Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret's first name – Maigret and firearms

Original French

In answer to Vladimir, here's what I can say on the two subjects he brings up...

1) Maigret's first name:

I've already taken up this subject in one of the MoMs. Here is some additional information.

The first time the Chief Inspector received a first name in the corpus was in The Lock at Charenton [ECL], when Ducrau asks Maigret to work for him, and he dictates to a secretary the words of a contract...

"Between the undersigned Emile Ducrau and Maigret... First name? ... and Maigret (Joseph), an agreement has been reached as follows. From March 18, M. Joseph Maigret will enter into the service of..."

And thus Maigret was first called Joseph... We have to wait until the beginning of the Presses de la Cité cycle to find another mention of his given name. Indeed, it is in Maigret in Retirement [FAC] that the Chief Inspector is called – to his great displeasure – Jules , by an old schoolmate from lycée, Ernest Malik. We encounter this name again in Maigret's First Case [PRE], used by his wife, and by Dédé the crook. Finally, it is the Americans (Maigret at the Coroner's) [CHE] who "force" the Chief Inspector to admit to his name...

"What's your first name?"
He couldn't very well tell them he didn't have one, and so he was forced to admit that his name was Jules. His questioner thought for a moment.
"Oh! yes... Julius!"
They pronounced it Julius, which didn't seem as bad to him."

The Chief Inspector wasn't finished with his tribulations with regard to his name. In Maigret's Memoirs [MEM], he tells how, as a young inspector, he was teased about his name by prostitutes. Here's an extract of the passage...

"I wouldn't have chosen it [his name] if they had asked my opinion. But it no longer embarrasses me... One day the chant started – for it quickly became a chant. I was walking by one of the old girls installed at the doorway of a seedy hotel, when I heard through those rotten teeth, a laughing
"Bonsoir, Jules!"
I thought she had picked a name at random, but a little further along, I was welcomed by the same words...
"So, Jules?"
...the famous Jules was integrated into a song which they proceeded to sing loudly whenever I appeared."

We encounter the American familiarity again in two other novels, Maigret and the Gangsters [LOG], where the Chief Inspector is called Jules by his American colleague MacDonald, in Maigret's Revolver [REV], where, on the revolver he received from the USA, was engraved the inscription, To J.-J. Maigret, from his FBI friends.

"Why J.-J. Maigret? ... The Americans, who have the habit of using two first name, were informed of his. The two first, happily, Jules-Joseph. [and there we find Joseph again!] In fact, there was a third: Anthelme."

We find mention of Jules in four other novels - in Maigret Afraid [PEU], where Julien Chabot's mother welcomes him saying,

"It's you, Jules!"
How many years had it been seen anyone has greeted him like that?"

In Maigret in Court [PEU], the Chief Inspector has to declare his identity as a witness in court...

"Your name, given name, age and position...
Maigret, Jules, 53s, Divisional Chief Inspector, Judicial Police, Paris."

In Maigret and the Nahour Case [NAH], it's his wife who – exceptionally (see the MoM cited above) - calls him by his first name in the opening scene of the novel. Finally, in Maigret's Boyhood Friend [ENF], he is relieved that Florentin is satisfied to use the familiar "tu", but calls him by his family name.

To end, we should point out, that if "officially", Maigret is named Jules-Amédée-François, as all his biographers state, in fact that combination of names never appears in the corpus... So where does it come from? Actually, it was in a preface written by Simenon in March, 1966, for the inauguration of the Rencontre editions...

I would like further, to close the subject, to ask the following question of Vladimir: he mentions in his question that he found the name Jules in Maigret and the Saint-Fiacre Affair [FIA]. Since, in examining the corpus to respond to his question I didn't find that name mentioned in the novel, I'd be interested to know whether it was found in an English translation, and in what part of the text.

2) Maigret and his revolver:

The question actually very interesting. At first glance, it seems like Maigret is not often armed... the genre of "quick-draw cop" isn't him... On examining the corpus, this first impression is confirmed - a gun is mentioned in only 11 novels in the corpus. And we also note that Maigret is armed primarily in the Fayard cycle, the cycle literally the most "detective story", in the classic sense of the word: Maigret is armed in five novels out of the 19 in the cycle. We can also say that if Maigret is armed, he rarely uses his weapon. Let's look a little closer at the details...

In Maigret and the Enigmatic Lett [LET], Maigret follows Pietr on the rocks of Fécamp, but "without thinking of drawing his gun". In The Yellow Dog [JAU], Maigret and Leroy observe the pathetic scene of the reunion of Léon and Emma...

"Why does Emma clasp her hands?... She's speaking again... Her face is twisted by expressions of dread, prayer, pain. Inspector Leroy hears Maigret checking his gun. There were only about 15 yards separating the two groups. A sharp crack, a broken window and the colossus would be out of harm's way." Naturally, Maigret won't shoot...

In Maigret at the Crossroads [NUI], it's the scene where Mme Goldberg gets shot. Maigret dashes after the person who fired the shot, and "while running, the Chief Inspector takes his gun from his pocket." But he doesn't shoot. He won't make use of his weapon until the end of the novel, when he will shoot at the inner tubes in Oscar's garage, which contained drugs.

In The Madman of Bergerac [FOU], Maigret chases the unknown man from the train:

"Hey! You there..." shouted Maigret, trying to get his gun out of his pocket. He didn't have enough time. He saw red, and felt a blow to his shoulder before even hearing the shot."

This time it was Maigret himself who was shot...

In Maigret Returns [MAI], the Chief Inspector picks up Audiat's trail, but he is followed himself by Eugène's car:

"It was too late to turn back. And further, he had no desire to... His only precaution was to take his gun from his pants pocket and ready it."

If he didn't shoot at that moment, he would later, when, at Cageot's, Cageot understood that he had been trapped by Maigret's trick:

"Maigret had slowly backed up, to get his back to the wall. At the word "telephone", Cageot glanced at the receiver. At the same moment there was a blast, an odor of burnt powder filled the room, and a bluish cloud spread across the floor. Maigret had fired. The bullet had hit Cageot's hand, causing his gun to fall."

In Maigret's Special Murder [MOR], during the turbulent arrest of Bronsky, Maigret is armed

He took his gun from a desk drawer, assuring himself that it was loaded, and Colombani watched him with a faint smile.
"You want me with you? ..."
"You have your piece?"
"Always in my pocket."
Not Maigret...it was rare.

But the Chief Inspector didn't make use of it, preferring to fall with all his weight on his adversary.

In Maigret in Montmartre [PIC], during the arrest of Oscar Bonvoisin, there is a gun, first mentioned three times to punctuate the action...

"There was no sound, no sign of life inside. The Chief Inspector nonetheless had his gun in his hand... He went back down when he heard steps outside, and glued himself to the wall, his gun pointed towards the door... He place one of his men at each side of the third door, and rested his hand on the knob, holding his gun with the other."

However, he ended up with an unintended use of his weapon... having discovered Bonvoisin, instead of shooting him, he "[held] held his gun by the barrel, and tried to hit him with the butt."

In Maigret and the gangsters [LOG], Maigret, who wasn't armed when he was followed by Cinaglia in the streets of Paris, decides to carry his gun when it turns into a fight... since the gangsters want to "play American style", he can use their technique: Maigret takes drastic measures and goes to arrest the gangsters at Maisons-Laffitte:

"Maigret... had taken an automatic from his drawer and was checking that it was loaded.... His pockets were weighed down with two automatic. [one was for Torrence]." And this time, Maigret would make use of his weapon... Cinaglia, who had see Maigret through the window, was about to shoot him "At the same moment, Maigret pressed the trigger of his own gun, and like in a Hollywood film, Charlie's gun fell to the floor, while his hand hung limp."

In Maigret's revolver, besides mentioning the famous American revolver, which "he had never used", we find also this sentence, said by the Chief Inspector to Alain Lagrange: "I'm unarmed... it's a mistake to think that all the inspectors and Chief Inspectors of the PJ are armed. In reality, they have no more right to be than any other citizen."

Finally, in Maigret and the Informer [IND], the Chief Inspector has to arrest Manuel Mori...

"A little later, Maigret returned to his office and did something unusual: he took his automatic from a drawer and slipped it into his pocket."

It's clear: Maigret only rarely uses a gun... essentially when it's an affair involving "tough guys", and above all for defense. Three shots for the entire corpus, including one into some inner tubes, we see easily that the Chief Inspector is not a believer in "strong arm tactics"...

Murielle Wenger
translation: S. Trussel
Honolulu, June 2010

original French


Prénom de Maigret – Maigret et les armes à feu

English translation

1) le prénom de Maigret:

J'ai déjà abordé le sujet dans un MoM. Voici quelques informations supplémentaires:

La première fois que le commissaire reçoit un prénom dans le corpus, c'est dans L'écluse no 1, lorsque Ducrau propose à Maigret de travailler pour lui, et qu'il dicte à une secrétaire une formule de contrat:

"Entre les soussignés Emile Ducrau et Maigret... Prénom ? ... et Maigret (Joseph), il a été convenu ce qui suit. A partir du 18 mars, M. Joseph Maigret entre au service de..."

Maigret s'est donc appelé d'abord Joseph... Il faudra attendre le début du cycle Presses de la Cité pour retrouve la mention d'un prénom: en effet, c'est dans Maigret se fâche que le commissaire se fait appeler – à son grand dam – Jules par un ancien condisciple de lycée, Ernest Malik. On retrouve ce prénom dans La première enquête de Maigret, employé par sa femme, et par Dédé le truand. Ensuite, ce sont les Américains (Maigret chez le Coroner) qui "forcent" le commissaire à avouer quel est son prénom:

"- Quel est votre prénom ?

Il ne pouvait pourtant pas leur dire qu'il n'en avait pas. Force lui était d'avouer qu'il s'appelait Jules. Alors son interlocuteur réfléchissait un moment.

- Oh ! yes... Julius !

Ils prononçaient Djoulious, ce qui lui paraissait déjà moins mal."

Le commissaire n'en a pas fini avec les tribulations à propos de son prénom: dans Les mémoires de Maigret, celui-ci raconte comment, jeune inspecteur, il s'est fait railler sur ce prénom par des prostituées. Voici un extrait du passage en question:

"Je n'aurais pas choisi [ce prénom] si on m'avait demandé mon opinion. Je n'en rougis pas non plus. [...] Un jour la scie commença – car cela devint tout de suite une scie. Je passais devant une de ces vieilles plantée à la porte d'un hôtel crasseux, quand je l'entendis me lancer en souriant de ses dents gâtées:

-Bonsoir, Jules!

Je crus qu'elle avait lâché le nom au petit bonheur, mais, un peu plus loin, j'étais accueilli par les mêmes mots:

-Alors, Jules ?

[...] Le fameux Jules fut intégré à une chanson qu'on se mettait à chanter ou à crier à tue-tête dès que je me montrais."

On retrouve la familiarité américaine dans deux autres romans: Maigret, Lognon et les gangsters, où le commissaire se fait appeler Jules par son collègue américain MacDonald, et Le revolver de Maigret, où, sur l'arme qu'il a reçue aux USA, est gravée l'inscription: To J.-J. Maigret, from his FBI friends.

"Pourquoi J.-J. Maigret ? [...] Les Américains, qui ont l'habitude d'user de deux prénoms, s'étaient informés des siens. Des deux premiers, heureusement: Jules-Joseph. [et voilà qu'on retrouve Joseph !] En réalité, il y en avait un troisième: Anthelme."

On retrouve la mention de Jules dans 4 autres romans: dans Maigret a peur, où la mère de Julien Chabot le reçoit en disant:

"C'est vous, Jules !

Depuis combien d'années personne ne l'appelait-il plus ainsi ?"

Dans Maigret aux Assises, le commissaire doit décliner son identité lorsqu'il témoigne à la barre:

"-Vos noms, prénoms, âge et qualité...

- Maigret, Jules, cinquante-trois ans, commissaire divisionnaire à la Police judiciaire de Paris."

Dans Maigret et l'affaire Nahour, c'est sa femme qui – exceptionnellement (voir le MoM cité plus haut) - l'appelle par son prénom dans la scène qui ouvre le roman. Enfin, dans L'ami d'enfance de Maigret, celui-ci est soulagé que Florentin se contente de le tutoyer, mais en l'appelant par son nom de famille.

Et pour terminer, signalons, que si "officiellement", Maigret se prénomme Jules-Amédée-François, comme le disent tous ses biographes, il faut savoir que cette combinaison de prénoms n'apparaît jamais dans le corpus... D'où vient-elle alors ? En réalité, la mention en est faite dans la préface écrite par Simenon en mars 1966 pour l'inauguration des éditions Rencontre...

J'aimerais encore, pour clore le sujet, poser la question suivante à Vladimir: il mentionne dans sa question qu'il a trouvé ce prénom de Jules dans Maigret et l'affaire Saint-Fiacre. Comme, en parcourant le corpus pour répondre à sa question, je n'ai pas trouvé le prénom mentionné dans ce roman, il m'intéresserait de savoir s'il l'a trouvé dans une traduction anglaise, et à quel endroit du texte.

2) Maigret et son revolver:

La question est effectivement intéressante. A première vue, on imaginerait que Maigret ne porte pas souvent une arme sur lui.... le genre "flic qui dégaine", ce n'est pas dans sa manière... En examinant le corpus, cette première impression se confirme: il est fait mention du revolver de Maigret dans 11 romans seulement du corpus. Il est aussi à noter que Maigret porte une arme surtout dans le cycle Fayard, le cycle littérairement le plus "policier", au sens classique du terme: Maigret est armé dans 5 romans sur les 19 de ce cycle. On peut dire encore que si Maigret est armé, il fait pourtant rarement usage de son arme. Entrons un peu plus dans les détails:...

Dans Pietr-le-Letton, Maigret poursuit Pietr sur les rochers de Fécamp, mais "sans songer à sortir son revolver". Dans Le Chien jaune, Maigret et Leroy observent la scène pathétique des retrouvailles entre Léon et Emma:

"Pourquoi Emma joignait-elle les mains ?... Elle parlait à nouveau... Son visage était déformé par une trouble expression d'effroi, de prière, de douleur, et l'inspecteur Leroy entendit Maigret qui armait son revolver. Il n'y avait que quinze mètres entre les deux groupes. Un claquement sec, une vitre qui volerait en éclats et le colosse serait hors d'état de nuire." Evidemment, Maigret ne tirera pas...

Dans La nuit du carrefour, c'est la scène où Mme Goldberg se fait abattre. Maigret se lance à la poursuite de l'auteur du coup de feu, et "tout en courant, le commissaire tirait son revolver de sa poche." Mais il ne tirera pas. Il ne fera usage de son arme que vers la fin du roman, lorsqu'il tirera sur les chambres à air du garage d'Oscar, qui contiennent de la drogue.

Dans Le fou de Bergerac, Maigret s'est lancé à la poursuite de l'inconnu du train:

"Hé! Là-bas... lui crie Maigret qui cherche son revolver dans sa poche. Il n'a pas le temps de le saisir. Il voit du rouge. Et il reçoit un choc à l'épaule avant même d'entendre la détonation." Cette fois, c'est Maigret lui-même qui essuie le choc d'une balle...

Dans Maigret, le commissaire prend en main la filature d'Audiat, mais il est suivi lui-même par la voiture d'Eugène:

"Il était trop tard pour faire demi-tour. Il ne le voulait pas d'ailleurs. [...] Sa seule précaution fut de prendre son revolver dans la poche de son pantalon et de l'armer." S'il ne tirera pas à ce moment-là, il le fera plus tard, lorsque, chez Cageot, celui-ci comprend qu'il s'est fait piéger par la ruse de Maigret:

"Maigret avait reculé lentement de façon à avoir le dos au mur. Au mot "téléphone", Cageot jeta un coup d'œil à l'appareil. Au même instant une détonation retentissait, une odeur de poudre brûlée emplissait la pièce, et un nuage bleuâtre s'étirait par terre. Maigret avait tiré. La balle avait atteint la main de Cageot, dont le revolver était tombé par terre."

Dans Maigret et son mort, lors de l'arrestation mouvementée de Bronsky, Maigret s'arme:

"Il prit son revolver dans le tiroir du bureau, s'assura qu'il était chargé, et Colombani le regardait faire avec un léger sourire.

-Tu me veux bien avec toi ? [...]

- Tu as ton pétard ?

- Je l'ai toujours en poche.

Maigret, non. C'était rare."

Mais le commissaire n'en fera pas usage, préférant tomber de tout son poids sur son adversaire.

Dans Maigret au Picratt's, lors de l'arrestation d'Oscar Bonvoisin, il a une arme, mentionnée d'abord à trois reprises pour ponctuer l'action:

"Il n'y avait aucun bruit, aucun signe de vie à l'intérieur. Le commissaire n'en tint pas moins son revolver à la main. [...] Il redescendait quand il entendit des pas dehors, et il se colla au mur, son revolver pointé vers la porte. [...] Il plaça alors un de ses hommes de chaque côté de la troisième porte et posa la main sur le bouton de celle-ci, tenant son revolver de l'autre."

Cependant, il finira par faire un usage détourné de son arme: ayant découvert Bonvoisin, au lieu de lui tirer dessus, il "[prit] son revolver par le canon, il essaya de frapper de la crosse."

Dans Maigret, Lognon et les gangsters, Maigret, qui n'est pas armé lorsqu'il est poursuivi par Cinaglia dans les rues de Paris, décide de s'armer quand cela tourne trop à la bagarre: puisque les gangsters veulent "la jouer à l'américaine", on va utiliser leur technique: Maigret prend les grands moyens et se lance dans l'arrestation des gangsters à Maisons-Laffitte:

"Maigret [...] avait pris un automatique dans son tiroir et était occupé à en vérifier le chargeur. [...] Ses poches étaient alourdies par les deux automatiques. [l'un des deux est destiné à Torrence]." Et, cette fois, Maigret fera usage de son arme: Cinaglia, qui a vu Maigret à travers la vitre, est sur le point de tirer sur lui: "Au même moment, Maigret pressait la détente du sien et, comme dans un film de Hollywood, l'arme de Charlie tomba sur le plancher, tandis que sa main pendait, désarticulée."

Dans Maigret et le revolver, à part la mention de ce fameux revolver américain, dont "il ne s'était jamais servi", on trouve encore cette phrase, dite par le commissaire à Alain Lagrange: "Je ne suis pas armé, c'est par erreur qu'on s'imagine que les inspecteurs et les commissaires de la PJ sont armés. En réalité, ils n'ont pas davantage le droit de l'être que les autres citoyens."

Enfin, dans Maigret et l'indicateur, le commissaire doit procéder à l'arrestation de Manuel Mori:

"Un peu plus tard, Maigret rentrait dans son bureau et faisait un geste qui ne lui était pas habituel: il prenait son automatique dans un tiroir et le glissait dans sa poche."

On l'aura compris: Maigret ne fait usage que très rarement d'une arme: essentiellement quand il a affaire à des "gars du Milieu", et surtout dans un but de défense. Trois coups de feu en tout pour l'ensemble du corpus, dont un sur des chambres à air, on reconnaîtra bien par là que le commissaire n'est pas un adepte de la "méthode forte"...

Murielle Wenger

English translation

Home   Bibliography   Reference   Forum   Plots  Texts   Simenon   Gallery   Shopping   Film   Links