Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: Tempête sur la Manche (Storm in the Channel)

8/8/11 –

This story shows us Maigret in a new light, but still his old self... That is, our Chief Inspector is retired and, at least at the beginning of the story, avoids becoming involved in any criminal investigations. Out to enjoy his permanent holidays, he finds himself plunged into the murky atmosphere of a family boarding house, with initially no thought but to kill some time while awaiting the boat that will take them on their pleasure trip to England. Nevertheless, if we read between the lines, we realize that in spite of everything, this story contains numerous reminiscences of typical Maigret investigations.

We note that the action takes place in Dieppe, in November, set in a heavy storm, leading us right to the beginning of the corpus, to Pietr le Letton, where another "storm in the Channel" is evoked, a storm whose repercussions Maigret weathers simultaneously at the Gare du Nord in Paris, and another coastal town, Fécamp. Even if the locations differ, the effect is the same. We find it again in another novel, Le chien jaune, where this time the storm sweeps the Brittany coast.

We note also that the ex-Chief Inspector, once interested in the case, will quickly recover idiosyncrasies he had when working at the Quai des Orfèvres. So his placidity, his stoking the stove, and this sentence at the end of the first chapter, "Then he stuffed a pipe, lit it... and planted himself in his favorite pose... pipe in his teeth, back to the fire, hands clasped behind his back... etc."

Actually, in spite of the disorientation created by the place of the action, everything is done in this story to remind us of the "times at the Quai". Not only the manner in which Maigret leads the investigation, but also certain details scattered in the text, which should evoke for the informed reader the world of the Chief Inspector. We note for example, next to the stove in the boarding house, a black marble clock, which makes us think of the one in Maigret's office at the PJ; It's almost as if this Dieppe pension should recall, somewhat murkily, the atmosphere of the Quai des Orfèvres. Thus all the action of this story is concentrated on the inside of the house... "Puffs of air from outside" are only from the intrusion of persons external to the clientele, bringing, along with fresh air and sea spray, the news necessary to further the plot. The interrogations themselves are held in the heart of the pension, confined to the interior, like Maigret in his office at the PJ, in a closed-session to tighten the intrigue. We have but a single moment where the action takes place outside, and, as if by coincidence, it's a moment which passes in environs familiar to Maigret... a brasserie and a dance hall. Where, if not in an ambiance perfumed by grog punctuated with dancing maids, could the Chief Inspector more comfortably discover the truth?

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, August 2011

original French

Maigret of the Month: Tempête sur la Manche (Storm in the Channel)

8/8/11 –

Cette nouvelle nous montre Maigret à la fois sous un jour nouveau et cependant tel qu'en lui-même... Je veux dire par là que notre commissaire, bien qu'à la retraite et se défendant, du moins au début de l'histoire, de s'occuper d'histoires criminelles, décidé qu'il est à profiter de ses vacances définitives, se retrouve plongé dans l'atmosphère glauque d'une pension de famille, et ne songe au début qu'à "tuer le temps" en attendant le bateau qui va le mener en Angleterre pour y faire un séjour d'agrément. Et cependant, si on lit bien le texte "entre les lignes", on se rend compte que, malgré tout, on retrouve dans cette histoire de nombreuses réminiscences des enquêtes typiquement maigretiennes.

Ainsi, on remarquera que l'action se déroule à Dieppe, en novembre, par une forte tempête, et cela nous ramène fort en arrière dans le corpus, à Pietr le Letton, où une autre "tempête sur la Manche" est évoquée, une tempête dont Maigret essuie les répercussions à la fois à la Gare du Nord à Paris, et à la fois dans une autre ville de la côte, Fécamp. Même si les lieux diffèrent, l'effet est le même. On le retrouve d'ailleurs dans un autre roman, Le chien jaune, où la tempête décrite balaie cette fois la côte bretonne.

On notera aussi que l'ex-commissaire, une fois intéressé par l'affaire, va vite retrouver ses tics et ses manies habituelles du temps où il travaillait au Quai des Orfèvres: ainsi, ses attitudes: placidité, tisonnage du poêle, et cette phrase à la fin du premier chapitre: "Puis il bourra une pipe, l'alluma [...] et se campa machinalement dans sa pose favorite, [...] pipe aux dents, dos au feu, les mains jointes sur les reins [etc.]".

En réalité, malgré le dépaysement créé par le lieu de l'action, tout est fait dans cette nouvelle pour nous rappeler le "temps du Quai": non seulement la manière qu'a Maigret de mener l'enquête, mais aussi certains détails parsemés dans le texte, qui doivent évoquer pour le lecteur averti le monde du commissaire. On notera par exemple, à côté du poêle de la pension, la pendule de marbre noir, qui nous fait penser à celle du bureau de Maigret à la PJ; c'est un peu comme si cette pension dieppoise devait rappeler, en plus glauque, l'atmosphère du Quai des Orfèvres: ainsi, toute l'action de cette nouvelle se concentre à l'intérieur de cette pension, on ne reçoit des "bouffées du dehors" que par l'intrusion de personnages externes à la clientèle, qui apportent, en même temps que l'air frais et les embruns, les nouvelles nécessaires au développement de l'intrigue. Les interrogatoires eux-mêmes seront menés au sein de la pension, confinés à l'intérieur, comme Maigret les mène dans son bureau de la PJ, au sein d'un huis-clos nécessaire au resserrement de l'intrigue. On n'aura qu'un seul moment où l'action se déroule à l'extérieur, et, comme par hasard, c'est un moment qui se passe dans des lieux familiers à Maigret: une brasserie et un bal musette: où, sinon dans une ambiance parfumée au grog et rythmée par la java des bonniches, le commissaire pourrait-il être le plus à l'aise pour découvrir la vérité ?

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links