Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: La femme rousse [The redhead]

10/24/12 –

This novel is the third of the proto-Maigrets in order or writing, but it was the last to appear. It was published in April, 1933, by which time Fayard had already produced 17 "official" novels reporting the Chief Inspector's investigations.

The novel is signed "Georges Sim", no longer "Christian Brulls", like the first two. And this is meaningful... the author is coming closer to the literature he would like to write, and following the popular novels, he is on the path of detective novels. By using this pseudonym, he is not very far from his official production. True, he had also used it for pot-boilers, but nonetheless, this was the one he had chosen for his first published work, (Au pont des Arches), and also the one he reserved for the adventures of his two "rivals" of Maigret, Sancette and Jarry.

Thus the novel appeared in 1933, not from Fayard, but Tallandier, in the collection "Criminels et Policiers" [Cops and Robbers]. And so it's clearly identified as a "detective" novel, and no longer a "popular", even though the story is still seen through the eyes of someone other than a more or less official "investigator". But we note, however, that Debonnier, in the story, plays the role of a kind of "amateur detective", with all the expected blunders, and that the author is happy to emphasize the contrast with the presence of Maigret, however sporadic, bringing it closer to a true detective story. Lacassin wrote that this novel is "already a sketch of a draft of a theme... initiatory flight", a recurrent theme in Simenon's work. However, it seems like the author is trying two scenes at the same time. On one side, the portrait of this man who goes in search of his daughter while searching for himself, but at the same time, the subject seems difficult for Simenon to handle, and he feels the need to balance his story with the presence of the Chief Inspector, whose function seems to be essentially "to bring the story down to earth". Indeed, we see constantly in the narrative, descriptions of the changes in the character of Debonnier, in his way of looking at things, a sort of "self-analysis" the character undergoes most often feverishly, pushed by circumstances, those sections lending the text an often frantic atmosphere. To tone it down, the author brings in the character of Maigret, calm, opposing Debonnier's bustling with serenity, and his wanderings through Paris with the technical machinery of a police investigation.

We note again, in this novel, in the character of a young girl, pure, overwhelmed by incredible circumstances, the presence of Hélène Debonnier, luminous, if slightly dimmed, who will above all allow Maigret to exercise once more his magnanimity and his role of "mender of destinies", since he offers her happiness by letting her marry the man she loves, a man who had killed in the past (though justifiably, under dire circumstances, in his pathetic story), a past absolved by the Chief Inspector more or less willingly (see the last sentence of the next to the last chapter, where Maigret, who just let M. Georges escape, returns to Paris grumpy with everyone), but this is the kind of story which requires a "happy ending"... It's perhaps a result of this constraint that the author didn't develop further the character of this mysterious "redhead", whose intriguing presence could lead the reader to a thousand romantic conjectures, and who turns out to be "only" M. Georges's sister, for whom she took her revenge.

We can conclude that of the four proto-Maigrets, this one is the least successful in terms of its plot (which is perhaps the reason why Fayard – and Simenon himself? – didn't integrate it into the Maigret cycle, and why the author gave it to a different publisher, as if to clearly separate it from the more successful "official" novels). But this novel is worthwhile for its depiction of the character of Debonnier, on the one hand, and on the other because Maigret already appears in certain characteristic poses, even if he does not yet have the leading role.

He doesn't appear until the last chapter of the first part, but you have the slight impression that from that point in the writing, it's the author calling for help to revive the story. As if by chance, the preceding chapter closes with the scene where Debonnier, after his unsuccessful visit to the redhead, starts to feel discouraged, and he does an astonishing thing... "He mechanically took his pipe from his pocket, but he didn't fill it." Like watching Maigret appear... and that's exactly what happens, a few lines later. It's as if the author, not too sure of how to continue the wanderings of his character, had a sudden need to oppose him with someone who could provide him with a foil, and this someone was the Chief Inspector, who appeared immediately with his familiar traits... "broad shoulders, a thick chest and a face with a certain ironic bonhomie and abnormal self-assurance". Already a quiet strength... A strength Debonnier will bump into, and carom off, like a spinning top banged into a wall, into new ramblings.

Maigret then tries to take Debonnier's place, advising him to go home, to let the police handle the affair, in short, to leave it to him, to Maigret, to take the initiative in the plot. But there isn't enough time, the character of the Chief Inspector must still mature, and Debonnier maintains the lead role, colliding once more with Maigret, and the author delights in describing these "collisions" between the portly little retiree and the solid block of the Chief Inspector. We have to wait until the outcome for Debonnier to finally hand over the initiative to Maigret, who sets up the events which decide the fates of the characters... it's Maigret who has M. Georges tell his story, Maigret who lets him escape, and he again who proposes to Debonnier to arrange the marriage of his daughter, even imposing his presence at the wedding. Debonnier is no longer the little pensioner preoccupied with the good running of his new car, and the Chief Inspector is ready to take center stage in the last of the four proto-Maigrets...

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, October 2012

original French

Maigret of the Month: La femme rousse [The redhead]

10/24/12 –

Ce roman est le troisième, dans l'ordre de rédaction, des proto-Maigret, mais il sera le dernier de ceux-ci à être publié, en avril 1933, alors que les romans "officiels" narrant les enquêtes du commissaire ont déjà paru à dix-sept reprises chez Fayard.

Ce roman-ci est signé Georges Sim, et non plus Christian Brulls, comme les deux précédents. Et ceci est un signe: l'auteur se rapproche de la littérature qu'il voudrait écrire, et après les romans populaires, il est sur la voie des romans policiers. Avec l'emploi de ce pseudonyme, on n'est plus très loin de la production officielle: certes, il a été utilisé aussi pour la production "alimentaire", néanmoins, c'est celui-ci que le romancier a choisi pour son premier ouvrage publié (Au pont des Arches), et c'est aussi celui-ci qu'il réserve à la saga des deux "rivaux" de Maigret: Sancette et Jarry.

Le roman paraît donc en 1933, non pas chez Fayard, mais chez Tallandier, dans la collection "Criminels et Policiers". Il est donc bien identifié comme un roman "policier", et non plus "populaire", même si on peut constater que l'histoire est encore vécue à travers les yeux d'un autre personnage qu'un "enquêteur" plus ou moins officiel. Mais on peut voir cependant que Debonnier, dans l'histoire, joue en quelque sorte les "détectives amateurs", avec toutes les maladresses que cela comporte, et que l'auteur s'amuse à souligner, mettant en contrepoint la présence de Maigret, assez sporadique, mais qui sert à tirer l'histoire vers l'aspect plus strictement policier. Lacassin a écrit que ce roman est "déjà l'ébauche de l'esquisse d'un thème: la fuite initiatique", thème récurrent s'il en est dans l'œuvre de Simenon. Néanmoins on a l'impression que l'auteur s'essaie à deux tableaux en parallèle: d'un côté, le portrait de cet homme qui part à la recherche de sa fille comme il part à la recherche de lui-même, mais en même temps, le thème paraît encore difficile à traiter pour Simenon, qui se sent obligé d'équilibrer son récit par la présence du commissaire, dont la fonction semble essentiellement de "ramener l'histoire les pieds sur terre": en effet, on voit sans cesse, dans le récit, les descriptions des changements dans le caractère de Debonnier, dans sa façon de voir les choses, une sorte d'"auto-analyse" que le personnage fait le plus souvent dans la fièvre, poussé par les circonstances, et ces parties-là donnent au texte une allure souvent échevelée, précipitée; pour en tempérer le ton, l'auteur apporte alors le personnage de Maigret, placide, opposant au bouillonnement de Debonnier une sérénité bonhomme, et à ses errances à travers Paris les rouages techniques de l'enquête policière.

On remarquera encore, dans ce roman, dans un personnage de jeune fille pure accablée par les circonstances rocambolesques, la présence d'Hélène Debonnier, présence lumineuse quoiqu'un peu effacée, qui va surtout permettre à Maigret d'exercer une fois de plus sa magnanimité et son rôle de "raccommodeur de destinées", puisqu'il offre le bonheur à la jeune fille en lui laissant épouser l'homme qu'elle aime, qui a pourtant un passé de tueur (même si ses crimes sont justifiés in extremis par son récit pathétique), passé absout par le commissaire de plus ou moins bon gré (voir la dernière phrase de l'avant-dernier chapitre, où Maigret, qui vient de laisser M. Georges s'échapper, regagne Paris en grognant sur tout le monde), mais c'est le genre du récit qui exige ce "happy end"... C'est peut-être cette contrainte qui a fait que l'auteur n'a pas développé plus le personnage de cette mystérieuse "femme rousse", dont la présence intriguante pouvait pousser le lecteur à mille conjectures romanesques, et qui s'avère en définitive n'être "que" la sœur de M. Georges, pour qui celui-ci a accompli sa vengeance.

On peut donc penser que des quatre proto-Maigret, celui-ci n'est pas le plus réussi dans son aspect d'intrigue romanesque (c'est peut-être la raison pour laquelle Fayard – et Simenon lui-même ? – ne l'a pas intégré dans le cycle des Maigret, et que l'auteur l'a confié à un autre éditeur, comme pour bien marquer la différence avec les romans "officiels", plus aboutis), mais ce roman vaut par sa peinture du personnage de Debonnier, d'une part, et d'autre part parce que Maigret y apparaît déjà dans quelques poses caractéristiques, même s'il ne tient encore pas le premier rôle.

Il ne survient qu'au dernier chapitre de la première partie, mais on a un peu l'impression qu'à ce moment-là de sa rédaction, c'est l'auteur qui l'appelle au secours pour relancer le récit: comme par hasard, le chapitre précédent s'est clos sur la scène où Debonnier, après sa vaine visite à la femme rousse, commence à se sentir découragé, et il a alors un geste étonnant: "Il prit machinalement sa pipe dans sa poche, mais il ne la bourra pas.": on croirait voir surgir Maigret... Et c'est bien ce qui va arriver quelques lignes plus tard. C'est comme si l'auteur, ne sachant plus trop comment continuer les errances de son personnage, avait soudain besoin de lui opposer quelqu'un qui puisse lui donner la réplique, et ce quelqu'un, c'est le commissaire, qui apparaît immédiatement sous des traits connus: "large d'épaules, épais de torse et de visage [avec] une certaine bonhomie ironique et une assurance anormale": la force tranquille, déjà... Une force contre laquelle Debonnier va buter, et qui va le faire repartir, comme une toupie qui se heurte à un mur, dans de nouvelles divagations.

Maigret essaie alors de prendre la place de Debonnier, lui conseillant de rentrer chez lui, de laisser la police d'occuper elle-même de l'affaire, bref, de lui laisser à lui, Maigret, prendre l'initiative de l'intrigue: mais il n'en est pas encore temps, le personnage du commissaire doit encore mûrir, et Debonnier garde le devant de la scène, tout en se heurtant encore plus d'une fois à Maigret, et l'auteur se délecte à décrire ces "collisions" entre le petit retraité bedonnant et le bloc dur du commissaire. Il faudra attendre le dénouement pour que Debonnier, enfin, laisse l'initiative à Maigret, qui règle alors les péripéties en décidant du sort des personnages: c'est Maigret qui fait raconter à M. Georges son histoire, c'est Maigret qui laisse celui-ci s'échapper, c'est lui encore qui propose à Debonnier qu'il organise le mariage de son fille, imposant même sa présence à la noce... Debonnier n'est plus alors que ce petit retraité préoccupé de la bonne marche de sa nouvelle voiture, et le commissaire pourra alors prendre la première place dans le dernier des quatre proto-Maigret...

Murielle Wenger

English translation

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links