Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: Maigret a peur (Maigret Afraid)
7/16/07 –

1. Final American period...

Maigret Afraid is the eighth novel of the 13 written by Simenon in Lakeville (Connecticut). He had been there since 1950 and stayed until 1955, when he made his definitive return to Europe. This Lakeville period was a very productive one for the writer, who, besides the 13 Maigrets, wrote 14 other novels there.

The year of Maigret Afraid (1953) was marked, for Simenon, by the birth of his daughter Marie-Jo, born a month before the writing of the novel. But there is no connection between the two, contrary to Simenon ("In fact, Marie-Jo, in March, the month following your birth, I wrote a novel: 'Maigret Afraid'. But I am not Maigret, no matter what they say", wrote Simenon in 'Intimate Memoirs'). For him, this period of the early infancy of his daughter was one of great fortune, but it was the beginning, for Maigret, of a change in his manner of leading investigations. The character moves further and further from a simple "detective style" to reflecting on the questionings of his creator, on the culpability of man, the legitimacy of justice and the police machinery. The title of the novels to follow indicate this evolution well... Maigret's Mistake, Maigret's Failure, Maigret Has Scruples and Maigret Hesitates.

Maigret, in this novel, shows his "vulnerability" and human frailties, which makes him a sort of "anti-hero", in the sense that he isn't super-hero infallible and invincible, but paradoxically, is more endearing for it, as he, like each of us, has his "doubts and moral questions" (Alavoine, in "Les enquêtes de Maigret", Encrage).

We also note that, besides the doubts which start to haunt the Chief Inspector, beginning with this novel, Simenon refers more and more to Maigret's approaching retirement. The "internal chronology" of the character is increasingly oriented toward the end of his career... if we refer to the table set up by Forest and Drake, we see that the majority of the cases presented in the novels to come take place several years before the end of the Chief Inspector's career.

2. "You know the Vendée..."

The novel takes place in Fontenay-le-Comte, a location far from unknown to Simenon. He lived there in 1940-41, wrote seven novels there, including Maigret and the Spinster and Maigret and the Fortuneteller, and it was there that the radiologist of the city had made his misdiagnosis of Simenon's health, telling him that he had but two or three years left to live, motivating Simenon to write for his son the history of his family, in I Remember...

This unpleasant memory, added to the period of the uncertainties of the war, allows us to imagine that Simenon had a score to settle with this town, and wonder if therein lies the reason for his rather negative portrait. Furthermore, the region (or in any rate some of its inhabitants) is not shown in any more favorable light in Inspector Cadaver. As for Maigret himself, he probably doesn't recall the Vendée with the fondest of memories either, since it's where he was sent for his year of exile (see Maigret in Exile, a novel which is alluded to in Ch. 1 of this one).

3. Rain, rain, always the rain...

I won't talk here about the importance of the weather for Simenon, and in particular for Maigret, already presented elsewhere, but note the importance of the rain in this novel, which could be as well called the "novel of the rain" as the "novel of fear". This deluge which drenches everything and everyone in a glacial and windy humidity, becomes almost as obsessive as the fear which haunts the city and the novel, messing up the streets and transforming the more or less pleasant recollections which Maigret might have of the visits of his youth to his friend Chabot, into a sad and somber reality.

We can also note that the novel Inspector Cadaver (above) begins as well in a train wet with rain.

4. Friendship and youth pass...

Two themes seem to me particularly remarkable in this novel, first aging, which goes hand in hand with the hesitations and uncertainties of Maigret... Maigret feels "ill at ease", prey to doubt: see Ch. 1: "Was he perhaps suddenly feeling old?". But, happily for him – and for us readers – Simenon was not yet done with his character, not yet at the point of sending him into his final retirement – even if the time was coming.

It's striking to note that in the novel, in spite of Maigret's being hesitant, or feeling fearful, he ends up by untangling the mystery, and getting out of the "slump" he'd been plunged into by the rain that literally drowned his memories, leaving the town and finding again both "his" city of Paris and sunshine - and above all his wife. Consider in this regard the conclusion: Maigret, who has noted throughout the investigation the aging – physical but also moral – of his friend Chabot, with perhaps the fear of suffering from the same "bad" aging, finds himself reassured by his wife: if Chabot has aged badly, it's because he never married... Is marriage a remedy for aging?! From Simenon's perspective, it's probably better to understand that as man "isn't made to live alone", that solitude is insupportable unless it is lived by two – as a couple.

The other important theme of the book is that of friendship, and above all of how this resists time. Thus, Maigret notices throughout the story that "he was mistaken" (Ch. 7) with regard to his friend, and the meaning of their friendship. He will recognize that it was above all envy which he'd felt toward Chabot, who lived in a beautiful house with a doting mother. The experience acquired over the years by Maigret allowed him to discover the true personality of his old friend, and the friendship suffered for the analysis.

It's also striking to realize how the friends Maigret knew in childhood... in lycée or outside his studies, are all shown in a negative light when he meets them again as adults: Malik in Maigret in Retirement, Fumal in Maigret's Failure, Florentin in Maigret's Boyhood Friend. Further, Maigret isn't happy to encounter them again, doesn't like the familiarity with which them call him "tu", use his surname, a little as if Maigret would like to break with his past and that he doesn't like to "stir up old memories". There is no happiness, furthermore, in his return to the château of his youth in The Saint-Fiacre Affair...

The only friend Maigret has as an adult, outside of his inspectors (with whom the relationship is rather that of a father and his sons than friends), is Dr. Pardon: "among Maigret's entourage, the Doctor holds a remarkable place, half-confidant, half-counselor" (Alavoine, op.cit.).

5. Reminiscences...

I'm certainly not going to resist my habitual little game, which is to search in the novel for themes we see elsewhere in the cycle. In fact, dear internet friends, let me know if you enjoy as well this "hunt for allusions"...

* In Ch. 2, the theme of the origins of the Vernoux-Courçon family (a livestock dealer who has bought a château) will be taken up by Simenon in Maigret and the Headless Corpse (the origins of the Boissancourt family).

* In Ch. 4, The profiteroles that Maigret is obliged to eat because he'd once said how much he liked them: the same idea is taken up in Maigret Has Doubts, where Mme Pardon serves him rice pudding for the fourth time, because he'd once said he'd never tasted any as good.

* In Ch. 6, the particular atmosphere of a Sunday (a theme often evoked by Simenon, also outside the Maigret cycle) is for example described in My Friend Maigret.

* In Ch. 7, the box of letters, Louise's "treasure", made me think of both Emma's "box of shells" in The Yellow Dog, and the shoebox which contained Louise Fillon's "treasure" in Maigret's Mistake.

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, July 2007

original French

Maigret of the Month: Maigret a peur (Maigret Afraid)
7/16/07 –

1. Dernière période américaine...

Maigret a peur est le huitième roman du cycle sur les treize écrits par Simenon à Lakeville (Connecticut). Il y est installé depuis 1950 et va encore y rester jusqu'en 1955, avant son retour définitif en Europe. Cette période de Lakeville est très féconde pour l'écrivain, qui, en dehors des 13 Maigret, y a écrit 14 autres romans.

L'année de Maigret a peur (1953) est marquée, pour Simenon, par la naissance de sa fille Marie-Jo, née un mois avant la rédaction de ce roman; mais aucun lien entre les deux choses, car, au contraire de Simenon ("Au fait, Marie-Jo, en mars, le mois qui suit ta naissance, j'écris un roman: "Maigret a peur". Mais je ne suis pas Maigret, quoi qu'on prétende", écrit Simenon à ce propos dans ses "Mémoires intimes") pour qui cette période de la petite enfance de sa fille est une période plutôt faste, c'est le début, pour Maigret, d'un tournant dans sa façon de mener ses enquêtes, et le personnage va s'éloigner de plus en plus du simple "style policier" pour refléter les interrogations de son créateur, face à la culpabilité de l'homme, à la légitimité de la justice et à la machine policière. Les titres des romans à venir reflètent bien cette évolution: Maigret se trompe, Un échec de Maigret, Les scrupules de Maigret ou Maigret hésite.

Maigret, dans ce roman, montre sa "vulnérabilité" et ses faiblesses humaines, qui en font une sorte de "anti-héros", dans le sens où il n'est pas un super-héros infaillible et invincible, mais paradoxalement, il en est d'autant plus attachant qu'il a, comme chacun de nous, des "doutes et des interrogations morales" (Alavoine, in "Les enquêtes de Maigret", éditions Encrage).

Notons aussi que, à part les doutes qui commencent à hanter le commissaire, à partir de ce roman, Simenon évoquera de plus en plus la retraite plus ou moins proche de Maigret. La "chronologie interne" du personnage s'oriente de plus en plus vers la fin de sa carrière: si l'on se réfère au tableau établi par Forest et Drake, on verra que la majorité des enquêtes racontées dans les romans à venir se passent à quelques années de la fin de la carrière du commissaire.

2. "Tu connais la Vendée..."

Le roman se passe à Fontenay-le-Comte, qui est loin d'être un endroit inconnu pour Simenon. Il y a vécu en 1940-41, y a écrit sept romans, dont Cécile est morte et Signé Picpus, et c'est le radiologue de cette ville qui fit un faux diagnostic sur la santé de Simenon, lui disant qu'il n'en avait plus que pour deux ou trois ans à vivre, ce qui poussa Simenon à écrire pour son fils l'histoire de sa famille dans Je me souviens...

Ce mauvais souvenir, ajouté à la période des incertitudes de la guerre, nous autorise-t-il à imaginer que Simenon a un compte à régler avec cette ville, et que c'est là la raison pour laquelle il en fait un portrait plutôt négatif ? D'ailleurs, la région (ou en tout cas certains de ses habitants) n'est pas montrée de façon beaucoup plus positive dans Maigret et l'inspecteur Cadavre. Quant à Maigret lui-même, il ne garde probablement pas non plus de la Vendée le meilleur des souvenirs, puisqu'il y a été envoyé en exil pendant près d'un an (voir La maison du juge, roman auquel il est fait allusion au chapitre 1 du présent roman).

3. La pluie, la pluie, toujours la pluie...

On ne refera pas ici l'analyse de l'importance de la météo chez Simenon et en particulier chez Maigret, déjà évoquée ailleurs, mais on notera l'importance que prend la pluie dans ce roman, qu'on pourrait appeler aussi bien le "roman de la peur" que le "roman de la pluie". Cette pluie diluvienne qui noie les choses et les êtres dans une humidité glacée et venteuse, qui devient aussi obsédante que la peur qui hante la ville et le roman, qui salit les rues et transforme les souvenirs – plus ou moins agréables – que pouvait avoir Maigret de ces visites de jeunesse à son ami Chabot, en une réalité sombre et triste.

On pourra encore noter que le roman L'inspecteur Cadavre (voir supra) débute lui aussi dans un train noyé sous la pluie.

4. L'amitié et la jeunesse s'enfuient...

Deux thèmes me paraissent particulièrement remarquables dans ce roman, celui du vieillissement, qui va de pair avec les hésitations et les incertitudes de Maigret: Maigret se sent "mal dans sa peau", en proie au doute: voir au chapitre 1: "Peut-être s'était-il soudain senti vieux ?". Mais, heureusement pour lui – et pour nous lecteurs – Simenon n'en a pas encore fini avec son personnage, et n'est pas encore sur le point de l'envoyer définitivement à la retraite – même si celle-ci se rapproche.

Il est frappant de noter que dans ce roman, malgré que Maigret soit hésitant, ressente de la peur, il finit par démêler l'intrigue, et sort de ce "marasme" où l'a plongé cette pluie qui a littéralement noyé ses souvenirs, en quittant la ville et en retrouvant à la fois "sa" ville de Paris et son soleil – et surtout sa femme. Remarquons à ce propos la phrase de conclusion: Maigret, qui a noté tout au long de son enquête le vieillissement, physique mais aussi moral, de son ami Chabot, avec peut-être la peur d'être atteint par le même "mauvais" vieillissement, se voit rassuré par sa femme: si Chabot a mal vieilli, c'est parce qu'il ne s'est pas marié...Le mariage, remède au vieillissement ?! Dans l'optique de Simenon, il faut probablement comprendre par là que l'homme "n'est pas fait pour vivre seul", que la solitude n'est supportable que si elle est vécue à deux – dans un couple.

L'autre thème important du livre, c'est celui de l'amitié, et surtout de comment celle-ci résiste au temps. Ainsi, Maigret va s'apercevoir au fil du roman qu'il "s'était trompé" (chapitre 7) sur le compte de son ami, et sur le sens de leur amitié. Il va se rendre compte que c'était surtout de l'envie qu'il ressentait pour Chabot, qui vivait dans une belle maison avec une mère aux petits soins pour lui. L'expérience acquise avec les années par Maigret lui fait découvrir la véritable personnalité de son ancien ami, et l'amitié ne résiste pas à cette analyse.

Il est d'ailleurs frappant de constater combien les amis que Maigret a connus dans son enfance, au lycée ou lors de ses études, sont tous montrés sous un aspect négatif lorsque Maigret les retrouve à l'âge adulte: Malik dans Maigret se fâche, Fumal dans Un échec de Maigret, Florentin dans L'ami d'enfance de Maigret. De plus, Maigret n'a aucun plaisir à les retrouver, n'aime pas la familiarité avec laquelle ils le tutoient et l'appellent par son prénom, un peu comme si Maigret avait la volonté de rompre avec son passé et qu'il n'aimait pas "remuer des souvenirs". Rien de joyeux, d'ailleurs, dans ses retrouvailles avec le château de son enfance dans L'affaire Saint-Fiacre...

Le seul ami que Maigret se reconnaît à l'âge adulte, en dehors de ses inspecteurs (avec lesquels d'ailleurs la relation est plus celle d'un père à ses fils que celle d'amis), est le docteur Pardon: "Dans l'entourage de Maigret, le médecin a une place tout à fait remarquable, mi-confident, mi-conseiller" (Alavoine, op.cit.).

5. Réminiscences...

Je ne vais bien sûr pas résister à mon petit jeu habituel, qui est de rechercher dans le roman des rappels de thèmes vus ailleurs dans le cycle. Au fait, chers amis internautes, faites-moi savoir si vous prenez aussi plaisir à cette "chasse aux allusions"...

* Au chapitre 2, le thème des origines de la famille Vernoux-Courçon (un marchand de bestiaux qui a racheté un château) sera repris par Simenon dans Maigret et le corps sans tête (les origines de la famille de Boissancourt)

* au chapitre 4, les profiteroles que Maigret est obligé de manger parce qu'il a soi-disant adoré ça autrefois: la même idée est reprise dans Une confidence de Maigret, où Mme Pardon lui sert pour la quatrième fois un gâteau de riz, parce qu'il a dit une fois qu'il n'en a jamais mangé de si bon

* au chapitre 6, l'atmosphère particulière du dimanche (un thème souvent évoqué par Simenon, aussi en dehors du cycle des "Maigret") est par exemple décrite dans Mon ami Maigret

* au chapitre 7, la boîte des lettres, le "trésor de Louise", m'a fait penser à la fois à la "boîte aux coquillages" d'Emma dans Le chien jaune, et à la fois à la boîte à chaussures qui a contenu le "trésor" de Louise Filon dans Maigret se trompe.

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links