Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   French  

Maigret of the Month: Le voleur de Maigret (Maigret's Pickpocket)
7/8/09 –

1. Simenon and the cinema: from the illusion of glory to the disillusion of reality

Beyond the intrigue surrounding this criminal who "believed that he was smart", Ricain, this novel swings between the evocation – always more present as we advance through the chronology of the corpus – of Maigret's memories, and the evocation of the slightly artificial world of the cinema... We have the impression that Simenon, here, had wanted, albeit with discretion, to settle accounts with this milieu. We know that the relationship that the author had with the cinema had been far from simple. Attracted since his youth by the ambiance of movie halls, the author would soon discover "the other side of the screen", with regard to the experience he would have with the first cinematographic adaptations of his novels. The commercial failures of the first films (La nuit du carrefour, Le chien jaune, La tête d'un homme) diverted him from wanting to produce his own cinematographic adaptation, but that didn't stop him from profitably managing the financial returns on the adaptation rights he granted. His relationship with the grand screen had its highs and lows... some friendly encounters (Jean Renoir, Fellini, Michel Simon and Jean Gabin), the presidency of the jury of the Cannes Festival in 1960... But there was also his reticence the see the adaptations of his work on the screen, which he sometimes exposed,

"In writing a novel, I see my characters and know them down to the smallest detail, including what I don't describe. How can a director, or an actor, portray this image which only exists in me? Not by my descriptions, always short and summary, since I want to leave the reader in charge of using his own imagination." (in Mémoires intimes).

If you'll join me, let's look through several autobiographical texts drawn from the Dictations, to lay the groundwork for following the intrigue of the first Maigrets adapted to the cinema.

Saturday, August 15, 1931, Simenon is in Deauville for a book-signing of his first Maigrets...

"That August 15... I'd just gotten my first four or five Maigrets published. I wasn't expecting a thundering success. I myself called them "semi-literature". At that time ... every August 15, Librairie Hachette set up near the boardwalks of Deauville and Bar du Soleil, and invited the best-seller of the year to come sign his books in public, on a table set up outside, facing the bookstore. To my great astonishment I had been chosen that year, and I admit that I was pretty excited about it. I went to Deauville, not by train, nor by car, but aboard my boat, the Ostrogoth, which had just crossed the North Seas, waiting to anchor at Morsang, a little north of Corbeil and near a lock with a pretty name, la Citanguette. So I had come down the Seine and I was anchored in the yacht harbor. I remember that I was wearing an extraordinary canary yellow shirt with thin blue stripes. ... I signed, signed, signed, as if I were an intimate friend of all those who brought me their copies. ... This passion, born in so little time, dazzled me, I admit, and I lived the rest of that August 15 as if in a dream. ... And that was the only time in my life when I let myself get caught up in vanity. ... I was very young, not yet 30. I don't deny that the blood had rushed to my head. ... My basic store of realism quickly cured me of this flash of what I could call notoriety. Two days later, the Ostrogoth left the sumptuous port of Deauville and I set off to moor, some 30 or 40 km. from there, in a little fishing port, Ouistreham, where I no longer rubbed shoulders with bankers, industrialists and nobility, but with simple fishermen. ... One fine morning I saw a Bugatti stop in front of my boat, and an already rather corpulent man get out. It was Jean Renoir, who has become not only a friend, but like my brother, and who came to buy the rights for my first film, La Nuit du carrefour. He was followed by many others. But this meeting with Jean Renoir, all of whose films I'd passionately watched ... profoundly marked my future years. I no longer agree to do book signings, especially outdoors on the most snobbish beach in the world. That August 15 and the days which followed, nonetheless marked a stage of my existence." (in Vacances obligatoires)

So this is how the first Maigret film was born...

"I've spoken elsewhere of the birth of Maigret. It was at Deauville ... that he received his confirmation. I didn't stay long in Deauville, maybe two or three days, then back at sea with the hope of finding a peaceful port to continue the 10 or 12 Maigrets which I'd been contracted to write. I wound up discovering the port of Ouistreham ... . One morning, after I'd finished writing my chapter, I was on the bridge of the Ostrogoth when I saw a racing Bugatti arrive like a whirlwind, and stop right at the edge of the gangway with a great screeching of brakes. ... A man, a little older than me, jumped out and headed my way. He had a face that I would call angelic, if somewhat chubby, and goodness oozed from his entire being. He walked towards me, kissed me on both cheeks and said, "Simenon... finally!" It was Jean Renoir ... His first question was "Are the film rights available for La Nuit du carrefour?" We were still at the first Maigrets published. No one had proposed to adapt them for the movies. My heart was beating strongly. I said yes, naturally. To be adapted by Jean Renoir, whom I admired more than all the other directors of the epoch... I would happily have given him the rights for nothing. ... We talked for a long time. And the more we talked, the closer we felt to each other. A friendship, or rather an affection which has not changed in more than 50 years.

Jean Renoir directed the first Maigret. It wasn't one of the two or three big agencies of the time who financed it, but a producer with a name ending in "sky", with whom the disputes were not slow in coming. Without asking for them, I received very substantial rights... 50,000 francs [of that time]. As for Maigret, he was interpreted by Jean's elder brother, Pierre Renoir, who, in my opinion, was the best Maigret. Pierre Renoir ... had understood that a principal Chief Inspector of the PJ is a civil servant. He acts and dresses as a government employee, always maintaining his dignity, his look steady and inquisitive. ...

The filming had to be interrupted numerous times for lack of funds. ... Editing ended some months later, a low water period with regard to money. They showed the film. ... But after the showing, the film people came to me to ask exactly what the plot was. ... The holes corresponded to the low water periods of Mr. "sky". And so he brought me into his office and said, "It seems that people don't understand everything. I've come up with a way to remedy that. After the credits, you'll appear in close-up and explain the story. After that, you'll return from time to time to clarify this or that sequence." ... He offered me 50,000 francs for that work. 50,000 francs which he'd probably pay me with a bad check, for in the cinema then they often paid with bad checks. I refused, of course." (in Point-Virgule)

Let's follow some other films...

"There would be no lack of offers for film adaptations. In a few months, there were three films in progress, counting that of Jean Renoir: Le Chien jaune, by Jean Tarride ... The new Maigret was Abel Tarride, an enormous man who played a little like they used to play at Porte Saint-Martin. Then there was La Tête d'un homme, with again a different Maigret, Harry Baur. I fled Paris, through which I was passing after leaving Normandy, and, driving my car, I reached the Côte d'Azur. Cap d'Antibes was hardly populated. ... Feeling cocky over the success of my Maigrets and the sale of the rights of my three films, I rented an immense villa... These three devils of films were going to follow me there. It was Jean Renoir who came first to ask me to do the scenario and dialogues for La Nuit du carrefour. That took almost a month, but that wasn't all I did. Rising early in the morning, I first wrote a chapter of a Maigret, for my contract with Fayard required a regular production. ... From the time [Renoir] was there, I dictated the scenario and dialogues, and we discussed everything with Jean. ...

After Jean Renoir, it was Jean Tarride who arrived with the goal of having me write the scenario and dialogues for Le Chien jaune. Unlike the preceding Jean, his was not a great mind, and the work with him was even more painful as he spoke slowly and was a snob to the tip of his toenails. It was he who had placed his father, Abel Tarride, in the role Maigret. Now, Abel Tarride played in the theater what are called "chubbies". He had an enormous belly, and jowls. He was more likely to get a laugh than to represent the Police Judiciaire.

The third scenario, dialogues included, I wrote by myself... That was La Tête d'un homme, which a big film producer had asked me to personally direct. Having finished the scenario, I should have returned to Paris ... to select the actors there, and to get ready for production. ... I needed a Maigret. I don't often go to the theater, nor to the movies. I ended up choosing Harry Baur. The producers had told me, "You have free rein to chose the artists and establish their characters." Which I naively did. The producers obligingly signed the contracts I'd set up... From there on, another mechanism came into play. Every day I'd receive one of my actors, furious, waving under my nose the bad checks he'd received. I tried to straighten things out, but I couldn't get the checks paid. So, in a burst of anger... I announced to the producer that I would not direct the film that was about to begin. I packed my bags, and, with Tigy, left for Equatorial Africa. It was my late friend Julien Duvivier who had the courage to take up once more La Tête d'un homme, and he was able to get back a certain number of my discouraged actors, including Harry Baur, who thus became the third Maigret. ... I nonetheless discovered that the Paris cinema was worth nothing to me and I preferred the tropical bush. And I also made a decision, which I stayed true to for more than five years... to no longer grant any film rights to my novels, no matter how high the fees proposed to me by producers." (in Point-Virgule)

Disillusioned, Simenon no longer risked doing the adaptations of his novels himself, and if he eventually reversed his decision and granted film rights again, we can no doubt find the reason in this explanation which he gives in a letter to Gaston Gallimard, cited in Assouline's biography... "From now on I'll ask of cinema the pecuniary equivalent of what I get from the publication of my novels as serials."

Simenon would still retain a certain resentment towards the world of cinema... If he has his Chief Inspector enjoy the little halls where you can wrap yourself in human warmth, and delight in an old western, a Chaplin film, or Laurel and Hardy, he will also pit Maigret against the producer Bronsky, with the predestined name, who is in reality the head of the Czech gang (MOR), and the far from glamorous group at the Vieux-Pressoir (VOL), of whom not a single member is portrayed in a favorable light... Small vengeance, admittedly trivial, but no doubt somewhat soothing...

2. Guessing game for a few corpses...

"Near a couch transformed into a bed for the night, a woman was stretched out on the Moroccan rug with multi-colored designs, with blue-bottle flies swirling and buzzing around her." (end of the first chapter);

"a huddled body, dressed in a flowered silk bathrobe, a slipper still hanging from one foot." (Ch. 2)

That's how Sophie Ricain appeared to us in two sentences, in a decor posed by the author in a few characteristic details. No need for a long description to have us "feel" the picture of this woman transformed into a corpse...

Fellow Maigretphiles, would you like to play a little game? I've located for you in the corpus several descriptions of cadavers discovered by Maigret in the course of his investigations. Can you recognize them?

  • women:

    1. "She was wearing only a cream-colored silk dress and white suede shoes which were rather more beach shoes than town shoes. The dress was crumpled, but with no trace of mud. Only the tip of the left shoe was still wet at the time of the discovery. ... Her earrings were two genuine pearls... Her bracelet, in gold or platinum ... had the mark of a Place Vendôme jeweler. Her hair was brown, wavy, cut very short in the back and on the sides. As for her face, disfigured by the strangulation, she must have been remarkably pretty."

    2. "A strange corpse... a plump little old woman, heavily made up, with pale blond hair, overly bleached, but with the white roots still visible... a red bathrobe, and a stocking, only one, on the leg which hung off the bed."

    3. "On the white goatskin rug, at the foot of the bed ... a body was stretched out, a black satin dress, a very white arm, hair with copper highlights... next to a foot still in its high-heel shoe, a shoeless one, whose toes could be seen through a silk stocking splattered with mud, with a run from the heel to the knee."

    4. "In the corner of a yellow sofa, a young woman with brown hair was strangely folded over, with a large dark red stain on her robe. ... She was leaning towards the right, and her head hung down, her hair almost touching the rug."

    5. "The young woman was lying on her right side, one cheek on the wet sidewalk, one of her feet shoeless... It was somehow unexpected to see her toes through the silk stocking. She was wearing a pale blue satin evening dress, and, perhaps because of the way she was lying, her dress seemed too big for her."

    6. "When the door of the cabinet was opened, it revealed the body of a woman, entirely nude, which must have been folded in half to get it into the cramped space."

    7. "She was wearing an almond green spring dress... After the blow, she must have slid from her chair, and her body had folded up on itself, strangely twisted. Her throat was open, and she had lost a considerable quantity of blood, which must have still been warm... The Chief Inspector, in spite of himself, looked at the face of the young girl, her glasses askew, her eyes blue and fixed. "

    8. "The old woman seemed even more tiny dead than alive. It was just a little body with the legs strangely folded, in a way which gave her the look of a disarticulated puppet. ... Her face and hands were an ivory white."

  • men:

    1. "On the ground, a body was slumped, folded in two, strangely contorted. ... He straightened the torso [of the corpse], saw, on the chest, on the shirt and jacket, traces of burns from a gunshot fired at close range, making a great dark stain, mixed with purplish blood."

    2. "Dead, the young man was even more pitiful than when he was alive. You could see the holes in the soles of his shoes, and his pants had ridden up when he fell, uncovering an improbable red sock, a pale and hairy shin."

    3. "After which, the technicians carefully removed the knife... and the body was finally turned over. We could then see the face of a man of 40 or 50 whose sole expression was one of astonishment. He hadn't understood what had happened to him. He died without understanding. ... His clothes were clean, decent. He was wearing a dark suit, a light beige overcoat, and his feet, strangely twisted, were in light brown shoes"

    4. "The red stripes of his pajamas emphasized even more his contortion. You would say that he had collapsed while walking on all fours, and he was all twisted, his arms straight out, hands strained, as if, in a final effort, he had tried to reach the revolver which was also on the ground, less than a foot from his fingers."

    5. "A bullet had entered his right eye, shattering his skull, and, judging by the tears in his black velvet dressing gown, and the bloodstains, other projectiles had reached his body in several places."

    6. "The man was young. He appeared to be hardly 20, wearing a suede jacket, and his hair was long in back. He had fallen forward and the back of his jacket was plastered with blood..."

    7. "His chest was covered with clotted blood, but his face remained calm. His clothes were those of a clochard and contrasted with the dead man's face and hands. He was fairly old and had long silver hair, with bluish highlights. ... He had a white moustache, slightly curled, and a goatee, also white, Richelieu style. Aside from that, he was close-shaven, and Maigret had another surprise in discovering that the dead man's nails had been carefully manicured."

    8. "Maigret approached the body, and it seemed strange to him to be looking down on him like that. He was wearing a dinner jacket, as he did every evening, and a large bloodstain spread out on the front of his shirt."

Solutions:

  • women:
    1. Mary Lampson (PRO)
    2. Juliette Boynet (CEC)
    3. Arlette (PIC)
    4. Louise Filon (TRO)
    5. Louise Laboine (JEU)
    6. Eveline Jave (AMU)
    7. Antoinette Vague (HES)
    8. Léontine de Caramé (FOL)

  • men:
    1. Pietr Johannson (LET)
    2. Louis Jeunet (PHO)
    3. Louis Thouret (BAN)
    4. Xavier Marton (SCR)
    5. Armand de Saint-Hilaire (VIE)
    6. Antoine Batille (TUE)
    7. Marcel Vivien (SEU)
    8. Maurice Marcia (IND)

3. A badge

  • A beautiful silver badge, or more exactly, silver-plated bronze, for, with use, the thin coating of silver had not long hidden the red metal. On one side, Marianne in a Phrygian bonnet, the letters "RF" and the word "Police" framed in red enamel. On the reverse, the arms of Paris, a number, and, engraved in small letter, the name of the owner. Maigret's badge had the number 0004, the number 1 being reserved for the Prefect, 2 for the Director of the PJ, and 3, for some obscure reason, for the head of the Security Branch."(Ch. 1).

It was this badge that Maigret had had stolen by Ricain, along with his wallet. We know that Simenon, at the time of his 1952 trip, when he'd been invited to the PJ, received the same badge:

"April 18: Official reception at 36 Quai des Orfèvres, headquarters of the Judiciary Police, capped with a great luncheon. The writer is greeted like one of the family by the prefect and several inspectors and superintendents... The various men Maigret was modeled on have all retired, and the fireplace his hero liked to stir has been replaced by central heating. Before the novelist leaves, a silver badge, no., 0000, is issued in Maigret's name. Simenon will have it made into a key chain, and one day will use it to get the gendarmes off his back when he is stopped for speeding..."

(Pierre ASSOULINE, Simenon, biography, Julliard, 1992)

Here's an image of the famous badge:

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, July 2009

original French

Maigret of the Month: Le voleur de Maigret (Maigret's Pickpocket)
7/8/09 –

1. Simenon et le cinéma: de l'illusion de la gloire à la désillusion de la réalité

Outre l'intrigue autour de ce criminel qui "se croyait intelligent" qu'est Ricain, ce roman oscille entre l'évocation – toujours plus présente à mesure que l'on avance dans la chronologie du corpus – des souvenirs de Maigret, et l'évocation du monde un peu artificiel du cinéma: on a l'impression que Simenon, ici, a voulu, quoiqu'avec discrétion, régler quelques comptes avec ce milieu. On sait que les rapports de l'auteur avec le cinéma sont loin d'avoir été simples. Attiré dès sa jeunesse par l'ambiance des salles de cinéma, l'auteur découvrira bientôt "l'envers de la toile", à travers l'expérience qu'il fera des premières adaptations cinématographiques de ses romans. Les échecs commerciaux des premiers films (La nuit du carrefour, Le chien jaune, La tête d'un homme) le détournent de vouloir faire lui-même de l'adaptation cinématographique, mais cela ne l'empêche pas de gérer avec profit les rentrées financières des droits d'adaptation qu'il a cédés. Sa relation avec le grand écran connaît des hauts et des bas: quelques rencontres amicales (Jean Renoir, Fellini, Michel Simon ou Jean Gabin), la présidence du jury du festival de Cannes en 1960, mais aussi ses réticences à voir sur l'écran les adaptations de ses œuvres, où il se sent parfois trahi:

"En écrivant un roman, je vois mes personnages et les connais dans leurs moindres détail, y compris ceux que je ne décris pas. Comment un metteur en scène, un acteur pourraient-ils donner cette image qui n'existe qu'en moi ? Pas par mes descriptions, toujours brèves et sommaires, puisque je veux laisser au lecteur le soin de faire jouer sa propre imagination." (in Mémoires intimes).

Si vous le voulez bien, parcourons quelques textes autobiographiques tirés des Dictées, afin de poser quelques jalons pour suivre l'intrigue au sujet des premiers romans Maigret adaptés au cinéma.

Le samedi 15 août 1931, Simenon est à Deauville pour une séance de dédicaces des premiers Maigret:

"Ce 15 août-là [...], je venais d'achever et de publier mes quatre ou cinq premiers Maigret. Je ne comptais pas sur un succès foudroyant. Je les qualifiais moi-même de semi-littérature. A cette époque [...] chaque 15 août, la Librairie Hachette, installée près des "planches" de Deauville et du Bar du Soleil, invitait le best-seller de l'année à venir signer ses livres en public, sur une table en plein air, face à la librairie. A mon grand étonnement j'ai été choisi cette année-là et j'avoue que j'en ai été assez excité. Je suis allé à Deauville, non par le train ni en voiture, mais à bord de mon bateau l'Ostrogoth qui venait de parcourir les mers du Nord en attendant de s'ancrer près de Morsang, c'est-à-dire un peu au nord de Corbeil et à proximité d'une écluse au joli nom: la Citanguette. J'avais donc descendu la Seine et je m'étais ancré dans le port des yachts. Je me souviens que je portais une extraordinaire chemise jaune canari à fines rayures bleues. [...] J'ai signé, signé, signé, comme si j'étais un ami intime de tous ceux qui venaient me tendre leur livre. [...] Cette passion, née en si peu de temps, m'a ébloui, je l'avoue, et j'ai vécu le reste de ce 15 août comme dans un rêve. [...] Toujours est-il que c'est la seule fois de ma vie où je me sois laissé aller à la gloriole. [...] J'étais très jeune. Je n'avais pas trente ans. Je ne nie pas que le sang me soit monté à la tête. [...] Mon vieux fonds de réalisme m'a vite guéri de cette bouffée de ce que je pourrais appeler la notoriété. Deux jours plus tard, l'Ostrogoth quittait le somptueux port de Deauville et j'allais m'embosser, à trente ou quarante kilomètres de là, dans un petit port de pêche, Ouistreham, où je fréquentais non plus les banquiers, les industriels et la noblesse mais les simples pêcheurs. [...] Un beau matin, j'ai vu une Bugatti s'arrêter devant mon bateau, un homme déjà corpulent en descendre. C'était Jean Renoir, qui est devenu non seulement un ami, mais comme mon frère, et qui venait m'acheter les droits de mon premier film: La Nuit du carrefour. Celui-ci a été suivi de beaucoup d'autres. Mais cette rencontre avec Jean Renoir, dont j'avais vu passionnément tous les films [...], a profondément marqué mes années futures. Je n'ai plus accepté de séances de signatures, surtout en plein soleil, sur la plage la plus snob du monde. Ce 15 août-là et les jours qui ont suivi n'en ont pas moins marqué une étape dans mon existence." (in Vacances obligatoires)

C'est ainsi que va naître le premier film de Maigret:

"J'ai parlé par ailleurs de la naissance de Maigret. C'est à Deauville [...] qu'il a reçu comme sa confirmation. Je ne suis pas resté longtemps à Deauville, peut-être deux ou trois jours, puis j'ai repris la mer avec l'espoir de trouver un port tranquille afin de continuer la dizaine ou la douzaine de Maigret auxquels j'étais tenu par contrat. J'ai fini par dénicher le port de Ouistreham [...]. Un matin que j'avais fini d'écrire mon chapitre, j'étais sur le pont de l'Ostrogoth quand je vis arriver en trombe une Bugatti de course qui s'arrêta net au bord de la passerelle dans un grand grincement de freins. [...] Un homme, d'un peu plus que mon âge, sauta à terre et se dirigea vers moi. Il avait un visage que je dirais angélique, quoique poupin, et la bonté suintait de tout son être. Il marcha vers moi, m'embrassa sur les deux joues et me dit: "- Simenon... enfin !" Il s'agissait de Jean Renoir [...] Sa première question fut: "- Est-ce que les droits cinématographiques de La Nuit du carrefour sont libres ?" On n'en était qu'aux premiers Maigret publiés. Personne ne m'avait proposé de les adapter pour le cinéma. Mon cœur battait très fort. Je lui ai dit oui, naturellement. Pour être adapté par Jean Renoir, que j'admirais plus que tous les autres metteurs en scène de l'époque [...], je lui aurais donné volontiers les droits pour rien. [...] Nous avons bavardé longuement. Et plus nous parlions, plus nous nous sentions proches l'un de l'autre. Une amitié ou plutôt une affection qui n'a pas changé en plus de cinquante ans.

Jean Renoir a réalisé le premier Maigret. Ce n'était pas une des deux ou trois grandes sociétés d'alors qui le commanditait mais un producteur au nom en "sky" avec qui les démêlés n'ont pas tardé à commencer. Sans les demander, j'avais reçu des droits très substantiels: cinquante mille francs [de l'époque]. Quant à Maigret, il était interprété par Pierre Renoir, le frère aîné de Jean qui, à mon avis, a été le meilleur Maigret. Pierre Renoir [...] avait compris qu'un commissaire principal de la PJ est un fonctionnaire. Il s'est comporté et habillé en fonctionnaire, gardant toujours sa dignité, et son regard un peu fixe et inquisiteur. [...]

On a dû interrompre plusieurs fois le tournage, faute de moyens financiers. [...] Les montages terminés plusieurs mois après, c'était une période de marée basse en ce qui concerne l'argent; on nous a projeté le film. [...] Mais, après la projection, les gens de cinéma sont venus me demander comment se déroulait exactement l'intrigue. [...] Les trous correspondaient aux périodes de marée basse du monsieur en "sky". Alors, il m'a convoqué à son bureau et m'a dit: "- Il paraît que les gens ne comprennent pas tout. J'ai trouvé le moyen d'y remédier. Après le générique, vous allez passer en gros plan et expliquer l'histoire. Par la suite, vous reviendrez de temps en temps pour éclairer telle ou telle séquence." [...] Il m'offrait cinquante mille francs pour ce travail. Cinquante mille francs qu'il m'aurait probablement payés par un chèque sans provision, car le cinéma d'alors utilisait surtout des chèques sans provision. J'ai refusé, bien entendu." (in Point-Virgule)

Puis suivront d'autres films:

"Les offres d'adaptations cinématographiques ne manquèrent pas. En quelques mois, il y eut trois films en train avec celui de Jean Renoir: Le Chien jaune, par Jean Tarride [...] Le nouveau Maigret était Abel Tarride, un énorme bonhomme qui jouait à peu près comme on jouait jadis à la porte Saint-Martin. Puis il y eut La Tête d'un homme, avec un Maigret encore différent: Harry Baur. Je m'enfuis de Paris par où j'étais passé en quittant la Normandie et, au volant de ma voiture, je gagnai la Côte d'Azur. Le cap d'Antibes était à peine habité. [...] Tout fiérot du succès de mes Maigret et de la vente des droits de mes trois films, j'ai loué une immense villa [...]. Ces trois bougres de films allaient m'y poursuivre. C'est Jean Renoir qui est venu le premier me demander de faire le scénario et les dialogues de La Nuit du carrefour. Cela a duré près d'un mois, mais je ne faisais pas que cela. Levé tôt matin, j'écrivais d'abord un chapitre d'un Maigret, car mon contrat avec Fayard exigeait une production régulière. [...]Dès que [Renoir] était là, je dictais scénario et dialogues et nous discutions l'un et l'autre avec Jean. [...]

Après Jean Renoir, c'est Jean Tarride qui est arrivé afin que j'écrive le scénario et les dialogues du Chien jaune. Contrairement au précédent Jean, ce n'était pas un cerveau et le travail, avec lui, a été d'autant plus pénible qu'il parlait lentement et qu'il était snob jusqu'au bout des ongles. C'est lui qui a imposé son père, Abel Tarride, dans le rôle de Maigret. Or, Abel Tarride jouait au théâtre ce qu'on appelle les "rondeurs". Il avait un ventre énorme, des bajoues; il était plutôt destiné à faire rire qu'à représenter la Police judiciaire.

Le troisième scénario, dialogues compris, je l'ai écrit seul [...]. C'était La Tête d'un homme, qu'un grand producteur cinématographique m'avait demandé de diriger moi-même. J'ai dû, le scénario fini, remonter à Paris [...] pour y choisir les acteurs et mettre la production au point. [...] Il me fallait un Maigret. Je ne fréquentais pas beaucoup des théâtres, ni les cinémas. Je finis par choisir Harry Baur. Les producteurs m'avaient dit: "Vous avez toute latitude pour choisir les artistes et fixer leurs cachets." Ce que fis naïvement. Les producteurs signèrent très obligeamment les contrats que j'avais établis [...]. Dès lors, une autre mécanique se mit en branle. Chaque jour, je recevais un de mes acteurs, furibard, qui me mettait sous le nez les chèques sans provision qu'il avait reçus. J'essayais d'arranger les choses mais je n'obtins pas que ces chèques soient respectés; alors, pris de rage [...], j'annonçai au producteur que je renonçais à mettre en scène le film qu'on devait commencer prochainement, je fis mes malles et, avec Tigy, nous nous sommes embarqués pour l'Afrique équatoriale. C'est mon défunt ami Julien Duvivier qui a eu le courage de reprendre en main La Tête d'un homme et il a pu récupérer un certain nombre de mes interprètes découragés, y compris Harry Baur, qui est devenu ainsi le troisième Maigret. [...] Je n'en avais pas moins découvert que le cinéma à Paris ne me valait rien et j'ai préféré la brousse tropicale. C'est alors aussi que j'ai pris une décision, à laquelle je suis resté fidèle pendant plus de cinq ans: celle de n'accorder aucun droit cinématographique sur mes œuvres, quels que soient les chiffres de plus en plus élevés que me proposaient les producteurs." (in Point-Virgule)

Désillusionné, Simenon ne se risquera plus à faire lui-même des adaptations de ses romans, et s'il reviendra par la suite sur sa décision pour céder à nouveau des droits pour le cinéma, il faut sans doute en voir une raison dans cette explication qu'il donne dans une lettre à Gaston Gallimard, citée dans la biographie signée Assouline: "Demander désormais au cinéma l'équivalent pécuniaire de ce que me donnait la publication de mes romans en feuilleton."

Simenon gardera cependant une certaine rancune à l'égard du monde du cinéma: s'il fait du commissaire un amateur des petites salles où on s'enfonce dans de la chaleur humaine, et où on se délecte d'un bon vieux western, d'un film de Charlot ou de Laurel et Hardy, il va aussi faire croiser à Maigret le producteur Bronsky, au nom prédestiné, qui est en réalité le chef de la bande des Tchèques (MOR), et tout le monde peu reluisant de la bande du Vieux-Pressoir (VOL), dont pas un des membres n'est montré sous un jour vraiment favorable... Petite vengeance, certes anodine, mais sans doute combien soulageante...

2. Jeu de devinettes pour quelques cadavres...

"Près d'un divan transformé en lit pour la nuit, une femme était étendue sur le tapis marocain à dessins multicolores et des mouches bleues tournoyaient en bourdonnant autour d'elle." (fin du premier chapitre);

"un corps recroquevillé, vêtu d'une robe de chambre en soie à fleurs. Une mule était restée accrochée à un pied." (chapitre 2)

C'est ainsi que Sophie Ricain nous apparaît en deux phrases, dans un décor posé par l'auteur en quelques détails caractéristiques. Nul besoin d'une longue description pour nous faire "sentir" le tableau de cette femme transformée en cadavre...

Amis Maigretphiles, voulez-vous que nous jouions à un petit jeu ? J'ai cherché pour vous dans le corpus quelques descriptions de cadavres découverts par Maigret au cours de ses enquêtes. Sauriez-vous les reconnaître ?

  • des dames:

    1. "Elle ne portait qu'une robe de soie crème et des chaussures en daim blanc qui étaient plutôt des chaussures de plage que des souliers de ville. La robe était fripée, mais on n'y relevait pas une tache de boue. Seul le bout du soulier gauche était encore mouillé au moment de la découverte. [...] Ses boucles d'oreilles étaient deux perles véritables [...]. Son bracelet, en or et platine [...] portait la signature d'un joaillier de la place Vendôme. Les cheveux étaient bruns, ondulés, coupés très court sur la nuque et aux tempes. Quant au visage, défiguré par la strangulation, il avait dû être d'une joliesse remarquable."

    2. "Un drôle de cadavre: une petite vieille boulotte, fardée, aux cheveux filasses, trop blondis, mais dont on voyait la racine blanche; une robe de chambre rouge et un bas, un seul, à la jambe qui pendait du lit."

    3. "Sur la carpette blanche en peau de chèvre, au pied du lit [...], un corps était étendu, une robe de satin noir, un bras très blanc, des cheveux aux reflets cuivrés. [...] à côté d'un pied encore chaussé d'un soulier à haut talon, un pied déchaussé, dont on distinguait les orteils à travers un bas de soie criblé de gouttelettes de boue, avec une échelle qui partait du talon et montait plus haut que le genou."

    4. "Dans l'angle d'un canapé jaune, une jeune femme aux cheveux bruns était curieusement affaissée sur elle-même, avec une grande tache d'un rouge sombre sur sa robe de chambre. [...] Elle s'était seulement laissée aller sur le côté droit et sa tête pendait, les cheveux touchaient presque le tapis."

    5. "La jeune femme était couchée sur le côté droit, une joue sur le trottoir mouillé, un de ses pieds déchaussé. [...] C'était assez inattendu de voir les doigts de pied à travers le bas de soie. Elle portait une robe du soir en satin bleu pâle et, peut-être à cause de sa pose, cette robe paraissait trop grande pour elle."

    6. "Lorsque la porte du placard fut ouverte, le spectacle qui s'offrit fut celui d'un corps de femme entièrement nu, qu'on avait dû plier en deux pour le faire tenir dans l'espace assez exigu."

    7. "Elle portait une robe printanière vert amande [...]. Après le coup, elle avait dû glisser de sa chaise et son corps était replié sur lui-même, étrangement tordu. La gorge était ouverte et elle avait perdu une quantité considérable de sang, qui devait être encore tiède. [...] Le commissaire, malgré lui, regardait le visage de la jeune fille, ses lunettes de travers, ses yeux bleus et fixes. "

    8. "La vieille femme paraissait encore plus menue morte que vivante. Ce n'était qu'un petit corps dont une des jambes était étrangement repliée, de sorte que cela lui donnait l'air d'un pantin désarticulé. [...] Le visage et les mains étaient d'un blanc ivoire."

  • des messieurs:

    1. "Sur le sol, un corps était tassé, plié en deux, étrangement contorsionné. [...] Il redressa le torse [du cadavre], vit, à la poitrine, sur la chemise et le veston, des traces de brûlures provoquées par un coup de feu tiré à bout portant. Cela faisait une grande tache noirâtre, où du sang mêlait sa pourpre violacée."

    2. "Mort, le jeune homme était encore plus piteux que vivant. On voyait les semelles trouées de ses chaussures, et le pantalon s'était relevé dans sa chute, découvrant une invraisemblable chaussette rouge, un tibia livide et velu."

    3. "Après quoi, les techniciens retirèrent avec précaution le couteau [...] et le corps fut enfin retourné. On put voir alors le visage d'un homme de quarante à cinquante ans dont la seule expression était la stupeur. Il n'avait pas compris ce qui lui arrivait. Il était mort sans comprendre. [...] Ses vêtements étaient propres, décents. Il portait un complet sombre, un pardessus de demi-saison beige, et ses pieds, étrangement tordus, étaient chaussés de souliers jaunes"

    4. "Les rayures rouges du pyjama soulignaient encore sa contorsion. On aurait dit qu'il s'était affaissé alors qu'il marchait à quatre pattes, et il était tout tordu, le bras droit en avant, les mains crispées, comme si, dans un dernier effort, il avait tenté d'atteindre le revolver à barillet qui se trouvait, par terre aussi, à une vingtaine de centimètres de ses doigts."

    5. "Une balle avait pénétré par l'œil droit, faisant éclater la boîte crânienne, et, à en juger par les déchirures de la robe de chambre en velours noir et par les taches de sang, d'autres projectiles avaient atteint le corps en plusieurs endroits."

    6. "L'homme était jeune. Il paraissait à peine vingt ans, portait un blouson de daim et ses cheveux étaient assez longs sur la nuque. Il était tombé en avant et le dos de son blouson était plaqué de sang..."

    7. "Sa poitrine était couverte de sang caillé mais son visage était resté serein. Les vêtements étaient ceux d'un clochard et contrastaient avec le visage du mort et ses mains. Il était assez vieux et il avait de longs cheveux argentés, avec des reflets bleutés. [...] Il portait des moustaches blanches légèrement retroussées et une barbiche, blanche aussi, à la Richelieu. A part cela, il était rasé de près, et Maigret eut une nouvelle surprise en découvrant que les mains du mort étaient soigneusement manucurées."

    8. "Maigret s'approcha du corps, et cela lui faisait un drôle d'effet de [le] voir ainsi de haut en bas. Il portait un smoking, comme tous les soirs, et une large tache de sang s'étalait sur le plastron de la chemise."

Solutions:

  • les dames:
    1. Mary Lampson (PRO)
    2. Juliette Boynet (CEC)
    3. Arlette (PIC)
    4. Louise Filon (TRO)
    5. Louise Laboine (JEU)
    6. Eveline Jave (AMU)
    7. Antoinette Vague (HES)
    8. Léontine de Caramé (FOL)

  • les messieurs:
    1. Pietr Johannson (LET)
    2. Louis Jeunet (PHO)
    3. Louis Thouret (BAN)
    4. Xavier Marton (SCR)
    5. Armand de Saint-Hilaire (VIE)
    6. Antoine Batille (TUE)
    7. Marcel Vivien (SEU)
    8. Maurice Marcia (IND)

3. Une médaille

  • Une belle médaille en argent, plus exactement en bronze argenté, car la mince couche d'argent ne tarde pas à laisser voir, à l'usage, un métal rougeâtre. D'un côté, une Marianne au bonnet phrygien, les lettres RF et le mot Police encadré d'émail rouge. Au revers, les armes de Paris, un numéro et, gravé en petits caractères, le nom du titulaire. La médaille de Maigret portait le numéro 0004, le numéro 1 étant réservé au préfet, le 2 au directeur de la PJ et le 3, pour une raison obscure, au chef des Renseignements généraux."(chapitre 1).

C'est cette médaille que Maigret se fait voler par Ricain, en même temps que son portefeuille. On sait que Simenon, lors de son voyage de 1952, lorsqu'il fut invité à la PJ, reçut lui aussi une médaille:

"18 avril. Réception officielle au 36, quai des Orfèvres, le siège de la Police judiciaire, avec un grand déjeuner à la clef. L’écrivain est accueilli par le préfet, des commissaires et des inspecteurs comme s’il était de la famille. Visite des locaux. Odeurs, couleurs, ambiance. Il se croirait dans ses romans. A ceci près que ses différents "modèles" de Maigret sont à la retraite; quant au poêle que son héros aimait tisonner, il a été remplacé par le chauffage central. Au moment du départ, remise solennelle d’une plaque de commissaire n° 0000 au nom de Maigret. Simenon en fera un porte-clefs. Surpris une fois en flagrant délit d’excès de vitesse, il s’en servira pour se débarrasser des gendarmes... "

(Pierre ASSOULINE, Simenon, biographie, Julliard, 1992)

Voici une image de cette fameuse médaille:

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links