Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: Le revolver de Maigret (Maigret's Revolver)
5/12/07 –

1. In the style of Peter Foord...

I'd like to begin this article as a sort of posthumous homage to Peter Foord, by writing a few lines somewhat in his fashion... Had you noticed that he began his "Maigret of the month" articles by establishing the novel in the context of Simenon's life at the time of writing? Of course, I can't compete with his great erudition, but I'd like to say once more how much we'll miss his articles. To write the following few notes, I used the text "Simenon, une vie, une œuvre" [Simenon, a life, a work], the new chronology established by Michel Carly for the volume "Tout Simenon 27" from Omnibus.

On March 11, 1952, Simenon, his wife Denyse, son Johnny and the faithful Boule departed from New York aboard the Liberté, for a triumphal voyage to Europe. From March to April, it was Paris, with the official reception, April 18, at the Quai des Orfèvres. In May, Simenon was warmly welcomed in his birth city of Liege, and on May 10, in Brussels, he was made a member of the Royal Academy of French Language and Literature of Belgium. Then he returned to the U.S., to Lakeville, Connecticut, where he wrote, from June 12 - 20, Maigret's Revolver.

2. "Through to the end, this was an investigation unlike any other."

This sentence, taken from Ch. 8 of the novel, matches my own opinion... the somewhat "strange" aspect of the novel not exactly in line with the "classical" Maigrets. I find the atmosphere closer to that of Simenon's "hard novels", with the pathetic character of Baron Lagrange, and Simenon's severe portrait of Jeanne Debul, this woman without scruples who blackmails men from whom she's extracted secrets.

Moreover, the investigation led by Maigret in this novel is also atypical, in the sense that the Chief Inspector doesn't confine himself to Paris, with three of the nine chapters taking place in London. It's a relatively rare case that Maigret goes in pursuit of a suspect beyond the border... only in Maigret and the 100 Gibbets, and At the Gai-Moulin, and we must wait for Maigret and the Millionaires to see him on the trail of another woman outside of France.

3. "Concerning a baby, calf's head mock turtle style, and a boulevard…"

Some information about some subjects alluded to in the novel

* Ch. 1, "Baby Cadum" to whom Lagrange is compared РIn 1907, an American manufacturer, Michael Winburn, was cured of persistent eczema by a salve prepared by the pharmacist Louis Nathan, produced by in his laboratory in Courbevoie. Winburn was director of a chemical products firm and an advertising agency, and he decided to go into business with Nathan. The Cadum trademark was registered, the name coming from "cade", one of the ingredients, a Provencal word for a southern juniper. In 1912, Winburn entrusted the painter Ars̬ne-Marie Le Feuvre with the design for the Cadum product advertising. The image of the baby, clean and innocent, was chosen to represent hygiene and the way to achieve it... Cadum Soap. Le Feuvre designed a poster presenting a baby on a sheet, in front of a bathtub, with at his feet the soap and sponge to wash him: "Cadum Soap for the bath". From then on, the happy smiling baby was the symbol of the brand. A great publicity campaign was launched, and the infant's angelic face was painted on walls, posted throughout the city, in the newspapers, and decorated the walls of drug stores. Here's what it looked like:

* Ch. 9, Dr. Pardon (in fact, it's in this novel that he appears for the first time) proposes to Maigret to try "veal's head en tortue (mock turtle style)". You can find the recipe for this dish, requiring lengthy preparations of which Mme Maigret knew the secret, in Courtine's nice little book, "Simenon and Maigret sit down to eat". You'll also find there the recipe for brandade de morue, cassoulet and the other dishes from the novel…

* In Ch. 1, Dr. Pardon lives on Boulevard Voltaire (though in other novels, Simenon has him living on Rue Popincourt). Here, in a detail of a photo of a building on Boulevard Voltaire, taken during my visit to Paris in April, doesn't it seem like "the balcony railings printing in inky black their wrought-iron arabasques." (Ch 1)?

4. Reminiscences… again and always…

As usual, here is my customary little "game" of searching for reminiscences and reminders, where we play at recovering traces in the novel to another story, like playing hop-scotch around the corpus…

* Ch. 1, the revolver had been given to Maigret at the time of his trip to the US, alluded to in CHE.

* Ch. 4: the residents of the building on Boulevard Richard-Wallace: at the risk of repeating myself, it seems that Maigret often visits the concierges when "dissecting" the little world of the building: cf BRA and PAT.

* Ch. 6: the inevitable episode of the pickpocket, which has so marked Maigret that he has recalled it many times, as for example in MEM.

* the relationship with Alain Lagrange (Ch. 7 and 8) and Maigret's "nostalgia for fatherhood", a theme which recurs frequently, cf Paulus in MEU and Lecoeur in BAN.

* Ch. 8: Maigret says, "I also lost my mother when I was very young, and I was raised by my father". Simenon had wanted to give his character a past, to give him a certain psychological "depth" after having recounted his past in FIA and MEM, he recalls it here in a small stroke, simple revealing...

* Ch. 7: The story of the cat which Maigret tells to Alain to "tame" him, makes me think of the story of the squirrel Maigret tells in waiting for Pigoud in VIN.

5. Humor, always…

And we'll finish with some pieces of Simenon's humor, which, with regards to his Chief Inspector, is filled with amused affection:

* Ch. 5: Maigret with Georgette, Jeanne Debul's maid:

"You're not how I'd imagined," she declared, finally.

"How did you imagine me?"

"I don't know. You're better."

* Ch. 7: Maigret, who'd had to stand around waiting in the hotel without finding time to eat, on the phone with Lucas:

"You've already eaten?"

"Very well, Boss."

"Not me!"

* a little further, in the same chapter, Maigret is still a "prisoner" in the hotel lobby...

"He didn't have the right to take a taxi either, nor the right to go for a walk, no rights but to stay there like an imbecile."

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, May 2007

original French

Maigret of the Month: Le revolver de Maigret (Maigret's Revolver)
5/12/07 –

1. A la manière de …Peter Foord

J'aimerais commencer cet article en rendant une sorte d'hommage posthume à Peter Foord, en écrivant quelques lignes un peu à sa façon: aviez-vous remarqué qu'il commençait ses "Maigret of the month" par une mise en relation du roman avec la vie de l'auteur ? Je ne cherche évidemment pas à rivaliser ici avec sa grande érudition, mais j'aimerais juste redire encore une fois combien ses articles vont nous manquer. Pour écrire les quelques notes qui suivent, je me suis basée sur le texte "Simenon, une vie, une œuvre", la nouvelle chronologie établie par Michel Carly pour le volume "Tout Simenon 27" des éditions Omnibus.

Le 11 mars 1952, Simenon, sa femme Denyse, son fils Johnny et la fidèle Boule embarquent à New York à bord du Liberté, pour un voyage triomphal en Europe. De mars à avril, c'est Paris, et la réception officielle, le 18 avril, au Quai des Orfèvres. En mai, Simenon est accueilli chaleureusement dans sa ville natale de Liège, et le 10 mai, à Bruxelles, il devient membre de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique. Puis il rentre aux USA, à Lakeville, et il y écrit, du 12 au 20 juin, Le Revolver de Maigret".

2. "Jusqu'à la fin, ce n'était pas une enquête comme une autre."

Cette phrase, tirée du chapitre 8 du roman, résume assez bien, à mon avis, l'aspect un peu "étrange" de ce roman, qui, effectivement, n'est pas tout à fait dans la ligne d'un Maigret "classique". Je trouve que l'atmosphère de ce roman le rapproche assez des "romans durs" de Simenon, avec ce personnage pathétique qu'est le Baron Lagrange, et le portrait assez dur fait par Simenon de Jeanne Debul, cette femme sans scrupules qui fait chanter les hommes à qui elle a arraché des secrets.

D'autre part, l'enquête menée par Maigret dans ce roman est aussi atypique dans le sens où le commissaire ne se confine pas à Paris, mais où trois chapitres sur les neuf que compte le roman se déroulent à Londres. C'est un cas relativement rare que Maigret se lance à la poursuite d'un suspect au-delà des frontières: cela lui est arrivé dans Le pendu de Saint-Pholien, dans La Danseuse du Gai-Moulin, et il faudra attendre Maigret voyage pour le voir "suivre à la trace" une autre femme hors de France.

3. "Qui traite, un peu pêle-mêle, d'un bébé, d'une tête de veau en tortue et d'un boulevard…"

Voici quelques éléments d'information sur des sujets auxquels il est fait allusion dans le roman:

* au chapitre 1, le "Bébé Cadum" à qui Lagrange est comparé: en 1907, un industriel américain, Michael Winburn, est guéri d'un eczéma persistant par le baume de l'apothicaire Louis Nathan, qu'il produit artisanalement dans son atelier de Courbevoie. Winburn est directeur d'une firme de produits chimiques et d'une agence de publicité, et il décide de s'associer avec Nathan. La marque Cadum est déposée. Le nom vient de "cade", l'un des composants, c'est un mot provençal désignant un genévrier du midi. En 1912, Winburn confie au peintre pompier Arsène-Marie Le Feuvre la réalisation de réclames pour les produits Cadum. L'image du bébé propre et innocent est choisie pour représenter l'hygiène et son moyen : le Savon Cadum. Le Feuvre réalise une affiche présentant un bébé sur un drap, devant une baignoire avec à ses pieds le savon et l'éponge pour se laver :" Savon Cadum pour la toilette ". Désormais, ce bébé souriant et optimiste symbolise l'image de la marque. Une grande campagne publicitaire est engagée et la tête angélique du bébé est peinte sur les murs, affichée dans la ville, dans la presse et décore essentiellement les vitrines de pharmacies. En voici une représentation:

* au chapitre 9, le docteur Pardon (au fait, c'est dans ce roman qu'il apparaît pour la première fois) propose à Maigret de déguster la "tête de veau en tortue". Ce plat, qui nécessite une de ces longues préparations dont Mme Maigret a le secret, vous en trouverez la recette dans le très joli livre de Courtine: "Simenon et Maigret passent à table". Vous y trouverez d'ailleurs aussi la recette de la brandade de morue, du cassoulet et des autres plats proposés dans le roman…

* au chapitre 1, le docteur Pardon habite boulevard Voltaire (alors que dans d'autres romans, Simenon le fait vivre rue Popincourt). Voici, un peu retouchée, une photo d'un immeuble du boulevard Voltaire, prise au cours de mon voyage en avril. Est-ce que cela n'évoque pas "la balustrade du balcon [qui] dessine en noir d'encre ses arabesques de fer forgé" (chapitre 1) ?

4. Réminiscences…encore et toujours…

Comme d'habitude, voici mon petit "jeu" coutumier de la chasse aux réminiscences et aux rappels, le petit jeu où on s'amuse à retrouver les traces d'un élément d'un roman à l'autre, comme si on jouait à la marelle à travers le corpus…

* au chapitre 1, le revolver a été donné à Maigret lors de son voyage aux USA: allusion à CHE

* au chapitre 4: les locataires de l'immeuble du boulevard Richard-Wallace: au risque de me répéter, je rappellerai que Maigret passe souvent chez les concierges un moment à "décortiquer" le petit monde d'un immeuble: cf BRA et PAT

* au chapitre 6: l'inévitable épisode du voleur à la tire, qui a tellement marqué Maigret qu'il le raconte à maintes reprises, par exemple dans MEM

* le rapport entre Alain Lagrange (chapitre 7 et 8) ou Maigret et "la nostalgie de la paternité", un thème souvent évoqué: cf Paulus dans MEU ou Lecoeur dans BAN

* au chapitre 8: Maigret dit: "J'ai perdu ma mère très jeune, moi aussi, et c'est mon père qui m'a élevé": Simenon a tenu à donner un passé à son personne, pour lui offrir une certaine "profondeur" psychologique; après avoir raconté ce passé dans FIA et MEM, il le rappelle ici par une petite touche, simple mais révélatrice...

* au chapitre 7, l'histoire du chat que raconte Maigret à Alain pour "apprivoiser" celui-ci, m'a fait penser à l'histoire de l'écureuil qu'évoque Maigret en attendant Pigoud dans VIN.

5. Humour, toujours…

Et nous finirons par relever quelques traits d'humour de Simenon, qui a à l'égard de son commissaire un regard plein de sympathie amusée:

* au chapitre 5: Maigret est auprès de Georgette, la bonne de Jeanne Debul:

"- Je ne vous imaginais pas tout à fait comme ça, avouait-elle enfin.

- Comment m'imaginiez-vous ?

- Je ne sais pas. Vous êtes mieux."

* au chapitre 7: Maigret, qui a dû rester dans l'hôtel à "faire le pied de grue" sans trouver le temps d'aller manger, téléphone à Lucas:

"- Tu as déjeuné ?

- Très bien, patron.

- Moi pas!"

* un peu plus loin, au même chapitre, Maigret est toujours "prisonnier" de son hall d'hôtel:

" Il n'avait pas le droit de prendre un taxi non plus, pas le droit d'aller se promener, le droit de rien, que de rester là à faire l'imbécile."

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links