Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Ciné-Révélation
N° 216, pp 20-25
May 22, 1958

 

Maigret tend un piège

Maigret sets a trap

Page   1   2   3   4   5   6  


Yvonne is brought in to Maigret.
"So, you hid from me that your husband knew everything... your adventure with Jojo... Jojo... was it on May 1st that you first knew him?"

"It's possible."

 
Yvonne, elle est introduite auprès de Maigret.
—Dites-moi, vous m'avez caché que votre mari sait tout... votre aventure avec Jojo... Jojo, c'est bien le 1er Mai que vous l'avez connu ?

—C'est possible !

"And on the first of May, did your husband have a violent reaction? Of course, he didn't have any right to, what with his mistresses..."

"He didn't know about him that day — not until the day before yesterday... The more unfaithful men are, the less they can admit to being deceived!"

 
—Et ce premier Mai, votre mari a eu une réaction violente ? Au fond, il n'en avait pas le droit, avec ses maîtresses...

—Il ne l'a pas su ce jour-là, mais, avant-hier seulement... Plus les hommes sont volages, moins ils admettent qu'on les trompe !

"Your husband never had any mistresses! You know better than I that he is incapable! He's not even capable of being your husband! So what did he do on May 1st?"

"This is all contemptible! I don't have anything to tell you!"

 
—Votre mari n'a jamais eu de maîtresses ! Vous savez mieux que moi qu'il est en incapable ! Il n'est même pas capable d'être votre mari ! Allons, qu'a-t-il fait le 1er Mai ?

—Tout cela est ignoble ! Je n'ai rien à vous dire !

Maigret lets the young woman go, then has them bring in Marcel, already nervously exhausted by the successive cross-examinations he's undergone. Lulled by the Commissioner's amiability, the cat and mouse game is played out... a sudden hint of freedom... then a tightening of the grip...
"Ah! This burglary! Janvier, let Mme Maurin know — we'll just need her husband for another quarter of an hour..."

"Yes, my wife must be wondering..."

 
Maigret a libéré la jeune femme, puis fait appeler Marcel, déjà nerveusement épuisé par les interrogatoires successifs, subis. Sous la bonhomie du commissaire, perce l'ardeur cruelle du chat devant la souris... espoir soudain de liberté laissée... puis étreinte resserrée.
—Ah ! Ce cambriolage ! Janvier, prévenez Madame Maurin. Nous en avons pour un petit quart d'heure... Et son mari rentrera...

—Oui, ma femme va se demander...

But the arrival of his mother, Mme Maurin, is announced, and she appears in the office like a wolf defending her cub.
"You don't have to worry any more, my dear, your mother is here! I've come to get you. Or must I call Barrister Liotard! Do you know him?"

"Very well... a fine mouthpiece..."

"Calm down, mother! I don't need a lawyer..."

 
Mais on annonce l'arrivée de Mme Maurin mère qui, telle une louve, paraît dans le bureau.
—Mon chéri, ne crains plus rien. Ta mère est là ! Je suis venue le chercher ! Sinon, j'appelle Maître Liotard ! Vous connaissez ?

—Très bien... bel organe...

—Calme-toi, maman ! Je n'ai pas besoin d'avocat...

"Come on, Marcel! We don't have anything to do here! You intend to keep him? Mr. Liotard will get him out, and with your apologies! That, I promise you!"
 
—Viens, Marcel ! Nous n'avons rien à faire ici ! Vous le gardez ? Maître Liotard le fera sortir, et avec des excuses ! Ça, je vous le promets !

Mme Maurin leaves. The telephone rings. It's Lagrume. He's learned the name of the customer who bought the suit at Lavigne's three years ago - Émile, Marcel's father. Maigret returns to Marcel.
"They've found your father's suit, the one your mother gave you after your botched attempt, the evening of the reconstruction. Because, hounded, you went to her place. Your jacket was missing a button, so she had you change your suit. Come on, tell me about it."

"Let me leave!"

 
Madame Maurin est sortie. Le téléphone sonne. C'est Lagrume. Il a retrouvé le nom du client qui acheta, il y a trois ans, le costume chez Lavigne : Émile, le père de Marcel. Et Maigret revient à Marcel.
—On a retrouvé le costume du papa, celui que votre mère vous a donné après votre coup raté, le soir de la reconstitution. Car, traqué, vous êtes monté chez elle. A votre veste, il manquait un bouton. Alors, elle vous a fait changer de vêtement. Allez-y, parlez.

—Laissez-moi partir !

"Marcel, look at me. Did they make you unhappy? Your mother, your wife, Mauricette who slapped you... And wasn't it to say "NO" to all of them that you killed, May first and the other times..."

"I didn't kill anyone! I tell you I didn't kill anyone!"

 
—Marcel, regarde-moi. Elles t'ont rendu malheureux, hein ? Ta mère, ta femme, la Mauricette qui t'a giflé... Et c'est pour leur dire "NON" à toutes que tu as tué, le premier Mai et les autres fois...

Je n'ai pas tué ! Je vous dis que je n'ai pas tué !

But through Marcel's sobs comes the ringing of the telephone once more. Another woman has just been killed in the Marais! And Maigret and Lagrume hurry toward the scene of this new crime.
"It's impossible!... The suit... everything... it's impossible that it's not him!
 
Mais, parmi les sanglots de Marcel, une fois de plus la sonnerie du téléphone retentit. Une autre femme vient d'être tuée dans le Marais. Et Maigret et Lagrume se précipitent vers les lieux de ce nouveau crime.
—C'est impossible !... Le costume... tout... c'est impossible que ce ne soit pas lui !...

Already the forensic doctor is leaning over the victim.
"Three knife blows... the lacerations are different, and she's been stabbed in the back... not in the chest..."
 
Déjà le médecin légiste est penché sur la victime.
—Trois coups de couteaux... les lacérations sont différentes et elle a été frappée dans le dos... non dans la poitrine...

Maigret finds himself the butt of sarcasm for his "mistake". He frees Marcel, but not admitting defeat, he summons Yvonne Maurin and her mother-in-law.

When the young woman enters the room where Mme Maurin is waiting, their only exchange is a long look of hatred.

 
Maigret se voit abreuver de sarcasmes pour son "erreur". Il libère Marcel mais, ne se tenant pas pour battu, il convoque Yvonne Maurin et sa belle-mère.

Quand la jeune femme pénètre dans la pièce où se tient déjà Mme Maurin, leur seul échange est un long regard de haine.

The same silent, implacable hate reigns when Maigret enters suddenly and sits down.
"Well, ladies, listen to the good news: your darling is free. He is going to be able to take up his killing again. Because he has already killed four times and you know it — Marcel is the killer of the Marais!
 
La même haine silencieuse, implacable, règne quand Maigret entre brusquement et s'assied.
—Mesdames, écoutez la bonne nouvelle : votre chéri est libre. Il va pouvoir recommencer à tuer ! Car il a déjà tué quatre fois et vous le savez ! Le tueur du Marais, c'est lui !


Page   1   2   3   4   5   6  

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links