Richard est né le 18 avril 1921 à Bessines, près de Niort. Pendant la seconde guerre mondiale, il fait ses débuts sur scène en dessinant des caricatures. A la Libération, il s'associe avec un imprésario et obtient le marché du théâtre aux armées pour les troupes françaises d'occupation en Allemagne : "Personne ne pouvait mettre le pied en Allemagne sans ma signature", se souvenait-il dans une interview au Monde, en 1970. Ces succès en affaires ne lui suffisent sans doute pas puisqu'il abandonne le métier d'imprésario en 1950 pour revenir sur scène.

voir séquence

Horizons

Il se produit au cabaret L'Amiral, côtoie Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, Louis de Funès, la troupe des Branquignols de Robert Dhéry.

Ce sont ces accointances de cabaret qui serviront de repères à son parcours au cinéma. A de très rares exceptions près (des collaborations régulières avec Yves Robert, dont La Guerre des boutons, le rôle de l'ordonnance dans Elena et les hommes, de Jean Renoir, aux côtés d'Ingrid Bergman et de Jean Marais, des rôles chez René Clair - Les Fêtes galantes - et Marcel Carné - Du mouron pour les petits oiseaux -, Jean Richard se cantonne dans de grosses comédies populaires dont la série des Champignol où son personnage de Claudius Binoche, avec son énorme accent rural, apparaît comme l'emblème d'une France en voie de disparition. En 1966 et 1968, il incarne à deux reprise l'inspecteur Bérurier dans des adaptations de San Antonio qui n'ont pas laissé un immortel souvenir. C'est à ce moment qu'il prend du grade dans la police en convaincant le réalisateur Claude Barma de lui confier le rôle du commissaire Maigret. Le succès de la série, qui apparaît immédiatement comme plus épaisse, plus humaine que Les Cinq Dernières Minutes qui l'ont précédée, est énorme, tout comme la popularité de Jean Richard.

LA PASSION DU CIRQUE

Celui-ci tente de faire rejaillir cette gloire sur le projet qui lui tient à cœur, le cirque. Dès 1956, il a créé le premier zoo privé de France et installé à Ermenonville, dans l'Oise, la Mer de sable, un parc d'attractions où l'on peut se promener en chameau sur un petit bout de désert en pleine forêt de Senlis. Au cirque Amar, dans des music-halls parisiens, il présente lui-même des numéros de domptage. Il n'a de cesse de se produire sous son propre chapiteau, objectif atteint à la fin des années 1960. Mais la décennie d'existence du cirque Jean Richard, qui en chemin aura absorbé Pinder, l'un de ses principaux concurrents, coïncide avec la crise de la profession. Finalement, les contraintes financières sont trop dures, et Jean Richard doit déposer son bilan en 1978. En 1973, il est victime d'un grave accident de voiture. Après sa convalescence, Jean Richard reprend le rôle de Maigret, dont il fait sa principale occupation depuis qu'il a abandonné presque complètement le cinéma. En 1984, il avait publié chez Robert Laffont un livre de souvenirs, Ma vie sans filet.

Thomas Sotinel

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 14.12.01




Droits de reproduction et de diffusion réservés; © Le Monde 2001
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Politique de confidentialité du site.