Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Ciné-Révélation
N° 216, pp 20-25
May 22, 1958

 

Maigret tend un piège

Maigret sets a trap

Page   1   2   3   4   5   6  


"This is insane!"

"You are a monster Mme Maurin! It was you, by suffocating him, who made this aberration that is your son. You turned him into a half-wit. Because he is not like others."

 
—C'est insensé !

—Vous êtes un monstre Mme Maurin ! C'est vous qui avez fait, en l'abrutissant, cet anormal qu'est votre fils ! Vous en avez fait un demeuré ! Car il n'est pas comme les autres !

He turns his harsh gaze on the impassive Yvonne.
"And you, you took up the torch! By getting married he merely exchanged one female for another! But as he didn't dare to kill you, thinking himself to blame, he made up for it on those poor girls."

"Which of you loves him more? Which of you killed while he was here, to clear him?"

 
Durement, son regard se pose sur Yvonne impassible.
—Et vous, vous avez repris le flambeau ! En se mariant il n'a fait que changer de femelle ! Mais comme il n'a pas osé vous tuer, se jugeant trompé, il s'est rattrapé sur de pauvres filles.

—Laquelle de vous l'aime le plus ? Laquelle a tué durant qu'il était ici, pour l'innocenter ?

The mother's voice rises madly:
"I did! He is my child! I had the right!"
But the tone of Yvonne, small, quiet, determined, speaks louder than this shout.
"No, I did it... rue de Jarrente... the victim's dress was white with the blue stripes. You can take my deposition. I won't retract it. I always see things through to the end..."
 
La voix de la mère s'est follement élevée :
"C'est moi ! C'est mon enfant ! J'avais le droit !"
Mais le timbre d'Yvonne, calme, menu, déterminé, a couvert ce cri.
—Non, c'est moi... rue Jarrente... la robe de la victime était blanche avec des raies bleues. Vous pouvez prendre ma déposition. Je ne me rétracterai pas ! Je vais toujours jusqu'au bout des choses...

In the Barberot butcher shop, Mauricette is doing the housework, singing to herself, when the sudden sound of a sliding bolt makes her shudder.
"Monsieur Marcel! What are you doing here? What have you taken?"

"Mauricette... this way... they can't come in..."

 
Dans la boucherie Barberot, le bruit d'un verrou poussé fait brusquement tressaillir Mauricette qui chantonnait en faisant le ménage.
—Monsieur Marcel ! Que faites-vous là ? Qu'est-ce qui vous prend ?

—Mauricette... comme ça... ils ne viendront pas...

Clinging to the bars of the grill, she cries under his demented look.
"Don't cry... Don't you want to? Why not? Why not?"
 
Accrochée aux barreaux de la grille, elle hurle sous ce regard de dément.
—Ne crie pas... Tu ne veux pas ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Stumbling over the bucket, she falls on the tiling while attempting to get to the door.
"Monsieur Marcel, be kind... let me be... I implore you... let me be..."

"Why don't you ever want to?"

 
Butant dans un seau, elle tombe sur le carrelage en tentant de gagner la porte.
—Monsieur Marcel, soyez gentil... laissez-moi... je vous en supplie... laissez-moi...

Pourquoi tu ne veux jamais ?

But this imploring voice, instead of softening him, suddenly revives in Marcel all his hatred and disgust. Nimbly, he seizes a knife and Mauricette faints in terror...
 
Mais cette voix suppliante, au lieu de l'attendrir, a fait soudain retrouver à Marcel toute sa haine et son dégoût. Prestement, il a saisi un couteau et Mauricette s'évanouit d'épouvante...

Drawing the madman from his contemplation of the prone body, a strong voice, like a call to order...
"Marcel!... Marcel!..."
 
Arrachant le fou à sa contemplation de ce corps étendu, un timbre retentit, tel un rappel à l'ordre.
—Marcel !... Marcel !...

Slowly, as if in spite of himself, Marcel moves away from the inert Mauricette.
"Marcel, give me the knife!"

"No... No..."

 
Lentement, comme malgré lui, Marcel s'éloigne de Mauricette, toujours inerte.
—Marcel, donne-moi ce couteau !

—Non... Non...

Maigret seizes his hand through the bars. But he knows that Marcel can escape him and... kill again.
"Give it to me... You promised to behave like a man! Because you are a man, I know it!"

"Let me alone! No!"

 
Maigret lui a saisi la main à travers les barreaux. Mais il sait que l'autre peut lui échapper et... tuer encore.
—Donne-le moi... Tu m'as promis de te conduire comme un homme ! Car tu es un homme, moi je le sais !

—Laissez-moi !... Non !...

"Marcel collapses in tears. On the grill the ring of metal against metal, the knife seized by Maigret.
"There, that's better... you're being reasonable..."

"Why doesn't she want to? Why does she never want to?"

 
En pleurant, Marcel s'effondre. Sur la grille, un bruit de métal grince : celui du couteau dont s'empare Maigret.
—Là, c'est bien... tu es raisonnable...

—Pourquoi elle ne veut pas ? Pourquoi elle ne veut jamais ?

A few minutes later, an ambulance arrives to take Marcel away. Maigret moves off. The tiredness, a kind of nausea, makes him nearly swoon, when Lagrume joins him.
"Monsieur Commissioner, for the report, what should I do? "
But Maigret continues to walk without seeing him.

In a moment, he will raise his face to the deluge of rain that falls on Paris, as if to erase the memory of these nightmare hours that his profession has obliged him to live.

THE END
 
Quelques instants plus tard, une ambulance arrive. Elle va emmener Marcel. Maigret s'éloigne. La fatigue, une sorte de nausée, le font presque chanceler, quand Lagrume le rejoint.
—Monsieur le divisionnaire, pour le rapport, que fait-on ?
Mais Maigret continue de marcher sans le voir.

Dans un instant, il va offrir son visage à la pluie diluvienne qui s'abat sur Paris, comme pour faire disparaître jusqu'au souvenir de ces heures de cauchemar que son métier l'a obligé à vivre.

FIN


Page   1   2   3   4   5   6  

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links