Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Monsieur Lundi (Mr. Monday)
8/21/10 –

Monsieur Lundi was the Cremer tv episode, Maigret chez le docteur (Maigret at the Doctor's)

1. After Montmartre, Neuilly...

Considering the stories written by Simenon relating Maigret's cases, it is striking to note to what extent the author describes a significant number of different social milieus, as if he'd wanted to plunge his Chief Inspector each time into a different ambiance, having him "make a tour" of all imaginable microcosms. And it's even more interesting that, if he effectively provided his character with an impressive voyage into all the levels of society, the voyage is spread out, in the novels, across a great number of years. While in the majority of these stories, this same voyage is in a sense, resumed, but gathered into the two or three years (1936-1938) of their writing.

In this story, after one about a barge (pen), a ménage à trois (bea), and one of vengeance (fen), this time Maigret goes to investigate in a "chic" milieu of the capital, the Neuilly district. We will see him, in the stories which follow, going to other, very different environments, like, for example, a border train station (arr), a "tough-guy" bistro (pig), and a family boarding house (man), among so many others.

The milieu of the bourgeoisie of fashionable districts is clearly not, we suspect, one where Maigret feels most at ease, no more than that of the notables of small provincial cities. In this regard, we can consider the beginning of this story...

"Maigret stood a moment before the black metal gate... In front of him, on the other hand, beyond the gate, was a small, modern Neuilly residence... with its elegance, its comfort... It is always troublesome to disturb the life of a quiet house... all the more so when the intruder comes from the Quai des Orfèvres, his pockets filled with unpleasant documents.... The foyer was elegant, and Maigret had mechanically stuffed his pipe into his pocket."

The same attitude of discomfort, and the same reaction of the Chief Inspector, when he goes to the Deligeards', in Bayeux (bay)...

"Maigret finished his pipe while regarding with a bemused eye the vast gray house, the porte cochère with its copper ring, the main courtyard with its bronze candelabras. It was what he called a "pipeless case", which is to say, an investigation which unfolds in locations where the Chief Inspector couldn't decently keep his pipe clenched in his mouth.... "This'll be fun!" he sighed, tapping at last the bowl of his pipe against his heel."

Nonetheless, in spite of the uneasiness he feels, as always, the Chief Inspector can't resist the temptation to go and "sniff up" the atmosphere, to go nosing about in the affairs of others, in this case of the "better" class... The kind of restraint Maigret feels in the face of certain milieus ("high society"), a restraint retained from his childhood passed in the shadow of a château, never impedes him, in spite of everything, from pursuing his investigations to the final truth...

2. A short synopsis of the story

To reduce it to a single sentence, this story could be titled, "The doctor, the beggar and the hysterical madwoman", in a word, the story of a woman madly in love, literally, to the extent that her passion leads to murder, a crime of madness, attempting to reach the one who had rejected her by harming those he holds dear. Using the subterfuge of the beggar, she concocts her crime with cruel sophistication, taking the risk of even killing the innocents... not only the children of the doctor, but whomever might buy these poisoned cakes from the bakery, and so it was the young maid who paid with her life for the madness of Miss Wilfur...

3. Maigret and doctors

The first two characters Maigret meets in this story are, on the one hand, the doctor's chauffeur, Martin Vignolet, and on the other, a doctor, Dr. Barion. These are two types of characters that Maigret often encounters, and here I'd like to make a little tour of the corpus to summarize them.

We'll consider first the doctors. The best-known doctor in the corpus is, of course, Maigret's friend, Dr. Pardon. I won't repeat here the analysis of the subject I've already taken up elsewhere. We recognize the special relationship Maigret maintains with medicine, a discipline which he would perhaps have pursued if it hadn't been for the interruption of his studies by the death of his father. Maigret explains about this in Maigret's Memoirs [MEM], on the role played in his life by the story of Dr. Gadelle. And if Maigret may not practice the medicine of the body, he has nonetheless become, in a way, a "doctor of the soul"...

Ignoring the special role of forensic physicians, Maigret encounters doctors in some 52 novels of the corpus (I've included those novels where a doctor appears at least in a physical description, or is more than the object of a simple remark), and in 8 stories. Some doctors play an important role in the novels, and we note with some astonishment that the role is rarely positive... If he isn't the victim (Dr. Janin, in Maigret in Exile) [JUG], he is often the author... Dr. Michoux in The Yellow Dog [JAU], Dr. Rivaux in The Madman of Bergerac [FOU], Dr. Bellamy in No Vacation for Maigret [VAC], and Dr. Jave in Maigret's Little Joke [AMU]. The other doctors are depicted either as incompetent (Bouchardon in Maigret Goes Home) [FIA], ludicrous (Van De Weert in The Flemish Shop [FLA], "a little man with the pink skin of a baby, with pure white hair... across whose chest was a thick watch chain, and who wore an ancient jacket"; Dr. Mertens of the group at The Bar on the Seine [GUI], who "might have been 30. He was thin, puny, and his movements were as delicate as an anemic young girl"), either admitting to shady dealings (Bresselles in Maigret Goes to School) [ECO], or morphine addiction (Dr. Bloch in Maigret in Montmartre) [PIC]. They can sometimes be hostile to Maigret (Steiner in Maigret Has Scruples [SCR], or Liorant in Maigret Has Doubts) [CON], or pathetic, like Dr. Vernoux in Maigret Afraid [PEU]. Rare are those who escape a negative role - Négrel in Maigret's Little Joke [AMU], or Dr. Larue in Maigret and the Black Sheep [BRA]. More difficult to classify is Prof. Gouin in Maigret's Mistake [TRO], for whom the Chief Inspector feels a certain fascination mixed with repulsion. The presence of Dr. Barion, in the current story, is also rather ambiguous... presumed guilty of a crime, he is found innocent, but he presents nonetheless "negative" aspects... his position with regard to women is equivocal - even if he loves his wife, he hides secrets from her. He had slept with Olga, and he doesn't want to admit to his wife that Miss Wilfur is in love with him.

The other doctors play a more "utilitarian" role... they are most often doctors called in for the first reports regarding a death - called "district doctor" or sometimes "public records doctors", their appearance, often at the beginning of an investigation, consists of examining the victim's body, presenting a preliminary diagnosis, before the arrival of a forensic physician who will do the autopsy. They include, among them, the name Dr. Martin, who comes to certify the death of Mlle Vague in Maigret Hesitates [HES], "a little man, completely round... very energetic in spite of his portliness". Sometimes, however, Maigret must ask them for details... for example, it's because of the testimony of the doctor called to the bedside of Mme Croizier (bay) that the Chief Inspector discovers the truth. This doctor, Dr. Liévin, is "a very young man, with bright red hair".

Sometimes, these are doctors who are found at the scene of the crime "by chance", and they assist Maigret for the first analyses. That's the case with the German doctor who is at the Majestic at the time of the murder of Mortimer (LET); and also that of a doctor "in a bathing suit" who was at the beach at the moment Le Clinche attempted suicide (REN); and again, passing in a car at the discovery of Marthe Dorval's body (noy), and another young doctor who lives in Ricain's building (VOL).

In addition, we find a gallery of doctors whom Maigret calls in for other reasons... For example, the Sancerre doctor, "a jovial character", whom Maigret asks to take care of Moers's ear (GAL); the country doctor who ministers to Heurtin (TET), "who didn't hide his lack of sympathy for the police"; the doctor who treats Carl Andersen (NUI), "carefully dressed, appearing busy, a leather bag under his arm", who is aided by a second doctor, "an excited little man"; Dr. Rivaud's assistant (FOU) who tends to the Chief Inspector, "a young redheaded man, shy, bony, who bumped into all the furniture, excusing himself with a recurring "pardon""; the doctor who tended Jaja (LIB), "a nice little old man, meticulous"; the Saint-Aubin-les-Marais doctor (CAD), "a ruddy chap" whom Maigret tried to get to talk about the Retailleau affair, but to no avail; Dr. Jolly, whom Maigret questioned about Rose (DAM); Dr. Dubuc, whom Maigret interrogated about Maria Serre (GRA), "a man in his 50s, with a red goatee and lorgnons"; Dr Frère, who had taken care of Countess Paverini and Colonel Ward (VOY), "a good man, very calm"; Dr. Nobel, who told the story of Jef Claes (PAT); Dr. Rian, who treated Maigret in Vichy (VIC), "blond and friendly, who wasn't yet 40"; Dr. Parendon, brother of the lawyer, whom Maigret questioned about him (HES); Dr. Florian, whom Maigret questioned about Sabin-Levesque (CHA), "taller, stouter than Maigret, with graying hair... dressed severely... striped trousers and a black jacket"; Dr Bloy, who treated Nathalie (CHA), "a very large man, with an athletic build".

Finally, we find those doctors, often surgeons or assistants, that Maigret encounters in hospitals... for example, the doctor in the Vitry hospital (PRO), "a pudgy man, with horn-rimmed glasses"; the assistant at the Fécamp hospital (REN), who wore under his hospital coat "a suit in the latest fashion, a dressy tie"; Prof. Gouin's assistant (TRO), "a tall, bony redhead, with thick glasses"; Prof. Magnin who treated Keller (CLO), "small, heavy-set, with a crew cut".

4. Chauffeurs of wealthy families

"Vignolet was a man between 45 and 50, with prominent bones, thick hair, whose country origins were evident." Vignolet, Dr Barion's chauffeur, is one of this category of characters of which we find numerous examples in the Maigret corpus... that of domestics, chambermaids and cooks, on the feminine side, and for the men, maître d's, valets and chauffeurs. These are, clearly, characters we will meet in the "great houses" of the high bourgeoisie. If the valet in a striped vest is an integral part of the decor when Maigret investigates in these milieus, another one typical of these house is the chauffeur, generally in livery, that we sometimes meet washing a fancy car in the courtyard. Let's take a little tour through the corpus to examine these chauffeurs.

We note first of all, that most of the time, these chauffeurs make but a short appearance in the texts, their function being – beyond that of driving their masters' cars – to provide a typical touch of the milieu in which they move about. Thus, the first chauffeur who appears in the corpus is that of Mortimer in Maigret and the Enigmatic Lett [LET]. He drives a limousine which "glides over the asphalt" (we note in passing that in the milieus of high society, and the high-class districts, the cars – elegant – make but a discreet noise as they pass. They emit, not a hum, but a "gliding hiss", as it is expressed in the current story), and the chauffeur is a "hundred percent American, his face a hard mask, with a prominent jaw... stiff in his livery." For the chauffeurs of these wealthy houses wear, naturally, livery, to distinguish them from common chauffeurs, those of taxis or for-hire cars. Thus, the chauffeur of the Notary, La Pommeraye (The Drowned Men's Inn) [noy] wears livery, that of the mayor of Concarneau (The Yellow Dog) [JAU] wears a "black livery", like that of the chauffeur of the Countess Saint-Fiacre, while that of Mayor Grandmaison (Death of a Harbor Master) [POR] wears a "uniform", like that of M. d'Hoquélus (Maigret in New York) [NEW], and that of Deligeard (The Old Lady of Bayeux) [NEW], named Arsène, who wears "a very elegant gray uniform", or that of the Sabin-Levesque's (Maigret and Monsieur Charles) [CHA], named Vittorio, "dressed in a severe chauffeur's uniform... so stylish that we always expect him to be standing at attention".

As mentioned above, the characteristic situation where Maigret encounters a chauffeur is to find him washing his master's car. Thus, in The Lock at Charenton [ECL], the chauffeur, Edgar, in Ducrau's country house, "who, at the back of the courtyard, was hosing down a gray car". A similar image to what we find at Malik's (Maigret in Retirement) [FAC]: "Behind the villa, a chauffeur in shirt-sleeves was hosing down a powerful American car with gleaming chrome." The same at the Gendreau's (Maigret's First Case) [PRE]... "in the courtyard, the chauffeur, who had removed his jacket, was busy washing down a car... a black limousine, with large copper lamps." Or at the house of the Princess V. (Maigret in Society) [VIE]: "the main courtyard... with a chauffeur in uniform who was washing a long black car". And again at the Parendons' (Maigret Hesitates) [HES], "a chauffeur in blue coveralls was hosing down a Rolls-Royce". And lastly, Félix, Fumal's chauffeur (Maigret's Failure) [ECH] whose physique is reminiscent of Vignolet's, "was a short, stocky man, black hair, whose look was somewhat arrogant.", whom we find "in the courtyard, in blue overalls, spraying a jet of water from a rubber hose towards the limousine".

By a simple phrase, Simenon shows us his talent. To set the scene with a single touch, to give with two words a striking detail (a deluxe car, a chauffeur in livery) plunging us immediately into the world which he wants to describe to us.

Murielle Wenger
translation: S. Trussel
Honolulu, August 2010

original French

Maigret of the Month: Monsieur Lundi (Mr. Monday)
8/21/10 –

1. Après Montmartre, Neuilly...

A voir les nouvelles écrites par Simenon relatant les enquêtes de Maigret, on est frappé de constater à quel point l'auteur y a décrit un nombre important de milieux sociaux différents, comme s'il avait voulu plonger son commissaire à chaque fois dans une autre ambiance, lui faire "faire le tour" de tous les microcosmes imaginables. C'est d'autant plus intéressant que, s'il a effectivement fait faire à son personnage un voyage impressionnant dans toutes les couches de la société, ce voyage s'est étalé, dans les romans, sur un grand nombre d'années. Tandis que dans la majorité de ces nouvelles, ce même voyage est, en quelque sorte, résumé, ramassé sur les deux à trois ans (1936-1938) du déroulement de leur écriture.

Dans cette nouvelle-ci, après une histoire de péniche (pen), une histoire de ménage à trois (bea), une histoire de vengeance (fen), Maigret va cette fois enquêter dans un milieu "chic" de la capitale, le quartier de Neuilly. On le verra, dans les nouvelles suivantes, se rendre à d'autres endroits très différents, comme, par exemple, une gare de frontière (arr), un bistrot de "marlous" (pig), ou une pension de famille (man), parmi tant d'autres.

Le milieu de la bourgeoisie des quartiers chics n'est évidemment pas, on s'en doute, celui où Maigret se sent le plus à l'aise, pas plus que celui des notables de petites villes de province. A cet égard, on pourra confronter le début de cette nouvelle-ci:

"Maigret resta un moment immobile devant la grille noire [...] Devant lui, par contre, au-delà de la grille, c'était un petit hôtel moderne de Neuilly, [...] avec son élégance, son confort [...] C'est toujours gênant de troubler la vie d'une maison quiète [...] à plus forte raison quand l'intrus vient du Quai des Orfèvres, les poches gonflées d'horribles documents. [...] Le hall était élégant, et Maigret, machinalement, avait poussé sa pipe dans sa poche."

Même attitude de gêne, et même geste, chez le commissaire, quand il se rend chez les Deligeard, à Bayeux (bay):

"Maigret finissait sa pipe en regardant avec de drôles de petits yeux la vaste maison grise, la porte cochère à anneau de cuivre, la cour d'honneur aux candélabres de bronze. C'était ce qu'il appelait une affaire sans pipe, autrement dit une enquête se déroulant dans les endroits où le commissaire ne pouvait décemment pas garder son brûle-gueule à la bouche. [...] – Ça va être gai ! soupira-t-il en frappant enfin le fourneau de sa pipe contre son talon."

Et pourtant, malgré cette gêne qu'il ressent, le commissaire ne peut résister à la tentation qu'il a toujours d'aller "renifler" des atmosphères, d'aller fouiller et fouiner dans les affaires des autres, ceux-ci fussent-ils de la "meilleure" société... L'espèce de retenue que Maigret éprouve face à certains milieux (ceux de la "haute société"), retenue héritée de son enfance passée à l'ombre d'un château, ne l'a jamais empêché de mener, malgré tout, ses enquêtes jusqu'au bout de la vérité...

2. Mini-résumé de la nouvelle

Résumée en une phrase, cette nouvelle pourrait s'intituler "le docteur, le mendiant et la folle hystérique", autrement dit l'histoire d'une femme amoureuse à la folie, littéralement, puisque cette espèce de passion la mène au crime, un crime commis par folie, où elle cherche à atteindre celui qui l'a rejetée à travers les êtres qui lui sont chers. Usant du subterfuge du mendiant, elle concocte son crime dans un raffinement cruel, prenant le risque de tuer même des innocents: non seulement les enfants du docteur, mais n'importe quelle personne qui achèterait les gâteaux empoisonnés de la pâtisserie, et c'est ainsi qu'une petite bonne va payer de sa vie la folie de Miss Wilfur...

3. Maigret et les docteurs

Les deux premiers personnages que Maigret rencontre dans cette nouvelle sont, d'une part, le chauffeur du docteur, Martin Vignolet, et, d'autre part, un médecin, le Dr Barion. Ce sont deux types de personnages que Maigret croise souvent, et j'aimerais faire ainsi un petit tour dans le corpus pour résumer ces rencontres.

Prenons d'abord les médecins. Le médecin le plus connu du corpus est, bien entendu, l'ami de Maigret, le Dr Pardon. Je n'y reviendrai pas, ayant déjà fait ailleurs une analyse à son sujet. On connaît la relation particulière que Maigret entretient avec la médecine, une discipline qu'il aurait peut-être exercée sans l'interruption de ses études à la mort de son père. Maigret s'explique à ce sujet dans Les mémoires de Maigret, sur le rôle qu'a joué dans sa vie l'histoire du Dr Gadelle. Et si Maigret n'exercera pas la médecine des corps, il n'en est pas moins devenu, en quelque sorte, un "médecin des âmes"...

Mis à part les médecins légistes, au rôle particulier, Maigret croise des médecins dans 52 romans au moins du corpus (j'ai pris en compte les romans où un médecin apparaît au minimum dans une description physique, ou fait l'objet de plus qu'une simple mention), et dans 8 nouvelles. Certains médecins jouent un rôle de premier plan dans les romans, et on pourra faire la constatation étonnante que ce rôle est rarement positif: s'il n'est pas la victime d'un crime (le Dr Janin, dans La maison du juge), il en est souvent l'auteur: le Dr Michoux dans Le chien jaune, le Dr Rivaux dans Le fou de Bergerac, le Dr Bellamy dans Les vacances de Maigret, et le Dr Jave dans Maigret s'amuse. Les autres médecins sont dépeints soit comme incompétents (Bouchardon dans L'affaire Saint-Fiacre) ou ridicules (Van De Weert dans Chez les Flamands, "un petit homme à la peau rose d'enfant, aux cheveux d'un blanc pur [...] dont le ventre était barré d'une grosse chaîne de montre et qui portait une jaquette surannée"; le docteur Mertens de la bande de La guinguette à deux sous, qui "pouvait avoir trente ans. Il était maigre, chétif, et ses gestes étaient aussi délicats que ceux d'une jeune fille anémique"), soit comme admettant les compromissions (Bresselles dans Maigret à l'école), ou même morphinomane (le Dr Bloch dans Maigret au Picratt's); ils peuvent être parfois hostiles à Maigret (Steiner dans Les scrupules de Maigret, ou Liorant dans Une confidence de Maigret), ou pathétiques comme le Dr Vernoux dans Maigret a peur. Rares sont ceux qui échappent à un rôle négatif, comme Négrel dans Maigret s'amuse, ou le Dr Larue dans Maigret et les braves gens. Plus difficile à classer est le professeur Gouin dans Maigret se trompe, pour lequel le commissaire éprouve une certaine fascination mêlée de répulsion. La présence du Dr Barion, dans la nouvelle qui nous occupe, est elle aussi assez ambiguë: présumé coupable d'un crime, il en sera innocenté, mais il présente néanmoins des aspects "négatifs": sa position vis-à-vis des femmes est équivoque: même s'il aime sa femme, il lui cache cependant des secrets: il a couché avec Olga, et il n'a pu avouer à sa femme que Miss Wilfur est amoureuse de lui.

Les autres médecins jouent un rôle plus "utilitaire": ce sont le plus souvent des médecins appelés pour les premières constatations lors d'un décès: appelés "médecin de quartier" ou parfois "médecin de l'état civil", leur apparition, souvent au début de l'enquête, se résume à examiner le corps de la victime, posant un premier diagnostic, avant la prise en charge par le médecin légiste chargé de l'autopsie. On retiendra, parmi eux, le nom du Dr Martin, qui vient constater le décès de Mlle Vague dans Maigret hésite, "un petit homme tout rond [...] très vif malgré son embonpoint". Il arrive cependant que Maigret leur demande des précisions: par exemple, c'est grâce au témoignage du médecin appelé au chevet de Mme Croizier (bay) que le commissaire découvre la vérité: ce médecin, le docteur Liévin, est "un homme très jeune, aux cheveux roux vif".

Parfois, ce sont des médecins qui se trouvent sur les lieux du crime "par hasard", et ils assistent Maigret pour les premières constatations: c'est le cas du médecin allemand qui est au Majestic lors du meurtre de Mortimer (LET); c'est aussi le cas d'un docteur "en maillot de bain" qui était sur la plage au moment où Le Clinche a tenté de se suicider (REN); ou encore un des badauds en auto lors de la découverte du corps de Marthe Dorval (noy), ou aussi un jeune médecin qui habite l'immeuble de Ricain (VOL).

On trouve également une galerie de médecins auxquels Maigret fait appel pour d'autres raisons: par exemple, le médecin de Sancerre, "un personnage jovial", à qui Maigret demande de soigner l'oreille de Moers (GAL); le médecin de campagne qui soigne Heurtin (TET), "qui ne cache pas son peu de sympathie pour la police"; le médecin qui soigne Carl Andersen (NUI), "vêtu avec recherche, l'air affairé, une trousse de cuir sous le bras", qui est aidé d'un second médecin, "un petit homme apoplectique"; l'assistant du Dr Rivaud (FOU) qui soigne le commissaire, "un jeune homme roux, timide, osseux, qui se heurtait à tous les meubles, s'excusait par des kyrielles de «pardon»"; le docteur qui soigne Jaja (LIB), "un petit vieillard bien gentil, méticuleux"; le médecin de Saint-Aubin-les-Marais (CAD), "un grand gaillard sanguin" que Maigret tente de faire parler à propos de l'affaire Retailleau, mais dont il n'obtient rien; le Dr Jolly, que Maigret questionne à propos de Rose (DAM); le Dr Dubuc, que Maigret interroge sur Maria Serre (GRA), "un homme d'une cinquantaine d'années, avec une barbiche rousse et des lorgnons"; le Dr Frère, qui a soigné la comtesse Paverini et le colonel Ward (VOY), "un homme bien, très calme"; le Dr Nobel, qui lui raconte l'historie de Jef Claes (PAT); le Dr Rian, qui soigne Maigret à Vichy (VIC), "blond et affable, qui n'avait pas quarante ans"; le Dr Parendon, frère de l'avocat, que Maigret questionne sur celui-ci (HES); le Dr Florian, que Maigret interroge sur Sabin-Levesque (CHA), "plus grand , plus large que Maigret, [aux] cheveux grisonnants, [...] vêtu d'une façon sévère: pantalon rayé et veste noire"; le Dr Bloy, qui soigne Nathalie (CHA), "un homme très grand, d'une carrure d'athlète".

Enfin, on trouve les médecins, des chirurgiens souvent, ou des assistants, que Maigret croise dans les hôpitaux: par exemple, le docteur de l'hôpital de Vitry (PRO), "un homme grassouillet, à lunettes d'écaille"; l'assistant de l'hôpital de Fécamp (REN), qui porte sous sa blouse "un costume à la dernière mode, une cravate recherchée"; l'assistant du professeur Gouin (TRO), "un grand garçon roux et osseux qui portait des verres épais"; le professeur Magnin qui a soigné Keller (CLO), "petit, râblé, les cheveux en brosse".

4. Chauffeurs de grandes maisons

"Vignolet était un homme de quarante-cinq à cinquante ans, aux os saillants, aux poils drus, dont l'origine campagnarde était évidente." Vignolet, le chauffeur du Dr Barion, fait partie de cette catégorie de personnages dont on voit moult exemplaires dans le corpus des Maigret: celle des domestiques, femmes de chambre et cuisinières pour l'élément féminin, et, chez les hommes, maîtres d'hôtel, valets de chambre et chauffeurs. Ce sont, évidemment, des personnages que l'on va rencontrer dans les "grandes maisons" de la haute bourgeoisie, et, si le valet de chambre en gilet rayé fait partie intégrante du décor lorsque Maigret enquête dans ces milieux, un autre personnage typique de ces maisons est le chauffeur, généralement en livrée, que l'on voit parfois laver dans la cour une voiture de grande marque. Faisons donc un petit tour du corpus pour découvrir ces chauffeurs.

Notons tout d'abord que, la plupart du temps, ces personnages de chauffeurs ne font qu'une courte apparition dans le texte, leur fonction étant – outre celle de conduire la voiture de leur maître – de donner une touche typique du milieu dans lequel ils évoluent. Ainsi, le premier chauffeur qui apparaît dans le corpus est celui de Mortimer dans Pietr-le-Letton: il conduit une limousine qui "glisse sur l'asphalte" (notons au passage que dans les milieux de la haute société, et les beaux quartiers, les voitures – élégantes – ne font qu'un bruit discret en roulant: elles font entendre, non des vrombissements, mais un "glissement chuintant", comme il est dit dans la nouvelle qui nous occupe), et ce chauffeur est un "Américain cent pour cent, au masque dur, aux mâchoires proéminentes, [...] raidi dans sa livrée." Car les chauffeurs de grande maison portent, cela va de soi, une livrée, ce qui les distingue du commun des chauffeurs, ceux des taxis ou des voitures louées. Ainsi, le chauffeur du notaire La Pommeraye (L'auberge aux noyés) porte une "livrée", le chauffeur du maire de Concarneau (Le chien jaune) porte une "livrée noire", comme celle du chauffeur de la comtesse de Saint-Fiacre, tandis que celui du maire Grandmaison (Le port des brumes) porte un "uniforme", comme celui de M. d'Hoquélus (Maigret à New York), comme celui de Deligeard (La vieille dame de Bayeux), prénommé Arsène, qui porte "un uniforme gris très élégant", ou comme celui des Sabin-Levesque (Maigret et Monsieur Charles), prénommé Vittorio, "vêtu d'un strict uniforme de chauffeur, [...] tellement bien stylé qu'on s'attendait toujours à le voir se mettre au garde-à-vous".

Comme dit plus haut, l'image caractéristique où Maigret découvre un chauffeur est celle où celui-ci lave la voiture de son maître: ainsi, dans L'Ecluse no 1, le chauffeur, prénommé Edgar, dans la maison de campagne de Ducrau, "qui, au fond, de la cour, lavait au jet une auto grise". Une image semblable se voit chez Malik (Maigret se fâche): "Derrière la villa, un chauffeur en bras de chemise lavait au jet une puissante voiture américaine aux nickels éblouissants." De même chez les Gendreau (La première enquête de Maigret): "dans la cour, le chauffeur, qui avait retiré sa veste, occupé à laver au jet une auto [...] une limousine noire, aux gros phares de cuivre." Ou chez la princesse de V. (Maigret et les vieillards): "la cour d'honneur [...] avec un chauffeur en uniforme qui lavait une longue voiture noire". Ou encore chez les Parendon (Maigret hésite): "un chauffeur en combinaison bleue lavait au jet une Rolls-Royce". Ou enfin, Félix, le chauffeur de Fumal (Un échec de Maigret) dont le physique n'est pas sans rappeler Vignolet: "C'était un homme court et râblé, noir de poil, dont le regard n'était pas sans arrogance.", qu'on voit "dans la cour, en salopette bleue, diriger le jet d'un tuyau de caoutchouc vers la limousine".

Par une simple phrase, Simenon nous montre son talent: poser d'une touche un décor, donner avec deux mots un détail frappant (une voiture de luxe, un chauffeur en livrée) qui nous plonge aussitôt dans le monde qu'il veut nous décrire.

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links