Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret et l'indicateur (Maigret and the Informer, Maigret and the Flea)
3/25/10 –

My personal copy, in which I read a Maigret case for the first time...

1. Introduction

This novel holds a special place for me in the corpus, for it's the first Maigret novel I discovered in my childhood readings, when I was around 10...

It's also a novel that I liked, as it contains the essential elements which make up a typical example of the Maigret series... a case in Montmartre, in streets glossy with May rain... an investigation led by a Chief Inspector who enjoys good meals, whether at the Brasserie Dauphine or those concocted by an attentive and loving spouse, with whom Maigret forms a couple bathed in tenderness... encounters with several characteristic personages, and some touches scattered throughout the narrative which add to the allure... the view of the Seine from Maigret's office, the visit to the forensic laboratory... without overlooking a little escapade at the seashore...

2. The stairways of Parisian apartments

"In the stairwell floated the odors of cooking..." (Ch. 4)

In his investigations, Maigret is often led to climb the stairs of a building, and, before meeting the inhabitants, the condition of the stairways often gives him an indication of their social status.

So let's go together, if you will, traversing the corpus once more, towards the discovery of these Parisian microcosms which Simenon knows so well how to describe...

The descriptions of stairways generally concern two or three elements, of which the variation provides a clue to the "type of house": the steps, the walls, doors and elevator (the presence of which being a good indicator of the status of the building).

The first stairway described in the corpus is that of Eléonore Boursang's building (GAL), Rue de Turenne. The description is short, but evokes sufficiently the old houses of the Marais district... the stairway is narrow, to the extent that Maigret brushes against the walls.

Still in the Marais, here's the stairway of a building in the Place des Vosges, where the Martins live (OMB): "Up to the second floor, the building had been redone, the walls repainted and the steps varnished. From the third floor on, it was another world, dirty walls, a rough floor. The apartment doors were painted an ugly brown."

Totally different, on the Charenton side, Maigret discovers the stairway of the building where Ducrau lives (ECL): "There was a worn carpet in the stairway, dark red, and the steps were varnished, the walls painted in false marble. The landing smelled of dust, mediocrity, and decency, with its two dark doors and the brilliant gleam of the well-polished brass button."

In the Paris suburbs, Bourg-la-Reine... here Cécile and her aunt live (CEC): "Six floors. Maigret hated stairways. These were dark, garnished with a rug the color of tobacco juice. The walls were worn. The odor changed at each landing, depending on the cooking... the noises as well. A piano, the screeching of babies, and, somewhere, the echoes of a vehement discussion."

We return to Paris, Boulevard des Batignolles, to the home of Le Cloaguen (SIG): "The stairway was dark, varnished, covered with crimson carpet, held in place by brass rods... A single door on each floor, great doors in dark oak, with well-polished brass."

And once more at Place des Vosges, in the building where the Maigrets had lived for a while (amo): "The stairway of the building... at that point stopped rising majestically with wrought iron banisters and walls of false marble... it became narrow and steep".

Mademoiselle Berthe (ber), lived on Rue Caulaincourt, "a Montmartre building, like Montmartre houses, with the lodge near the entrance door, a worn reddish carpet in the stairway, walls of yellow false marble, and two doors with brass buttons on each floor."

Still in Montmartre, we're now at the building of the Goldfingers (mal): "There was no elevator in the building. A dark carpet climbed the steps, and there was a light bulb at each landing, two brown doors, one on the left, one on the right... The walls, painted in false marble, could have used a good coat of paint, for they were turning to beige, if not brown."

We'll stay in this district, to visit the building where Countess von Farnheim lives (PIC), Rue Victor-Massé: "The stairwell was painted in false marble, with a thick dark red carpet on the steps, held down by brass bars." On Place Constantin-Pecqueur, the building where Lognon lives (LOG) is "nondescript, a century old, without an elevator. Maigret climbed the five flights with a sigh." Leaving the district for Rue Brunel, Adrienne Laur's, the building is "comfortable, bourgeois. There was an elevator, carpet on the stairs".

On Quai de la Mégisserie, we find an older building, where Saimbron lives (BAN), and here, "it was in vain that Maigret sought the elevator. There wasn't one, and he had to climb the six flights on foot. The building was old, the walls dark and dirty." On Avenue Daumesnil, Mme Machère's building is hardly of higher class... it has an elevator, but one "which climbs in jerks, with a vague desire to stop endlessly between two floors." In contrast is the building where Dr. Gouin lives (TRO), Avenue Carnot, where "the elevator functioned noiselessly, like in all well-maintained buildings. The carpet, on the waxed oak stairway, was a beautiful red." On the other hand, on Avenue Nollet, Désiré Brault lived in a "dilapidated apartment, which hadn't received a coat of paint for more than 20 years... There was no elevator, the stairs steep."

On Rue du Chemin-Vert, Mlle Poré's house (JEU), "had no elevator. The stairs were dark.". Boulevard Pasteur, at the Point's (MIN), by contrast, the elevator "narrow, for two persons, climbed slowly, but without a jolt and noiselessly, in a feebly lit stairwell. The doors, on each floor, were the same dark brown, the doormats identical."

Boulevard Saint-Germain, the Moncin's building (TEN): "The elevator, well-oiled, with its gleaming brass handle, awaited them, but they preferred to climb on foot, on the thick, crimson carpet. Most of the doormats, before the doors of dark wood, had one or two initials in red, and all the doorbells were polished. You could hear nothing of what was happening in the apartments, no cooking odors invaded the elevator cage." At Moncin's mother's, in contrast, "the elevator cage was narrower, the doors too, and the steps, waxed or varnished, had no carpet".

The building where Véronique Lachaume lives (TEM), Rue François-Ier, is "opulent looking, the elevator slow, but silent." The building of the notary Aubonnet (VIE), on the aristocratic Rue de Villersexel, included a "grand stairway with a red carpet, and an elevator which must have risen gently, with no sound.".

On Rue Mouffetard, Cuendet's mother's house (PAR), was another type of building: no elevator, but a stairway "with worn steps", "held by a cord instead of a bar". Rue Caulaincourt, Eveline Schneider's, also no elevator, but "the stairway was well-maintained, the house clean and peaceful, with doormats before the doors".

On Rue Notre-Dame-des Champs, the house where the Josselin's live (BRA) has an elevator, and, in front of the doors, "a large, red-bordered doormat".

On Boulevard Suchet, we find the well-off houses of the fancy districts, and the house where Jacqueline Rousselet, née Keller lives (CLO), where "the spacious elevator mounted in silence, without a jolt, without a creak." At Mme Keller's, Quai d'Orléans, it's the same style of luxury: "The brass work, the banister, the stairs, the walls were neat and polished, without a speck of dust".

Let's return to Montmartre, first to Rue Victor-Massé, in the building where the Boulay family lives (COL): "There was an almost silent elevator, a red carpet on the stairway, which was better lit than in most of the old buildings of Paris." Then Avenue Junot, to the house where Marinette Augier lives (FAN): "The house... had no elevator. And there was no carpet on the stairs either, but the wood of the steps, polished by use, was well-waxed, the banister smooth."

We'll change districts once more, now on the Rue des Acacias, Manuel Palmari's domicile (DEF): "The building was unassuming, comfortable, with a spacious and silent elevator, the doors were mahogany." Going up the social hierarchy a little, we find the building of the Parendon's (HES), Avenue Marigny: it has an elevator, but Maigret preferred "the marble stairway", a "wide stairway with a wrought-iron banister".

Returning once more to Montmartre, to Joséphine Papet's (ENF), Rue Notre-Dame-de-Lorette: the building had a narrow elevator, and a "crimson carpet held in place at each step by brass bars."

After crossing Quai d'Anjou, on Île Saint-Louis, at the Batilles' (TUE), where "the walls were of white stone, light provided by engraved bronze candelabras. On the marble landing, the doormat had a great red letter "B", we move to Montparnasse, Rue Froidevaux, to Mme Pigou's (VIN): "there was no elevator. The house was clean, in good shape, the stairway not too dark."

Now we're at Quai de la Mégisserie, at Mme de Caramé's (FOL), where Maigret "descended the dark stairs, with its worn steps, the banister polished by two or three centuries of use."

Returning one last time to Montmartre, first to Avenue Trudaine, where the Mahossiers live (SEU), "there was no elevator, but the stairway was wide, painted a subdued color." Then on to Rue Ballu, to Marcia's (IND): "The stairway was wide, with a thick carpet. The walls were a yellowish marble.", and finally to Rue Tholozé, to Brigadier Colson's, where, "of course, there was no elevator. The house was old, like almost all the houses on the street, and in the stairway reigned a heavy odor of cooking.."

And to end, we go to Boulevard Saint-Germain, to the Sabin-Levesques' (CHA): "The elevator was immense. Maigret... preferred the welcoming stairway, steps covered with a plush carpet."

From the steps of stairways with no carpet, polished with wear, to the buildings of the working-class districts, to the comfortable elevators of the luxury buildings of the high-class districts, it's all a social geography of the capital that Maigret traverses tirelessly, from the top to the bottom of the scale...

3. Maigret by plane

In this case, Maigret takes a plane to go to Bandol, where Marcia's funeral takes place. The airplane is by far the least preferred means of transportion of the Chief Inspector, who, when he travels outside the capital, more often takes the train, or, rarely, a ship (NEW).

Even if he sometimes claims to want to take a plane (he only does so humorously, in GAI: "the idea of taking a trip to London, above all by plane, made me smile", he said to Delvigne when he told him how he had tailed Graphopoulos), it's more often because he's forced to use this mode of transport, "because he didn't particularly care for planes, where he always felt a sense of confinement" (SEU): to cross America (CHE), or to set off in pursuit of a young man armed with a revolver (REV), or a panic-stricken little countess (VOY), with, all the same, some compensations: the personnel of the airplane: "a stewardess, as pretty as a magazine cover girl, kindly adjusted his seat belt" (CHE), or the scenery: "Maigret had the luck to see the ocean sparkling like fish scales, and fishing boats trailing behind them a frothy wake" (REV), "there were fishing boats which seemed like toys, a two-masted sailboat with a silver wake trailing behind" (VOY).

4. From one chapter to another...

On rereading this novel, I was struck by a stylistic aspect, that of shortening – in the number of pages – of the last chapters... the more the tension in the action, the more the writing tightens, and the shorter the chapters become.

So I wondered whether this phenomenon was a constant in the Maigret corpus, and if this shortening was a process often employed by the author. For my analysis, I counted the number of pages of each chapter of each novel using the Éditions Rencontre edition. And here's what I can conclude:

  • The very great majority of the novels have a final chapter significantly shorter than the others. This is the case for 59 of the novels out of 74 considered. These 59 novels can be divided into four categories:

    • In 22 novels, only the last chapter is shorter than the others

    • In 32 novels, the two final chapters are shorter

    • In 2 novels (VOL and IND), the three final chapters are shorter.

    • In 3 novels (TET, REN and BRA), the last chapter is short, but, in addition, the next-to-the-last chapter is considerably longer than the others.

  • For the 15 novels which do not finish with a chapter shorter than the others, there are three situations:

    • For 3 novels (GAL; PRE and COR), the narrator has used another technique: the final chapter, summarizing the results of the investigation, is considerably longer than the other chapters.

    • 11 novels show no significant variation in the number of pages in the last chapters.

    • For 1 novel (ECO), it's the next-to-the-last chapter which is shorter than the others.

  • The final chapter, when it is short, is very short (2 or 3 pages, as in LET, PRO, TET, BRA, VOL or IND), often serving as an epilogue, without indicating it as such in the title (1 sole novel has a final chapter entitled "epilogue": DEF).

Here, summarized in two graphs, are the results of the analysis:

Quantitative:

Chronological:

Murielle Wenger
translation: S. Trussel
Honolulu, March 2010

original French

Maigret of the Month: Maigret et l'indicateur (Maigret and the Informer, Maigret and the Flea)
3/25/10 –

1. Introduction

Ce roman tient pour moi une place un peu particulière dans le corpus, car c'est le premier roman de Maigret que j'ai découvert dans mes lectures d'enfance, quand j'avais une dizaine d'années...

C'est aussi un roman que j'apprécie, car il contient les éléments essentiels qui en font un roman typique de la série des Maigret: une enquête à Montmartre, dans des rues laquées par une pluie de mai; une enquête menée par un commissaire qui apprécie les bon repas, ceux de la Brasserie Dauphine ou ceux concoctés par une épouse attentive et aimante, avec qui Maigret forme un couple baigné de tendresse; la rencontre de quelques personnages caractéristiques; et quelques touches parsemées dans le récit, qui le rendent attrayant: vue sur la Seine depuis le bureau de Maigret, visite au laboratoire de l'Identité judiciaire, sans oublier une petite escapade au bord de la mer...

Mon exemplaire personnel de l'édition dans laquelle j'ai lu pour la première fois une enquête de Maigret...

2. Les escaliers des immeubles parisiens

"Dans la cage d'escalier flottaient des odeurs de cuisine..." (chapitre 4)

Dans ses enquêtes, Maigret est souvent amené à parcourir les escaliers d'immeuble, et, avant d'en découvrir les locataires, l'aspect de ces escaliers lui donne souvent une indication sur le statut social des habitants.

Parcourons, si vous le voulez bien, une fois de plus notre corpus pour partir à la découverte de ces microcosmes parisiens que Simenon sait si bien raconter...

Les descriptions d'escalier se résument souvent à deux ou trois éléments, dont la variation donne un indice sur le "genre de la maison": marches, murs, portes et ascenseur (la présence de celui-ci étant un bon indicateur sur le statut de l'immeuble).

Le premier escalier décrit dans le corpus est celui de l'immeuble habité par Eléonore Boursang (GAL), rue de Turenne: la description est brève, mais évoque suffisamment les maisons anciennes du quartier du Marais: l'escalier est étroit, au point que Maigret en heurte les murs.

Toujours dans le Marais, voici l'escalier d'un immeuble de la place des Vosges, où habite les Martin (OMB): "Jusqu'au premier étage, la maison avait été remise à neuf, les murs repeints et les marches vernies. A partir du second, c'était un autre monde, des murs sales, un plancher râpeux. Les portes des logements étaient peintes en un vilain brun."

Tout ailleurs, du côté de Charenton, Maigret découvre l'escalier de l'immeuble habité par Ducrau (ECL): "Il y avait un tapis d'escalier usé, rouge sombre, et les marches étaient vernies, les murs peints en faux marbre. Le palier sentait la poussière, la médiocrité et la décence avec ses deux portes sombres et la tache brillante du bouton de cuivre bien astiqué."

Banlieue parisienne, Bourg-la-Reine: ici habitait Cécile et sa tante (CEC): "Cinq étages. Maigret avait les escaliers en horreur. Ceux-ci étaient sombres, garnis de tapis couleur jus de tabac. Les murs étaient culottés. L'odeur changeait à chaque palier, selon les cuisines; les bruits aussi. Piano, piaillements d'enfants, et, quelque part, les échos d'une discussion véhémente."

Retournons à Paris, boulevard des Batignolles, au domicile des Le Cloaguen (SIG): "L'escalier était sombre, verni, couvert d'un tapis cramoisi, maintenu par des tringles de cuivre. [...] Une seule porte par étage, de grandes portes en chêne foncé, aux cuivres bien astiqués."

Nous voici de nouveau place des Vosges, dans l'immeuble où les Maigret ont habité un temps (amo): "L'escalier de l'immeuble [...] cessait, dès cet instant, de s'élever avec majesté le long d'une grille en fer forgé et de murs en faux marbre; il devenait étroit et raide".

Mademoiselle Berthe (ber), elle, habite rue Caulaincourt, "une maison de Montmartre, comme la plupart des maisons de Montmartre, avec la loge près de la porte d'entrée, un tapis rougeâtre et usé dans l'escalier, des murs en faux marbre jaunâtre et deux portes à bouton de cuivre par étage."

Toujours à Montmartre, nous voici à présent dans l'immeuble des Goldfinger (mal): "Il n'y avait pas d'ascenseur dans l'immeuble. Un tapis sombre escaladait les marches, et il y avait une ampoule électrique sur le palier de chaque étage, deux portes brunes, une à gauche et une à droite. [...] Les murs, peints en faux marbre, auraient eu besoin d'une bonne couche de peinture, car ils tournaient au beige, sinon au brun."

Nous restons dans le quartier, pour visiter l'immeuble où habite la comtesse von Farnheim (PIC), rue Victor-Massé: "La cage d'escalier était peinte en faux marbre, avec sur les marches un épais tapis rouge sombre, maintenu par des barres de cuivre." Place Constantin-Pecqueur, l'immeuble habité par Lognon (LOG) est "quelconque, vieux d'un siècle, sans ascenseur. Maigret gravit les cinq étages en soupirant." Si on change de quartier, rue Brunel, chez Adrienne Laur, l'immeuble est "confortable, bourgeois. Il y avait un ascenseur, des tapis dans l'escalier".

Quai de la Mégisserie, on retrouve un immeuble plus ancien, habité par Saimbron (BAN), et ici, "c'est en vain que [Maigret] chercha l'ascenseur. Il n'y en avait pas, et il dut monter les six étages à pied. L'immeuble était vieux, les murs sombres et sales." Avenue Daumesnil, l'immeuble habité par Mme Machère est d'une classe à peine au-dessus: il comporte un ascenseur, mais "qui montait par saccades, avec des velléités de s'arrêter sans cesse entre deux étages." Contraste avec l'immeuble habité par le professeur Gouin (TRO), avenue Carnot: ici, "l'ascenseur fonctionna sans bruit, comme dans toute maison bien tenue. Les tapis, sur le chêne ciré de l'escalier, étaient d'un beau rouge." Par contre, avenue Nollet, Désiré Brault habite un "immeuble délabré, [qui] n'avait pas reçu un coup de peinture depuis plus de vingt ans [...]. Il n'y avait pas d'ascenseur, les marches étaient raides."

Rue du Chemin-Vert, chez Mlle Poré (JEU), "la maison n'avait pas d'ascenseur. L'escalier était sombre.". Boulevard Pasteur, chez Point (MIN), par contre, l'ascenseur "étroit, pour deux personnes, se mit à monter lentement, mais sans secousses et sans bruit, dans une cage d'escalier faiblement éclairée. Les portes, aux étages, étaient d'un même brun sombre, les paillassons identiques."

Boulevard Saint-Germain, voici l'immeuble habité par les Moncin (TEN): "L'ascenseur, bien huilé, avec sa poignée de cuivre brillante, les attendait, mais ils préférèrent monter à pied sur l'épais tapis cramoisi. La plupart des paillassons, devant les portes de bois sombre, portaient une ou des initiales en rouge et tous les boutons de sonnette étaient astiqués, on n'entendait rien de ce qui se passait dans les appartements, aucune odeur de cuisine n'envahissait la cage d'escalier." Chez la mère de Moncin, par contre, "la cage d'escalier était plus étroite, les portes aussi, et les marches, cirés ou vernies, n'avaient pas de tapis".

L'immeuble habité par Véronique Lachaume (TEM), rue François-Ier, est "cossu, l'ascenseur lent, mais silencieux." L'immeuble du notaire Me Aubonnet (VIE), dans la rue aristocratique de Villersexel, comporte un "vaste escalier à tapis rouge et un ascenseur qui devait monter doucement, sans bruit.".

Rue Mouffetard, chez la mère de Cuendet (PAR), c'est un autre style d'immeuble: pas d'ascenseur, mais un escalier "aux marches usées", "où une corde tenait lieu de rampe". Rue Caulaincourt, chez Eveline Schneider, il n'y pas non plus d'ascenseur, mais "l'escalier était bien entretenu, la maison propre et calme, avec des paillassons devant les portes".

Rue Notre-Dame-des Champs, l'immeuble habité par les Josselin (BRA) comporte un ascenseur, avec, devant les portes, "un large paillasson bordé de rouge".

Boulevard Suchet, on retrouve les maisons cossues des beaux quartiers, et l'immeuble habité par Jacqueline Rousselet, née Keller (CLO), où "l'ascenseur spacieux montait en silence, sans un choc, sans un grincement." Chez Mme Keller, quai d'Orléans, c'est le même genre de luxe: "Les cuivres, la rampe d'escalier, les marches, les murs étaient nets et polis, sans un grain de poussière".

Retournons à Montmartre, tout d'abord rue Victor-Massé, dans l'immeuble habité par la famille Boulay (COL): "Il y avait un ascenseur presque silencieux, un tapis rouge dans l'escalier mieux éclairé que dans la plupart des vieux immeubles de Paris." Puis avenue Junot, dans l'immeuble où vit Marinette Augier (FAN): "La maison [...] n'avait pas d'ascenseur. Il n'y avait pas de tapis dans l'escalier non plus, mais le bois des marches, poli par l'usure, était bien ciré, la rampe lisse."

Nous changeons à nouveau de quartier, et voici, rue des Acacias, le domicile de Manuel Palmari (DEF): "L'immeuble était discret, confortable, avec un ascenseur large et silencieux, des portes d'acajou." On monte encore un peu dans la hiérarchie sociale, et on découvre l'immeuble des Parendon (HES), avenue Marigny: celui-ci comporte un ascenseur, mais Maigret lui préfère "l'escalier de marbre", un "large escalier à rampe de fer forgé".

On revient encore une fois à Montmartre, chez Joséphine Papet (ENF), rue Notre-Dame-de-Lorette: l'immeuble comporte un ascenseur étroit, et un "tapis cramoisi retenu à chaque marche par des barres de cuivre."

Après un passage quai d'Anjou, dans l'île Saint-Louis, chez les Batille (TUE), où "les murs étaient en pierre blanche, l'éclairage fourni par des torchères en bronze ciselé. Sur le palier de marbre, le paillasson portait en rouge une grande lettre «B»", nous nous rendons à Montparnasse, rue Froidevaux, chez Mme Pigou (VIN): "il n'y avait pas d'ascenseur. La maison était propre, en bon état, l'escalier pas trop sombre."

Nous voici maintenant quai de la Mégisserie, chez Mme de Caramé (FOL), où Maigret: "descendit l'escalier sombre, aux marches usées, à la rampe polie par deux ou trois siècles d'usage."

On retourne une dernière fois à Montmartre, d'abord avenue Trudaine, où habitent les Mahossier (SEU), "il n'y avait pas d'ascenseur, mais l'escalier était large, en pente douce.", puis rue Ballu, au domicile de Marcia (IND): "L'escalier était large, couvert d'un tapis épais. Les murs étaient en marbre jaunâtre.", et enfin rue Tholozé, chez le brigadier Colson, où, "bien entendu, il n'y avait pas d'ascenseur. La maison était vieille, comme presque toutes les maison de la rue, et il régnait dans l'escalier une épaisse odeur de cuisine."

Et pour terminer, nous nous rendons boulevard Saint-Germain, chez les Sabin-Levesque (CHA): "L'ascenseur était vaste. Maigret [...] préféra l'escalier accueillant, aux marches couvertes d'une moelleuse moquette."

Depuis les marches d'escaliers sans tapis, polies par l'usage, des immeubles des quartiers populaires, jusqu'aux ascenseurs confortables des immeubles luxueux des beaux quartiers, c'est toute une géographie sociale de la capitale que Maigret parcourt inlassablement, du haut en bas de l'échelle...

3. Maigret en avion

Dans cette enquête, Maigret prend l'avion pour se rendre à Bandol, où se déroule l'enterrement de Marcia. L'avion n'est de loin pas le moyen de transport privilégié du commissaire, qui, lorsqu'il effectue des déplacements hors de sa capitale, prend bien plus souvent le train, voire, rarement, le bateau (NEW).

Même s'il prétend avoir parfois envie de prendre l'avion (il ne le fait d'ailleurs qu'à une reprise, dans GAI: "l'idée de faire un tour à Londres, surtout en avion, me souriait assez", dit-il à Delvigne quand il lui raconte comment il a pris Graphopoulos en filature), c'est le plus souvent contraint et forcé qu'il utilise ce moyen de transport, "car il n'appréciait pas particulièrement l'avion, où il avait toujours une sensation de confinement" (SEU): pour sillonner l'Amérique (CHE), ou se lancer à la poursuite d'un jeune homme armée d'un revolver (REV), ou d'une petite comtesse affolée (VOY), avec quand même quelques compensations: le personnel de l'avion: "une stewardess, aussi jolie que sur une couverture de magazine, lui fixait gentiment sa ceinture de sûreté autour du ventre" (CHE), ou le paysage: "Maigret eut la chance de voir la mer qui scintillait comme des écailles de poisson et des bateaux de pêche traînant derrière eux un sillage mousseux" (REV), "il y avait des bateaux de pêche qui ressemblaient à des jouets, un voilier à deux mâts qui laissait derrière lui un sillage argenté" (VOY).

4. D'un chapitre à l'autre...

En relisant ce roman, j'ai été frappée par un aspect stylistique, celui du raccourcissement – en nombre de pages – des derniers chapitres: plus l'action monte en tension, plus l'écriture se resserre et plus les chapitres deviennent courts.

Je me suis demandée alors si ce phénomène était une constante dans le corpus des Maigret, et si le procédé du raccourcissement était souvent utilisé par l'auteur. Pour mon analyse, j'ai compté le nombre de pages de chaque chapitre de chaque roman, dans l'édition Rencontre. Et voici ce que j'ai pu constater:

  • la très grande majorité des romans comportent un dernier chapitre significativement plus court que les autres: c'est le cas pour 59 des romans sur les 74 considérés; ces 59 romans peuvent se répartir en 4 catégories:

    • dans 22 romans, seul le dernier chapitre est plus court que les autres

    • dans 32 romans, les deux derniers chapitres sont plus courts

    • dans 2 romans (VOL et IND), les trois derniers chapitres sont plus courts

    • dans 3 romans (TET, REN et BRA), le dernier chapitre est court, mais, de plus, l'avant-dernier chapitre est sensiblement plus long que les autres

  • pour les 15 romans qui ne se finissent pas par un chapitre plus court que les autres, on a trois cas de figure:

    • pour 3 romans (GAL; PRE et COR), le narrateur a utilisé une autre technique: le dernier chapitre, résumant les résultats de l'enquête, est sensiblement plus long que les autres chapitres

    • 11 romans ne connaissent pas de variation significative du nombre de pages dans les derniers chapitres

    • pour 1 roman (ECO), c'est l'avant-dernier chapitre qui est plus court que les autres

  • le dernier chapitre, lorsqu'il est court, voire très court (2 ou 3 pages, comme dans LET, PRO, TET, BRA, VOL ou IND), fait souvent office d'épilogue, sans que ce mot lui soit donné en titre (1 seul roman a un chapitre final titré d'épilogue: DEF)

Voici, résumés en deux graphiques, les résultats de l'analyse:

- un graphique quantitatif:

- un graphique chronologique:

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links