Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   French  

Maigret of the Month: La péniche aux deux pendus (Two Bodies on a Barge)

5/16/10 –

1. Brief history

What was it that moved Simenon, after he'd symbolically put his character into retirement in the final novel of the Fayard cycle, entitled Maigret (1934), and had proclaimed, in the newspaper which had announced its publication (see this text), that no further adventures of Maigret would appear in the paper, what drove the author to take up his pen to write these stories which featured his character once more?

To try to find a semblance of an answer, I will take as a common thread two extracts from the text of the foreword written by Gilbert Sigaux in the Rencontre edition, which collects the majority of these stories. Into the stream of Sigaux's text (in blue below), I'll insert some comments and notes regarding the stories.

"With The New Investigations of Maigret begins Maigret's second "cycle", which will be followed up with Maigret Returns (three novels: Maigret and the Spinster [CEC], Maigret and the Hotel Majestic [MAJ], and Maigret in Exile [JUG]), then with Maigret and the Fortuneteller [SIG], Inspector Cadaver [CAD] and Maigret and the Toy Village [FEL]. The stories and novels of this second cycle had been written between 1938 and 1941, and published between 1938 and 1944.

The first form of the New Investigations of Maigret is not that which we are familiar with; we find indeed the subjects (but not the developments) of a certain number of these stories in Paris-Soir-Dimanche, beginning Oct. 25, 1936; we recall that The Thirteen Enigmas, The Thirteen Mysteries, The Thirteen Culprits had been, in Détective, the object of a series of competitions; it was the same for the New Investigations in 1936."

In fact, before the publication of the first Maigrets, Simenon had written short stores with a detective theme. It was Joseph Kessel who had asked Simenon to write, for the weekly, Détective, some new detective stories which would become the object of a competition among the readers. Simenon then wrote, under the pseudonym Georges Sim, a series of texts grouped under the title The Thirteen Mysteries, which appeared in Détective beginning in March, 1929. The success of these stories led Simenon to write a new series of stories, under the title The Thirteen Enigmas, and then still one more, The Thirteen Culprits. In the first series, the investigator is a certain Joseph Leborgne, in the second, it's Inspector G.7 who leads the investigation, and in the third, it's Judge Froget who is at the center of the intrigue. These three series were published by Fayard, this time under the author's real name, in 1932.

Is it because he had liked this particular form of literary text that Simenon renewed the experience in 1936 for the daily, Paris-Soir? Or did he feel a certain nostalgia for having "abandoned" his Chief Inspector? Or was it the idea of an "interactive" exchange, to use a word of our era, with the readers, which attracted him? The actual form of the appearance in Paris-Soir was the following: in a first part, which would appear on Sunday, the elements of the plot would be given, and in the second, a week later, would be given the solution in four lines. For your information, here are the dates of the appearance of the first series of these stories in Paris-Soir-Dimanche:

10/251936:   The Mysterious Affair in the Boulevard Beaumarchais [bea]
11/1/1936:   Two Bodies on a Barge [pen]
11/8/1936:   The Open Window [fen]
11/15/1936:   Death Penalty [pei]
11/22/1936:   Death of a Woodlander [lar]
11/29/1936:   In the Rue Pigalle [pig]
12/201936:   Mr. Monday [lun]
1/3/1937:   Maigret's Mistake [err]

"It was in 1938 that Georges Simenon wrote the 19 stories which made up The New Investigations of Maigret. Ten of these were published, in 1938 and 1939, under the title The New Investigations of Chief Inspector Maigret in the collections Police-Film and Police-Roman from the Société Parisienne d'Edition, with one story per issue. These are, in chronological order of publication:

Mademoiselle Berthe and her Lover [ber]  [4/29/38]
Storm in the Channel [man]  [5/20/38]
The Three Daughters of the Lawyer [not]  [6/17/38]
The Unlikely Monsieur Owen [owe]  [7/15/38]
The Group at the Grand-Café [ceu]  [8/12/38]
At the Étoile du Nord [eto]  [9/30/38]
The Drowned Men's Inn [noy]  [11/11/38]
Stan the Killer [sta]  [12/23/38]
The Old Lady of Bayeux [bay]  [2/3/39]
Madame Maigret's Admirer [amo]  [7/28/39]"

In 1944, Gallimard published the collection, The New Investigations of Maigret, which comprised 17 stories: the eight which had appeared in Paris-Soir, and eight of the stories above. (The Unlikely Monsieur Owen and The Group at the Grand-Café weren't included; these two stories would be published for the first time in the volume from Editions Rencontre). And the last, a story written in the same period as those in Paris-Soir, but which hadn't appeared at the time, Jeumont, 51 Minutes Stop [arr]. We might also note that the order of the stories in this collection does not follow the chronological order of their appearance in Paris-Soir. As a result, the story examined this month, (Two Bodies on a Barge) is not the first to have been published by the paper. That said, as these eight first stories were all produced in the month of October, 1936, it is very difficult to know exactly which had been written first... which, however, is probably not of any fundamental importance...

And to end on this point, here is an extract of the book, Simenon and the True Birth of Maigret, by Francis Lacassin:

"[The Fayard series] ended in 1934 with a Maigret, entitled symbolically, "Maigret". It constituted the farewell of the detective story author and of the character who had made him famous. To demonstrate his determination to dedicate himself henceforth to the "literary" novel, Simenon scuttled the Maigret saga by showing him in retirement, in his house at Meung-sur-Loire. ... A cautious reaction? Rather than knocking off his character in imitation of Conan Doyle or Maurice Leblanc [Arsène Lupin], Simenon had tossed him onto the scrap heap (or held him in reserve?) by turning him into a retiree in slippers. Five months before pulling this dirty trick, he had signed, in October 1933, a contract which would connect him with Gallimard until 1946. ... No doubt Gallimard, rather than welcoming a "literary" novelist – of which he had no shortage – would have preferred to profit from the windfall generated by Chief Inspector Maigret. He had nothing to lose by waiting!

Four years after having written, "...that was the last time", Simenon would revive Maigret, in July '38, in a series of stories - a competition held by the daily, Paris-Soir. The following year, la Société Parisienne d'Editions advertised his presence in the serials "Police-Film" and "Police-Romans". To justify these breaches of his great pledges, Simenon evades the question... these stories of Maigret's cases are set before his retirement. He resigns himself to these breaches in his vocation as a literary novelist because they appear in papers destined to be thrown away after reading, and not in volumes expected to endure. That was without taking into account Gaston Gallimard, desirous of compensating for large printings of certain works with frustrated ambitions... In 1942 and 1944, he published three volumes (The New Investigations of Maigret, Maigret Returns ([CEC], [MAJ], [JUG]), Maigret and the Fortune Teller ([SIG], [CAD], [FEL]) - texts which Simenon had believed buried in the cemetery of pre-war newspapers. Simenon had to yield to the evidence: Maigret's fate was out of his hands."

2. It's pure Maigret !

The stories dedicated to Maigret have one interesting facet, that they often take up themes developed in the novels, in a condensed form, and embodying well the world of the character. And this is the case in the story we're examining now... The Chief Inspector is investigating here in a characteristic "atmosphere"... the world of barges and locks, under a November rain, with mention of places familiar to Maigret, like Citanguette and Morsang, and characters like Dr Paul. And we can also find some phrases which provide a condensation of Maigret's "methods":

"And Maigret ... was back on the scene, his hands in the pockets of his big overcoat, looking grouchy..."

"It was there, you could say, that Maigret really conducted his investigation, without seeming to do so, drinking a glass from time to time, sitting near the stove, going outside for a while..."

"However Maigret, sullen like the Seine itself, sullen like a canal in the rain, returned to his lock, and couldn't get himself to leave."

"And Maigret sunk deeper and deeper into this slow and heavy life of La Citanguette as if only there would he be capable of thinking."

"Only Maigret wanted... somehow or other, he wanted to get to the stage of "thinking barge", in other words, to think like these people here."

What else is there to say? In the end, with these few extracts, we've said the essential - in search of the truth...

Murielle Wenger
translation: S. Trussel
Honolulu, May 2010

original French

Maigret of the Month: La péniche aux deux pendus (Two Bodies on a Barge)

5/16/10 –

1. Bref historique

Qu'est-ce qui pousse Simenon, après avoir symboliquement mis son personnage à la retraite dans le dernier roman du cycle Fayard, intitulé Maigret (1934), et avoir proclamé, dans le journal qui annonçait la publication de celui-ci (voir ce texte), que l'on n'y reprendrait plus à coucher sur le papier les enquêtes du commissaire, qu'est-ce qui pousse donc l'auteur à reprendre la plume pour écrire ces nouvelles où l'on retrouve le personnage ?

Pour essayer de trouver un semblant de réponse, je vais prendre comme fil rouge deux extraits du texte de l'avant-propos écrit par Gilbert Sigaux dans le volume des éditions Rencontre, qui regroupe la majorité de ces nouvelles. Au fil du texte de Sigaux (en bleu ci-dessous), j'insérerai quelques commentaires et notations à propos de ces nouvelles.

"Avec Les nouvelles enquêtes de Maigret commence le deuxième «cycle» de Maigret, qui se poursuivra avec Maigret revient (trois romans: Cécile est morte, Les caves du Majestic et La maison du juge) puis avec Signé Picpus, L'inspecteur Cadavre et Félicie est là. Les nouvelles et romans de ce deuxième cycle ont été composés entre 1938 et 1941, publiés entre 1938 et 1944.

La première forme des Nouvelles enquêtes de Maigret n'est pas celle que nous leur connaissons; on trouve en effet les sujets (mais non les développements) d'un certain nombre de ces récits dans Paris-Soir-Dimanche, à partir du 25 octobre 1936; on se souvient que Les Treize Enigmes, Les Treize mystères, Les Treize Coupables avaient été, dans Détective, l'objet d'une série de concours; il en fut de même pour les Nouvelles Enquêtes en 1936."

En effet, avant la publication des premiers Maigret, Simenon a composé des nouvelles qui ressortent du thème policier. C'est Joseph Kessel qui avait demandé à Simenon d'écrire, pour l'hebdomadaire Détective, des nouvelles policières qui devaient faire l'objet d'un concours entre les lecteurs. Simenon écrivit alors, sous le pseudonyme de Georges Sim, une série de textes regroupés sous le titre de Les Treize Mystères, qui parurent dans Détective dès mars 1929. Le succès de ces nouvelles fit que Simenon écrivit, à la suite, une nouvelle série de textes, sous le titre Les treize énigmes, puis encore une autre série, Les treize coupables. Dans la première série, l'enquêteur est un certain Joseph Leborgne, dans la deuxième série, c'est l'inspecteur G.7 qui mène l'enquête, et dans la troisième, c'est le juge Froget qui est au centre de l'intrigue. Ces trois séries furent publiées par Fayard, cette fois sous le patronyme de l'auteur, en 1932.

Est-ce parce qu'il avait apprécié cette forme particulière de texte littéraire que Simenon renouvela l'expérience en 1936 pour le quotidien Paris-Soir ? Ou ressentait-il une certaine "nostalgie" d'avoir "abandonné" son commissaire ? Ou encore, était-ce l'idée d'un échange "interactif", selon le mot utilisé de nos jours, avec les lecteurs, qui l'attirait ? Le principe en effet de la parution dans Paris-Soir était le suivant: dans un premier numéro, qui paraissait le dimanche, on donnait les éléments de l'intrigue, et dans le second, soit une semaine plus tard, on donnait le dénouement en quelques lignes. Pour votre information, voici les dates de parution de la première série de ces nouvelles dans Paris-Soir-Dimanche:

10/251936:   L'affaire du boulevard Beaumarchais
11/1/1936:   La péniche aux deux pendus
11/8/1936:   La fenêtre ouverte
11/15/1936:   Peine de mort
11/22/1936:   Les larmes de bougie
11/29/1936:   Rue Pigalle
12/201936:   Monsieur Lundi
1/3/1937:   Une erreur de Maigret

"C'est en 1938 que Georges Simenon écrivit les dix-neuf nouvelles qui constituent Les Nouvelles Enquêtes de Maigret. Dix d'entre elles furent publiées, en 1938 et 1939, sous le titre Les Nouvelles Enquêtes du Commissaire Maigret dans les collections Police-Film et Police-Roman de la Société Parisienne d'Edition, à raison d'une nouvelle par fascicule. Ce sont, dans l'ordre chronologique de publication:

Mademoiselle Berthe et son amant   [4/29/38]
Tempête sur la Manche   [5/20/38]
Le notaire de Châteauneuf   [6/17/38]
L'improbable Monsieur Owen   [7/15/38]
Ceux du Grand Café   [8/12/38]
L'Etoile-du-Nord   [9/30/38]
L'auberge aux Noyés   [11/11/38]
Stan Le Tueur   [12/23/38]
La vieille Dame de Bayeux   [2/3/39]
L'amoureux de Madame Maigret   [7/28/39]

En 1944, paraîtra chez Gallimard le recueil Les Nouvelles Enquêtes de Maigret, qui comprend dix-sept nouvelles: les huit nouvelles parues dans Paris-Soir, huit des nouvelles ci-dessus (L'improbable Monsieur Owen et Ceux du Grand-Café n'y figurent pas: ces deux nouvelles seront publiées pour la première fois dans le tome des Editions Rencontre), et une nouvelle écrite à la même période que celles de Paris-Soir, mais qui ne fit pas l'objet d'une parution à l'époque: Jeumont, 51 minutes d'arrêt. Notons encore que l'ordre des nouvelles dans ce recueil ne suit pas l'ordre chronologique de parution dans Paris-Soir. Par conséquent, la nouvelle étudiée ce mois (La péniche aux deux pendus) n'est pas la première qui a été publiée par ce journal. Ceci dit, comme ces huit premières nouvelles ont toutes été rédigées au courant du mois d'octobre 1936, il est bien difficile de savoir laquelle exactement a été écrite la première...Et cela n'a d'ailleurs probablement pas une importance fondamentale...

Et pour terminer sur ce point, je vous donne un extrait du livre Simenon et la vraie naissance de Maigret, de Francis Lacassin:

"[La série Fayard] s'achève en 1934 par un Maigret, intitulé symboliquement «Maigret». Il constituait l'adieu de l'auteur au roman policier et au personnage qui l'a rendu célèbre. Pour bien montrer sa détermination à se consacrer désormais au roman "littéraire", Simenon saborde la saga Maigret en le montrant retraité, dans sa maison de Meung-sur-Loire. [...] Réflexe de prudence ? Au lieu de trucider son personnage à l'imitation de Conan Doyle ou Maurice Leblanc, Simenon l'avait mis au rencart (ou en réserve ?) en faisant de lui un pensionné en pantoufles. Cinq mois avant de se livrer à ce mauvais coup, il a signé en octobre 1933 un contrat qui va le lier avec la maison Gallimard jusqu'en 1946. [...] Sans doute Gallimard, au lieu d'accueillir un romancier "littéraire" – article dont il ne manque pas – aurait-il préféré profiter de la manne générée par le commissaire Maigret. Il ne perdra rien pour attendre !

Quatre ans après avoir écrit: "... c'était la dernière fois", Simenon fit revivre Maigret, en juillet 38, dans la série de nouvelles - concours commandé par le quotidien Paris-Soir. L'année suivante, la Société Parisienne d'Editions réclame sa présence dans les collections de fascicules "Police-Film" et "Police-Romans". Pour justifier ces manquements à ses grands serments, Simenon s'en tire par une pirouette: ces nouvelles enquêtes de Maigret se situent avant son départ en retraite. Il se résigne à ces manquements à sa vocation de romancier littéraire car ils se produisent dans des journaux destinés à être jetés après lecture et non dans des volumes destinés à durer. C'était compter sans Gaston Gallimard, désireux de compenser par de gros tirages les infortunes de certaines œuvres aux ambitions déçues. En 1942 et en 1944, il obtient d'éditer en trois volumes (Les nouvelles Enquêtes de Maigret, Maigret revient, Signé Picpus) ces textes que Simenon croyait enfouis dans le cimetière des journaux d'avant-guerre. Simenon devait se rendre à l'évidence: le destin de Maigret ne lui appartenait plus."

2. C'est du pur Maigret !

Les nouvelles consacrées à Maigret ont ceci d'intéressant qu'elles reprennent souvent des thèmes développés dans les romans, sous une forme condensée et résumant bien le monde de ce personnage. C'est bien le cas dans la nouvelle qui nous occupe: le commissaire enquête ici dans une "atmosphère" caractéristique: le monde des péniches et des écluses, sous la pluie de novembre, et on retrouve la mention de lieux typiquement maigretiens, comme la Citanguette ou Morsang, ou de personnages comme le Dr Paul. On peut noter aussi quelques phrases qui sont un condensé des "méthodes" de Maigret:

"Et Maigret [...] était revenu sur les lieux, les mains dans les poches de son gros pardessus, l'air grognon"

"C'est là, on peut le dire, que Maigret fit vraiment son enquête, sans en avoir l'air, buvant de temps en temps un verre, s'asseyant près du poêle, allant faire un petit tour dehors"

"Et pourtant Maigret, maussade comme la Seine elle-même, maussade comme un canal sous la pluie, était revenu à son écluse et ne pouvait plus s'en décoller."

"Et Maigret s'enfonçait de plus en plus dans cette vie lente et lourde de La Citanguette comme si là, seulement, il eût été capable de réfléchir."

"Seulement Maigret voulait – comment dire ? – il voulait en arrive à penser péniche, c'est-à-dire à penser comme des gens-là."

Qu'ajouter de plus ? Au fond, avec ces quelques extraits, on a dit l'essentiel: à la limite, l'intrigue dont s'occupe le commissaire importe moins que la description d'un homme à la recherche de la vérité...

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links