Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   French  

Maigret of the Month: Les scrupules de Maigret (Maigret Has Scruples)
5/12/08 –

1. A "backwards" case

This novel starts off a series of somewhat atypical Maigrets, or in any case ones which appear less and less like detective stories, and more and more like examinations of justice, the responsibility of criminals, and Man in general, all thoughts which Simenon gives to his character, but which are reflections of his own questionings. Among the Maigrets more "psychological" than police story, which follow in the cycle, we can mention Maigret Hesitates, Maigret and the Killer, and Maigret in Court.

This novel is also atypical in the sense that the investigation led by the Chief Inspector takes place before the crime, not after it occurs. We will find a similar situation in Maigret Hesitates, and in the two novels Maigret appears hesitant, uneasy, confronted with problems he does not usually encounter in the course of his work. We can see this clearly in Ch. 6 of this novel, when Maigret is thinking of the case,

"If this case was not like the others, and if he didn't know how to get a handle on it, wasn't it because this time it wasn't about a crime that had already been committed, and where he had to reconstruct it, but about a murder which could be committed at any moment? ... What he had to do this time was not to reconstruct the actions and movements of a human being, but to predict his behavior, which was far more difficult."

So why does Simenon put his character into such situations? Besides the fact that it could be a way, more or less unconscious, of putting his character into the role of the author, who must foresee the behavior of his characters to advance the plot, it's also the occasion for Simenon to make of Maigret his "spokesperson", or at least the "bearer" of his own reflections on certain domains, like psychiatry, human responsibility, and justice.

2. Simenon and the "shrinks"

This novel in particular clearly indicates Simenon's rapport with psychoanalysis and psychiatry, areas in which he is very interested. See for example these extracts from "When I was old":

"Psychiatry fascinates me, and perhaps as a result, so does medicine. Maigret wanted to become a doctor. And me? I never thought of it when I was young. Later, yes. But without regret, and as if by chance most of my friends have been or are still doctors."

"A fascinating dinner for me, yesterday, with half a dozen psychiatrists .... Almost all of them seeking to reassure themselves, to be sure that they're on the right track, that they're doing something useful. ... And for me, a chance to reassure myself. I think that more and more, since the beginning, moreover, my characters are sort of heading to the point where the psychiatrists will take over. That is to say, my clients, after a few more steps, will become theirs."

"I ask myself if the essential characteristic of murder isn't its being illogical, which would explain why in the Middle Ages it was blamed on demons who took possession of a human being, and why today we call more and more upon psychiatry. Now psychiatry, concerned less with lesions and trauma than with behavior, doesn't it also escape logic?"

3. Maigret and psychiatry: the victory of good sense

In spite of all Maigret's excursions into psychology and psychiatry, quests which reflect, in fact, those of Simenon, he ends up distancing himself somewhat from the theories (as probably did Simenon himself, as well: consider this extract from [My Dictations]: "In general, I trust [psychiatrists] like I trust most doctors and medicine itself. I recognize, however, that a university study, with no experience, long as it may be, of one branch of medicine or another, can do no more than a man putting himself into the skin of another.") and the Chief Inspector recognizes that he must work, by preference, "with the concrete" (even if he uses his intuition to arrive at the solution...): see Ch. 3: Maigret brings home a book on psychiatry, in which he winds up losing himself, and "in the end, he gets up, like a man who'd had enough, tosses the book onto the table, and opening the dining room buffet, takes out the carafe of plum brandy, filling one of the little glasses with the gold rims. It was like a protest of good sense against all this intellectual mumbo-jumbo, a way of getting his feet back on solid ground." Indeed, Maigret is concerned with the human, the human reality, and not with abstractions: see Ch. 4: "Wasn't the Chief Inspector right to toss all those psychiatric tracts and all these stories of psychoses and complexes? He had the impression, in the end, of finding himself faced with characters of flesh and blood, men and women with their passions and their interests.". Ouch! Simenon had to immerse his character in the twists and turns of a psychoanalytic story! Happily, the force of his character is such that he prevails over his author, and in the end he recovers his role of investigator in search of Man: see Ch. 8: "Maigret began to understand certain passages of the psychiatric work. Only what the author of the book revealed in laborious terms, with complex sentences, was in the end the story of a human being."

4. A character in the grip of reality

Among other things, as I've already said numerous times, what gives power to the character of Maigret are the little touches by which the author gives him a reality, a "physical personality", a solid base in the real and the daily... a vague physical description, but with the distinctive massive silhouette; but also a biography with a rich past, leaving its mark on the personality of the character and his way of acting; and again, his intimate life, the couple he forms with Mme Maigret, described in the minute details of their daily life. In this novel, we find some of the characteristic details which give "fullness" to the character.

Among these details, I'd like to pick out two... first, that by which Simenon leads us to understand that his character is aging, like any other person. The temptation, however, must have been great for Simenon to keep his Chief Inspector eternally at the 45 of his first investigations. But on the contrary, the character has aged with his author -- not at the same rhythm, certainly, but he ages all the same, particularly in the Presses de la Cité cycle, where he is little by little suffering from the same "little mechanical annoyances" which everyone discovers with age, annoyances which perhaps his author also knows, and of which he does not want to "deprive" (!) his character. Simenon, in the 24 last Maigrets, will evoke more and more often the aging of his character, his next departure into retirement... But while in the Fayard cycle it was in a somewhat brutal manner that he sent off his Chief Inspector to finish his days at Meung-sur-Loire, in the Presses de la Cité cycle, it's little by little that the Chief Inspector will detach himself from his profession, feeling more and more taken by doubts with regard to justice, preparing himself gently for a life after the police in his "house which resembled a Presbyter", and also feeling more and more these little attacks of time passing, manifested by physical ailments... getting out of breath when climbing stairs, taking the cure at Vichy, etc. And even Mme Maigret herself must submit to going on a diet to lose several pounds, to recover a certain youthfulness!

The second element regards the character's biography, the charming memory evoked by Mme Maigret of the first time they went out together... Don't you find it moving, this young couple going to the light opera, she in a blue taffeta dress, he, ill-at-ease, hardly daring to make the first move, obliging his companion to take the initiative by putting her hand on his arm?!

Here also, and we'll see it more and more, Simenon wants to show the relationship of the Maigrets, in which she deeply and tenderly takes part. With the passing of years, we more and more we get the impression that Simenon would like to portray the relationship of this couple as the ideal relationship of which he himself dreams...

5. Reminiscences

To conclude, let's pick up a few elements which remind us of other novels (the habit being well established, I won't dwell on it...):

* visiting criminologist (Ch. 1): we certainly recall a similar visit in CEC.

* in Ch. 2: "[Mme Marton] continued to regard him the way a child might regard a great bear, which didn't frighten her, but which she watched out of the corner of her eye.": the comparison of Maigret with a bear recurs numerous times under Simenon's pen, at any rate in these three... hom: "Maigret, looking grouchy, turned his head like a bear", SIG: "[Maigret] let out the menacing sigh of an aggravated bear", FEL: "The patron of the Anneau-d'Or had lent him an old bicycle, on which Maigret looked like a trained bear."

*Marton's youth, his past as a ward of the state: the theme will be taken up for Meurant in ASS

* the triangular relationship "husband / wife / sister-in-law" is a recurrent theme in Simenon's work. In the Maigrets, we find it in bea, mal, HOL, FOU, VAC and obs

* in Ch. 6: "In an alley like this, off Boulevard Saint-Martin, a man was found murdered at 5:00 in the afternoon, a few yards from the passing crowd on the sidewalk.": A clear allusion to BAN; emphasizing, further, this "game" of Simenon's, strewing his novels with allusions of this sort to the Chief Inspector's cases in other novels, and which shows in any event that Simenon maintained, no matter what he said, memories of the novels that he had already written, or at least some traces of them...

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, May 2008

original French

Maigret of the Month: Les scrupules de Maigret (Maigret Has Scruples)
5/12/08 –

1. Une enquête "à rebours"

Ce roman inaugure une série de Maigret un peu atypiques, ou en tout cas qui se voient de moins en moins comme des romans policiers, et de plus en plus comme des interrogations sur la justice, la responsabilité des criminels, et de l'Homme en général, toutes réflexions que Simenon confie à son personnage, mais qui sont le reflet de ses propres interrogations. Parmi ses romans plus "psychologiques" que policiers, on peut citer, parmi ceux qui suivront dans le cycle, Maigret hésite, Maigret et le Tueur, ou Maigret aux Assises.

Ce roman est aussi atypique dans le sens où l'enquête que doit mener le commissaire est faite avant le crime, et non pas à la suite de celui-ci, ce qui est le cas le plus courant. On retrouvera la même situation dans Maigret hésite, et dans les deux romans on sent Maigret hésitant, mal à l'aise, car confronté à des problématiques qui ne sont pas le fait de son travail quotidien habituel. On le voit bien au chapitre 6 de ce roman-ci, lorsque Maigret mène sa réflexion sur son enquête: "Si cette enquête n'était pas comme les autres et s'il ne savait par où la prendre, n'était-ce pas parce que, cette fois, il ne s'agissait pas d'un crime déjà commis, qu'il ne restait qu'à reconstituer, mais d'un crime qui pouvait se commettre d'un moment à l'autre ? [...] Ce qu'il avait à faire, cette fois, c'était, non pas reconstituer les faits et gestes d'un être humain, mais prévoir son comportement, ce qui était autrement difficile."

Pourquoi alors Simenon met-il son personnage dans de telles situations ? Outre le fait que c'est peut-être une façon, plus ou moins inconsciente, de "mettre dans le même bain" son commissaire que lui l'auteur, qui doit prévoir le comportement de ses personnages, afin de faire avancer l'intrigue, c'est aussi l'occasion pour Simenon de faire de Maigret son "porte-parole", ou à tout le moins le "porteur" de ses propres réflexions sur certains domaines comme la psychiatrie, la responsabilité humaine ou la justice.

2. Simenon et les "psys"

Ce roman-ci en particulier reflète bien les rapports qu'entretient Simenon avec la psychanalyse et la psychiatrie, domaines auxquels il s'est beaucoup intéressé. Voir par exemple ces extraits de "Quand j'étais vieux":

"La psychiatre me passionne et, par contrecoup, la médecine. Maigret voulait être médecin. Et moi ? Je n'y ai pas pensé étant jeune. Plus tard, oui. Mais sans regret et, comme par hasard, la plupart de mes amis ont été et sont encore médecins."

"Dîner passionnant pour moi, hier, avec une demi-douzaine de psychiatres [...]. Presque tous cherchent à se rassurer, à être sûrs qu'ils sont dans la bonne voie, qu'ils font une besogne utile. [...] Et, pour moi, une occasion de me rassurer. De plus en plus, dès le début, d'ailleurs, mes personnages, dans mon esprit, vont, en quelque sorte, jusqu'au point où les psychiatres les prennent en charge. Je veux dire que mes clients, avec quelques pas de plus, deviendraient les leurs."

"Je me demande si la caractéristique essentielle du crime n'est pas d'être illogique, ce qui explique qu'au Moyen Age on le mettait sur le compte des démons qui prenaient possession d'un être humain et qu'aujourd'hui on fait de plus en plus appel au psychiatre. Or, la psychiatrie, celle qui s'attache moins aux lésions et aux traumatismes qu'au comportement, n'échappe-t-elle pas aussi à la logique ?"

3. Maigret et la psychiatrie: la victoire du bon sens

Malgré toutes les interrogations de Maigret sur la psychologie et la psychiatrie, interrogations qui reflètent en fait celles de Simenon, le personnage finit par prendre ses distances avec les théories (et Simenon probablement avec lui: voir cet extrait de Mes Dictées: "En général, j'ai confiance en [les psychiatres] comme j'ai confiance dans la plupart des médecins et dans la médecine elle-même. Je me rends néanmoins compte qu'aune étude universitaire, aucune pratique, si longue soit-elle, d'une branche ou l'autre de la médecine, ne peut faire qu'un homme se mette dans la peau d'un autre homme.") et le commissaire se rend compte qu'il doit travailler de préférence "dans le concret" (même s'il se sert de son intuition pour arriver à la solution...): voir le chapitre 3: Maigret a emporté chez lui un livre de psychiatrie, dans lequel il finit presque par se perdre, et "à la fin, il se leva, en homme qui en a assez, jeta le bouquin sur la table et, ouvrant le buffet de la salle à manger, saisit le carafon de prunelle, en remplit un des petits verres à bord doré. C'était comme une protestation du bon sens contre tout ce fatras savant, une façon de se retrouver les deux pieds sur terre." En effet, Maigret travaille sur de l'humain, sur de la réalité humaine, et pas sur des abstractions: voir le chapitre 4: "Est-ce que le commissaire n'avait pas eu raison d'envoyer au diable les traités de psychiatrie et toutes ces histoires de psychoses et de complexes ? Il avait l'impression, enfin, de se retrouver en face de personnages en chair et en os, des hommes et des femmes avec leurs passions et leurs intérêts.". Ouf! Simenon a failli entraîner son personnage dans les méandres d'une histoire psychanalytique ! Heureusement, la force du personnage est telle que celui-ci a gagné sur son auteur, et qu'il a finalement retrouvé son rôle d'enquêteur à la recherche de l'Homme: voir le chapitre 8: "Maigret commençait à comprendre certains passages du traité de psychiatrie. Seulement, ce que l'auteur du livre exposait en termes ardus, avec des phrases compliquées, n'était en fin de compte que de l'humain."

4. Un personnage en emprise sur le réel

Ce qui fait, entre autres, la force du personnage de Maigret, ce sont, comme je l'ai déjà dit plusieurs fois, ces petites touches par lesquelles son auteur lui a donné une réalité, une "personnalité physique", un ancrage dans le réel et le quotidien: description physique sommaire, mais à la silhouette massive distinctive; mais aussi biographie au riche passé qui laisse des traces sur la personnalité du personnage et sa façon d'agir; et encore sa vie intime, c'est-à-dire le couple qu'il forme avec Mme Maigret, décrit dans quelques menus détails de la vie quotidienne. Dans ce roman-ci, on retrouve quelques-uns de ces détails caractéristiques qui donne de "l'ampleur" au personnage.

Parmi ces détails, j'aimerais en relever deux: d'abord, celui par lequel Simenon nous donne à entendre que son personnage vieillit, comme n'importe quel être humain. La tentation pourtant pouvait être grande pour Simenon de garder à son commissaire ses éternels 45 ans des premières enquêtes. Mais au contraire, le personnage a vieilli avec son auteur, pas au même rythme bien sûr, mais il vieillit quand même, en particulier dans le cycle Presses de la Cité, où il est peu à peu atteint des mêmes "petits ennuis mécaniques" que tout être connaît avec l'âge, ces ennuis que peut-être son auteur connaît aussi, et dont il ne veut pas "priver" (!) son personnage. Simenon, dans les 24 derniers romans Maigret, va évoquer de plus en plus souvent le vieillissement de son personnage, son prochain départ à la retraite; mais, alors que dans le cycle Fayard, c'est un peu de manière brutale qu'il envoyait son commissaire finir ses jours à Meung-sur-Loire, dans le cycle Presses de la Cité, c'est petit à petit que le commissaire va se détacher de son métier, se sentant pris de plus en plus de doutes par rapport à la justice, se préparant doucement à une vie après la police dans sa "maison qui ressemble à un presbytère", et aussi ressentant de plus en plus ces petites attaques du temps qui passe, qui se manifestent par des ennuis physiques: essoufflements quand il monte les escaliers, nécessaire cure à Vichy, etc. Et il n'est pas jusqu'à Mme Maigret elle-même qui ne doive se soumettre à un régime pour perdre quelques kilos, afin de retrouver une certaine jeunesse !

Le deuxième élément donné sur la biographie du personnage, c'est ce charmant souvenir évoqué par Mme Maigret sur les premières sorties du couple: ne le trouvez-vous pas attendrissant, ce jeune couple qui se rend à l'Opéra-Comique, elle en robe de taffetas bleu, lui, emprunté et n'osant presque pas faire le premier pas, obligeant sa compagne à prendre les devants en posant sa main sur le bras de son compagnon ?!

Ici aussi, et de plus en plus on le verra, Simenon aura à cœur de montrer la relation du couple Maigret, dans ce qu'elle a de profond et de tendrement complice. Plus les années passent, et plus on a l'impression que Simenon a envie de décrire la relation de ce couple comme la relation idéale dont l'auteur rêve pour lui-même...

5. Réminiscences

Pour terminer, relevons quelques éléments qui nous rappellent d'autres romans (l'habitude en étant bien prise à présent, je n'insiste plus sur le sujet...):

* le criminologiste en visite (chapitre 1): on évoquera bien sûr une visite similaire dans CEC.

* au chapitre 2: "[Mme Marton] continuait à le regarder à la façon dont un enfant regarder un gros ours qui ne lui fait pas peur, mais qu'il n'en surveille pas moins du coin de l'œil.": la comparaison de Maigret à un ours revient plusieurs fois sous la plume de Simenon, en tout cas à trois reprises: dans hom: "Maigret, l'air grognon, tournait la tête à la façon d'un ours", dans SIG: "[Maigret] pousse un soupir menaçant d'ours qu'on exaspère", dans FEL: "Le patron de l'Anneau-d'Or lui a prêté un vieux vélo, sur lequel Maigret a l'air d'un ours savant."

*la jeunesse de Marton, son passé d'enfant de l'Assistance publique: le thème sera repris pour Meurant dans ASS

* la relation triangulaire "mari /femme / belle-sœur" est un thème récurrent dans l'œuvre de Simenon; dans les Maigret, elle est évoquée dans bea, mal, HOL, FOU, VAC et obs

* au chapitre 6: "Dans un passage de ce genre, boulevard Saint-Martin, on avait trouvé une fois un homme assassiné, à cinq heures de l'après-midi, à quelques mètres de la foule qui défilait sur le trottoir.": allusion claire à BAN; soulignons d'ailleurs ce "jeu" de Simenon, qui parsème ses romans d'allusions de ce genre à des enquêtes menées dans d'autres romans par le commissaire, et qui montre en tout cas que Simenon gardait, quoi qu'il en dise, des souvenirs des romans qu'il avait déjà écrits, ou du moins qu'il en restait en lui certaines traces...

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links