Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret et l'homme tout seul (Maigret and the Loner)
2/25/10 –

1. Bio-bibliographical Markers

We might ask ourselves why Simenon has taken up once more the theme of the vagrant who has broken his family ties, which he has already dealt with in other novels (Maigret and the Bum [CLO], for example). Of course we recognize Simenon's attraction to the life of the clochards, and I believe in this novel, it's above all the theme of solitude that he wanted to treat, a solitude not imposed, but deliberately chosen by a man who decided to put himself outside of society.

If we consider this novel in light of elements of Simenon's life at the time of its writing, we could say that it was written during a difficult time (the novel is dated February, 1971)... His mother had died in December (1970), his wife Denyse had again undergone a serious breakdown, and his daughter Marie-Jo was causing him great anxiety... On the novelistic side, the book before this one was the non-Maigret, The Disappearance of Odile, which described, almost as a premonition, the flight of a young girl, resembling the one Marie-Jo would make... In March, 1971, came his next, The Glass Cage, another novel about solitude...

In fact, I think another thing which motivated Simenon to write Maigret and the Loner, was to immerse himself once more into the biography of his character, and the desire, perhaps unconscious, to explain once and for all the reasons for his stay in Lucon, which was the setting for the investigation in Maigret in Exile [JUG]. Simenon may say – along with those who write about him – that he never rereads his books, but we note all the same that the author remembers astonishingly well the biographical elements of his Chief Inspector... If not, how can we explain his reference, in this novel, to memories of the Vendée from another novel written 30 years earlier?

Also very interesting – and at the same time intriguing – is the fact of the precise dating in the novel (Ch. 1: "It was 1965 and Les Halles market had not yet been moved from Paris to Rungis"; and the allusions in a number of chapters to the years 1945 and 1946 when Vivien had known Nina Lassave). It's actually extremely rare that we find in the Maigret corpus explicit mention of the year of the investigation. We often have to infer it from textual clues, and that's why it's so difficult to make a chronology of Maigret's career... see the attempts by Jean Forest and David Drake, and that by Jacques Baudou. In fact, besides this novel, the only two others which expressly give the date of an investigation are: Maigret Stonewalled [GAL] (1930) and Maigret's First Case [PRE] (1913).

But even more striking is this passage in Ch. 6, when Maigret goes to the newspaper archives searching for traces of the Lassave case...

"As for him, in 1946, he hadn't been in Paris. It was the time when he had displeased the Director of the PJ, who had retired several months later. They'd sent him to Luçon where he'd had hardly anything to do, and where, to kill time, he played billiards almost all day long. He was dejected for nearly a year, and Mme Maigret also didn't adapt well to the Vendée. Happily, the new Director had recalled him to Paris. He was not yet the principal Chief Inspector, not yet in charge of the Crime Squad. This stay in Luçon was like a hole in his career and in his memories."

Even if we take into account the chronological inconsistencies of the dating of the stay in Luçon during WWII, we note with interest this strange overlap of a character who was exiled to Luçon, and his author who had actually lived in the Vendée during the same period...

2. Maids and chambermaids

"a very young maid in a white apron emerged from the shadow of the hallway" (Ch. 5)

In a previous MoM, I made a little tour of the spectrum of housekeepers encountered by Maigret in the course of his investigations. This time, because of Mahossier's maid, I'd like to lead you to the discovery of some maids and chambermaids met by the Chief Inspector during the exercise of his duties...

First note that I've only taken into account the maids and chambermaids who work in homes, and not those who work in hotels or cafes.

Maid, servant, domestic... the three terms emerge from Simenon's pen to designate, using the dictionary definition of maid, a "domestic who does the housekeeping, shopping, often the cooking, and who lives in the employer's house". A chambermaid is generally more specifically attached to the personal service of a woman, but I've also taken them into account, because they play a role in the novels quite similar to that of the maids.

We'll take a little tour of these characters, following the chronological order of the corpus. I'll set aside, however, the two special cases of Julie (Death of a Harbor Master) [POR] and Félicie (Maigret and the Toy Village) [FEL], characters who play a much more important role in the plot than the simple one of a maid, and who merit a deeper analysis.

The first maids encountered by Maigret are banal and anonymous enough: a maid, qualified a little later as a domestic, at Mme Swaan's in Maigret and the Enigmatic Lett [LET], of whom we only learn that she had a local accent, and that she wore an apron (a constant among Simenon's maids!). We know nothing else about her physique. In Maigret Stonewalled [GAL], the Gallets' servant, Eugénie was about thirty, and squinted. In Maigret and the Hundred Gibbets, [PHO] a domestic is merely mentioned in the text to introduce Maigret at Belloir's. In The Yellow Dog [JAU], a "little maid with a distressed look", wearing a white apron, saw Maigret in to Mme Servières. In A Crime in Holland [HOL], we encounter two characters of this type... first, the Popingas' little maid, whom Maigret saw washing the entranceway, "leaning over with her head down below her waist", and maybe having surprised her in this position made him imagine that Popinga had probably "fooled around with her". However, the girl was not particularly attractive... she had "plain features, a great flat face, vacant". But Maigret deduced nonetheless that Popinga was attracted by all women... Then the elderly servant of the Liewens, with a blotchy complexion and a checked apron. Then another maid with a white apron, Basso's, and a servant with a stupid look, Feinstein's, in The Bar on the Seine [GUI]. Another domestic with a white apron at the Grandmaisons' (Death of a Harbor Master) [POR], and there also, a middle-aged servant, sour-tempered and scowling. In Maigret Mystified [OMB], a servant merely opens the Couchets' door for Maigret. In Maigret Goes Home [FIA], the appearance of the first chambermaid, that of the countess... but we learn no more about her.

It's in The Lock at Charenton [ECL] that two maids appear who are a little more typical. First, Mathilde, "a fat, appetizing girl, especially when seen from behind, for her coarse face, with hard, irregular features, was disappointing", whose disheveled appearance allowed Maigret to imagine the scene between her and Ducrau before the Chief Inspector's arrival. Then Mélie, the servant who worked in Ducrau's country house, who had "neither age, nor spirit, nor charm", "no bust, no femininity", but with whom Ducrau slept all the same, for provocation.

In Maigret in Exile [JUG], we get a glimpse of Janin's domestic, "a woman about 30, with a vacant look". In Maigret and the Fortuneteller [SIG], we meet – finally! – a much more attractive character... for Maigret also... the little maid of the dairyman, Emma, "a plump little girl of 18, with a well-developed bust, pink skin", "her features not yet fully formed like a fat rag doll" At the Nauds (Inspector Cadaver) [CAD], we meet a servant, Marthe, who is "a young country girl, unsophisticated, whose black dress and white apron brought out the harsh imbalance of her features". In Maigret and the Toy Village [FEL], Félicie has as a confidante, Léontine, Forrentin's maid, a moon-faced girl of 20.

In Maigret in Retirement [FAC], Mme Amorelle's chambermaid is, she too, dressed in black with a white apron. She's around 40, very ugly, with eyes like "shoe buttons". Another anonymous chambermaid brings Maigret to Charles Malik and his wife. And it's an elderly servant in a blue apron who greets Maigret at Campois'. There's also an old maid, "dry, with a moustache" who works at the judge's in The Evidence of the Altar-Boy [cho]. Mme Bellamy's chambermaid (Maigret on Holiday [VAC]) is no more attractive... "a thin girl, no bust or hips, an unattractive face with irregular features, and unhealthy teeth".

In Maigret's First Case [PRE], we find our hero faced with another type of character... the priceless Germaine, the Gendreaus' maid, with big bulging eyes, who evokes for Maigret "the praying mantis which devours the male after mating", with a "heavy chest, swollen with sap". The Gendreaus' other maid, Marie, is a child of 16, "with a pointed nose, a neck like a plucked bird, tousled hair on which sat a pretty lace bonnet. She was dressed in black and wore a maid's apron". She had a "mouse's nose", a hopping gait, and "a waist as small as Polaire's". (Polaire was an extremely wasp-waisted entertainer in turn-of-the-century Paris (see (French) Wikipédia article on Polaire).

In Maigret and the Old Lady [DAM], the maid, whom Maigret doesn't meet in person, since he's investigating her death, is called Rose. According to the information he obtains, Maigret learns that she was a "strong girl, with a ruddy face, and large breasts", which didn't stop her from wearing very loud and tight-fitting clothes. In Maigret's Revolver [REV], the Chief Inspector meets another shapely maid, that of Jeanne Debul, Georgette: "She had a pink complexion, large breasts... You could have said that her body, overly plump all over, was unfinished, and with her complexion too fresh for Paris, she made you think of a gosling that hasn't yet lost its down."

Rose, the Chabots' maid (Maigret Afraid [PEU]) was, according to her own account, a woman over 60, while the Gouins' chambermaid (Maigret's Mistake [TRO]) was fairly young, rather pretty, and wore "a stylish apron over her black uniform". Another Rose appeared in Maigret and the Young Girl [JEU], just arrived from Normandy, who was "not yet 16, and hadn't yet lost her down". Similarly, in Maigret Sets a Trap [TEN], Odile, the Moncins' maid, is not yet 20, wears a white apron, and "must have arrived recently from the country, of which she'd retained the blush."

In Maigret's Failure [ECH], we meet two chambermaids, Noémi and Germaine. No physical description. In None of Maigret's Business [AMU], a maid plays a more important role in the plot, Josépha Chauvet, the maid of Dr. Jave, who is her daughter's lover. Josépha is a "big dry woman, somewhat masculine". In Maigret and the Reluctant Witnesses [TEM], Maigret deals with the Lachaumes' servant, old Catherine, flat-chested, with "dirty black skirts hanging down".

In Maigret Has Doubts [CON], we meet the Pardons' maid, whom we meet again in Maigret and the Nahour Case and in Maigret and the Killer [TUE], where we learn that her name is Eugénie.

Also in Maigret Has Doubts [CON], the Jossets' chambermaid, Carlotta, is Spanish, "a girl about 30, pretty enough, with an impertinent look, but hard, narrow lips". In Maigret and the Black Sheep [BRA], we meet another Germaine, Dr. Fabre's maid, and another maid in the building where the Josselins live, a "beautiful girl, very dark, with immense eyes, a pronounced Spanish or Latin-American type", named Dolorès.

In Maigret and the Bum [CLO], Mme Keller's maid is named Berthe, young and pretty. In Maigret on the Defensive [DEF], we meet another Spanish type maid, Carola, Dr. Mélan's maid, who wears a stained apron, and whose "large black eyes didn't have much more expression than those of a cow in a field, but who was nonetheless a magnificent female". In Maigret Bides His Time [PAT], the building where Palmari lives has maids' rooms on the top floor, occupied by a certain Yolande, another maid who often spends the night out, and a Spanish maid named Amélia.

In Maigret and the Nahour Case [NAH], Maigret deals with Mme Nahour's chambermaid, Nelly, a Dutchwoman "with eyes an astonishingly pale blue", and "almost transparent pupils"; she wore a black satin dress and a white apron with embroidered scallops. In Maigret in Vichy [VIC], Hélène Lange's maid, Charlotte, a little simple, hardly more than 16, wore "a dress so short that, when she leaned over, you could see her pink panties. Her legs and thighs were heavy, shapeless... You would have said they were the legs of a cheap doll, of which they had the same artificial color."

Mme Parendon's chambermaid (in Maigret Hesitates [HES]), named Lise, is a pretty girl with very light, soft hair. In Maigret and the Killer [TUE], the Batilles' chambermaid is "youngish and pretty" wearing a "chic uniform". Chabut's chambermaid (Maigret and the Wine Merchant [VIN]) is of the same mold... "dark, pretty, her black silk uniform showing off her body to advantage". She also wore an apron, as well as a linen cap. At Mme Marcia's (Maigret and the Informer [IND]), the young chambermaid had "enormous breasts".

Finally, the last chambermaid to appear in the corpus is Mme Sabin-Levesque's (Maigret et Monsieur Charles [CHA]), Claire Marelle... young, kind, a "pretty enough girl". In the same novel, Maigret encounters two other maids. Marcel Lenoir's is a "little maid of doubtful cleanliness", while Blanche Bonnard's, on the other hand, was "dressed like a theater usher".

Thus ends our tour of the spectrum of maids and chambermaids. With the passing of time, Simenon favors Maigret with more and more appetizing encounters... after several sour-tempered old servants, the Chief Inspector more and more often meets young maids, whose black uniforms and white aprons only seem to be there to better show off the harmonious curves... under the satin, the linen or the silk, it doesn't take the Chief Inspector but a – professional? - glance, to detect an abundant bust or a voluptuous rump... Chaste, our Maigret? No doubt... but maybe not always in thought...

3. Maigret's Beers

"He treated himself to a glass of beer. He'd promised Dr. Pardon not to overdo it. But could you call it overdoing it to drink, over the course of a day, three glasses of draft beer?" (Ch. 1)

"Maigret drank his beer. The first of the day. He counted them. When he'd meet Pardon, he'd tell him the numbers, not without pride." (Ch. 2)

In the last part of the Maigret corpus, Simenon more frequently makes reference to the health of his aging Chief Inspector, and in particular his eating and drinking habits. Since already before the Chief Inspector's stay in Vichy [VIC], Dr. Pardon had warned him about excess, suggesting that he drink a little less. An injunction not so easy to follow for Maigret, who finds in drink – and in food – a source of inspiration to resolve his cases... This theme recurs in the present novel, and we see Maigret trying – not without difficulty – to follow the recommendations of his doctor. Throughout the novel, Maigret is counting the beers he imbibes. And it's this theme of beer that gave me the idea to redo – once more – a little tour of the horizon of the corpus to see if, truly, our Chief Inspector is such a great consumer of this drink. Allow me to cite once more Jacques Sacré and his book Bon appétit, commissaire Maigret, about which I've often spoken... (PAT, DAM, JEU, ECH, TRO, PAR, COR.)

"If we classify his drinks in order of preference, as a function of the frequency of their appearance in the text, we note that alcohol comes at the top... Following beer, wine. Beer is without contest a passion of Maigret's. ...Beer makes a man benevolent, calm, sometimes a little heavy – a well-known image of Maigret at a certain moment of a case."

So I've gone through the texts of the whole of the corpus, counting the number of times Maigret drinks beer. The result is summarized in the two graphs below.

Note that when it says in the text that he drinks beer, we don't always know how many glasses he drinks. For example, when he has demis and sandwiches brought up from the Brasserie Dauphine, we imagine that he drinks more than one glass, even if it's not specified. In the same way, he sometimes eats choucroute, for example, without specifying what he's drinking along with it, while it's probably beer. In other words, we could, in numerous enough cases, further augment the proportions given in the graph.

And consider the following...

  • The average number of occurrences of beer by novel is 3, across the corpus.

  • If we consider this average as a function of the publication periods, we find 2.5 for Fayard, 5 for Gallimard, and almost 3 for the Presses de la Cité period. In other words, the novels of the Gallimard period were a time when Simenon had his Chief Inspector drinking heavily. (Did the privations of war, at the time of writing, give greater desires to the writer?) Furthermore, in spite of his good intentions, Maigret doesn't drink much less - on the contrary - during the last years of his investigations.

  • For all of the novels considered, in a third of these, Maigret drinks more than three beers per novel, and the percentage of novels where he drinks but one beer is small (8%).

  • Examining the first graph, we can notice one more amusing thing. The present novel, (Maigret and the Loner) is one of those where Maigret imbibes the most beer, while paradoxically, he spends his time being careful not to drink too much... If you examine the text in detail, that's no less than 10 beers (!) that Maigret drinks in this novel... three on the first day of the case, two the second, one on the fourth, one on the fifth, and three on the eighth. On his behalf, we can admit that he never surpassed the daily average dose of three that he had decided on...

    Murielle Wenger
    translation: S. Trussel
    Honolulu, February 2010

    original French

Maigret of the Month: Maigret et l'homme tout seul (Maigret and the Loner)
2/25/10 –

1. Repères bio-bibliographiques

On peut se demander pourquoi Simenon a repris ce thème du clochard qui a quitté ses attaches familiales, et qu'il avait déjà traité dans d'autres romans (Maigret et le clochard, par exemple). On sait bien sûr l'attirance qu'avait Simenon pour la vie des clochards, et je crois que dans ce roman, c'est surtout le thème de la solitude qu'il a voulu traiter, une solitude non pas imposée, mais délibérément choisie par un homme qui décide de se mettre en dehors de la société.

Si on rapproche ce roman des éléments biographiques de Simenon, on pourra dire que l'auteur l'a écrit dans une période difficile (le roman date de février 1971): il a vécu la mort de sa mère en décembre 1970, sa femme Denyse traverse à nouveau une crise mentale grave, et sa fille Marie-Jo lui cause aussi des soucis... Sur le plan bibliographique, le roman non-Maigret qui a précédé celui-ci est La disparition d'Odile, qui décrit, de façon prémonitoire a-t-on dit, la fuite d'une jeune fille, qui ressemble à la fugue que fera Marie-Jo... En mars 1971, ce sera La cage de verre, un autre roman sur la solitude...

En fait, je pense qu'une autre raison a poussé Simenon à écrire Maigret et l'homme tout seul, c'est de se replonger, encore une fois, dans la biographie de son personnage, et de vouloir, peut-être inconsciemment, expliciter une fois pour toutes les raisons de ce séjour à Luçon qui donne le cadre de l'enquête de La maison du juge. Simenon a beau dire – et avec lui ses exégètes – qu'il ne relit jamais un de ses livres, on peut tout de même noter que l'auteur se rappelle étonnamment bien des éléments biographiques de son commissaire... Sinon, comment expliquer qu'il revienne, dans ce roman, sur ces souvenirs de Vendée d'un autre roman écrit 30 ans plus tôt ?

Tout aussi intéressant – et intriguant à la fois – est le fait de cette datation précise qu'on trouve dans le roman (chapitre 1: "On était en 1965 et les Halles de Paris n'avaient pas encore été transférées à Rungis"; et les allusions dans plusieurs chapitres aux années 1945 et 1946 où Vivien a connu Nina Lassave). Il est en effet extrêmement rare qu'on trouve dans le corpus des Maigret une mention de l'année à laquelle se déroule une enquête. Il faut souvent l'inférer sur les indices textuels, et c'est pourquoi il est si difficile de faire une chronologie de la carrière de Maigret: voir les essais de Jean Forest et de David Drake, et celui de Jacques Baudou (cf. texte en annexe). En fait, les deux seuls autres romans, à part celui-ci, où la date de l'année d'une enquête est expressément mentionnée dans le texte par Simenon, sont: Monsieur Gallet, décédé (1930) et La première enquête de Maigret (1913).

Mais le plus frappant est ce passage du chapitre 6, lorsque Maigret s'est rendu aux archives du journal pour retrouver les traces de l'affaire Lassave:

"Quant à lui, en 1946, il n'était pas à Paris. C'était l'époque où il avait déplu au directeur de la PJ, qui avait pris sa retraite quelques mois plus tard. On l'avait envoyé à Luçon où il n'avait à peu près rien à faire, et où, pour tuer le temps, il jouait au billard presque toute la journée. Il s'était morfondu pendant presque un an et Mme Maigret s'habituait mal, elle aussi, à la Vendée. Heureusement que le nouveau directeur l'avait rappelé à Paris. Il n'était pas encore commissaire principal mais seulement commissaire et il ne dirigeait pas la Brigade criminelle. Ce séjour à Luçon était comme un trou dans sa carrière et dans ses souvenirs."

Même si l'on tient compte des incohérences chronologiques de la datation de ce séjour à Luçon pendant la Seconde Guerre Mondiale, on observera avec intérêt cet étrange rapprochement entre un personnage qui subit l'exil à Luçon et son auteur qui a réellement vécu en Vendée pendant la même période...

2. Bonnes et femmes de chambre

"une toute jeune bonne en tablier blanc sortit de la pénombre du corridor" (chapitre 5)

Dans un précédent MoM, j'avais fait un petit tour d'horizon des femmes de ménage croisées par Maigret au cours de ses enquêtes. Cette fois-ci, à cause de la bonne des Mahossier, je vous emmène à la découverte de quelques bonnes et femmes de chambre rencontrées par le commissaire dans l'exercice de ses fonctions...

Notons d'abord que je n'ai pris en compte que les bonnes et femmes de chambre qui travaillent "à domicile", dans le sens domestique du terme, et pas celles qui travaillent dans les hôtels et les cafés.

Bonne, servante, domestique, les trois termes se retrouvent sous la plume de Simenon pour désigner, comme l'indique la définition de bonne dans le dictionnaire, une "domestique qui fait le ménage, les courses, souvent la cuisine, et qui vit chez son employeur". La femme de chambre est en général plus spécifiquement attachée au service personnel d'une dame, mais je l'ai aussi prise en compte, car elle joue dans les romans un rôle assez semblable à celui de la bonne.

Nous allons à présent faire un petit tour de ces personnages, selon l'ordre chronologique du corpus. Je laisserai cependant de côté les deux cas particuliers de Julie (Le port des brumes) et Félicie (Félicie est là), qui sont des personnages qui tiennent dans l'intrigue une place beaucoup plus importante que le simple rôle de bonne, et qui mériteraient une analyse plus approfondie.

Les premières bonnes rencontrées par Maigret sont assez banales et anonymes: une bonne, qualifiée un peu plus loin de domestique, chez Mme Swaan dans Pietr-le-Letton, dont on apprend juste qu'elle a l'accent du pays et qu'elle porte un tablier (une constante chez les bonnes dans Simenon !). On ne sait rien d'autre sur son physique. Dans Monsieur Gallet, décédé, la servante des Gallet, prénommée Eugénie, a une trentaine d'années et elle louche. Dans Le pendu de Saint-Pholien, une domestique ne fait que passer dans le texte pour introduire Maigret chez Belloir. Dans Le chien jaune, une "petite bonne au visage bouleversé", portant un tablier blanc, introduit Maigret chez Mme Servières. Dans Un crime en Hollande, on croise deux personnages de ce type: d'abord, la petite bonne des Popinga, que Maigret aperçoit en train de laver le seuil, "tête basse, reins levés", et c'est peut-être de l'avoir surprise dans cette position qui le fait imaginer que Popinga l'a probablement "lutinée". Et pourtant, la fille n'est pas forcément attirante: elle a "des traits flous, un grand visage plat, ahuri". Mais Maigret n'en déduit pas moins que Popinga était attirée par toutes les femmes... Ensuite, la vieille servante des Liewens, au visage couperosée et au tablier quadrillé. Encore une bonne en tablier blanc, celle des Basso, et une servante à l'air stupide, celle des Feinstein, dans La guinguette à deux sous. Une autre domestique en tablier blanc chez les Grandmaison (Le port des brumes), et, chez les mêmes, une servante entre deux âges, revêche et renfrognée. Dans L'ombre chinoise, une servante ne fait qu'ouvrir la porte des Couchet à Maigret. Dans L'affaire Saint-Fiacre, c'est l'apparition d'une première femme de chambre, celle de la comtesse. Mais on n'apprend rien de plus sur elle.

C'est dans L'écluse no 1 qu'apparaissent deux bonnes un peu plus typées: d'abord, Mathilde, "une grosse fille appétissante, surtout quand on la voyait de dos, car son visage grossier, aux traits durs et irréguliers, décevait ensuite", dont l'apparition débraillée fait comprendre à Maigret la scène qui s'est passée entre elle et Ducrau avant l'arrivée du commissaire. Ensuite, Mélie, la servante qui travaille dans la maison de campagne de Ducrau, qui n'a "pas d'âge, pas d'entrain, pas de charme", "sans poitrine, sans féminité", mais avec qui Ducrau couche quand même, par provocation.

Dans La maison du juge, on entraperçoit la domestique de Janin, "une femme d'une trentaine d'années, à l'air ahuri". Dans Signé Picpus, voici –enfin ! – un personnage bien plus attirant... pour Maigret aussi: il s'agit de la petite bonne du crémier, Emma, "une grosse fille de dix-huit ans, au corsage rebondi, au teint rose", "aux formes encore indécises de grosse poupée de son" Chez les Naud (L'inspecteur Cadavre), on trouve une servante, Marthe, qui est "une jeune fille de la campagne, assez fruste, dont la robe noire et le tablier blanc faisaient ressortir la rude inégalité de traits". Dans Félicie est là, celle-ci a pour confidente Léontine, la bonne de Forrentin, une fille d'une vingtaine d'années, au visage lunaire.

Dans Maigret se fâche, la femme de chambre de Mme Amorelle est, elle aussi, vêtue de noir et d'un tablier blanc. Elle a une quarantaine d'années, elle est très laide et a des yeux "en boutons de bottines". Une autre femme de chambre anonyme introduit Maigret auprès de Charles Malik et sa femme. Et c'est une vieille servante en tablier bleu qui accueille Maigret chez Campois. C'est aussi une vieille bonne, "sèche et moustachue" qui travaille chez le juge dans Le témoignage de l'enfant de chœur. La femme de chambre de Mme Bellamy (Les vacances de Maigret) n'est pas plus attirante: "une fille maigre, sans poitrine et sans hanches, au visage ingrat, aux traits irréguliers, aux dents malsaines".

Dans La première enquête de Maigret, voici notre héros aux prises avec un autre type de personnage: l'inénarrable Germaine, la bonne des Gendreau, aux gros yeux globuleux, qui évoquent pour Maigret "la mante religieuse qui dévore les mâles après le coït", à la "poitrine lourde, gonflée de sève". L'autre bonne des Gendreau, Marie, est une gamine de seize ans, "avec un nez pointu, un cou d'oiseau déplumé, des cheveux ébouriffés sur lesquels était posé un joli bonnet de dentelle. Elle était vêtue de noir et portait un tablier de soubrette". Elle a un "museau de souris", la démarche sautillante, et la "taille aussi fine que Polaire". (Pour savoir qui est Polaire, voir l'article de Wikipédia).

Dans Maigret et la vieille dame, la bonne, que Maigret ne rencontre pas en personne puisqu'il enquête sur sa mort, s'appelle Rose. D'après les renseignements qu'il obtient, Maigret apprend que c'était une "forte fille, au visage sanguin, aux gros seins", ce qui ne l'empêchait pas de porter des vêtements très collants et très voyants. Dans Le revolver de Maigret, le commissaire rencontre une autre bonne callipyge, la bonne de Jeanne Debul, Georgette: "Elle était rose, avec de gros seins [...], On aurait dit que son corps, trop rond de partout, était inachevé, et, avec son teint trop frais pour Paris, elle faisait penser à un oison qui n'a pas perdu son duvet."

Rose, la bonne des Chabot (Maigret a peur) est, quant à elle, une femme qui a passé la soixantaine, tandis que la femme de chambre des Gouin (Maigret se trompe) est assez jeune, plutôt jolie, et porte "un coquet tablier sur son uniforme noir". Une autre Rose apparaît dans Maigret et la jeune morte, elle vient d'arriver de Normandie, "n'avait pas seize ans et n'avait pas encore perdu son duvet". De même, dans Maigret tend un piège, Odile, la bonne des Moncin, n'a pas vingt ans, porte un tablier blanc, et "ne devait pas être arrivée depuis longtemps de sa campagne, dont elle avait gardé le velouté."

Dans Un échec de Maigret, on rencontre deux femmes de chambre, Noémi et Germaine. Pas de description sur leur physique. Dans Maigret s'amuse, une bonne tient un rôle plus important dans l'intrigue: c'est Josépha Chauvet, la bonne du Dr Jave, qui est l'amant de sa fille. Josépha est une "grande femme sèche, aux allures un peu masculines". Dans Maigret et les témoins récalcitrants, Maigret a affaire à la servante des Lachaume, la vieille Catherine, à la poitrine plate, aux "jupes noires et sales qui pendaient".

Dans Une confidence de Maigret, on fait connaissance avec la bonne des Pardon, qu'on retrouvera dans Maigret et l'affaire Nahour et dans Maigret et le tueur, où on apprend qu'elle se prénomme Eugénie.

Toujours dans Une confidence de Maigret, la femme de chambre des Josset se prénomme Carlotta, est Espagnole, "une fille d'une trentaine d'années, assez jolie, le regard impertinent mais les lèvres minces et dures". Dans Maigret et les braves gens, on retrouve encore une Germaine, la bonne du Dr Fabre, et une autre bonne dans l'immeuble où habitent les Josselin, une "belle fille, très brune, avec des yeux immenses, un type espagnol ou sud-américain très prononcé", qui se prénomme Dolorès.

Dans Maigret et le clochard, la bonne de Mme Keller s'appelle Berthe, elle est jeune et jolie. Dans Maigret se défend, on retrouve une bonne au type espagnol, Carola, la domestique du Dr Mélan, qui porte un tablier taché, dont les "grands yeux noirs n'avaient pas beaucoup plus d'expression que ceux d'une vache dans un pré, mais ce n'en était pas moins une magnifique femelle". Dans La patience de Maigret, l'immeuble où habite Palmari comporte des chambres de bonnes, occupées par une certaine Yolande, une autre bonne qui découche souvent, et une bonne espagnole prénommée Amélia.

Dans Maigret et l'affaire Nahour, Maigret a affaire à la femme de chambre de Mme Nahour, Nelly, une Hollandaise "avec des yeux d'un bleu étonnamment clair", aux "prunelles presque transparentes"; elle porte une robe de satin noir et un tablier blanc à festons brodés. Dans Maigret à Vichy, la bonne d'Hélène Lange se prénomme Charlotte; elle est un peu simplette, a seize ans à peine, et porte "une robe si courte que, quand elle se penchait, on découvrait sa culotte rose. Ses jambes et ses cuisses étaient grosses, informes [...]. On aurait dit les jambes d'une poupée bon marché, dont elles avaient la couleur artificielle."

La femme de chambre de Mme Parendon (dans Maigret hésite), prénommée Lise, est une jolie fille aux cheveux très clairs et très flous. Dans Maigret et le tueur, la femme de chambre des Batille est "jeunette et jolie" et elle porte un "coquet uniforme". Celle des Chabut (Maigret et le marchand de vin) est du même acabit: "brune, jolie, son uniforme de soie noire mettait son corps en valeur". Elle aussi porte un tablier, ainsi qu'un bonnet de linon. Chez Mme Marcia (Maigret et l'indicateur), la jeune femme de chambre a des "seins énormes".

Enfin, la dernière femme de chambre à apparaître dans le corpus est celle de Mme Sabin-Levesque (Maigret et Monsieur Charles), Claire Marelle: elle est jeune et gentille, c'est "une assez jolie fille". Dans le même roman, Maigret croise encore deux autres bonnes: celle de Marcel Lenoir est une "petite bonne d'une propreté douteuse", celle de Blanche Bonnard, au contraire, est "habillée comme une soubrette de théâtre".

Ainsi se termine notre tour d'horizon des bonnes et des femmes de chambre: avec le temps qui passe, Simenon gratifie Maigret de rencontres de plus en plus aguichantes: après quelques vieilles servantes acariâtres, ce sont de plus en plus souvent de jeunes bonnes que le commissaire croise, dont l'uniforme noir et le tablier blanc ne semblent être là que pour mieux souligner des formes aux courbes harmonieuses: sous le satin, le linon ou la soie, il suffit à notre commissaire d'un seul coup d'œil –professionnel ? - pour deviner un corsage rebondi ou une croupe voluptueuse... Chaste, notre Maigret ? Sans doute... mais peut-être pas toujours en pensée...

3. Les bières de Maigret

"Il s'offrit un verre de bière. Il avait promis au docteur Pardon de ne plus exagérer. Mais pouvait-on dire qu'il est exagéré de boire, pour toute une journée, trois verres de bière à la pression ?" (chapitre 1)

"Maigret buvait sa bière. La première de la journée. Il les comptait. Quand il reverrait Pardon, il lui citerait les chiffres, non sans fierté." (chapitre 2)

Dans la dernière partie du corpus des Maigret, il devient assez fréquent que Simenon fasse des allusions à la santé de son commissaire vieillissant, et en particulier à ses habitudes bibitives. Depuis déjà avant le séjour du commissaire à Vichy, le docteur Pardon l'a mis en garde contre les excès, lui suggérant de boire un peu moins. Une injonction pas facile à suivre pour Maigret, qui trouve dans la boisson – et la nourriture – une source d'inspiration pour résoudre ses enquêtes... Ce thème revient dans ce roman-ci, et on voit Maigret tenter – non sans peine – d'obéir aux recommandations de son médecin. Tout au long du roman, Maigret se met à compter les bières qu'il ingurgite. Et c'est ce thème de la bière qui m'a donné l'idée de refaire – une fois de plus – un petit tour d'horizon du corpus pour voir si, vraiment, notre commissaire est un si grand consommateur de cette boisson. Permettez-moi de citer encore une fois Jacques Sacré et son livre Bon appétit, commissaire Maigret, dont je vous ai déjà souvent parlé:

"Si nous classons dans l'ordre la préférence de ses boissons, en fonction de la fréquence de leur apparition dans le texte, nous constatons que les alcools viennent en tête [...]. Suivent les bières [puis] les vins [...] La bière est sans conteste une passion de Maigret. [...] La bière rend l'homme bienveillant, calme, parfois un peu lourd – une image bien connue de Maigret à un certain moment de l'enquête."

J'ai donc repris les textes de l'ensemble du corpus, en comptant le nombre de fois où Maigret boit de la bière. Le résultat est résumé par les deux graphiques ci-dessous:

Il faut noter que lorsqu'il est dit dans le texte qu'il boit de la bière, on ne sait pas toujours combien de verres il en boit: par exemple, quand il fait monter des demis avec des sandwiches de la Brasserie Dauphine, on imagine qu'il en boit plus qu'un verre, même si cela n'est pas précisé; de même, il arrive qu'il mange une choucroute, par exemple, sans qu'il soit précisé de quelle boisson il l'accompagne, alors qu'il s'agit probablement de bière. Autrement dit, on pourrait, dans d'assez nombreux cas, augmenter encore les proportions données dans le graphique.

On peut encore constater les points suivants:

* la moyenne générale d'occurrences de bière par roman se situe à 3 sur l'ensemble du corpus

* si on considère cette moyenne en fonction des périodes, on apprend qu'elle est de 2,5 pour la période Fayard, de 5 pour la période Gallimard, et de presque 3 pour la période Presses de la Cité. Autrement dit, les romans de la période Gallimard sont une époque où Simenon fait boire beaucoup son commissaire (est-ce que les privations de la guerre, période d'écriture, donnent des envies supplémentaires à l'écrivain ?), et, d'autre part, malgré ses bonnes résolutions, Maigret ne boit pas beaucoup moins, au contraire, pendant les dernières années de ses enquêtes...

* pour l'ensemble des romans considérés, dans un tiers de ceux-ci, Maigret boit plus de trois bières par roman, et la proportion de romans où il boit une seule bière est faible (8%)

* en examinant le premier graphique, on notera encore une chose amusante: le roman qui nous occupe (Maigret et l'homme tout seul) est un de ceux où Maigret ingurgite le plus de bière, alors, que paradoxalement, il passe son temps à faire attention à ne pas trop boire... Si on examine en détail le texte, ce n'est pas moins de 10 bières (!) que Maigret boit dans ce roman: trois le premier jour de son enquête, deux le deuxième jour, une le quatrième jour, une le cinquième, et trois le huitième jour. A sa décharge, on dira qu'il n'a jamais dépassé la dose quotidienne de trois qu'il s'est fixée...

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links