Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret et l'affaire Nahour (Maigret and the Nahour Case)
6/16/09 –

1. A story of Jules...

The novel opens with a phone call which awakens Maigret in the middle of the night. Since he has a hard time extracting himself for the unpleasant dream in which he is immersed, his wife has to call him. And she calls him by his first name, which is rare – in fact, she has rather the habit of calling him by his family name. Let's see what the corpus shows us...

From the first dialogue (from the point of view of the chronology of the corpus, not the internal chronology of the biography of the Chief Inspector) between Maigret and his wife, she calls him by his family name: "'Tell me, Maigret...' she said when she came back." (LET, Ch. 19, Maigret returning after Pietr's suicide.) [N.B. In Daphne Woodward's (Penguin) translation: "'Tell me, dear...' she began when she came back."]

In the very great majority of cases, Mme Maigret uses this family name to address her husband. For several reasons...

    "She called him Maigret under certain circumstances, when she recognized that he was the man, the master, the power and intelligence of the household!" (FOU)

    "First of all, for many years, no one had called him Jules, to the extent that he had almost forgotten his first name. His wife herself had the habit, which made him smile, of calling him Maigret." (FAC). She'd called him "Jules" at first, when they'd met, and at the beginning of their marriage... "What are you thinking about, Jules? She didn't call him Maigret yet, at that time, but she already had for him that sort of respect he was due" (PRE), but Mme Maigret had quickly understood that her husband had little affinity for his first name, which he didn't seem to particularly like. He told it reluctantly to the Americans (CHE, REV, LOG), and the very rare people who used it were old schoolmates, for the most part characters not presented favorably in the corpus (for example Malik in FAC, Fumal in ECH, and Florentin in ENF).

    So it's not surprising that Mme Maigret prefers to call him by his family name (and we note that already in PRE, while she calls him Jules throughout the novel, she slips in "Tell me, Maigret!" in Ch. 5)... even on the phone "'Is that you, Maigret?' His wife. For his wife had never gotten used to calling him other than by his family name." (NEW)

  • The cases where she still calls him Jules are rarities... besides the one in NAH, there's only this:

    ""Is there something on the tip of my nose?" he ended up grumbling.
    "No."
    "So why are you laughing at me?"
    "I'm not laughing. I'm smiling."
    "Like you're making fun of me. Is there something funny about me?"
    "There's nothing funny about you, Jules."
    It was rare for her to call him that, and it was only when she was feeling tender." (COR)

  • "For the longest time, maybe because once they'd done so and laughed about it, they'd called each other Maigret and Mme Maigret, and they'd almost gotten to where they'd forgotten they had first names like everyone else." (cho). In fact, this way of calling each other had become a game, but also a kind of complicity, a tenderness at the heart of the couple... "He didn't call her by her first name, nor she by his. She didn't call him dear, nor did he her. What for, since they felt in a way that they were the same person?" (FAN)

2. Housekeepers

As typical as the concierges of Parisian apartments, housekeepers are characters often met by the Chief Inspector in the course of his investigations. Allow me, once more, to depart on a little trip to the heart of the corpus, in search of these women encountered by Maigret...

The first housekeeper mentioned in the corpus is Cageot's in MAI: called Marthe, dressed in black, unfriendly, she inaugurates the gallery of these middle-aged women, who have only had the miseries of life, and who cast the weight of their unhappiness on everyone they meet... Here now is Mme Leroy in DAM: a real countrywoman, dressed in black (her too!), "her skin and look hard", she is a widow with a 24-year-old son she pampers like a baby.

In MEU, we meet a woman, "thin, with short legs, dressed all in black" (again!), who wears men's shoes; she has five children. In GRA, the housekeeper is named Eugénie, a nervous little woman, unfriendly, with a son who has problems with the police. In PEU, we meet Léontine, Robert de Courçon's housekeeper: dry and hard, with an impotent husband. In TRO, we find the picturesque Désirée Brault: very small and thin, dressed in dark colors, an old thief and woman of the streets, her husband is a drunk. In ECO, it's Polish Maria, who has five children of different fathers... she isn't thin, but "a great thickset girl, with mannish skin, in a black dress". Mme Siran, in CON, besides cleaning, does the cooking. She lives with her 30-year old son, who is in poor health. In BRA, Mme Manu, a woman in her fifties, a strong-featured face, an unattractive voice, she has – her too! – a very demanding 21-year-old son. The Palmaris' housekeeper (DEF, PAT), Mme Martin, is elderly, has a sick son, wears a shapeless black dress, worn-out shoes, and has the habit of "muttering angry remarks" as she works. In NAH, Maigret deals with Louise Bodin, who has an obstinate face, a thin body and an aggressive voice. She's the widow of a husband who'd died in prison. In HES, we have Mme Marchand, who talks to herself while she works, and in IND, a housekeeper in her sixties, with a bitter and aggressive look, "frighteningly thin".

In all these portraits, there is one constant: Maigret has never encountered a housekeeper who wasn't relatively old, nor one who was tantalizing or attractive. Though Simenon had written, "There exists in Paris as elsewhere, numerous types of housekeeper." (PAT), Maigret has never had the luck to meet any but "women who have had misfortune and who continue to attract catastrophe, which they wish on the entire world" (PAT), "beings who have suffered, who have been manhandled by life, and who, without hope, await an even more painful old age. And so they harden themselves and, distrustful, wish their woes on the rest of the world." (NAH). Dried-up hearts, dried-up bodies... Happily for Maigret, alongside these shrewish housekeepers, he has known their counterparts, the young maids and chambermaids with appetizing, full bodies, perhaps an object for a future study...

3. "I don't think anything..."

"You think it was she who..."
"You forget that I never think anything until the end of a case."
He added with a skeptical smile, "And even then!" (NAH, Ch. 4)

We often hear of Maigret's "motto", "I don't believe anything (at all)", an illustration, not so much of his skepticism, as of his refusal to judge Man, whatever he is... It's true that it's a formula that the Chief Inspector uses often, sometimes with certain nuances, as for example the reply which he gives to the question "What do you think?", a question often put to him by self-assured judges, inclined to arrange people into perfectly hermetic categories... To this question, the Chief Inspector has the habit of dropping a laconic "Nothing!", which says a lot about his way of handling a case... he doesn't think, he has no ideas in the sense that he doesn't analyze a death like a puzzle which must be solved by a stroke of brilliant deduction... He sometimes answers with the pat "Nothing at all!", one of his favorites, a phrase "which he had resorted to in the past when he was bogged down in an awkward case" (JUG). As he said to his colleague Pijpekamp (HOL), "You, you have an idea! You even have many ideas! While I, I believe I don't think anything yet..."

No, Maigret doesn't "think" in the way a Hercule Poirot uses his little gray cells.; To Descartes and his formula, "I think, therefore I am", the Chief Inspector could oppose his own. He is not a "thinking" being, in the sense of a man who defines himself by logic, but one of trial and error... "I don't think anything. I seek." (BAN)

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, June 2009

original French

Maigret of the Month - June: Maigret et l'affaire Nahour (Maigret and the Nahour Case)
7/05/09 – Photos related to some of the action in Maigret et l'affaire Nahour...


the hotel at the corner of Rue de Rivoli and Place Vendome


the real Hotel du Louvres, near Place du Palais Royal


Parc Montsouris (there is no Avenue du Parc Montsouris, only rue or villa du parc Montsouris)

Jérôme

Maigret of the Month: Maigret et l'affaire Nahour (Maigret and the Nahour Case)
6/16/09 –

1. Une histoire de Jules...

Le roman s'ouvre sur un coup de téléphone, qui réveille Maigret au milieu de la nuit. Comme il a de la peine à sortir du rêve désagréable où il est plongé, sa femme est obligée de l'appeler. Et elle l'appelle par son prénom, ce qui est rare: en effet, elle a plutôt l'habitude de l'appeler par son nom de famille... Examinons à ce propos le corpus:

* lors du premier dialogue (du point de vue de la chronologie du corpus, et pas de celui de la chronologie interne de la biographie du commissaire) échangé entre Maigret et sa femme, celle-ci l'appelle déjà par son nom de famille: "Dis-donc, Maigret... fit-elle en revenant." (LET, chapitre 19: Maigret est de retour chez lui après le suicide de Pietr)

* dans la très grande majorité des cas, Mme Maigret utilise ce nom de famille pour s'adresser à son mari: A ceci, plusieurs raisons:

"Elle l'appelait Maigret dans certaines circonstances, quand elle reconnaissait qu'il était l'homme, le maître, la force et l'intelligence du ménage!" (FOU)

"D'abord, depuis des années et des années, personne ne l'appelait Jules, à tel titre qu'il en avait presque oublié son prénom. Sa femme elle-même avait la manie, qui finissait par le faire sourire, de l'appeler Maigret." (FAC). Elle l'a appelé "Jules" aux tout premiers temps, quand ils se sont connus, et au début de leur mariage: "- A quoi penses-tu, Jules ? Elle ne l'appelait pas encore Maigret, à cette époque-là, mais elle avait déjà pour lui cette sorte de respect qui lui était propre" (PRE), mais Mme Maigret a vite compris que son mari n'a que peu d'affinités avec ce prénom, qu'il ne semble pas particulièrement aimer: il le livre avec réticence aux Américains (CHE, REV, LOG), et les très rares personnes qui l'appellent ainsi sont d'anciens condisciples d'études, et pour la plupart des personnages peu sympathiques dans le corpus (voir par exemple Malik dans FAC, Fumal dans ECH, ou Florentin dans ENF).

Rien d'étonnant donc à ce que Mme Maigret préfère l'appeler par son nom de famille (notons que dans PRE déjà, alors qu'elle l'appelle Jules tout au long du roman, elle glisse déjà un "Dis-donc, Maigret!" au chapitre 5)... même au téléphone: "C'est toi, Maigret ? Sa femme. Car sa femme n'a jamais pu s'habituer à l'appeler autrement que par son nom de famille." (NEW)

* les cas où elle l'appelle encore Jules sont rarissimes: à part le cas dans NAH, il n'y a que celui-ci:

"-J'ai une tache sur le bout du nez ? finit-il par grommeler
- Non.
- Alors pourquoi ris-tu de moi ?
- Je ne ris pas. Je souris.
- Avec l'air de te moquer. Qu'ai-je de comique ?
- Tu n'es pas comique, Jules.
C'était rare qu'elle l'appelle ainsi, et cela arrivait seulement quand elle était attendrie." (COR)

* "Depuis toujours, peut-être parce qu'une fois ils l'avaient fait en riant, ils s'appelaient Maigret et Mme Maigret, et ils en étaient presque arrivés à oublier qu'ils avaient un prénom, comme tout le monde." (cho). En fait, cette façon de s'interpeller est devenu un jeu, mais aussi une forme de complicité tendre au sein du couple: "Il ne l'appelait pas par son prénom, ni elle par le sien. Elle ne lui disait pas chéri et il ne lui disait pas chérie. A quoi bon, puisqu'ils se sentaient en quelque sorte une même personne ?" (FAN)

2. Les femmes de ménage

Aussi typiques que les concierges des immeubles parisiens, les femmes de ménage sont des personnages souvent rencontrés par le commissaire au cours de ses enquêtes. Permettez-moi, une fois de plus, de partir dans un petit voyage au cœur du corpus, à la recherche de ces femmes de ménage croisées par Maigret...

La première femme de ménage dont il est fait mention dans le corpus est celle de Cageot dans MAI: prénommée Marthe, vêtue de noir, peu amène, elle inaugure la galerie de ces femmes d'un certain âge, qui n'ont eu de la vie que les misères, et qui font porter le poids de leur malheur à tous ceux qu'elles rencontrent... Voici maintenant Mme Leroy dans DAM: forte paysanne, vêtue de noir (elle aussi !), "la chair et le regard durs", elle est veuve et a un fils de vingt-quatre ans qu'elle dorlote comme un bébé.

Dans MEU, nous croisons une femme "maigre, courte sur pattes, toute vêtue de noir" (encore!), qui porte des souliers d'homme; celle-ci a cinq enfants; dans GRA, la femme de ménage se nomme Eugénie, c'est une petite femme nerveuse, peu amène, elle a un fils qui a des ennuis avec la police; dans PEU, on rencontre Léontine, la femme de ménage de Robert de Courçon: sèche et dure, elle a un mari impotent. Dans TRO, voici la pittoresque Désirée Brault: très petite et maigre, vêtue de sombre, ancienne voleuse et fille du trottoir, elle a un mari ivrogne; dans ECO, c'est la Polonaise Maria, qui a cinq enfants, de pères différents: celle-ci n'est pas maigre, mais c'est "une grande fille épaisse, à la chair hommasse, vêtue d'une robe noire". Mme Siran, dans CON, assume, en plus du ménage, la cuisine. Elle vit avec son fils, qui a une trentaine d'années et qui est mal portant. Dans BRA, Mme Manu, une femme d'une cinquantaine d'années, le visage aux traits accusés, la voix peu amène, elle a – elle aussi ! – un grand fils de vingt-quatre ans très exigeant. La femme de ménage des Palmari (DEF, PAT), Mme Martin, est âgée, a un fils malade, est vêtue d'une robe noire informe, porte des souliers éculés, et a l'habitude de "grommeler des phrases vengeresses" pendant son travail. Dans NAH, Maigret a affaire à Louise Bodin, au visage buté, au corps maigre et à la voix agressive; elle est veuve d'un mari mort en prison. Dans HES, nous avons Mme Marchand, qui parle toute seule en faisant son travail, et dans IND, une femme de ménage d'une soixantaine d'années, à l'expression amère et agressive, "d'une maigreur effrayante".

Dans tous ces portraits, une constante: Maigret n'a jamais croisé que des femmes de ménage âgées, ni aguichantes ni sympathiques, et Simenon a beau écrire: "Il existe à Paris comme ailleurs plusieurs types de femmes de ménage." (PAT), Maigret n'a pas eu la chance d'en connaître d'autre que celui "des femmes qui ont eu des malheurs et qui continuent à attirer les catastrophes, de sorte qu'elles en veulent à l'univers entiers" (PAT), "des êtres qui ont souffert, que la vie a malmenés et qui, sans espoir, attendent une vieillesse encore plus pénible. Alors, elles se durcissent et, méfiantes, en veulent au monde entier de leurs malheurs." (NAH). Sécheresse du cœur, sécheresse du corps... Heureusement pour Maigret, à côté de ces femmes de ménage acariâtres, il a connu leur pendant: les jeunes bonnes et les femmes de chambre au corps appétissant et aux formes pleines, objet peut-être d'une prochaine étude...

3. "Je ne crois rien..."

"- Vous croyez que c'est elle qui...
- Tu oublies que je ne crois jamais rien avant la fin d'une enquête.
Il ajouta avec un sourire sceptique:
- Et encore !" (NAH, chapitre 4)

On a parlé parfois de la "devise" de Maigret, qui serait "Je ne crois rien (du tout)", illustration, non pas tant de son scepticisme, que de son refus de juger l'Homme, quel qu'il soit... C'est vrai que c'est une formule que le commissaire utilise souvent, avec parfois des formes nuancées, comme par exemple la réponse qu'il lui arrive de donner à la question "Qu'est-ce que vous en pensez ?", question que lui posent souvent des juges sûrs d'eux-mêmes et enclins à ranger les humains dans des catégories toutes faites et hermétiques... A cette question-là, le commissaire a l'habitude de laisser tomber un "-Rien!" laconique, mais qui en dit long sur sa façon d'appréhender une enquête: il ne pense pas, il ne pense rien, dans le sens où il n'analyse pas un meurtre à la façon d'une énigme qu'il faudrait résoudre à coups de brillantes déductions... Il lui arrive aussi de répondre par la formule "-Rien du tout !", un de ses mots favoris, un mot "qu'il répétait souvent jadis quand il pataugeait dans une enquête bien épaisse" (JUG). Comme il le dit à son collègue Pijpekamp (HOL): "Vous, vous pensez quelque chose ! Vous pensez même des tas de choses ! Tandis que moi, je crois que je ne pense encore rien..."

Non, Maigret ne "pense" pas à la façon d'un Hercule Poirot utilisant ses petites cellules grises; à Descartes et à sa formule "Je pense, donc je suis", le commissaire pourrait opposer la sienne: il n'est pas un être "pensant", dans le sens d'un homme qui se définit par sa logique, mais il est un être de tâtonnement: "-Je ne pense à rien. Je cherche." (BAN)

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links