Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: L'homme dans la rue (The Man in the Street)

12/18/11 – This story, as well as the next (Vente à la bougie ), was written in 1939, while Simenon was living in the Vendée, at Nieul-sur-Mer. Although we can be no more precise with regard to the month of the writing of these two stories, we can assume that they were the last Maigrets before the first novel of the Gallimard period, Les caves du Majestic, written in December of the same year, 1939.

L'homme dans la rue appeared first in the weekly Sept Jours of December 15 and 22, 1940, under the title Le prisonnier de la rue, while Vente à la bougie appeared in the same weekly of April 20 and 27, 1941. These two stories were published for the first time in the volume Maigret et les petits cochons sans queue, by Presses de la Cité in 1950.

We find again, in this story, the Chief Inspector in a "typical" investigation, where Maigret sticks to a suspect until he reveals the truth, and also some characteristic details of his portrait, like the description at the beginning of the story, "dressed in a heavy overcoat, his jaw heavy, bowler hat on his head, smoking a pipe", all the text is bathed in an atmosphere that I find particularly sad, due perhaps in part to the weather, the icy cold which turns everything as hard as stone. And not just things... this pursuit of the man, told in this story, is pathetic, and presented under a harsh light. We feel Maigret determined to go to the end, but at the same time moved by "contradictory feelings", as the text says, on the one hand motivated by his sense of duty, but also filled with sympathetic pity for this man he is pushing to his limits...

At the beginning of the story, Maigret is described in the following words, "grumpy-looking, turning his head like a bear". This isn't the only time that Simenon describes his character using animal metaphors. He frequently compared his hero to an animal, particularly in novels in the first part of corpus, for, after that, at the same time as Maigret lost his "monstrous", "monolithic" aspect, he became more refined, both literally and figuratively, and the animalistic comparisons become rarer.

We find one of the first of these references in Le pendu de Saint-Pholien, where Maigret is described as an enormous nightmarish mass, for those who have done something wrong... "And all the mass of the Chief Inspector contributed to giving his forced presence a menacing meaning. He was tall and wide, wide above all, thick, solid... A heavy face, with his eyes capable of maintaining a bovine immobility... Something implacable, inhuman, evoking an elephant heading for a goal from which nothing will avert it."

Many times in the corpus, Maigret's hands are described as "big paws", which also evoke the idea of an animal. An animal that we find in Le chien jaune... "he thought he could make out a dark mass, thickset, like an enormous animal lying in wait."

From an elephant, we pass to a smaller animal, where the comparison is less physical than psychological, alluding to the Chief Inspector's tenacity... in Au rendez-vous des Terre-neuvas, Maigret comes "to hang out" near the trawler around which the drama centers, "Like dogs come to camp, sullen, obstinate, before a terrier where they scent something."

Another comparison, another animal... in L'ombre chinoise, Maigret clears a path in the crowd gathered in front of the hotel where Roger Couchet has just committed suicide, "He charged through like a ram", again an impression of blind force...

We find again the elephantine comparison in two novels of the Gallimard series, in Les caves du Majestic, Maigret, prowling behind the scenes in the hotel, is addressed by the director, who attempts in vain to soothe him."In those moments, the Chief Inspector had the inertia of an elephant." And in L'inspecteur cadavre, the comparison is made by Clémentine Bréjon: "'Do you know, Louise, who served as elephant driver for the Chief Inspector?' Was the word 'elephant driver' chosen intentionally to underline the contrast between the thin Louis and the elephantine Maigret?"

In two other novels of this period, there is another animal that Maigret is compared to... in Signé Picpus, while the director read to the Chief Inspector the letter written by M. Blaise, Maigret "gave out the menacing sigh of an exasperated bear."; and in Félicie est là, "The patron of the Anneau-d'Or had brought him an old bicycle, on which Maigret looked like a trained bear." The comparison with a bear is fairly often found, if you consider the number of times where the author described his character as "grunting" or "growling"...

We find two additional animal comparisons, in the first novel of the Presses de la Cité period, Maigret se fâche, for one, when Ernest Malik brings Maigret to his home, "they gave the impression of one pulling the other on a leash, and that this one, growling and clumsy like a big, long-haired dog, lets himself be dragged", and the other, the description of Maigret in his garden, wearing "blue canvas pants which slid down his hips, looking like the rear end of an elephant". As mentioned above, the animal comparisons in the Presses de la Cité period will become very rare, then non-existent, and we can keep in mind this elephantine description of the Chief Inspector in his garden, evoking less the nightmarish pachyderm than a kind of nice big beast, like his author keeping the memory in later years... Indeed, in his Mémoires intimes, Simenon recalls a dream he'd had...

"I had a strange dream... I regarded with curiosity a man I could only see from the back. He was bigger than me, with broader shoulders, heavier. Though seeing only his back, I felt in him a placidity that I envied. He was wearing blue canvas pants, a gardener's apron, and wore a battered straw hat. He was in a garden... It took me a little while, in my semi-sleep, to realize that he wasn't a real person, but a character of my imagination. It was Maigret, in his garden at Meung-sur-Loire... Those images will fade. I have them in my mind, and then that will be, for me, Maigret's retirement." in Un homme comme un autre, 1973.

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, December 2011

original French

Maigret of the Month: L'homme dans la rue (The Man in the Street)

12/18/11 – Cette nouvelle, ainsi que la suivante (Vente à la bougie) ont été écrites au cours de l'année 1939, alors que Simenon est installé en Vendée, à Nieul-sur-Mer. On n'a pas de précision plus fine quant au mois d'écriture de ces deux nouvelles, mais on peut présumer qu'elles constituent les deux derniers textes sur Maigret avant le premier roman de la période Gallimard, Les caves du Majestic, écrit en décembre de cette même année 1939.

L'homme dans la rue paraît en préoriginale dans l'hebdomadaire Sept Jours les 15 et 22 décembre 1940, sous le titre Le prisonnier de la rue, tandis que Vente à la bougie paraîtra dans le même hebdomadaire les 20 et 27 avril 1941. Ces deux nouvelles seront publiées pour la première fois dans le volume Maigret et les petits cochons sans queue, paru aux Presses de la Cité en 1950.

Si on retrouve, dans cette nouvelle, le commissaire dans une enquête "typique", où Maigret s'accroche à un suspect jusqu'à ce que celui-ci lui livre la vérité, et aussi quelques détails caractéristiques du personnage, comme la description qui en est faite au début de la nouvelle: "vêtu d'un lourd pardessus, la mâchoire pesante, un melon sur la tête, fumait la pipe", tout le texte est baigné dans une atmosphère que je trouve particulièrement triste, due peut-être en partie à l'ambiance atmosphérique, ce froid glaçant qui rend les choses dures comme la pierre. Et pas que les choses: cette chasse à l'homme que raconte la nouvelle est pathétique, et présentée sous une lumière crue. On sent Maigret déterminé à aller jusqu'au bout, mais en même temps animé de "sentiments contradictoires", comme il est dit dans le texte, à la fois poussé par son sens du devoir, mais aussi plein de pitié sympathique pour cet homme qu'il pousse à la dernière extrémité...

Au début de la nouvelle, Maigret est décrit par les mots suivants: "l'air grognon, tournait la tête à la façon d'un ours". Ce n'est pas la seule fois que Simenon décrit son personnage en usant de métaphores animalières. A plusieurs reprises, il a comparé son héros à un animal, et c'est particulièrement vrai dans les romans de la première partie du corpus, car, par la suite, en même temps que Maigret perd de son aspect "monstrueux", "monolithique", il s'affine au propre et au figuré, et les comparaisons animalières vont se faire plus rares.

On trouve une première métaphore animalière dans Le pendu de Saint-Pholien, où Maigret est décrit comme une énorme masse cauchemardesque pour ceux qui ont quelque chose à se reprocher:"Et toute la masse du commissaire contribuait à donner à cette présence forcée une signification menaçante. Il était grand et large, large surtout, épais, solide [...] Un visage lourd, où les yeux étaient capables de garder une immobilité bovine. [...] Quelque chose d'implacable, d'inhumain, évoquant un pachyderme en marche vers un but dont rien ne le détournera."

Plusieurs fois dans le corpus, les mains de Maigret sont décrites comme des "grosses pattes", qui évoquent aussi l'idée d'un animal. Un animal que l'on retrouve dans Le chien jaune: "il crut distinguer une masse sombre, trapue, comme un énorme animal à l'affût."

Du pachyderme, on passe à un animal plus petit, où la comparaison est moins physique que morale, faisant allusion à la ténacité du commissaire:dans Au rendez-vous des Terre-neuvas, Maigret vient "traîner" autour du chalutier où s'est déroulé le drame: "Ainsi des chiens viennent se camper, maussades, obstinés, devant un terrier où ils ont flairé quelque chose."

Autre comparaison, autre animal: dans L'ombre chinoise, Maigret se fraie un chemin dans la foule amassée devant l'hôtel où Roger Couchet vient de se suicider: "Il fonçait comme un bélier", encore une impression de force aveugle...

On retrouve la comparaison éléphantesque dans deux romans de la série Gallimard: dans Les caves du Majestic, Maigret rôde dans les coulisses de l'hôtel; il est abordé par le directeur, qui tente en vain de l'amadouer: "Dans ces moments-là, le commissaire avait une inertie de pachyderme." Et dans L'inspecteur cadavre, la comparaison est filée par Clémentine Bréjon: "Sais-tu, Louise, qui a servi de cornac au commissaire ? Le mot cornac était-il choisi à dessein pour souligner la disproportion entre le maigre Louis et l'éléphantesque Maigret ?"

Dans deux autres romans de cette période, c'est à un autre animal que Maigret est comparé: dans Signé Picpus, alors que le directeur lit au commissaire la lettre écrite par M. Blaise, Maigret "pousse un soupir menaçant d'ours qu'on exaspère."; et dans Félicie est là: "Le patron de l'Anneau-d'Or lui a prêté un vieux vélo, sur lequel Maigret a l'air d'un ours savant." La comparaison avec un ours est assez bien trouvée, si l'on songe au nombre de fois où l'auteur décrit son personnage en train de "grogner" ou de "grommeler"...

On trouve encore deux comparaisons animalières, dans le premier roman de la période Presses de la Cité, Maigret se fâche: d'une part, lorsque Ernest Malik emmène Maigret chez lui: "ils devaient donner l'impression que l'un tenait l'autre en laisse et que celui-ci, grognon et balourd comme un gros chien à poils longs, se laissait traîner", et d'autre part, la description de Maigret dans son jardin, portant "un pantalon en toile bleue qui glissait le long de ses hanches et lui faisait comme un arrière-train d'éléphant". Comme dit plus haut, les comparaisons animalières dans la période Presses de la Cité vont se faire très rares, voire inexistantes, et on pourra garder en mémoire cette description éléphantine du commissaire dans son jardin, évoquant moins le cauchemardesque pachyderme qu'une sorte de sympathique grosse bête, telle que son auteur en conserve le souvenir au-delà des années: en effet, dans ses Mémoires intimes, Simenon évoque un rêve qu'il a fait:

"J'ai fait un rêve curieux. [...] je regardais avec curiosité un homme que je ne voyais que de dos. Il était plus grand, plus large d'épaules, plus corpulent que moi. J'avais beau ne le voir que de dos, je sentais en lui une placidité que je lui enviais. Il avait revêtu un pantalon de toile bleue, un tablier de jardinier et portait un chapeau de paille cabossé. Il se trouvait dans un jardin. [...] Il m'a fallu un certain temps, dans mon demi-sommeil, pour me rendre compte qu'il ne s'agissait pas d'un personnage réel mais d'un personnage sorti de mon imagination. C'était Maigret, dans son jardin de Meung-sur-Loire [...] Ces images se sont effacées. Je les garde dans mon esprit et cela restera, pour moi, la retraite de Maigret." in Un homme comme un autre, 1973.

Murielle Wenger

English translation

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links