Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: L'auberge aux noyés (The Drowned Men's Inn)

4/23/11 –

1. In the November rain...

Here, once more, we find our Chief Inspector in the damp atmosphere of an autumn day... Of course the weather is nasty, and Maigret works in the rain and fog... with such a title, could we expect anything else? With the sinister sounding name of this inn where Maigret investigates, it's hardly possible to imagine the case set in the radiant days of spring, or in the heat of the summer...

With regard to weather, I had the curiosity to "take a tour" of the series of stories, to make a "mini-analysis" of the weather therein, as I did for the novels...

We note first off that the season is not always expressly mentioned in the text, but that in most cases we can deduce it from clues given by the author. For only one story was there no clue in the text which would lead us to the season, The Old Lady of Bayeux.

The chart summarizes the situation:

Thus we find that more stories take place during the "bad" seasons (I'm calling "bad" the seasons which Simenon generally described as cold and gloomy, fall and winter) than during the "nice" seasons (spring and summer) [15 vs. 12]. We note in passing that in the stories which take place in "fall-winter" (not clarified in the text), the weather is frequently described as cold, wet, and unpleasant. And so we find that in the stories, Simenon more often plunges his Chief Inspector into weather he finds unpleasant, the opposite of the novels.

The chart shows the stories in the chronological order of their writing, with their seasons:


(red = fall, orange = fall-winter, yellow = winter, aqua= summer, blue = spring.)

  • the first series of nine stories, written in October, 1936, takes place entirely in fall and winter. Was Simenon influenced by the weather at the time of writing?

  • the second series of 10 stories, written in the winter of 1937-1938, on the other hand, takes place mostly in the fine season (5 stories in spring, 2 in summer, 2 in fall, and 1 undetermined.)

  • the two stories of 1939 (The Man in the Street [hom] and Sale by Auction [ven]) take place in winter, while the one written in the winter of 1941-1942 (Death Threast [men]) takes place in summer.

  • Lastly, we have a story which takes place in the summer (Maigret's Pipe [PIP], written in June, 1945), then three stories written in the spring of 1946, which take place in winter, spring, and summer, and then one written in August 1946, which also takes place in August (Death of a Nobody [pau]), and finally the last story (provided that we group it with this category...), Maigret's Christmas [noe], which obviously takes place in winter, and which was written in May, 1950.

This brings us back to the finding for the novels, namely that over the years, Simenon tended more and more to offer his hero fair days, since he had often plunged him, at the beginning of the corpus, into the unpleasant weather of a rainy and cold late autumn...

2. Exquisite Corpses...

"There was a human body strangely folded over onto itself, packed into the bottom of the luggage compartment as if someone had strained to close the lid. At the top, a mass of platinum-blonde hair indicated that it was a woman."

This description of Marthe Dorval's corpse reminded me of descriptions of other bodies in the corpus, and I'd like to propose once more a little game which I've already presented once before, that I give you a description of a corpse, and you tell what the story is. So here's a set...

  • "The body was just what one would have expected from the photograph: long, bony, and with the hollow chest of the office worker, sallow skin making the hair look very dark, though that on the chest was reddish. Only half the face was there; the left cheek had been torn away by a bullet. The eyes were open. It was difficult to say whether his mousygrey pupils were duller than in the picture."

  • "A human form was lying across the sidewalk. One hand hung in the gutter, and the gleam of his pale skin could be seen between his black shoes and the bottom of his trousers... he was wearing no socks. His hat lay a yard away."

  • "Upstairs, on the threshold of the bathroom in suite 347, the manager didn't dare to take a second look at the obese corpse of the Colonel, lying in the tub in an odd position, with the head under water and only the paunch protruding."

  • "Maigret pointed to the dead man on the bed. The sheets and blankets were in disorder. The pillow had fallen on the ground. One arm was dangling. There was blood on the pajama jacket where it had been torn or burnt by the powder."

  • "And indeed, the man lying in the stiff-frozen grass looked like a shapeless bundle. He was not stretched out, but huddled, almost curled up, except that one hand projected, the fingers still clenched as though trying to clutch at something."

  • "They went into a large hall, then Saint-Hubert pushed open a door which was ajar and they came into a quiet living room, empty except for the body of a man slumped in a leather armchair. Fairly tall and rather fat, the body was crumpled up and the head, with the eyes open, was hanging to one side."

  • "As so often happens in such cases, the hole in the woman's throat seemed much larger than might have been expected from a bullet wound. She had bled a great deal, but her face expressed nothing but pure astonishment. As far as one could judge, she must have been a plump, kindly little woman, the sort usually associated with good home cooking, nourishing stews, and lovingly put-up preserves."

  • "The businessman was in his office, sitting in his chair; his squat figure had slumped back and there was a gaping wound in his right temple; on the carpet, just beneath the dangling hand, lay a revolver. "

  • "On the bed, a man was stretched out, completely nude, in a position which didn't permit you to see his face, but which showed a large wound in the middle of his back, at about the level of his heart."

3. A typical Maigret...

Otherwise what can be said about this story? We can especially note that the author shows us a particularly typical day of his hero, with the characteristic descriptions. We find, for example, this sketch, at the beginning of the story... "Maigret, his hands in the pockets of his overcoat, his bowler hat transformed into a reservoir of water... the sullen Maigret, massive, and immobile of the bad days, grumbling without taking his teeth from the stem of his pipe", or, further on, a "Maigret calm and heavy, smoking his pipe, devouring a gigantic ham sandwich and a beer".

We find the particular "methods" of the Chief Inspector, like a phone call to get a weather report, which will help him with the reconstruction of the accident. This reconstruction itself well reflects Maigret's technique... He installs himself into the "witness truck", and has the driver follow the same course, but under a pretext, without telling him that he'll reuse the same pieces for the times of the accident.

And lastly, we can follow, throughout the story, the phases of the investigation and the impact they have on Maigret's bearing... a Maigret sullen and grouchy at the beginning of the case, "turning like a caged bear", followed by, once he has discovered the key to the enigma, a Maigret calm and almost jovial, who finds that "Life is good!".

Solutions to the game:

a) Emile Gallet in GAL
b) Old Gobillard in PEU
c) Colonel Ward in VOY
d) Léonard Lachaume in TEM
e) Honoré Cuendet in PAR
f) M. Josselin in BRA
g) Joséphine Papet in ENF
h) Oscar Laget in fen
i) Georges Bompard in eto


Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, April 2011

original French

Maigret of the Month: L'auberge aux noyés (The Drowned Men's Inn)

4/23/11 –

1. Dans la pluie de novembre...

Voici de nouveau notre commissaire dans l'atmosphère humide d'un jour d'automne... Comme il se doit dans ces cas-là, le temps est évidemment au vilain, et Maigret travaille dans la pluie et le brouillard. Mais, avec un titre de nouvelle pareil, pouvait-on s'attendre à autre chose ? Avec le côté sinistre du nom de cette auberge où Maigret enquête, il n'est guère possible d'imaginer la scène dans les jours radieux du printemps, ou dans les chaleurs de l'été...

A propos de météo, j'ai eu la curiosité de "faire un tour" dans la série de nouvelles pour y mener une "mini-analyse" du temps qu'il y fait, à l'instar de ce que j'avais fait en son temps pour les romans...

Notons tout d'abord que la saison n'est pas toujours expressément mentionnée dans le texte, mais que, dans la plupart des cas, on peut la déduire d'après les indices donnés par l'auteur. Pour une seule nouvelle, aucun indice dans le texte n'est susceptible de nous orienter sur la saison: il s'agit de La vieille dame de Bayeux.

Voici un graphique qui résume la situation:

Ainsi, nous découvrons qu'il y a davantage de nouvelles qui se passent pendant la "mauvaise" saison (j'appelle "mauvaise" les saisons que Simenon décrit en général comme froides et maussades, soit l'automne et l'hiver) que pendant la saison "agréable" (printemps et été). Notons au passage que dans les nouvelles qui se passent en "automne-hiver" (non déterminé dans le texte), le temps y est le plus souvent décrit comme froid, humide et désagréable. Nous constatons donc, qu'à l'inverse des romans, Simenon, dans les nouvelles, a plus souvent plongé son commissaire dans une situation météorologique vécue comme désagréable.

Si on examine maintenant les nouvelles dans l'ordre chronologique de leur rédaction, on constatera les éléments suivants, résumés dans le graphique ci-dessous:

en ordonnée, le 1 indique le printemps, le 2 l'été, le 3 l'automne, le 4 l'hiver,

le 3.5 l'automne-hiver, et le 0 une saison indéterminée

  • la première série de 9 nouvelles, écrites en octobre 1936, se passe entièrement pendant l'automne et l'hiver. Simenon était-il influencé par la météo ambiante lors de la rédaction ?

  • la deuxième série de 10 nouvelles, écrites durant l'hiver 1937-1938, au contraire, se passe majoritairement pendant la belle saison (5 nouvelles au printemps, 2 nouvelles en été, 2 nouvelles en automne, et 1 indéterminée)

  • les deux nouvelles de 1939 (L'homme dans la rue et Vente à la bougie) se passent en hiver, alors que celle écrite pendant l'hiver 1941-1942 (Menaces de mort) se passe en été

  • enfin, nous avons une nouvelle qui se passe en été (La pipe de Maigret, écrite en juin 45), puis 3 nouvelles écrites au printemps 1946, qui se passent respectivement en hiver, au printemps et en été, puis une nouvelle écrite en août 1946 et qui se passe aussi en août (On ne tue pas les pauvres types), et enfin la dernière nouvelle (pour autant qu'on la classe dans cette catégorie...), Un Noël de Maigret, qui se passe évidemment en hiver, et qui a été écrite en mai 1950.

On rejoint ici la constatation faite pour les romans, à savoir qu'à mesure des années, Simenon a de plus en plus tendance à offrir à son héros des jours de beau temps, alors qu'il l'a plus souvent plongé, au début du corpus, dans la météo désagréable d'un arrière-automne pluvieux et froid....

2. Cadavres exquis...

"Il avait vu une forme humaine étrangement repliée sur elle-même, tassée au fond du spider comme si on eût fait un effort pour refermer le couvercle de celui-ci. Au-dessus du tas, des cheveux blonds platinés indiquaient qu'il s'agissait d'une femme."

Cette description du cadavre de Marthe Dorval m'a rappelé les descriptions des autres cadavres du corpus, et j'ai eu envie de vous proposer à nouveau le petit jeu que je vous avais présenté déjà une fois, à savoir que je vous donne la description d'un cadavre, et vous devez retrouver de qui il s'agit. En voici donc une série...

  • "Le corps était bien ce qu'on pouvait imaginer d'après la photographie: un corps long, osseux, avec une poitrine creuse de bureaucrate, une peau blême qui faisait paraître les poils très sombres, encore que ceux de la poitrine fussent roussâtres. Il n'y avait plus d'intacte qu'une moitié du visage, car la joue gauche avait été arrachée par le coup de feu. Les yeux étaient ouverts. C'est à peine si les prunelles, d'un gris souris, étaient plus éteintes que sur le portrait."

  • "Une forme humaine était couchée en travers du trottoir, une main pendait dans le ruisseau, et on voyait le clair de la peau entre les souliers noirs et le bas du pantalon: le mort ne portait pas de chaussettes. Son chapeau gisait à un mètre de lui."

  • "Là-haut, au seuil de la salle de bains du 347, le directeur n'osait plus regarder le corps obèse du colonel, drôlement couché dans la baignoire, la tête sous l'eau, le ventre seul émergeant."

  • "Maigret désignait le mort sur le lit. Les draps et les couvertures étaient défaits. L'oreiller était tombé sur le plancher. Un bras pendait. On voyait du sang sur le pyjama déchiré ou brûlé par la poudre."

  • "Par terre, en effet, dans les herbes durcies par le gel, l'homme n'était qu'un tas informe. Il n'était pas étendu de tout son long, mais ramassé sur lui-même, presque roulé en boule, et seule une main sortait de la masse, encore crispée comme si elle avait tenté de saisir quelque chose."

  • "Ils pénétraient dans un vaste vestibule, puis Saint-Hubert poussait une porte entrouverte et ils découvraient un salon paisible où il n'y avait personne, sinon le corps d'un homme affalé dans un fauteuil de cuir. Assez grand, assez gros, il était tassé sur lui-même et sa tête, aux yeux ouverts, pendait sur le côté."

  • "Comme cela arrive souvent, le trou, dans la gorge, paraissait disproportionné d'avec le calibre d'une balle. Elle avait beaucoup saigné et pourtant son visage ne trahissait que de l'étonnement. Pour autant qu'il en pouvait juger, la femme était petite, boulotte et douce, une de ces femmes qui font penser à des plats mijotés, à des confitures amoureusement mises en pot."

  • "Dans le bureau, l'homme d'affaires court et gras était assis à sa place, affalé en arrière, une plaie béante à la tempe droite; sur le tapis, un peu au-dessous de sa main qui pendait, gisait un revolver."

  • "Sur le lit, un homme était étendu, absolument nu, dans une position qui ne permettait pas de voir son visage mais qui montrait une large plaie au milieu du dos, à peu près à la hauteur du cœur."

3. Un Maigret typique...

Sinon, que dire sur cette nouvelle ? On peut relever surtout que l'auteur nous montre son héros sous un jour particulièrement typique, par des notations descriptives tout à fait caractéristiques: on notera par exemple cette silhouette, au début de la nouvelle: "Maigret, les mains dans les poches de son pardessus, le chapeau melon transformé en réservoir d'eau [...], le Maigret renfrogné, massif, immobile des mauvais jours, de grogner sans desserrer les dents du tuyau de sa pipe", ou encore, plus loin, un "Maigret calme et lourd, fumait sa pipe, dévorait un gigantesque sandwich au jambon arrosé de bière".

On relèvera aussi les "méthodes" particulières du commissaire, comme son coup de téléphone pour se faire communiquer un bulletin météorologique, qui doit l'aider sans la reconstitution qu'il va faire de l'accident. Cette reconstitution elle-même reflète bien la technique de Maigret: il s'installe dans le "camion-témoin", fait refaire le même parcours au chauffeur, mais sous un autre prétexte, sans lui dire qu'il va replacer les mêmes éléments que lors de l'accident.

Enfin, on pourra suivre, tout au long de la nouvelle, les phases de l'enquête et l'incidence qu'elles ont sur le comportement de Maigret: au Maigret maussade et grognon du début de l'enquête, "tournant comme un ours en cage", va succéder, lorsqu'il a découvert la clef de l'énigme, le Maigret calme et quasi jovial, qui trouve que "La vie est belle !".

Solutions du jeu:

a) Emile Gallet dans GAL
b) Le vieux Gobillard dans PEU
c) Le colonel Ward dans VOY
d) Léonard Lachaume dans TEM
e) Honoré Cuendet dans PAR
f) M. Josselin dans BRA
g) Joséphine Papet dans ENF
h) Oscar Laget dans fen
i) Georges Bompard dans eto


Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links