Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: Train de nuit (Night Train)

8/23/12 –

1. A Maigret in gestation

Train de nuit is one of what Simenon scholars call the "proto-Maigrets", the series of four novels containing a "draft version" of Maiget, published before his "official" appearance in the series of 19 novels by Fayard. In these proto-Maigrets, the Chief-Inspector is sketched in greater and greater detail as the series progresses.

His name appears for the first time in Chapter 6 of the first part of Train de nuit, mentioned in a newspaper article, as Chief Inspector of the Flying squad at Marseilles. Inspector Torrence is already working with him. However, we have to wait until the third chapter of the third part of the novel, to be shown the character "in flesh and blood". Even so, this expression isn't a perfect fit, for the rather summary physical description of the Chief Inspector doesn't appear until the sixth chapter: "a broad silhouette". So we still don't know what he looks like, whether he's already wearing a bowler hat or an overcoat, not even whether he smokes a pipe...

His personality is slightly more detailed: "a quiet man, rough spoken, intentionally brusque". In short, from crude to crude... His intervention in the novel still displays what will become one of his most essential attributes... his empathy. Indeed, his first act is to reassure Jean's mother and fiancée about the fight with Scarface. From there on, his other actions will be of the same sort... to bring the two women to the wounded Jean, and then to have him taken to the hospital by Torrence. In short, acts filled with solicitude. On the other hand, his attitude towards Rita, while maintaining his "policeman" persona, is nonetheless full of kindness... once he's gotten the beginning of a confession from her about the murder on the train, he suggests that she flee. But Rita refuses to leave Jean, and it takes the almost miraculous intervention - in a style typical of the "twist" novels of the era – of Father Déveine for the young woman to finally escape the justice of men... Finally, we should note that at the time of his last appearance in thus novel, Maigret is described mainly by his moral aspect, with this sentence that could not be more eloquent or significant,

"He had spoken to him almost harshly, but in such a way that you could feel a warm sympathy behind that hardness."

"Sympathy" is the word launched, not very far from the term "empathy"... And this is the aspect that we will find again, both in the other three proto-Maigrets, and later in the corpus. If Maigret doesn't yet have all the physical attributes of his character as we will know him, he is already displaying the germ of his personality...

2. Drafts and contrasts

In his essay accompanying the Omnibus edition of the four proto-Maigrets, collected in one volume under the title Maigret entre en scène [Maigret enters the scene], Francis Lacassin makes an analysis of the genesis of the Maigret character, how he emerged from a succession of trials by the author, who had created other detective characters before settling on Maigret. Thus, Lacassin writes,

"Before his appearance in the four novels preceding Pietr-le-Letton, Maigret had undergone in Simenon's "popular writings" a four-year-long genesis. A genesis spanning 18 characters who had preceded him like so many sketches.... With three exceptions, the author forgot them as soon as their first and only mission ended. Some, however, would contribute a gesture, a habit, or some detail of Maigret's personality. Others participated in a negative way, helping the author to test and eliminate elements that didn't fit."

Lacassin presents in great detail these 18 sketches, both the positive and the negative, with regard to the future Maigret. First, Lacassin's "unsuccessful candidates for the role":

  • Anselme Torrès, an ex-policeman working privately, battling Nox l'insaisissable [The elusive Nox] in the novel of the same name, by Christian Brulls. 1926, Ferenczi.

  • Anne-Marie Givonne in Mademoiselle X, Christian Brulls, 1928, Fayard.

  • Georges Aubier dans Une femme a tué [A woman has killed], by Jean du Perry, 1929, Ferenczi.

  • Gérard Moniquet, an agent of the Sûreté, in La femme en deuil [The woman in mourning], by Georges Sim, 1929, Tallandier.

  • Serge Polovzef in Le Chinois de San Francisco [The Chinese of San Francisco], Georges Sim, 1930, Tallandier.

  • Jackson, a New York detective, in Destinées, [Destinies] Georges Sim, 1929, Fayard.

  • Joseph Leborgne, a private eye, in Les treize Mystères [The 13 Mysteries], by Georges Simenon, 1932, Fayard.

  • Judge Froget in Les treize coupables [The 13 guilty ones], Georges Simenon, 1932, Fayard.

  • Inspector Tabaret, in Deuxième bureau [Second Bureau]. by Georges Sim, 1933, Tallandier.

Next, those who left something to Maigret:

  • Yves Jarry, a sort of Arsène Lupin, whom the author will keep for a while in competition with Maigret, hesitating between the two, and finishing by ceding victory to the Chief Inspector. Yves Jarry appeared in four novels, signed Georges Sim, from Fayard. The first, Chair de beauté [Flesh of beauty], in 1928; the three others in 1929: La femme qui tue [Women who kill], L'amant sans nom {Lover without a name], La fiancée aux mains de glace [The fiancee with icy hands]. The novelist had a weakness for Jarry, but he realized that the character was too close to conventional popular literature, and to overcome this, he needed another character, constructed in opposition to the Lupin-like Jarry... which would be Maigret, a hulking Chief Inspector,45 years old, with a plebian air, anchored in his French milieu, while the young, svelte and elegant Jarry traveled the four corners of the world. Simenon would only retain Jarry's ability to immerse himself into any environment, as Maigret manages to soak up any and all atmospheres.

  • in l'Amant son nom, Jarry is caught by a policeman named "Inspector 49", with some characteristics which seem like Maigret... enormous and heavy, a stubborn air, and moreover, smoking a pipe!

  • Inspector Jean Tavernier, in La victime, by Georges-Martin Georges, 1929, Ferenczi, has the habit of "sniffing around" the locations of an investigation.

  • the amateur detective, Jackie, in Les bandits de Chicago, by Georges Sim, 1929, Fayard, tries to reconstruct the thinking of the criminal.

  • Sergeant Deffoux, in Katia acrobate, George Sim, 1931, Fayard, is compassionate.

  • Joseph Boucheron, Inspector in the Sûreté nationale, in L'homme à la cigarette, Georges Sim, 1931, Tallandier, is a somewhat clumsy policeman, but he uses his intuition to solve his case.

To complete the list of 18, Lacassin mentions three characters already present in the popular novels, and which will be found in the official corpus of Maigret: Judge Coméliau, and the Inspectors Torrence and Lucas.

We can add to this list the name of Inspector Sancette. He appears in 1929 in stories published in the weekly Ric et Rac, under the pseudonym Christian Brulls. We find him again, under the name G.7, in Les treize énigmes, stories first published in the weekly, Détective in 1929 under the pseudonym Georges Sim, then by Fayard in 1932 under the author's own name. Sancette is also the hero of five novels, Captain SOS (Christian Brulls, 1929 Fayard), Matricule 12 (Georges Sim, 1932 Tallandier), Le château des Sables rouges (Georges Sim, 1933 Tallandier), L'homme qui tremble (Georges Sim, Fayard 1930), les Amants du malheur (Jean du Perry, 1930 Ferenczi). As G.7, he is the hero of the story La folle d'Itteville, published in 1931, under the author's name, in a volume planned to inaugurate a series, called Phototexte, which would consistt of photographic novels, published by Jacques Haumont. Simenon entrusted the illustrations to Germaine Krull, a very famous photographer between the two world wars. The collection was launched by Simenon with great fanfare, August 4, 1931, at a party aboard the Ostrogoth, moored near Pont Marie. Why "repeat the blow" of the "Anthropometric Ball", which had launched Maigret in February of that same year, and try again with a new character?

This is the question posed by Lacassin, and to which he also answers (in his essay accompanying the Omnibus edition Les exploits de l'inspecteur Sancette):

"Why make competition for Maigret, after having worked so hard to persuade Fayard to launch him? ... Wasn't Simenon interested in dedicating himself to a character destined to succeed?

A prodigious success... sixty years later. But Simenon, in 1930, wasn't convinced of this fact at the beginning of the match he was playing against posterity. He deliberately kept two irons in the fire, waiting to see which of the two, Maigret or G.7, would prevail.

Before launching Maigret, Fayard required a portfolio of four manuscripts... Aboard the Ostrogoth moored at Morsang, Simenon used the summer [1930] to add three more episodes to the saga of the Chief Inspector. But he didn't give up on G.7. The following spring, he wrote four adventures of G.7 for the publisher Jacques Haumont, La Folle d'Itteville, La Nuit des sept minutes, Le Grand Langoustier, and L'Enigme de la Marie-Galante. Four G.7s against four Maigrets; the Ostrogoth Ball against the Anthropometric Ball. Let the better man win!

That would be Maigret, for various reasons. For his experience, his ability to empathize, masked by a rough exterior. Against him, the dashing G.7, pleasant and whimsical, looks like a lightweight. Fayard, the accomplished commercial organization, also played its role. In contrast, Jacques Haumont was a beginner, pleasant and inexperienced... La folle d'Itteville was his first (and last) book... This initiative came too early in country with a fixed mindset, where writing was considered a cult object, while illustrated books were the realm of children or less-educated readers.

And it must be said, if the idea was novel, the execution was lamentable. An awkward layout chopped up the text, clipped Germaine Krull's illustrations, and was moreover poorly printed on bad paper.

Simenon stashes his three manuscripts in a drawer. He'll use his entry into Gallimard in 1933 to have them published in the weekly, Marianne. They are published under the title, Les Sept Minutes, only in 1938."

At any rate, in the year 1929, Simenon, who lived most of the time on his boat, the Ostrogoth, wrote a number of stories while traversing the waters of Northern Europe. It was in that year that he wrote Train de Nuit. As mentioned above, the character Maigret only appeared sporadically, sketchily drawn. It will still take three more attempts before the transformation of the sketch into a masterpiece...

Simenon submitted Train de nuit to Fayard, who accepted it for the collection "Masters of the popular novel", since the novel was still in the spirit of this sort of literature. "A low-end collection, wrote Lacassin, as evidenced by the presentation. A large thin booklet (which newsagents hung by a clothespin) with the text printed in two columns to save paper. With a yellowish cover, the color of wrapping paper, decorated with an undistinguished dark vignette..." The volume appeared in October, 1930 under the signature of Christian Brulls.

If this novel still springs from popular literature, its author is "gearing up" to move to another level, and, besides the more or less conventional plot, it experiments with other styles. As Lacassin writes again,

"If, from his first appearance, Maigret is to rendezvous with his vocation of repairer of destinies, Simenon, from Train de nuit, is to rendezvous with his vocation as a psychological novelist. Under the cover of the "popular heart", he has sprinkled this novel with notations, sketches of atmosphere which allow us to follow the track... At the time he wrote Train de nuit, Simenon was already in possession of the art of the story-teller. Instead of describing and burdening the story with details, he suggests. He has the art of setting up the atmosphere and revealing his characters with little touches."

3. The death of Scarface, or, how to break the mold...

And to finish, I'd like to underline how, to the list of 18 sketches mentioned by Lacassin, we can add a character, who would be like a sort of negative print of what will become the character of Maigret thereafter. I'd like to speak of the character Scarface, who plays the role of the villain in this novel. I don't know whether some Simenon scholar has already remarked on how much the physical description of Scarface recalls certain descriptions, particularly those of the "first form", of Maigret himself? Here are two examples...

"He was about six feet tall. His shoulders were broader than average, his features hard, as if carved in stone. But in his face seemed almost good-natured, somewhat frightening." (Ch. 6 of the first part)

Wouldn't that be the almost nightmarish Maigret described in Le pendu de Saint-Pholien, for example?

Scarface releases this force, this hope of trust in him that we will see repeatedly in Maigret,

"And Scarface, both hands in his pockets, advanced to the middle of the room. He gave the Count a scornful look. His huge hand suddenly struck the arm holding the gun." (Ch. 1 of the second part)

But if, with Maigret, this kind of quiet strength is always directed toward the positive, towards good, in the empathy he feels for others, for Scarface, it's for harm. Which is why he must die in this novel... it's the only way for Simenon to have Maigret to inherit this power generated by the character...


Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, August 2012

original French

Maigret of the Month: Train de nuit (Night Train)

8/23/12 –

1. Un Maigret en gestation

Train de nuit fait partie de la série des "proto-maigret", quatre romans ainsi nommés par les simenoniens parce qu'y apparaît, en ébauche, le personnage de Maigret, avant son arrivée "officielle" dans la série des dix-neuf romans publiés chez Fayard. Le commissaire est esquissé dans les proto-maigret, avec de plus en plus de détails au fil des textes.

Son nom apparaît pour la première fois au chapitre 6 de la première partie de Train de nuit, mentionné dans un article de journal, en tant que commissaire à la brigade mobile de Marseille. Il a déjà sous ses ordres l'inspecteur Torrence. Il faut attendre cependant le troisième chapitre de la troisième partie du roman pour que le personnage nous soit montré "en chair et en os". Et encore, cette expression ne convient-elle pas complètement, car la description physique du commissaire - plutôt sommaire – n'interviendra qu'au sixième chapitre: "une large silhouette". On ne sait donc pas à quoi il ressemble, s'il porte déjà un chapeau melon ou un pardessus, même pas s'il fume la pipe...

Son caractère est à peine plus détaillé: "un homme calme, au parler rude, aux manières volontiers brutales". Du brut de brut, en somme... Son intervention dans le roman n'en porte pas moins en matrice ce qui deviendra plus tard un de ses attributs les plus essentiels: son empathie... En effet, sa première action est de rassurer la mère et la fiancée de Jean à propos de la bataille qui se livre avec le Balafré. Ses autres gestes, par la suite, seront du même ressort: emmener les deux femmes auprès de Jean blessé, puis les faire conduire à l'hôpital par Torrence. Bref, des gestes plein de sollicitude... D'autre part, son attitude envers Rita, si elle garde son arrière-plan "policier", n'en reste pas moins remplie de mansuétude: une fois qu'il a obtenu d'elle un début d'aveu à propos du crime dans le train, il lui suggère de s'enfuir. Mais Rita refuse de quitter Jean, et il faudra l'intervention –presque miraculeuse, dans le style typique des romans à rebondissements de l'époque – du père Déveine pour qu'enfin la jeune femme échappe à la justice des hommes... Enfin, on notera que lors de sa dernière apparition dans ce roman, il est décrit surtout par son aspect moral, avec cette phrase qui ne peut être plus parlante et plus symptomatique:

"Il lui avait parlé presque durement, mais d'une façon telle qu'on sentait sous cette dureté une chaude sympathie."

Sympathie, le mot est lancé, et il n'est plus très éloigné du terme "empathie"... Et c'est cet aspect-là qu'on va retrouver, aussi bien dans les trois autres proto-maigret, que dans la suite du corpus. Si Maigret n'a pas encore tous les attributs physiques du personnage tel qu'on va le connaître, il a déjà en germe ce qui fait sa spécificité psychique...

2. Ebauches et contrepoints

Dans le dossier qu'il a établi pour l'édition chez Omnibus des quatre proto-maigret, réunis en un volume sous le titre Maigret entre en scène, Francis Lacassin fait une analyse de la genèse du personnage de Maigret, comment celui-ci s'est dégagé à la suite d'essais successifs du romancier, qui a décrit d'autres personnages du monde policier avant de poser définitivement son choix sur Maigret. Ainsi, Lacassin écrit:

"Avant d'apparaître dans ces quatre romans antérieurs à Pietr-le-Letton, Maigret a connu dans l'œuvre populaire de Simenon une genèse longue de quatre années. Genèse opérée à travers dix-huit personnages qui l'ont précédé comme autant d'esquisses. [...] A trois exceptions près, l'auteur les oubliera aussitôt leur première et unique mission terminée. Quelques-uns contribueront cependant par un geste, une manie, un détail d'apparence à la personnalité de Maigret. Les autres y participeront de façon négative, en aidant l'auteur à tester et éliminer des éléments ne convenant pas à celui-ci."

Et Lacassin de présenter avec force détails ces dix-huit esquisses, qu'elles soient en positif ou en négatif par rapport au futur Maigret. D'une part, les "candidats non retenus pour le rôle", dixit Lacassin:

  • Anselme Torrès, un ex-policier opérant en privé, combat Nox l'insaisissable dans le roman éponyme, signé Christian Brulls et paru en 1926 chez Ferenczi

  • Anne-Marie Givonne dans Mademoiselle X, par Christian Brulls, 1928 chez Fayard

  • Georges Aubier dans Une femme a tué, signé Jean du Perry, 1929 chez Ferenczi

  • Gérard Moniquet, un agent de la Sûreté, dans La femme en deuil, par Georges Sim, 1929 chez Tallandier

  • Serge Polovzef dans Le Chinois de San Francisco, Georges Sim, 1930 chez Tallandier

  • Jackson, un inspecteur new-yorkais, dans Destinées, Georges Sim, 1929 chez Fayard

  • Joseph Leborgne, un privé, dans Les treize Mystères, Georges Simenon, 1932 chez Fayard

  • le juge Froget dans Les treize coupables, idem et ibidem

  • l'inspecteur Tabaret, dans Deuxième bureau. Georges Sim, 1933 chez Tallandier.

D'autre part, ceux qui ont laissé quelque chose à Maigret:

  • Yves Jarry, une sorte d'Arsène Lupin, que l'auteur va garder un certain temps en compétition avec Maigret, hésitant entre les deux et finissant par laisser la victoire au commissaire. Yves Jarry apparaît dans quatre romans, signés Georges Sim, et parus chez Fayard: le premier, Chair de beauté, en 1928; les trois autres en 1929: La femme qui tue, L'amant sans nom, La fiancée aux mains de glace. Le romancier avait un faible pour Jarry, mais il s'est rendu compte que ce personnage était trop proche de la littérature populaire conventionnelle, et pour s'affranchir de celle-ci, il lui fallait un autre personnage, construit en opposition au lupinesque Jarry: ce sera Maigret, un massif commissaire de 45 ans aux allures plébéiennes, ancré dans son milieu français, alors que le jeune, svelte et élégant Jarry voyageait aux quatre coins du monde. Simenon ne conservera du personnage que sa faculté de s'immerger dans tous les milieux, comme Maigret parvient à s'imbiber de toutes les atmosphères

  • dans l'Amant son nom, Jarry est aux prises avec un policier nommé "l'inspecteur N.49", dont les traits ne sont pas sans rappeler Maigret: énorme et pesant, un air buté, et de surcroît fumant la pipe!

  • l'inspecteur Jean Tavernier, dans La victime, signé Georges-Martin Georges, 1929 chez Ferenczi, a l'habitude de "renifler" les lieux d'une enquête

  • le policier amateur Jackie, dans Les bandits de Chicago, signé Georges Sim, 1929 chez Fayard, essaie de reconstituer les pensées du criminel

  • le brigadier Deffoux, dans Katia acrobate, George Sim, 1931 chez Fayard, exerce sa faculté de compassion

  • Joseph Boucheron, inspecteur de la Sûreté nationale, dans L'homme à la cigarette, de Georges Sim, 1931 chez Tallandier, est un policier un peu lourdaud, mais qui va user de son intuition pour résoudre son enquête.

Pour compléter la liste à dix-huit, Lacassin mentionne trois personnages, déjà présents dans les romans populaires, et qu'on retrouvera dans le corpus officiel des Maigret: le juge Coméliau, les inspecteurs Torrence et Lucas.

On peut ajouter à cette liste le nom de l'inspecteur Sancette. Celui-ci est apparu en 1929 dans des nouvelles publiées par l'hebdomadaire Ric et Rac, sous le pseudonyme Christian Brulls. On retrouve le même personnage, sous le nom de G.7, dans Les treize énigmes, des nouvelles d'abord publiées dans l'hebdomadaire Détective en 1929 sous le pseudonyme Georges Sim, puis chez Fayard en 1932 sous le nom de l'auteur. Sancette est aussi le héros de cinq romans: Captain SOS (Christian Brulls, 1929 Fayard), Matricule 12 (Georges Sim, 1932 Tallandier), Le château des Sables rouges (Georges Sim, 1933 Tallandier), L'homme qui tremble (Georges Sim, Fayard 1930), les Amants du malheur (Jean du Perry, 1930 Ferenczi). Quant à G.7, il est le héros de la nouvelle La folle d'Itteville, qui paraît en 1931, sous le nom de l'auteur, dans un volume qui devait inaugurer une série, baptisée Phototexte, qui consisterait en romans photographiques, publiés par Jacques Haumont. Simenon en avait confié la partie illustrée à Germaine Krull, une photographe très célèbre de l'entre-deux-guerres. La collection est lancée à grand fracas par Simenon, le 4 août 1931, lors d'une fête à bord de l'Ostrogoth, amarré près du pont Marie. Pourquoi "refaire le coup" du bal anthropométrique, qui avait lancé les Maigret en février de cette même année, et tenter un nouvel essai avec un autre personnage ?

C'est la question que se pose Lacassin, et à laquelle il apporte aussi une réponse (dans le dossier établi pour l'édition Omnibus Les exploits de l'inspecteur Sancette):

"Pourquoi faire de la concurrence à Maigret, après s'être donné tant de mal pour persuader Fayard de le lancer ? [...] Simenon n'a-t-il pas intérêt à se consacrer à un personnage promis au succès ?

Succès prodigieux... soixante ans plus tard. Mais Simenon, en 1930, n'était pas persuadé de cette évidence au début de la partie qu'il engageait contre la postérité. C'est délibérément qu'il a gardé deux fers au feu, en attendant de savoir lequel des deux, de Maigret ou de G.7, l'emporterait.

Avant de lancer Maigret, Fayard exige d'avoir en portefeuille quatre manuscrits. [...] A bord de l'Ostrogoth amarré à Morsang, il emploie l'été [1930] à ajouter trois épisodes de plus à la saga du commissaire. Il ne renonce pourtant pas à G.7. Le printemps suivant, il rédige quatre aventures de G.7 destinées à l'éditeur Jacques Haumont: La Folle d'Itteville, La Nuit des sept minutes, Le Grand Langoustier, L'Enigme de la Marie-Galante. Quatre G.7 contre quatre Maigret; le bal de l'Ostrogoth contre le Bal anthropométrique. Que le meilleur gagne !

Ce sera Maigret, pour diverses raisons. Par son expérience, sa faculté de compatir masquée par un aspect rugueux. Face à lui le fringant G.7, agréable et fantaisiste, apparaît comme un «poids léger». L'organisation commerciale, bien rôdée, de Fayard a également joué son rôle. Face à elle, Jacques Haumont est un débutant sympathique et inexpérimenté: La folle d'Itteville est son premier (et dernier) livre. [...] Cette initiative arrivait trop tôt dans un pays aux mentalités figées, où l'écrit fait l'objet d'un culte, où l'image est vouée aux enfants et aux lecteurs des classes modestes.

Il faut aussi le dire, si l'idée était novatrice, l'exécution était lamentable. Une mise en page maladroite hache la lecture, rogne les illustrations de Germaine Krull par ailleurs mal clichées et imprimées sur un mauvais papier.

Simenon enfouit ses trois manuscrits caducs dans un tiroir. Il profitera de son entrée chez Gallimard en 1933 pour les faire publier dans l'hebdomadaire Marianne. Ils seront édités sous le titre Les Sept Minutes, seulement en 1938."

Quoiqu'il en soit, lors de l'année 1929, Simenon, qui vit la plupart du temps sur son bateau l'Ostrogoth, écrit de nombreuses nouvelles tout en sillonnant les eaux d'Europe du Nord. C'est cette année-là qu'il écrira Train de Nuit. Comme dit plus haut, le personnage de Maigret n'y apparaît que sporadiquement, à peine dessiné. Il faudra encore le temps de trois autres essais avant de transformer l'ébauche en chef-d'œuvre...

Train de nuit est proposé par Simenon à Fayard, qui l'accepte pour sa collection "Les maîtres du roman populaire", puisqu'aussi bien ce roman use encore des ressorts de cette sorte de littérature. "Collection bas de gamme, écrit Lacassin, comme en témoigne la présentation. Un grand et mince fascicule (que les marchands de journaux suspendent par une épingle à linge) au texte imprimé à deux colonnes pour économiser le papier. Avec une couverture jaunâtre, couleur de papier d'emballage, ornée d'une vignette au trait brunâtre commise par un dessinateur revenu de tout." Le volume paraît en octobre 1930 sous la signature de Christian Brulls.

Si ce roman ressort encore de la littérature populaire, son auteur est en train de "faire ses armes" pour passer à un autre niveau, et, à côté de l'intrigue plus ou moins conventionnelle, il s'essaie à d'autres formes de style. Comme l'écrit Lacassin encore:

"Si, dès sa première apparition, Maigret est au rendez-vous avec sa vocation de raccommodeur de destinées, Simenon, dès Train de nuit, est au rendez-vous avec sa vocation de romancier psychologique. A l'abri du «cœur populaire», il a parsemé ce roman de notations, d'esquisses d'atmosphère qui nous permettent de retrouver sa piste. [...] Au moment où il écrit Train de nuit, Simenon est déjà en possession de l'art de conter. Au lieu de décrire et d'alourdir le récit par des détails, il suggère. Il a l'art de poser l'atmosphère et de révéler les personnages par petites touches. "

3. Mort du Balafré ou comment casser le moule...

Et pour terminer, j'aimerais souligner comment, à la liste des dix-huit esquisses mentionnée par Lacassin, on pourrait ajouter un personnage, qui serait comme une sorte d'empreinte en négatif de ce que sera le personnage de Maigret par la suite: je veux parler du personnage du Balafré, celui qui tient le rôle du méchant dans ce roman. Je ne sais pas si quelque simenonien a déjà remarqué combien la description du physique du Balafré rappelle certaines descriptions, surtout celles "première manière", de Maigret lui-même ? En voici deux exemples:

"Il mesurait un mètre quatre-vingt ou quatre-vingt-cinq. Il avait des épaules d'une largeur peu commune, des traits durs, comme taillés à même la pierre. Son visage était pourtant imprégné de bonhomie spéciale, un peu effrayante." (chapitre 6 de la première partie)

Ne dirait-on pas le Maigret presque cauchemardesque décrit dans Le pendu de Saint-Pholien, par exemple ?

Le Balafré dégage cette force, cette espère de confiance en soi qu'on verra à plusieurs reprises chez Maigret:

"Et le Balafré, les deux mains dans les poches, s'avançait jusqu'au milieu de la chambre. Il toisait le Comte du regard. Sa main énorme s'abattit soudain sur le bras qui tenait l'arme." (chapitre 1 de la deuxième partie)

Mais si, chez Maigret, cette sorte de force tranquille est toute tournée vers le positif, vers le bien, dans l'empathie qu'il éprouve envers les autres, chez le Balafré, c'est pour le mal qu'il agit. C'est pourquoi il va devoir mourir dans ce roman: c'est la seule façon pour Simenon de faire hériter Maigret de cette puissance dégagée par le personnage...


Murielle Wenger

English translation

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links