Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Ciné-Révélation
N° 216, pp 20-25
May 22, 1958

 

Maigret tend un piège

Maigret sets a trap

Page   1   2   3   4   5   6  


So this monster who terrorizes an entire district becomes his personal enemy. Humiliated and challenged by him, Maigret won't find any peace until he has him. And for that, he starts to lay his trap. First, he pretends to have made an arrest...

Then, the police receive orders to spread doubt among the journalists...

"Is he a suspect? Did he confess?"

"I saw Lagrume. He's from the Marais district... And since it's Lagrume..."

"Let us by! You'll see soon enough!"

 
Et ce monstre qui terrorise tout un quartier devient pour lui un ennemi personnel. Humilié, défié par lui, Maigret ne trouvera de repos que lorsqu'il l'aura arrêté. Et, pour cela, il commence à tendre son piège. D'abord, il arrête un faux coupable.

Puis, les policiers ont ordre de semer le doute dans l'esprit des journalistes présents.

—C'est un suspect ? Il a avoué ?

—J'ai aperçu Lagrume. C'est le quartier du Marais... Et du moment qu'il y a Lagrume.

—Laissez passer ! Vous verrez bien !

Then Maigret puts young women out onto the streets, police helpers — all brunettes, all slightly chubby, as were the victims.
"What should we do?"

"Just walk! Criss-cross the district at nightfall. No one must know, not even your families. This is not a joke! He's already killed four times.

 
Puis Maigret va lancer par les rues des jeunes femmes, des assistantes de police. Elles sont brunes potelées, comme l'étaient les victimes.
—Que doit-on faire ?

—Vous promener ! Sillonner le quartier à la nuit tombante. Personne ne doit savoir, pas même vos familles. Ce n'est pas une plaisanterie ! Il a déjà tué quatre fois.

The following evening, Marthe, one of Maigret's young women, walks a narrow street in the Marais, stiff with fear.

And in a dark recess, two gloved hands grip a dagger...

The man leaps, but Marthe gets a hold on her aggressor. A howl erupts from his throat!

 
Le soir suivant, Marthe, une des femmes de Maigret, s'avance, raidie par la peur, dans une rue étroite du Marais... Et, dans un renfoncement obscur, deux mains gantées de clair se crispent sur un poignard...

L'homme a bondi, mais Marthe s'est agrippée a son agresseur. Un hurlement sans fin a jailli de sa gorge !

The killer flees, leaving in the hands of Marthe, unscathed, one of his buttons, pulled off during the struggle. From everywhere, agents emerge. But once again, the killer is gone.
"My God, at last! He can't have vanished into thin air! All the streets were guarded. Surround everwhere. Search all the buildings! He's in there, he couldn't have gotten away!
 
Le tueur s'est enfui, laissant entre les mains de Marthe, indemne, un bouton qu'elle lui a arraché dans la lutte. De partout, des agents surgissent. Mais une fois de plus, l'assassin a filé.
—Enfin, bon Dieu ! Il ne s'est pas volatilisé ! Toutes les rues étaient gardées. Cernez tout ça. Visitez tous les immeubles ! Il est là-dedans, il n'a pas pu repartir !

Meanwhile, in a nearby street where the reconstruction of Marguerite Juteaux's murder was made, Inspector Lagrume is struck by the strange attitude of an unknown young woman among the onlookers.

He follows her to the basement of a café where she makes a phone call, and stands nearby to listen in...

"Hello, Marcel? Don't wait up for me. I'm with the Martin-Prévels. We've gone to a night spot. Theresa sends her love. Good night, dear."
 
Cependant, dans une rue très proche, a eu lieu la reconstitution du meurtre de Marguerite Juteaux. L'inspecteur Lagrume est frappé par l'étrange attitude d'une jeune femme inconnue, qui se tenait parmi les curieux.

Il l'a suivie jusqu'au sous-sol d'un café où elle téléphone. Écoutant sans discrétion, sa voix lui parvient.

—Allo, Marcel ? Ne m'attends pas. Je suis avec les Martin-Prével. On finit dans une boîte. Thérèse t'embrasse. Bonne nuit, chéri.

Shortly after, in a nightclub, she dances closely with a man. Though probably just a woman deceiving her husband, Lagrume cannot forget her tense look a little earlier, at the wicker model dressed in Marguerite Juteaux's clothes.
 
Peu après, dans une boîte de nuit, elle danse, serrée contre un homme qu'elle a rejoint. Sans doute n'est-elle qu'une femme qui trompe son mari, mais Lagrume ne peut oublier son visage tendu, tout à l'heure, vers ce mannequin d'osier portant les vêtements de Marguerite Juteaux.

And when she reaches the quai de Blériot building where she apparently lives, Lagrume gets to her door at the same time.
"Are you going to follow me into in my own home? Is my husband paying you? I can pay you too! How much? No? Then do whatever you want!"
 
Et quand elle regagne l'immeuble du quai Blériot où elle paraît habiter, Lagrume est en même temps qu'elle à sa porte.
—Allez-vous me suivre jusque dans ma propre chambre ? C'est mon mari qui vous paie ? Je peux vous payer aussi ! Combien ? Non ? ... Après tout, faites ce que vous voulez !

Is this trail worth anything? Lagrume phones Maigret...
"Yes... a nightspot... then a hotel... But she seemed so bizarre... She is called Maurin, Yvonne Maurin. Yes, quai de Blériot..."
 
Cette piste vaut-elle quelque chose ? Lagrume téléphone à Maigret...
—Oui... boîte de nuit... ensuite hôtel... Mais elle m'a paru si bizarre... Elle s'appelle Maurin, Yvonne Maurin. Oui, quai Blériot...

Maigret jumps on hearing the name. Because in the rue de Turenne, above the butcher shop the murder weapon came from, is the home of a certain widow Maurin.

He goes to join Lagrume.

"To live here and to offer herself to a gigolo in a furnished room in the Etoile...! Should we go up now? It's hardly 6:00..."

"It's the best time to go to the fishing! Let's go!"

 
Maigret sursaute en entendant ce nom. C'est que, rue de Turenne, au-dessus de cette boucherie d'où provient l'arme du crime, demeure une certaine Mme Veuve Maurin.

Aussitôt, il rejoint Lagrume.

—Habiter ici et s'offrir un gigolo dans un garni de l'Étoile ! ... On y va tout de suite ? Il est à peine six heures...

—C'est la meilleure heure pour aller à la pêche ! Allons-y ! ...

It seems to them that Yvonne Maurin is on the verge of tears. What interest do the police have in her private life?
"Were you in the place des Vosges last night? If we could come in, we could talk more easily."

"But, there's nothing to it! I ate at my mother-in-law's, in the rue de Turenne. I was born in that district and met my husband there... Come in..."

 
A leur vue, Yvonne Maurin paraît sur le point d'éclater en sanglots. En quoi sa vie privée intéresse-t-elle la police ? ...
—Vous étiez cette nuit place des Vosges ? Si nous entrions, nous pourrions en parler !

—Mais, c'est tout simple ! J'ai dîné chez ma belle-mère, rue de Turenne. Je suis née dans ce quartier et y ai connu mon mari... Entrez...

"My husband is still asleep... He's an architect. He made this model last night — he works too much for his health. I didn't wake him up."

"I am going to ask you to do so. Don't worry... nothing to do with our little secret... a simple request for information."

 
—Mon mari dort encore... Il est architecte. Cette nuit, il a fait cette maquette. Il travaille trop pour sa santé. Je ne l'ai pas réveillé.

—Je vais vous demander de le faire. Non... rien à voir avec nos petits secrets... une simple demande de renseignements...

In a while, Marcel Maurin appears. With ironic good grace he answers Maigret's questions.
"Certainly, I've heard about the crimes in the Marais... Do I know Barberot's butcher shop? Yes..."
 
Peu après, Marcel Maurin apparaît. Avec une bonne grâce ironique, il répond aux questions de Maigret.
—Certes, j'ai entendu parler des crimes du Marais... Si je connais la boucherie Barberot ? Oui...


Page   1   2   3   4   5   6  

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links