Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: On ne tue pas les pauvres types (Death of a Nobody)

6/23/12 – The theme of this story is a sort of prelude that the author will take up again later in a novel of the corpus, Maigret et l'homme du banc [BAN]. Indeed, we will find there the same subject, developed with some variations... a man, in appearance perfectly ordinary, leading an orderly, uneventful life, until it's discovered that actually, appearances are deceiving, and this banality hides another life, which we will find, in the end, to be just as banal as the first. And that's what makes this story so original, and also its "tragic" side... this man who won a huge amount in the lottery, could use it to completely change his way of life, satisfy his most secret passions, and discover another would by using the power of this money. But he is content to build another "nest", another home, in the end, not so different from his first. Instead of his apartment filled with the cries of his children and the complaints of Juliette, a little house filled with the rustling of the wings of birds, and visits of the gentle Olga. And all that to end up being killed, out of spite, by an old billiard partner. What Simenon wants to show us, as he has in numerous novels, is that one can't escape so easily from one's destiny, and that in spite of the illusion that we're given the power to "live another life", in the end it's the same life that's rebuilt, with some different aspect perhaps, but finally, still the life for which fate has prepared us. When we read Simenon's novels, Maigret or non-Maigret, we realize how rare are the "exceptional men", who are able to truly "get out of their situation" and invent a different fate. Man remains a "little man", a being doing the best he can with the life he's been given, and if he tries to change, there's often failure at the end of the road. At any rate, that's the vision of the author in his work.

However, unlike the "hard" novels, what stops this story from being truly pessimistic is the fact that, through the intervention of the empathetic regard of Maigret, the banal fate of Tremblet earns our sympathy. Indeed, throughout the text, the author accentuates the relationship which is established between the investigator and the victim... and that's furthermore what makes for the originality of the Maigret novels, the Chief Inspector's effort to put himself in the place of the other, to try to understand what he feels. We see it well in this story, where Simenon ceaselessly shows us how Maigret develops a certain affection for this ordinary man, as he does for Thouret in Maigret et l'homme du banc. [BAN] Throughout the text, the author repeats the word "understanding" applied to Maigret, as the most important part of his work. The clues amassed, the tasks of research assigned to his inspectors, form but the base which will support Maigret's intuitive approach.

Thus we can follow Maigret's work through the text... At the beginning of Chapter 1, Maigret, who listens to Juliette's explanation, seems to soak up what he learns behind a false indifference. "Lucas wondered if the boss wasn't about to fall asleep, he was so still and heavy. But, from time to time, you'd see a little smoke escape from his lips clamped on the stem of this pipe." This smoke of the pipe is like a symbolic manifestation that the "thinking machine" is working...

Further along in the same chapter, when Maigret goes to Couvreur and Bellechasse, he mulls over what he's learned. "He was furious because he didn't understand, and he hated not understanding." Maigret should and will understand. It was for that that he'd chosen the work of an investigator...

At the beginning of Chapter 2, Maigret, unable to sleep, mentally goes over the investigation Lucas had made at the hotel from which Tremblet had been shot, but the facts reported are secondary... "It wasn't about all that that Maigret was thinking in his bed. He was thinking about the victim."

Further in the same chapter, Maigret has learned something from Francine. "He was in a good mood, for no reason, because the problem was getting more complicated, rather than simpler. Maybe he was glad to see that his intuition of the night hadn't been wrong? Maybe he'd also begun to get interested in this poor fellow Tremblet...?" We can see well how Maigret's interest wasn't just to understand Tremblet's murder, but also to understand his life...

Still further along, after having learned that Tremblet had bought nearly 200 canaries... "Maigret wasn't following this affair without a certain emotion he wouldn't have liked to admit... And that was that he'd become attached to him, so dull at the outset, to this man he'd never seen". Here, Maigret has already advanced further in his investigation. It was not just a case of constructing a hypothesis to resolve an irritation problem, but it had advanced to the stage of taking an interest in the victim himself.

In Chapter 3, Maigret has discovered Tremblet's house on the Quai de la Gare, and his first concern, on entering, is not to search, to find new clues, nor to find the hiding place where Tremblet may have hidden his money. No, what Maigret did, "before anything else, was to replace the water in the cages and fill the feeders" of Tremblet's canaries. In other words, he put himself in the victim's place, he "did as he would have". And, several sentences further, we find this... "Yes, Maigret had the impression of understanding." This time, he understood the reason for the life Tremblet led. He had passed from empathy to "unconscious imitation", to the stage of affection where Maigret "puts himself into the skin" of the other. Further evidence, Maigret decides to spend the night in Tremblet's house, as he will do later in the house of Little Albert (Maigret et son mort [MOR]) "And the hours which followed were similar enough to those Tremblet would have passed in the house." Maigret leafed through the books Tremblet read, fiddled with the fishing rods the man had used.

In Chapter 4, after Olga's visit, Maigret searched the house on the Quai de la Gare, then returned to the PJ, but not without the author saying of him, "He had left with regret, this house where he had finished by living in a sort of intimacy with the poor guy". Maigret, who had learned all he could learn about Tremblet's life, could do nothing now but let the police routine follow its course, and the investigation would almost do itself. The killer was found, who confessed his crime, the hoard was located, and "when Maigret heard the amount, he did a rapid calculation, and understood". He understood where the money had come from, but also how and why Tremblet had kept that amount to cover the little pleasures he desired. And the last sentence of the story evokes once more the "nobody", but the term has taken on another meaning, not of contempt, but of compassion, because Maigret's attachment had been transplanted...


Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, June 2012

original French

Maigret of the Month: On ne tue pas les pauvres types (Death of a Nobody)

6/23/12 – Le thème de cette nouvelle est une sorte de prélude à celui que l'auteur reprendra plus tard dans un roman du corpus, Maigret et l'homme du banc. En effet, on y retrouvera le même sujet, développé avec quelques variantes: celle d'un homme en apparence tout ce qu'il y a de plus banal, menant une vie rangée et sans histoire, jusqu'à ce qu'on découvre qu'en réalité, les apparences sont trompeuses, et que cette banalité cachait une autre vie, qui va se révéler, à la fin, tout aussi banale que la première. C'est cela qui fait l'originalité de cette histoire, et son côté "tragique": cet homme qui a gagné une énorme somme à la loterie, aurait pu l'utiliser pour changer complètement son mode de vie, assouvir ses passions les plus secrètes, découvrir un autre monde en utilisant le pouvoir que donne l'argent; or, il va se contenter de se reconstruire un autre "nid", un autre chez soi, finalement pas tellement différent du premier: au lieu de l'appartement bruyant des cris d'enfants et des plaintes de Juliette, une petite maison remplie des bruissements des ailes d'oiseaux, et les visites à la molle Olga. Et tout cela pour finir par être tué, par dépit, par un ancien partenaire de billard. Ce que Simenon veut nous montrer, comme il l'a montré dans de nombreux autres romans, c'est que l'on n'échappe pas si facilement que ça à son destin, et que, malgré l'illusion que l'on se donne de pouvoir "vivre une autre vie", c'est finalement la même vie qu'on reconstruit, sous un autre aspect peut-être, mais qui au fond reste la vie que le destin nous avait préparée. Lorsqu'on lit les romans de Simenon, Maigret et non-Maigret, on se rend compte que rares sont les "hommes d'exception", qui sont capables de vraiment "sortir de leur condition"et de s'inventer un destin différent. L'Homme reste un "petit homme", un être qui se débrouille tant bien que mal avec la vie qui lui a été donnée, et s'il cherche à en changer, c'est souvent l'échec qui est au bout du chemin. C'est en tout cas la vision qu'en a l'auteur dans son œuvre.

Mais, au contraire des romans "durs", ce qui empêche cette nouvelle d'être vraiment pessimiste, c'est le fait que, par le truchement du regard empathique de Maigret, le destin banal de Tremblet nous devient sympathique. En effet, tout au long du texte, l'auteur met l'accent sur la relation qui s'établit entre l'enquêteur et la victime; c'est d'ailleurs ce qui fait l'originalité des romans de Maigret: l'effort du commissaire pour se mettre à la place de l'autre, essayer de comprendre ce qu'il ressent. On le voit bien dans cette nouvelle, où Simenon n'a de cesse de nous montrer comment Maigret se prend d'une certaine affection pour ce bonhomme banal, comme il le fera pour Thouret dans Maigret et l'homme du banc. Tout au long du texte, l'auteur fait revenir le mot "comprendre" appliqué à Maigret, dont c'est l'essentiel du travail: les indices récoltés, les tâches de recherches attribuées à ses inspecteurs, ne sont que la base sur laquelle va s'appuyer la démarche intuitive du commissaire.

Ainsi, on peut suivre le travail de Maigret au fil du texte: au début du chapitre 1, Maigret, qui écoute le récit de Juliette, paraît s'imprégner de ce qu'il apprend, sous une fausse indifférence: "Lucas se demandait si le patron n'était pas en train de s'endormir, tant il était lourd et calme. Mais, de temps en temps, on voyait un peu de fumée s'échapper de ses lèvres serrées autour du tuyau de sa pipe." Cette fumée de pipe est comme la manifestation symbolique que la "machine à penser" s'est mise en marche...

Plus loin dans le même chapitre, tandis que Maigret se rend chez Couvreur et Bellechasse, il rumine ce qu'il a appris: "Il enrageait parce qu'il ne comprenait pas et qu'il avait horreur de ne pas comprendre." Maigret doit et veut comprendre: c'est pour cela qu'il a choisi ce métier d'enquêteur...

Au début du chapitre 2, Maigret, qui n'arrive pas à dormir, repasse en esprit l'enquête menée par Lucas à l'hôtel d'où on a tiré sur Tremblet, mais les informations rapportées par le brigadier ne sont que secondaires: "Mais ce n'était pas à tout cela que Maigret avait pensé dans son lit. Il pensait à l'assassiné."

Plus loin dans le même chapitre, Maigret a appris quelques renseignements par Francine: "Il était de bonne humeur, sans raison, car le problème se compliquait au lieu de se simplifier. Peut-être était-il content de voir que son intuition de la nuit ne l'avait pas trompé? Peut-être aussi commençait-il à se passionner pour ce pauvre type de Tremblet [...]?" On voit bien ici comment le souci de Maigret n'est pas seulement de comprendre le meurtre de Tremblet, mais aussi de comprendre la vie de celui-ci.

Encore un peu plus loin, après avoir appris que Tremblet s'était acheté près de deux cents canaris: "Maigret ne suivait pas cette affaite-là sans une certaine émotion qu'il n'aurait pas aimé s'avouer. [...] Et voilà qu'il s'attachait à celui-ci, si terne au début, à cet homme qu'il n'avait jamais vu". Ici, Maigret est déjà allé plus avant dans sa recherche: il ne s'agit plus seulement d'échafauder des hypothèses pour résoudre une irritante énigme, mais il est passé au stade de l'intérêt pour la personne de la victime.

Au chapitre 3, Maigret a découvert la maison de Tremblet quai de la Gare, et son premier souci, en y pénétrant, n'est pas de perquisitionner, de trouver de nouveaux indices, ou de découvrir la cachette où Tremblet peut avoir mis son argent. Non, ce que Maigret fait, "avant toute chose, remplacer l'eau dans les cages et remplir les mangeoires" des canaris de Tremblet. Autrement dit, il se met à la place de la victime, il "fait comme lui". Et, quelques phrases plus loin, on trouve ceci: "Oui, Maigret avait l'impression de comprendre." Cette fois, il a compris le pourquoi de la vie que mène Tremblet; on est passé de l'empathie au "mimétisme", du stade de l'affection à celui où le commissaire se "met dans la peau" de l'autre. Preuve supplémentaire, Maigret décide de s'installer pour passer la nuit dans la maison de Tremblet, comme il le fera plus tard dans la maison du petit Albert (Maigret et son mort): "Et les heures qui suivirent ressemblèrent assez aux heures que Tremblet devait passer dans la maison." Maigret feuillette les livres que Tremblait lisait, tripote les cannes à pêche que l'homme utilisait.

Au chapitre 4, après la visite d'Olga, Maigret fouille la maison du quai de la Gare, puis rentre à la PJ, non sans que son auteur ne dise de lui: "Il l'avait quittée à regret, cette maison où il avait fini par vivre en quelque sorte dans l'intimité de son pauvre type". Maigret, qui a appris tout ce qu'il pouvait apprendre de la vie de Tremblet, n'a plus maintenant qu'à laisser la routine policière suivre son cours, et l'enquête se fera presque toute seule: on retrouve l'assassin, qui confesse son crime, on retrouve le magot, et "quand Maigret entendit énoncer le chiffre, il fit un rapide calcul et comprit". Il a compris l'origine de l'argent, mais aussi comment et pourquoi Tremblet a gardé cette somme pour s'accorder les petites joies dont il avait envie. Et la dernière phrase de la nouvelle évoque à nouveau le "pauvre type", mais ce vocable a pris un autre sens, non plus de mépris, mais de compassion, parce que l'attachement de Maigret est venu s'y greffer...


Murielle Wenger

English translation

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links