Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: Maigret se trompe (Maigret's Mistake)
8/15/07 –

1. A novel on women

The most characteristic aspect of this novel is that it presents a succession of portraits of women, whose bond is created by their more or less direct relationship with Dr. Gouin. Six women orbit the doctor, and what gives power to Simenon's description of them, is their strongly featured characterization, determined in good part by their pasts and their lives.

The first portrait is that Louise Filon, called Lulu. Starting at the bottom of the social scale, she has risen several levels, at least in the material aspect, for she is being maintained in a deluxe apartment on Avenue Carnot. But her life remains for the most part that of the "girl" she had been: her real love is a musician in a dance band in the Chapelle district, she keeps her "treasures" in a shoebox in her room, as "would have been normal to find somewhere in the Barbès district" (Ch. 3). Marked out in some way since birth to be a victim of life and society, it's certainly as a victim that she ends up, becoming the stake in Mme Gouin's battle with her "rivals"...

The second portrait is that of the culprit, Mme Gouin. She also began life lowly enough, and she also has risen the ladder, thanks to her husband. But she has higher ambitions, and intends to maintain the privileges she has acquired. Attracted by both money and social position, she kills, not only out of jealousy, but we could say from ambition – if she "eliminates" Louise, it's because she represents a risk – if Gouin acknowledges Louise's child, some of the inheritance would go to him, thinks Mme Gouin, and her own share would be diminished...

The third portrait is that of Désirée Brault... She is one of a long line of housekeepers, more or less embittered, whom Maigret meets on many occasions during the course of his investigations. Moreover she has a past similar to that of Lulu, and she serves in a way as a "counterweight" to the portrait of Louise... with age, the moving young woman could become like her, "hard and cynical" (Ch. 4). Except for Antoinette, Mme Gouin's sister, she is the only one able to resist the "charm" of the doctor, whom she tries to blackmail; Antoinette is satisfied to avoid him. She, however, whose hatred for men (not just Gouin, but apparently all men in general) unites her with the love/interest of her sister, supports her to fulfill their passion completely and perpetrate a crime.

In contrast to Désirée Brault, whose hatred for Gouin is not really directed at the man himself, but rather at what he represents socially, the concierge, Mme Cornet, has an admiration for the doctor tied to the fact that he'd saved her son's life. She attempts, like all the women who esteem Gouin, to protect him "against any and all opposition".

This is also the case with Lucile Decaux, but this final portrait is more complex... it's a "cerebral" passion which motivates the doctor's assistant, and she admires in him less the man, than the function: the doctor's description of her, as harsh as it is, corresponds nonetheless to a certain reality: "She would love any boss, as long as he was famous" (Ch. 8).

Finally, none of these women show a disinterested love for the doctor (not even Louise, who seeks through him a certain security, the assurance to never "starve to death"), and — happily for him, you might say — neither is he seeking to be loved for himself.

2. A hard and tragic portrait of the "ladies' man"

The other essential feature of this novel is the character of Dr. Gouin. He is both a "double negative" of Maigret, and, in certain aspects, equally a double of Simenon. Of him, he has the sexual appetite, and of the Chief Inspector, he has more or less the same vision of the world. But, as opposed to Maigret, Gouin has no empathy for people. If Maigret delays so long the confrontation with the doctor, (we have to wait until the next to the last chapter for that to occur), it's probably because he dreads finding before him someone he resembles, but in negative, and he has perhaps some fear of seeing, like in the mirror, that which he could have become. And if he may be afraid of "not being on a level with" his interviewee, he can reassure himself: Simenon doesn't "let down" his hero, and shows him — once more — winning. Beneath the cold and semi-inhuman aspect of Gouin, Maigret ends up discovering the "flaw", that which makes him a "naked man" like the others. This man, who uses others almost like objects, has also his weakness – he is afraid of dying alone. And in the end it is this solitude which makes him a tragic character. Maigret, himself, if he has not many more illusions about people than Gouin, puts himself "on the same plane as them", and this empathy protects him from the moral solitude felt by Gouin. Even deep into an investigation, Maigret is never completely alone... his "resources" are his wife, his inspectors, his friend Dr. Pardon, and his other collaborators, like Dr. Paul.

3. From the debut of the novels...

The first chapter of the novel opens with a scene in the Maigrets' home on Boulevard Richard-Lenoir. Reading it, I wondered if it was often the case that a Maigret novel started in the couple's home. So I did a mini-analysis of the corpus, the results of which I've shown below. I considered 77 novels, that is, the 75 "classic" novels, to which I've added the two stories Maigret's Pipe and Maigret's Christmas. I examined where the first scene took place in each case, shown here as a graph:

The novels are shown in the chronological order of the corpus. The yellow bars represent those novels which begin at the Quai des Orfèvres; the red bars are those which begin at the Boulevard Richard-Lenoir, and the blue are those which begin elsewhere (this might be another area of Paris, elsewhere in France or in a foreign country).

Summarizing in terms of percentage, the frequency of each type of beginning: 29 novels begin at the Quai des Orfèvres, 38%; 15 begin at Boulevard Richard-Lenoir, 19%; and 33 novels begin elsewhere, 43%.

A second analysis seemed interesting to me, the frequency of each type as a function of the chronology of the writing, and in particular, the publishing cycle (i.e. Fayard, Gallimard and Presses de la Cité). Here are the results:

An obvious correlation is immediately evident: in the Fayard cycle, the novels clearly begin more often elsewhere than the QdO and the Maigrets' home, which is not surprising, considering the number of novels in the cycle which take place outside of Paris: Simenon had Maigret travel often in the first cycle.

This is also the case in the Gallimard cycle. Let's not forget that JUG and CAD take place outside of Paris, that FEL begins in Jeanneville, and that MAJ opens with Charlotte's return to her house in the suburbs. The case of CEC is special, since the novel begins as Maigret leaves his home to walk to the QdO, a setting in a way "in the middle", between the QdO and Boulevard Richard-Lenoir.

In the Presses de la Cité cycle, Maigret investigates more often in Paris, and it's most often in his office that the novels open. We note an increase in the beginnings at Maigret's home, and the relatively frequent number of novels which begin with a telephone call awakening Maigret in the middle of the night, as he sleeps beside his wife in their Boulevard Richard-Lenoir apartment.

4. Which treats in a somewhat jumbled fashion, the writing style, the streets of Paris, Dr. Paul, and old brandy...

In this final section, I'd like to take up several elements which struck me about this novel, and to add some additional information, to make it a little "Simenonesque"...

a) From the stylistic point of view, I have three elements to note:

1° the particular aspect of the beginning of Ch. 2, in the sense that the narrative is from the point of view of Janvier and Lucas, and where Maigret is not present as the hero, but more as if he were in some sense the narrator of the passage, as if he were telling the reader what his inspectors had done.

2° the descriptive art of Simenon, who, with a few simple words, knows so well how to evoke an "atmosphere": "the rain was still falling on a world of brick, stone, and concrete, through which dark shadows with umbrellas flitted by (Ch. 2), or to show us a semi-cinematographic image: "people were walking fast, as on the day before, especially when crossing the windswept Pont Saint-Michel, where men lifted their arms to hold onto their hats, and women reached down to hold in their skirts." (Ch. 5)

3° a detail revealing the fact that Simenon didn't like to reread his novels, forcing a revision which he considered constraining ("I have a horror of rereading my writing. Even and above all my novels. The revision of those is a torture", in "When I Was Old"), but necessary, above all at the stylistic level: as Assouline wrote (in "Simenon"): "Simenon attached a special importance to punctuation: even to the extent of appearing a maniac, he was capable of making a scene if it was changed without his knowledge, particularly if one of his commas was removed. ... When he dictated, he specified the punctuation. He even demanded that some of his contracts stipulate that not a single word nor comma could be changed in his texts .... He paid manic attention to the typography: italicized words and indented lines, the spaces considered as breaths between the paragraphs, and the dashes for each phrase of dialogue...". This necessary drudgery, Simenon accomplished in some haste ("For my novels, several days after they were written, I'd close myself up for a certain number of hours per day, and work feverishly without respite, pressed to finish, because it's a work that I detest." in "From the cellar to the attic", one of his Dictées), and that haste, as Assouline also wrote, "sometimes made him neglect obvious errors".

All this digression is only to point out the error of characters which Simenon commits in Ch. 4: at the beginning of the chapter, Maigret sends Janvier to relieve Lucas in Lulu's apartment. Then Maigret returns home, and from there telephone to Avenue Carnot, and Simenon writes: "He called Louise Filon's apartment. Lapointe had just set himself up there.". Now, it's certainly Janvier who is in the apartment, since it's he who encountered Gouin there, as recounted at the beginning of Ch. 5...

b) The contrast between Louise's life before meeting Gouin, and her life on Avenue Carnot, is constantly evoked in the novel, and the contrast between the two social levels is symbolically represented by the systematic opposition between two districts of Paris: throughout the novel, Avenue Carnot is contrasted with the Chapelle district, Barbès and Rochechouart; the well-to-do dwelling of Gouin contrasted with the seedy hotel where Pierrot lives, the dilapidated building of Désirée Brault contrasted with the library where Antoinette works, and the dancehall where Pierrot works, opposed to the aseptic world of the hospital of Dr. Gouin. We can reread, with regard to this symbolic usage of the street names of the district, Marco Modenesi's article, "Streets, alleys, dead ends and boulevards: Maigret and the Parisian space".

c) In Ch. 4, Maigret calls Dr Paul at the restaurant la Pérouse, where he is presiding at a dinner. That reminds me of this passage in Simenon's Intimate Memoirs , where he tells of his "triumphal voyage" of 1952...

"I'm nominally a member of the jury for the Prix du Quai des Orfèvres. At a luncheon at Lapérouse, I meet my old friend ... Dr. Paul, the medical examiner, gourmet, bon vivant, and fine story-teller. He tells us that he cuts up his cadavers barehanded, with a cigarette in his mouth (the best antiseptic, according to him), sometimes taking a break to eat a sandwich. He says that at fancy dinners where he is an honored guest, he likes to describe his most macabre autopsies, with great gusto, complete with gestures. Good old Dr. Paul, at Maigret's side in so many novels!""

d) "He ordered something else, a brandy, although it wasn't the time for a straight drink, simply because that was what he'd been drinking the day before. They teased him at the Quai des Orfèvres about this habit. If he started an investigation with Calvados, for example, it was with Calvados that he continued, so that there were beer cases, red wine cases, even whisky cases." (Ch. 7) This is a mania which we recognize easily in our Chief Inspector, and we understand that Simenon has for once given us an explicit version. If we believe Jacques Sacré, in his work "Bon appétit, commissaire Maigret!", from Éditions du Céfal, drink is an important part of Maigret's cases: "In his investigations, Maigret alludes to drink 1034 times. If we classify them in order of preference, as a function of their frequency of appearance in the text, we find that alcohol comes at the top with 328 citations. Followed by beer, with 207 citations, wine, 186; coffee and coffee drinks, 159; liqueurs and aperitifs, 100; unspecified drinks, 32; and non-alcoholic drinks, 22 citations (almost a token heading!)" op.cit.

A good part of the investigations of Maigret have therefore been "beer cases": demis, drunk at the bar, or accompanying the inevitable sandwiches of the interrogations at the PJ, are often mentioned; furthermore it's the first drink mentioned at the debut of the corpus, in LET. Other investigations are, in contrast, a veritable orgy of various drinks. For example, in LIB, Maigret imbibes successively, an anise aperitif, whisky, vermouth, wine, gentian, rum, an unidentified drink, beer, and even a bottle of Vittel (mineral water), which is probably useful to help handle all that! In MAI, the list isn't bad either – marc brandy, beer, Armagnac, white wine, Champagne, red wine, brandy and water, Pernod, calvados, rum and ... Vittel!

Among the "Calvados cases", we note DAM, where Valentine passes her time offering Calvados to Maigret. The "brandy cases" are often those where Maigret investigates in bars or nightclubs, as for example, PIC. An example of a "white wine case" is MEU, where Maigret often goes to drink at the Auvergnat near Mlle Clément's boarding house, or COR, where Maigret drinks white wine brought by Aline Calas's husband. "Pernod cases" bring to mind the heat typical of summer days, as in GRA. The "whisky cases" often have an American connection (for example LOG). We also find "grog cases", as when Maigret is down with the grippe (VIN).


Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, August 2007

original French

Maigret of the Month: Maigret se trompe (Maigret's Mistake)
8/15/07 –

1. Un roman sur les femmes

L'aspect le plus caractéristique de ce roman est qu'il présente une suite de portraits de femmes, dont le lien entre elles est tissé par leur relation plus ou moins étroite au professeur Gouin. Six femmes gravitent autour du professeur, et ce qui fait la force de leur description par Simenon, c'est leur caractérisation très typée, déterminée en bonne partie par leur passé et leur vécu.

Le premier portrait est celui de Louise Filon, dite Lulu. Partie du bas de l'échelle sociale, elle a gravi quelques échelons de celle-ci, au moins dans l'aspect matériel, puisqu'elle est entretenue dans un appartement de luxe de l'avenue Carnot. Mais sa vie reste en grande partie celle de la "fille" qu'elle a été: son amant de cœur est musicien dans un musette du quartier de la Chapelle, elle garde dans sa chambre un "trésor" dans une boîte à chaussures, comme il "aurait été normal d'en dénicher un quelque part du côté de Barbès" (chapitre 3). Désignée en quelque sorte dès sa naissance pour être une victime de la vie et de la société, c'est bien en victime qu'elle finira, devenue l'enjeu de la lutte de Mme Gouin avec ses "rivales"...

Le second portrait est celui de la coupable: Mme Gouin. Elle aussi est partie d'assez bas, elle aussi a gravi des échelons grâce à son mari, mais elle a des ambitions plus élevées, et elle entend garder certains des privilèges qu'elle a acquis. Intéressée, à la fois par l'argent et par la position sociale, elle tue, pas tellement par jalousie, mais par ambition, pourrait-on dire: si elle "élimine" Louise, c'est parce que celle-ci représente un risque: si Gouin venait à reconnaître l'enfant de Louise, c'est une partie de la fortune de celui-ci, pense Mme Gouin, qui lui serait soustraite...

Le troisième portrait est celui de Désirée Brault: elle fait partie de ce long cortège de femmes de ménage, plus ou moins aigries, que Maigret rencontre à maintes reprises au cours de ses enquêtes. Celle-ci a de plus que les autres qu'elle a un passé semblable à celui de Lulu, et elle sert en quelque sorte de "contrepoids" au portrait de Louise: avec l'âge, la jeune femme émouvante aurait pu devenir comme elle, "dure et cynique" (chapitre 4). Avec Antoinette, la sœur de Mme Gouin, elle est la seule à résister au "charme" du professeur, qu'elle cherche même à affronter par un chantage, alors qu'Antoinette se contente d'éviter le professeur. Cette dernière, cependant, dont la haine pour l'homme (non seulement Gouin, mais apparemment tous les hommes en général) s'allie à l'amour-intérêt de sa sœur, appuie celle-ci pour "aller jusqu'au bout" de leur passion et perpétrer un crime.

Au contraire de Désirée Brault, dont la haine pour Gouin ne s'adresse pas vraiment à l'homme qu'il est, mais plutôt à ce qu'il représente socialement, la concierge, Mme Cornet, a pour le professeur une admiration liée au fait qu'il a sauvé son fils. Elle cherche, comme toutes les femmes qui apprécient Gouin, à protéger celui-ci "envers et contre tout".

C'est le cas aussi de Lucile Decaux, mais ce dernier portrait est plus complexe: c'est une passion "cérébrale" qui anime l'assistante du professeur, et elle admire en celui-ci moins l'homme que la fonction: la description qu'en fait d'elle le professeur, pour sévère qu'elle soit, n'en correspond pas moins à une certaine réalité: "elle serait [amoureuse] de n'importe quel patron, pourvu qu'il soit célèbre" (chapitre 8).

Finalement, aucune de ces femmes n'éprouvent un amour désintéressé pour le professeur (même pas Louise, qui cherche plus auprès de lui une certaine sécurité, l'assurance de ne plus "crever de faim"), et – heureusement pour lui, pourrait-on dire — il ne cherche pas non plus à être aimé pour lui-même.

2. Un portrait dur et tragique de l'"homme à femmes"

L'autre trait essentiel de ce roman, c'est le personnage du professeur Gouin. C'est à la fois un "double négatif" de Maigret, et par certains aspects, également un double de Simenon. De celui-ci, il a l'appétit sexuel, et du commissaire, il a plus ou moins la même vision du monde. Mais, au contraire de Maigret, Gouin n'a pas d'empathie pour les hommes. Si Maigret retarde tant la confrontation avec le professeur (il faut attendre l'avant-dernier chapitre pour que celle-ci ait lieu), c'est qu'il redoute probablement de se retrouver devant quelqu'un qui lui ressemble, mais en négatif, et peut-être a-t-il une certaine crainte de voir comme le miroir de ce qu'il aurait pu être ou devenir. Et s'il peut avoir eu peur de "n'être pas à la hauteur" face à son interlocuteur, il peut être rassuré: Simenon ne "laisse pas tomber" son héros et le montre –une fois de plus — gagnant: sous l'aspect froid et quasi inhumain de Gouin, Maigret finit par découvrir la "faille", ce qui en fait un "homme nu" comme les autres: cet homme, qui se sert des autres un peu comme d'objets, a aussi sa faiblesse: il a peur de mourir seul. Et c'est finalement cette solitude qui en fait un personnage tragique. Maigret, lui, s'il n'a pas beaucoup plus d'illusions sur les hommes que Gouin n'en a, se met cependant "sur le même plan qu'eux", et cette empathie le garde de la solitude morale ressentie par Gouin. Même pris au plus profond d'une enquête, Maigret n'est jamais complètement seul: ses "ressources" à lui sont sa femme, ses inspecteurs, son ami le Dr Pardon, et ses autres collaborateurs comme le Dr Paul.

3. Du début des romans...

Le premier chapitre du roman s'ouvre par une scène qui se passe chez les Maigret, boulevard Richard-Lenoir. En le lisant, je me suis demandé si c'était souvent le cas qu'un roman du cycle commence au domicile du couple. J'ai donc effectué une mini-analyse du corpus, dont je vous livre ici les résultats. J'ai pris en compte 77 romans, c'est-à-dire les 75 romans "classiques", auxquels j'ai ajouté les deux nouvelles La pipe de Maigret et Un Noël de Maigret. J'ai regardé où se déroulait la première scène de chaque roman, et voici ce que cela donne, résumé sous forme d'un graphique:

Les romans sont donnés dans l'ordre chronologique du corpus. Les barres jaunes représentent les romans dont le début se passe au Quai des Orfèvres; les barres rouges ceux qui débutent boulevard Richard-Lenoir, et les barres bleues ceux qui commencent ailleurs (cela peut être à un autre endroit de Paris, ailleurs en France ou à l'étranger).

Résumé en termes de pourcentage, la fréquence de chaque type de début se présente ainsi: 29 romans commencent au Quai des Orfèvres, soit 38%; 15 romans commencent boulevard Richard-Lenoir, soit 19%; et 33 romans commencent ailleurs, soit 43 %.

Une seconde analyse me paraissait intéressante, c'est celle de la fréquence de chaque type en fonction de la chronologie d'écriture, et en particulier selon le cycle (i.e. Fayard, Gallimard et Presses de la Cité). En voici le résultat:

Une évidence nous apparaît immédiatement: dans le cycle Fayard, les romans commencent nettement plus souvent ailleurs qu'au QdO et qu'au domicile de Maigret, ce qui n'a rien d'étonnant, étant donné le nombre de romans de ce cycle qui se passent ailleurs qu'à Paris: Simenon fait beaucoup voyager Maigret dans ce premier cycle.

C'est encore le cas dans le cycle Gallimard. N'oublions pas que JUG et CAD se passent hors Paris, que FEL commence à Jeanneville, et que MAJ s'ouvre sur la rentrée de Charlotte dans son pavillon de banlieue. Le cas de CEC est particulier, puisque le roman commence lorsque Maigret vient de quitter son domicile et qu'il se rend à pied au QdO, la scène est dont en quelque sorte "entre deux", entre le QdO et le boulevard Richard-Lenoir.

Dans le cycle Presses de la Cité, Maigret enquête le plus souvent à Paris, et c'est le plus souvent dans son bureau que s'ouvre le roman. On notera la présence plus accrue du domicile des Maigret, et le nombre relativement fréquent de romans qui commencent par un coup de téléphone qui réveille Maigret au milieu de la nuit, alors qu'il dort à côté de sa femme, boulevard Richard-Lenoir.

4. Qui traite un peu pêle-mêle du style d'écriture, des rues de Paris, du Dr Paul et du vieux marc...

Dans ce dernier paragraphe, j'aimerais relever brièvement quelques éléments qui m'ont frappée dans ce roman, et y apporter quelques compléments, d'où l'intitulé un peu "simenonien" de ce paragraphe...

a) Du point de vue stylistique, j'ai trois éléments à souligner:

1° l'aspect particulier du début chapitre 2, dans le sens où le récit est fait du point de vue de Janvier et de Lucas, et où Maigret n'est pas présent en tant que héros du récit, ou alors comme s'il était en quelque sorte le narrateur de ce passage, comme s'il racontait au lecteur ce qu'ont fait ses inspecteurs:

2° l'art descriptif de Simenon, qui en quelques mots simples sait si bien évoquer une "atmosphère": "il pleuvait toujours sur un univers de pierres, de briques et de béton où se faufilaient des silhouettes sombres et des parapluies"(chapitre 2), ou nous montrer une image quasi cinématographique: "les gens marchaient aussi vite que la veille, surtout en traversant le pont Saint-Michel balayé par le vent, les hommes levant les bras pour retenir leur chapeau, les femmes les baissant pour tenir leur jupe."(chapitre 5)

3° un détail significatif du fait selon lequel Simenon n'aimait pas relire ses romans, s'imposant une révision qu'il estimait contraignante ("j'ai horreur de me relire. Même et surtout mes romans. La révision de ceux-ci est un supplice", dans "Quand j'étais vieux"), mais nécessaire, surtout au niveau du style: comme l'écrit Assouline (in "Simenon"): "Simenon attache une importance particulière à la ponctuation: quitte à passer pour un maniaque, il est capable de faire un scandale si on la modifie à son insu, notamment si l'on s'en prend à ses virgules. [...] Quand il dicte, il précise la ponctuation. Il a même demandé à ce que certains de ses contrats stipulent que nul ne doit changer un mot ni une virgule à ses textes [...]. Il accorde une attention maniaque aux respects de ses indications typographiques: les mots en italiques et les alinéas, les blancs conçus comme autant de respirations entre les paragraphes et les tirets à chaque phrase de dialogue...". Cette nécessaire corvée, Simenon l'accomplit dans une certaine hâte ("Pour mes romans, quelques jours après les avoir écrits, je m'enfermais pendant un certain nombre d'heures par jour, et je travaillais fébrilement sans répit, pressé d'en finir, car c'est un travail que je détestais." in "De la cave au grenier", une des Dictées), et cette hâte, comme l'écrit encore Assouline, "lui fait parfois négliger des erreurs manifestes".

Toute cette digression que je viens de faire n'a pour objet que de relever l'erreur dans les personnages que commet Simenon dans le chapitre 4: au début du chapitre, Maigret envoie Janvier relever Lucas dans l'appartement de Lulu. Puis Maigret rentre chez lui, et de là il téléphone avenue Carnot, et Simenon écrit: "Il appela l'appartement de Louise Filon. Lapointe venait de s'y installer.". Or, c'est bien Janvier qui est dans l'appartement, puisque c'est lui qui y fait la rencontre de Gouin, racontée au début du chapitre 5...

b) L'opposition entre la vie de Louise avant sa rencontre avec Gouin, et sa vie actuelle avenue Carnot est constamment évoquée dans le roman, et l'opposition entre deux couches sociales est symboliquement représentée par l'opposition systématique entre deux quartiers de Paris: tout au long du roman, l'avenue Carnot est opposée au quartier de la Chapelle, Barbès et Rochechouart; l'immeuble cossu où habite Gouin s'oppose à l'hôtel miteux où loge Pierrot, l'immeuble délabré de Désirée Brault fait contraste avec la bibliothèque où travaille Antoinette, et le musette où travaille Pierrot contraste avec l'univers aseptisé de l'hôpital où travaille le professeur Gouin. On pourra relire, à propos de cet usage symbolique des noms de rues et de quartier, le texte de Marco Modenesi, "Rues, ruelles, impasses et boulevards: Maigret et l'espace parisien".

c) Au chapitre 4, Maigret appelle le Dr Paul au restaurant la Pérouse, où il préside un dîner. Cela m'a rappelé un passage des Mémoires intimes de Simenon, lorsqu'il évoque le "voyage triomphal" de 1952. Je vous transcris ici ce passage: "Je fais partie, en nom, du jury du prix du Quai des Orfèvres. A un déjeuner chez Lapérouse, je retrouve [...] le docteur Paul, médecin légiste, gourmand, gourmet, bon vivant, admirable conteur d'histoires. Il nous explique qu'il découpe ses cadavres les mains nues, cigarette au bec (le meilleur antiseptique, selon lui), et s'interrompt parfois pour manger un sandwich. Il s'amuse, dans les dîners mondains dont il est la coqueluche, à mimer les autopsies les plus macabres avec jubilation. Brave docteur Paul, complice de Maigret dans tant de mes romans!"

d) "il commanda autre chose, un marc, bien que ce ne fût pas l'heure d'un alcool sec, simplement parce que c'est ce qu'il avait bu la veille. On le taquinait, Quai des Orfèvres, sur cette manie. S'il commençait une enquête au calvados, par exemple, c'est au calvados qu'il la continuait, de sorte qu'il y avait des enquêtes à la bière, des enquêtes au vin rouge, il y en avait même eu au whisky." (chapitre 7) Voilà une manie que l'on connaissait bien à notre commissaire, et on comprend que Simenon en donne pour une fois une version explicite. Si l'on en croit Jacques Sacré, dans son ouvrage "Bon appétit, commissaire Maigret!", paru aux éditions du Céfal, la boisson est une partie importante des enquêtes de Maigret: "Dans ses enquêtes, Maigret fait allusion à la boisson à 1034 reprises. Si nous classons dans l'ordre la préférence de ses boissons, en fonction de la fréquence de leurs apparitions dans le texte, nous constatons que les alcools viennent en tête avec 328 citations. Suivent les bières avec 207 citations: les vins, 186 citations; les cafés et cafés arrosés, 159 citations; les liqueurs et apéros, 100 citations; les verres d'un type non précisé, 32 citations; et les boissons non alcoolisées, 22 citations (presque à titre symbolique!)" op.cit.

Une grande partie des enquêtes de Maigret ont donc été des "enquêtes à la bière": les demis, avalés sur le zinc ou accompagnant les inévitables sandwiches des interrogatoires de la PJ, sont très souvent cités; c'est d'ailleurs la première boisson évoquée au début du corpus dans LET. Certaines enquêtes sont par contre une véritable "orgie" d'alcools divers: par exemple, dans LIB, Maigret absorbe successivement un apéritif anisé, du whisky, du vermouth, du vin, de la gentiane, du rhum, un alcool indéfini, de la bière, et même une bouteille de Vittel, ce qui n'est sans doute pas inutile pour faire passer tout ça! Dans MAI, la liste n'est pas mal non plus: marc, bière, armagnac, vin blanc, champagne, vin rouge, fine à l'eau, pernod, calvados, rhum et ....Vittel!

Parmi les "enquêtes au calvados", on pourra citer DAM, où Valentine passe son temps à offrir du calvados à Maigret. Les "enquêtes à la fine" sont souvent celles où Maigret enquête dans les bars ou les boîtes de nuit, comme par exemple PIC. Un exemple d'"enquête au vin blanc" est MEU, où Maigret va boire souvent chez l'Auvergnat voisin du meublé de Mlle Clément, ou encore COR, où Maigret boit le vin blanc ramené par le mari d'Aline Calas. L'"enquête au pernod" peut rappeler la chaleur typique des journées d'été, comme dans GRA. L'"enquête au whisky" a souvent un rapport avec l'Amérique (par exemple LOG). On trouve aussi l'"enquête au grog", par exemple quand Maigret couve une grippe (VIN).

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links