Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: La jeune fille aux perles [The girl with the pearls]

9/23/12 –

"That's pretty much what I remember of that meeting. I'd had to talk to him anyway about something I'd taken care of a few months earlier ... which concerned a girl and a pearl necklace...

Weeks passed, months... One morning I found on my desk, next to my mail, a little book with a horribly illustrated cover such as you find at newsstands, and in the hands of shop girls. It was entitled, «La jeune fille aux perles», "The girl with the pearls", and the name of the author was Georges Sim."

It's with these lines that Maigret tells, in his Memoires [MEM], how after Simenon's visit to the Quai des Orfèvres, the author published his first novel where he used the name of the Chief Inspector. Maigret didn't read the book, tossed it in the trash. But each morning he found a new copy on his desk, put there by way of Janvier. Maigret, encouraged by Lucas, finally read the novel, without great conviction... He found himself "fatter, heavier than actually", utilizing unexpected methods - in short, a sort of caricature of himself with which he wasn't greatly pleased...

And these lines written by Maigret, alias Simenon, call for some comment, and lead us to the novel under discussion. First, this book was not originally published under the title La jeune fille aux perles, but as the banal, La figurante [The Extra]. A title chosen without Simenon's consent, which he didn't like. That's why the original title was restored to the novel when it was republished in 1991, in the series "La seconde chance", by Julliard. Then, we note that Simenon speaks of this novel as if it were the first in which the character Maigret appears. Now he's already present in Train de nuit, the first of the four proto-Maigrets. In Train de Nuit, it's true, Maigret is still a sketch, and perhaps Simenon himself considered that this novel wasn't yet really a part of the series of investigations of the Chief Inspector. After all, it's the Simenon researchers who, after the fact, concluded the existence of these "proto-Maigrets"...

Nevertheless, it's interesting to note that Simenon highlights La jeune fille aux perles as a novel relating a Maigret investigation, since, for Simenon scholars, the "real" first Maigret is rather the last of the proto-Maigrets, La maison de l'inquiétude. But for Simenon, it's clearly La jeune fille aux perles which is the first Maigret novel, even if he still called it a "draft", as Xavier Guichard had explained to Maigret (see Les mémoires de Maigret [MEM]).

As mentioned above, this novel first appeared under the title La figurante, and its publishing history is somewhat interesting. This work, called by Simenon scholars an "authentic popular novel" (Lacassin), and therefore a priori not a detective story, is thus caught between two genres. It uses all the clichés of popular literature, The evil villain with the venomous look, who finds redemption at the end of the story (after all, he'd had an unfortunate childhood, for which he wasn't responsible, according to the Assizes Court...), the pure young girl who remains so, despite all the attacks of which she is the object, without forgetting the dramatic scenes where they pledge their love... But at the same time, this novel introduces the character of the policeman, and in addition, a policeman with unusual methods. We note that Maigret appears in the first chapter (as Chief Inspector in the Sûreté), and that he is present in 11 chapters out of the 21 in the novel (thus, much more often than in Train de nuit). Additionally, certains aspects are already characteristic... the physical - "broad and immense, with a powerful neck", "a man with broad shoulders, a heavy face, but with sparkling eyes, who ate sandwiches", "he slowly filled a pipe, lit it, and stood before the window", "his thick fingers"; moral - "who had throughout his whole person something both gruff and tender", "I don't believe anything! I don't think anything!", "He was both gruff and paternal.". No doubt, Chief Inspector Maigret was already on the case, as much himself as will be found in the "official" cycle.

But what is striking, is that he is not always center stage. In a novel of the official cycle, the entire affair is seen through his eyes, we never find a scene between two characters, like the dramatic scenes of the clashes between Nadia and Morsan, told "from outside", or, if you will, by the narrator, who is the author. At best, these scenes could be evoked by Maigret's own thoughts.

In this sense, this novel is therefore still a proto-Maigret, a draft before the "semi-literary" novels which constitute the Maigret series. But we have the impression that Simenon has already "tried out" his character, done a sort of "first casting" to see how this anti-hero could fit into a story. As Lacassin wrote,

"Knowing that to gain the acceptance of the publisher, he couldn't do a psychological novel and a detective story... he therefore used all his arts to develop and refine the character of Maigret without making him seem too much a star - which must be reserved exclusively for the victims."
Even so, this almost "sneaky" attempt to introduce his character was not so well received by his publisher... Written during the summer of 1929, the book was first refused by Fayard, who eventually published it... in February 1932, in a collection with no detective stories, "Les maîtres du roman populaire" [Masters of the popular novel]. Worse still, giving it the insignificant title, La figurante [The Extra]. However, by then, twelve novels of the official cycle had already appeared, with well-known success... We can also wonder if the readers of the time, those who read the "popular novels", were the same ones who read the Maigret novels, and if they made the connection between La jeune fille aux perles and Le chien jaune [JAU] or La tête d'un homme [TET]...

Finally, we note that this novel was published under the pseudonym Christian Brulls, and not Georges Sim, as Maigret recounts in his Memoirs [MEM]... It's the next two proto-Maigrets, La femme rousse and La maison de l'inquiétude, which will be published under the pseudonym Georges Sim, but by Tallandier this time, in the collection "Criminels et policiers". Certainly, Fayard had nothing to do with these trials. He wanted to publish the "real" Maigrets, after finally being convinced by Simenon, though not without difficulty, that "this will work", while remaining skeptical about the police side of the novels itself. He wasn't completely wrong... if the Maigrets had been "just" simple detective stories, would they have met with the success they still find today?


Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, September 2012

original French

Maigret of the Month: La jeune fille aux perles [The girl with the pearls]

9/22/12 –

"C'est à peu près tout ce qui émerge dans ma mémoire de cette rencontre-là. J'ai dû lui parler incidemment d'une affaire qui avait requis mes soins quelques mois plus tôt [...], dans laquelle il était question d'une jeune fille et d'un collier de perles. [...]

Des semaines, passèrent, des mois. [...] Un matin, je trouvai sur mon bureau, à côté de mon courrier, un petit livre à couverture horriblement illustrée comme on en voit chez les marchands de journaux et entre les mains des midinettes. Cela s'intitulait: «La jeune fille aux perles», et le nom de l'auteur était Georges Sim."

C'est par ces lignes que Maigret raconte, dans ses Mémoires, comment, après la visite de Simenon au Quai des Orfèvres, l'auteur publie un premier roman où il se sert du nom du commissaire. Maigret ne lit pas le roman, le jette au panier, mais il trouve chaque matin un nouvel exemplaire sur son bureau, posé par les soins de Janvier. Maigret, sur le conseil de Lucas, finit par lire le roman, sans grande conviction: il s'y trouve "plus gros, plus lourd que nature", utilisant des méthodes inattendues, bref, une sorte de caricature de lui-même dont il n'est pas très satisfait...

Ces lignes écrites par Maigret, alias Simenon, appellent quelques commentaires, qui nous ramènent au roman dont il est question: d'abord, celui-ci n'a en réalité pas paru sous le titre de La jeune fille aux perles, mais sous celui, très banal, de La figurante. Un titre choisi sans l'accord de Simenon, qui ne l'aimait pas. C'est pourquoi le titre original a été restitué au roman, lors de la réédition de celui-ci en 1991, dans la collection "La seconde chance", des éditions Julliard. Ensuite, il faut remarquer que Simenon parle de ce roman comme s'il était le premier où apparaisse le personnage de Maigret. Or, celui-ci est déjà présent dans Train de nuit, le premier des quatre proto-Maigret. Dans Train de Nuit, il est vrai, Maigret est encore une esquisse, et peut-être Simenon lui-même considérait-il que ce roman ne faisait pas vraiment encore partie de la série des enquêtes du commissaire. Après tout, ce sont les chercheurs simenoniens qui, a posteriori, ont conclu à l'existence de ces "proto-Maigret"...

Il est néanmoins intéressant de constater que Simenon met en avant La jeune fille aux perles en tant que roman racontant une enquête de Maigret, car, pour les simenologues, le "véritable" premier Maigret serait plutôt le dernier des proto-Maigret, à savoir La maison de l'inquiétude. Mais pour Simenon, c'est bien La jeune fille aux perles qui est le premier roman de Maigret, même s'il en parle encore comme d'une "ébauche", comme le précise Xavier Guichard à Maigret (voir Les mémoires de Maigret).

Comme dit plus haut, ce roman a paru d'abord sous le titre de La figurante, et son histoire éditoriale est assez intéressante: cet ouvrage, dont les simenologues parlent comme d'un "authentique roman populaire" (Lacassin), donc a priori pas un roman policier, est donc à cheval entre deux genres: il utilise tous les poncifs de la littérature populaire: le méchant sournois à la figure fielleuse, qui connaît la rédemption à la fin de l'histoire (après tout, il a eu une enfance malheureuse dont il n'est pas responsable, comme on dirait en Cour d'Assises...), la jeune fille pure qui le reste malgré toutes les attaques dont elle est l'objet, sans oublier les scènes dramatiques où les héros s'avouent leur amour...; mais en même temps, ce roman introduit le personnage du policier, et de surcroît un policier aux méthodes peu ordinaires. On remarquera que Maigret apparaît dès le premier chapitre (en tant que commissaire de la Sûreté), et qu'il est présent dans onze chapitres sur les vingt et un que compte le roman (donc beaucoup souvent que dans Train de nuit). De plus, certains traits sont déjà caractéristiques: aspect physique: "immense et large, au cou puissant", "un homme aux larges épaules, au visage épais, mais aux yeux pétillants, qui mangeait des sandwiches", "il bourra lentement une pipe qu'il alluma, campé devant la fenêtre", "ses gros doigts"; et aspect moral: "qui avait dans toute sa personne quelque chose d'à la fois bourru et attendri", "Je ne crois rien! Je ne pense rien!", "Il était à la fois paternel et bourru.". Pas de doute, on a déjà bien affaire au commissaire Maigret, tel qu'en lui-même on le retrouvera dans le cycle officiel.

Mais ce qui frappe, c'est qu'il n'occupe pas le devant de la scène: dans un roman du cycle officiel, on verrait toute l'affaire à travers son regard, on ne trouverait pas de scènes entre deux personnages, comme les scènes dramatiques où s'affrontent Nadia et Morsan, racontées "de l'extérieur", ou, si l'on veut, par le narrateur qu'est l'auteur. Tout au plus, ces scènes pourraient-elles être évoquées en pensée par Maigret lui-même.

Dans ce sens, ce roman est donc bien encore un proto-Maigret, une ébauche avant les romans de "semi-littérature" que constituera la série des Maigret. Mais on a l'impression que Simenon "essaie" déjà le personnage, fait une sorte de "premier casting" pour voir comment cet anti-héros pourrait s'intégrer dans une histoire. Comme l'écrit Lacassin: "Sachant que pour obtenir l'acceptation de l'éditeur, il ne pouvait à la fois traiter un roman psychologique et un roman policier [...] il a donc utilisé toutes ses ruses pour développer et affiner le personnage de Maigret sans trop avoir l'air de lui donner la vedette, celle-ci devant appartenir exclusivement aux victimes." Il n'en reste pas moins que cet essai d'introduire presque en fraude son personnage n'a pas eu l'heur de plaire aux éditeurs: écrit durant l'été 1929, le livre est d'abord refusé par Fayard, qui finit par le publier, mais seulement en février 1932, dans une collection qui n'a rien de policier: "Les maîtres du roman populaire", et pis encore, lui donnant ce titre insignifiant de La figurante. Et pourtant, à ce moment-là, douze des romans du cycle officiel ont déjà paru, avec le succès que l'on sait... On peut d'ailleurs se demander si les lecteurs de l'époque, ceux qui lisaient des "romans populaires", étaient les mêmes que ceux qui lisaient des romans Maigret, et s'ils avaient fait le rapprochement entre La jeune fille aux perles et Le chien jaune ou La tête d'un homme...

Enfin, on remarquera que ce roman a paru sous le pseudonyme de Christian Brulls, et non celui de Georges Sim, comme le raconte Maigret dans ses Mémoires... Ce sont les deux proto-Maigret suivants, La femme rousse et La maison de l'inquiétude, qui seront publiés sous le pseudonyme de Georges Sim, mais chez Tallandier cette fois, dans la collection "Criminels et policiers". Décidément, Fayard n'avait pas grand-chose à faire de ces essais: il voulait bien publier des "vrais" Maigret, après s'être laissé enfin convaincre, non sans mal, par Simenon que "ça allait marcher", tout en restant sceptique sur le côté policier même de ces romans. On ne peut d'ailleurs lui donner complètement tort: si les Maigret n'étaient "que" de simples romans policiers, auraient-ils eu le succès qu'ils connaissent encore aujourd'hui ?


Murielle Wenger

English translation

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links