Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   French  

Maigret of the Month: Maigret hésite (Maigret Hesitates)
9/25/09 –

1. A mini-analysis of the novel

In this novel, we find Maigret in an uncommon situation, similar to that of Maigret has Scruples, where a crime is announced in advance and where the Chief Inspector must lead an a priori investigation, in other words, before the murder has been committed. Maigret is faced with the challenge of discovering a murderer before he acts, and we realize how difficult and delicate the situation can be for the policeman, who must, here more than ever, base everything on his intuition, rather than facts, since before the crime, there are no physical clues to use...

Maigret, inserting himself into the life of a family with the task of discovering its secrets, naturally hesitates to name the future perpetrator (but how could he do otherwise?), and he cannot prevent the murder from taking place... In his feelings before the body of Mlle Vague, besides the fact that he felt for her a certain liking, isn't there perhaps some remorse for not having been able to act in time...

If Simenon places his Chief Inspector in a situation both artificial and difficult, it's because it allows him to develop a favorite theme, always present in his work, Maigrets and non-Maigrets included: that of responsibility, symbolized here by Article 64, which appears as a leitmotif. Maigret – and Simenon – refuse to judge, to assign culpability: the Chief Inspector arrests Mme Parendon because he has discovered the truth. It's certainly she who is guilty, that is, who has committed the crime, but is she responsible for her actions? Is her "madness" an excuse, an explanation, a justification?

I also like this novel because it is filled with allusions both to Maigret's memories and "sensations" (memories of youth and sensations of the manifestations of spring) and both the "method", or more exactly the manner in which Maigret leads an investigation, "immersion" into places, attempting to understand people's motivations, and his "ruminations" during the case...

Finally, the characters who people this novel make a fascinating gallery, whether hardly more than sketches, like the Parendons' staff, a little more detailed, like Bambi and Gus (and we note that the latter's motives for writing the anonymous letters to Maigret remain, in spite of everything, less than clear...), or stronger and more complete, like Parendon, his wife, and Mlle Vague.

All this results in a novel which cries out for cinematographic adaptation, which is perhaps the reason why the version with Bruno Crémer [Maigret chez les riches] is so splendid, in fact, the most successful episode of the series. The few modifications of the plot take nothing from its quality, and it's the setting for several memorable scenes, which encourage watching again... the meeting between Maigret and Parendon (masterfully interpreted by Michel Duchaussoy), or the scene where Ferdinand, the maître d', brings a plate of food to each of the family members, symbolically isolated in their rooms, as they are isolated in mutual incomprehension...

2. A story of a cat

"Standing before the window, he drank his wine in little sips, vaguely regarding the courtyard, which he saw for the first time empty of cars, with just an orange cat, who stretched out in a patch of sun. Since Lamure had told him that there were no animals in the house, outside of a parrot, it must have been a neighborhood cat who had sought out a peaceful spot." (Ch. 6)

There are few animals in the Maigrets. Some allusions to the chickens and rabbits that the Chief Inspector was reluctant to kill in his childhood, some dogs (among them a yellow one, above all...), one or two horses (often hitched to a hearse), the singing of the birds in spring, a shy squirrel and some fish. But if the world of the Chief Inspector has relatively few animals, the one most often cited is probably the cat.

When Simenon introduces an animal in a description or a plot, it's never without a reason, no more than when he mentions a barge passing on the Seine, or a light from a streetlamp in the night... All these details serve to emphasize an "atmosphere", to introduce a nuance into the tempo of the action or into the feelings of the Chief Inspector with regard to his case... Thus, the orange cat which stretches himself out in the sun mentioned above, contrasts, in its peaceful image, with the heavy atmosphere of the Parendon house after the discovery of the murder.

If you will, let's review several cats discovered in the corpus...

  • In The Yellow Dog, Maigret and Leroy observe, in the silence of the night, the scene of Emma and Léon's reunion. Emma is about to leave for the abandoned house:

    "A shadow on the roughcast whitewashed wall which separates the garden from the empty house and the alleyway. ... Above, the man was still asleep, near his candle. A gooseberry bush creaked in the garden. A cat ran along a gutter."

    Everything here creates an image: Emma's shadow, the silhouette of the sleeping Léon, the only noise that of the creaking of a bush, like a light hiss, and the only witness to the scene, besides Maigret and Leroy who watch from afar, is the cat who runs away at Emmas steps...

  • The novel The Bar on the Seine opens with an image of radiant summer, with the sun and happy passers-by. To emphasize the scene, and the contrast with the following text, here is what Maigret finds on arriving at the prison where Lenoir will learn that he will be executed:

    "When Maigret arrived at the back door of Santé Prison, the sentry, moved, was watching a little white cat playing with the dairy dog."

    What a contrast between the innocence of this little cat of guileless white (who moreover is playing with the dog of a dairy, which leads us to think of the whiteness of the milk products...), observed with tenderness by a character whose work consists of guarding a place where men are locked up...

  • In Death of a Harbormaster, the cat plays numerous roles, that of Joris's cat, who flees the house when Julie and Maigret bring back his master. The cat is inside, and Julie can't understand it: He shouldn't have been able to get back in. The appearance of the cat here is a clue. If he has entered, it's because someone has opened the door, and we soon understood that it was Joris's poisoner who had entered the house in Julie's absence .

    The cat returns a little later... Maigret comes to assist Joris, and while the doctor makes a last attempt to save him, the heavy atmosphere of the scene contrasts with the closing sentence:

    "On the garden wall there was a solid white cat."

    Finally, the cat acts once more as a symbol of peace and tranquility. When Julie explains that the animal snuggled up on Joris's knees when he was passing a peaceful evening,

    "Poor Minou! she said. His master really loved him... After dinner, Minou curled up on his knees and didn't budge until it was time for bed..."

  • Another white cat in Liberty-Bar: Maigret is waiting for Sylvie to explain the reason Brown's son has given her a large sum of money, in a heavy atmosphere:

    "The atmosphere was lugubrious, Jaja had chosen silence out of fear of making things worse. Sylvie didn't cry, didn't move, waiting for who-knows-what. There was only the little alarm clock following its laborious life and pushing across its pale face the black hands which seemed too heavy for it. – Tick tock, tick tock, tick tock... At certain moments, it was a real racket. A white cat in the courtyard came to sit just in front of the basement window."

    The contrast between the black hands of the clock, which symbolize Maigret's almost menacing waiting, and the white of the cat who comes to participate peacefully in the scene...

  • Here's another cat, in Maigret and the Spinster, that of Juliette Boynet's concierge... three appearances, three images:

    • The description of the concierge's lodge at the beginning of the roman: "An insipid odor redolent of tomcat's pee. The cat was purring in front of the stove."

    • A little later, Maigret is still in conversation with the concierge: "Maigret settled himself again in the wicker armchair, which creaked under his weight. The concierge refilled the stove, and when she was once again seated, the cat jumped to her knees.."

    • Lastly, Simenon describes Maigret's evening at Dandurand's, and after having sketched out the occupations of the inhabitants of the house, he writes: "The concierge didn't want to go to bed before Maigret left, and to give herself the strength to wait, she finished the bottle of red wine, all the while explaining the situation to her cat."

  • In Maigret and the Toy Village, still another little tableau, "she indicated to him the back shop, which served as Mélanie Chochoi's kitchen. In the half-darkness, you could make out a rattan armchair, where an orange cat was rolled into a ball on a red cushion"

  • Another tableau, Valentine Besson's cat, of a breed in harmony with the luxury of the room: "a very stylish room, hung in cream satin. In the center of an immense bed, a blue Persian cat was taking a nap, and he had hardly opened his golden eyes to honor the intruder."

    In the same novel, another cat, in the bar where Maigret finds Théo with Rose's brother, "The kind where silence weighed in the bar, where, including the patron, there were but four people, plus a black cat curled up on a chair in front of the stove."

  • In Maigret's Revolver, here is yet another concierge's lodge, "a stove, a very high bed covered with a red eiderdown, a round table covered with waxed cloth, an armchair with a big orange cat." In the same novel is also found the story of the cat Maigret told Alain Lagrange about to soothe the young man, the story of a fat brown cat hiding in a tree, from which it is afraid to descend "The cat was afraid because he didn't realize that no one wanted to hurt him." said Maigret to Alain, hoping to make him understand that he was only trying to help him.

  • In None of Maigret's Business, it's a cat in a cafe, which can't avoid reminding us of Mme Calas's cat (see below): "On the yellow-painted walls, you saw advertisements like in country cafes and inns, and an odor of stew emanated from the kitchen. To complement the tableau, an orange cat purring on a chair with a straw seat."

  • In Maigret and the Idle Burglar, here is Mme Cuendet's cat, "a white cat, with light brown spots, hardly opened his green eyes", which makes part of a tableau, "You would have said that the least object, the poker, the bowls with large pink flowers, and up to the broom where the cat rubbed his back, had its own life, like in old Dutch paintings".

  • In Maigret's Pickpocket, we can say that the cat Maigret comes across in front of Ricain's building is a symbol of Ricain,of his elusive and shy side, "a cat which slid furtively along the walls...", "The cat came to rub against his pants leg, and looked at him as if seeking to be stroked. But when Maigret bent down, he distanced himself with a leap to meow two yards away. – Whose was he? – I don't know... Everyone's... People tossed him scraps of food from their windows and he spent his life outdoors..." How can we avoid seeing in this cat an allusion to Ricain, he who "spent his life outdoors" searching for "friends" who could supply him with enough to get by? They didn't toss him scraps of food, but Carus and the others often gave him the charity of a meal at the Old Wine Press...

  • Lastly, we'll finish with no doubt the most important cat in the corpus, that of Aline Calas in Maigret and the Headless Corpse. I'll just repeat here what I wrote with regard to this in the analysis of the novel which I did for that Maigret of the month:

    We note in this novel, the importance of Mme Calas's cat, which is a little like the soul of the place... When Maigret enters the bar for the first time, there is no one in the room, "nothing but a fat orange cat, sleeping near the stove", which symbolizes the apathy-filled ambiance that Aline gives the bar. In the afternoon, on his second visit, Maigret again finds "the orange cat [which] was still near the stove, from which he seemed not to have budged." Immobility of the animal, immutability of things, the lassitude and indifference of Aline... The next day, Maigret finds once more "the cat sleeping next to the stove".

    Once Aline is sent to Judge Coméliau, what to do with the cat, who is like an image of Aline herself? Maigret brings it to the butcher's, a chance for Simenon to have Maigret show his feelings about Aline out loud... "she's an unfortunate who's not responsible".

    Later, when Maigret returns at night to the bar to immerse himself in the place, he again finds the cat, to which he speaks in a monologue of reflection (see, if you can, how the scene is rendered in the Jean Richard series). And finally, it's the absence of "feeling" of Coméliau with regard to the importance of the cat to Aline, which will be one of the reasons for the animosity between the judge and Maigret... "She only asked me, in leaving my chambers, if you had taken care of her cat." "And what did you say?" "That you had other things to do." For that, Maigret would never forgive Judge Coméliau."

We note once more in passing that Maigret himself had a cat... but only once, when he was retired: besides the chicken, rabbits, and Mme Maigret's goat, we find a cat strolling in the garden at Meung-sur-Loire...

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, September 2009

original French

Maigret of the Month: Maigret hésite (Maigret Hesitates)
9/25/09 –

1. Une mini-analyse du roman

Dans ce roman, on retrouve Maigret dans une situation non habituelle, sur le même principe que le roman Les scrupules de Maigret, où un crime est annoncé et où le commissaire doit mener une enquête a priori, c'est-à-dire avant que le crime soit commis. Maigret est mis au défi de découvrir un meurtrier avant qu'il ait agi, et on comprend combien la situation peut être difficile et délicate pour le policier, qui doit, ici et plus que jamais, se baser sur son intuition et non sur des faits, puisqu'avant le crime, il n'y a pas d'indices matériels sur lesquels se baser...

Maigret s'introduit dans la vie d'une famille, tâche d'en découvrir les secrets, hésite bien évidemment à désigner le futur coupable (mais comment aurait-il pu faire autrement ?), et il ne pourra pas empêcher le meurtre d'avoir lieu... Dans son émotion devant le corps de Mlle Vague, à côté du fait qu'il éprouvait pour elle une certaine sympathie, peut-être y a-t-il un certain remords de n'avoir pas pu ni su agir à temps...

Si Simenon place son commissaire dans une situation à la fois fausse et difficile, c'est parce que cela lui permet de développer ce thème qui lui est cher entre tous, et toujours plus présent au fil de l'œuvre, Maigret et non-Maigret compris: celui de la responsabilité, symbolisé ici par l'article 64 qui revient comme un leitmotiv. Maigret – et Simenon – se refuse de juger, de décider de la culpabilité: le commissaire arrête Mme Parendon parce qu'il a découvert la vérité: c'est bien elle la coupable, c'est-à-dire celle qui a commis le meurtre, mais est-elle responsable de son acte ? Sa "folie" est-elle une excuse, une explication, une justification ?

J'aime ce roman aussi parce qu'il est chargé d'allusions à la fois aux souvenirs et aux "sensations" de Maigret (souvenirs de jeunesse et sensations devant les manifestations du printemps) et à la fois à la "méthode", plus exactement à la manière dont Maigret mène une enquête: "imprégnation" des lieux, tentative de comprendre les motivations des hommes, "rumination" pendant l'enquête...

Enfin, les personnages qui peuplent ce roman font une galerie passionnante, qu'ils soient à peine plus qu'ébauchés comme les gens du personnel des Parendon, un peu plus précisés comme Bambi et Gus (notons d'ailleurs que les motivations de ce dernier pour écrire les lettres anonymes à Maigret restent malgré tout peu claires...), ou plus complets et plus forts comme Me Parendon, sa femme, et Mlle Vague.

Tout cela fait qu'un tel roman ne peut que donner l'envie d'une adaptation cinématographique, et c'est peut-être la raison qui fait que la version avec Bruno Crémer, magnifique, en fait l'épisode le plus réussi de la série. Les quelques modifications dans l'intrigue n'enlèvent rien à sa qualité, et c'est l'occasion de quelques scènes mémorables, que je vous engage à revoir: la rencontre entre Maigret et Me Parendon (magistralement interprété par Michel Duchaussoy), ou la scène où Ferdinand, le maître d'hôtel, apporte un plat de nourriture à chacun des membres de la famille, symboliquement isolés dans leur chambre, comme ils sont isolés dans l'incompréhension mutuelle...

2. Une histoire de chat

"Debout devant la fenêtre, il buvait son vin à petites gorgées en regardant vaguement la cour, qu'il voyait pour la première fois vide de voitures, avec seulement un chat roux qui s'étirait dans une tache de soleil. Comme Lamure lui avait dit qu'il n'y avait pas un seul animal dans la maison, en dehors d'un perroquet, cela devait être un chat du voisinage qui avait cherché un endroit paisible." (chapitre 6)

Peu d'animaux dans les Maigret: quelques allusions aux poulets et aux lapins que le commissaire répugnait à tuer dans son enfance, quelques chiens (dont un jaune, surtout...), l'un ou l'autre cheval (souvent attelés à un corbillard), des chants d'oiseaux au printemps, un écureuil farouche et quelques poissons, mais le monde du commissaire est relativement peu animalier... L'animal le plus souvent cité est probablement le chat.

Quand Simenon introduit un animal dans une description ou une intrigue, ce n'est jamais sans raison, pas plus que quand il mentionne une péniche qui passe sur la Seine, ou une lueur de réverbère dans la nuit... Tous ces détails servent à souligner une "atmosphère", à introduire une nuance dans le tempo de l'action ou dans le ressenti du commissaire par rapport à son enquête... Ainsi, le chat roux qui s'étire dans le soleil mentionné ci-dessous fait contraste, par son image paisible, avec l'atmosphère lourde de la maison des Parendon après la découverte du crime.

Si vous le voulez bien, nous allons passer en revue quelques chats découverts au fil du corpus...

  • Dans Le chien jaune, Maigret et Leroy observent, dans le silence de la nuit, la scène de retrouvailles entre Emma et Léon. Emma est en train de se rendre à la maison abandonnée:

    "Une ombre, sur le mur crépi à la chaux qui séparait le jardin de la maison vide et la ruelle. [...] Là-haut, l'homme dormait toujours, près de sa bougie. Un groseillier fut froissé dans le jardin. Un chat s'enfuit le long d'une gouttière."

    Tout ici fait image: l'ombre d'Emma, la silhouette de Léon endormi, le seul bruit est celui du froissement du groseillier, comme un léger chuintement, et le seul témoin de la scène, à part Maigret et Leroy qui la voient de loin, est ce chat qui s'enfuit au passage d'Emma...

  • Le roman La guinguette à deux sous s'ouvre sur une image d'été radieux, avec du soleil et des passants joyeux. Pour souligner la scène, et le contraste avec la suite du texte, voici ce que Maigret découvre en arrivant à la prison où Lenoir va apprendre qu'il va être exécuté:

    "Quand Maigret arriva à la poterne de la Santé, le factionnaire attendri regardait un petit chat blanc qui jouait avec le chien de la crémière."

    Quel contraste entre l'innocence de ce petit chat à la blancheur candide (qui plus est, qui joue avec le chien d'une crémière, qui nous renvoie à la blancheur des produits laitiers...), observé avec attendrissement par un personnage dont le travail consiste à surveiller un lieu où des hommes sont enfermés...

  • Dans Le port des brumes, le chat joue plusieurs rôles: c'est le chat de Joris, qui s'enfuit hors de la maison quand Julie et Maigret ramènent son maître. Le chat est à l'intérieur, et Julie ne comprend pas: il ne devrait pas pouvoir être rentré. L'apparition du chat est ici un indice: s'il est entré, c'est que quelqu'un a ouvert la porte, et on comprendra par la suite que c'est celui qui a empoisonné Joris qui a pénétré dans la maison en l'absence de Julie.

    Le chat revient un peu plus tard: Maigret vient d'assister à l'agonie de Joris, et tandis que le médecin fait une dernière tentative pour le sauver, l'atmosphère lugubre de la scène contraste avec la phrase qui clôt celle-ci:

    "Sur le mur du jardin, il y avait un chat tout blanc."

    Enfin, le chat joue encore une fois comme symbole de paix et de tranquillité. lorsque Julie explique que l'animal se blottissait sur les genoux de Joris quand celui-ci passait une paisible soirée:

    "Pauvre Minou ! dit-elle. Son maître l'aimait bien... Après le dîner, Minou se mettait sur ses genoux et n'en bougeait plus jusqu'au moment d'aller dormir..."

  • Encore un chat blanc dans Liberty-Bar: Maigret attend de Sylvie qu'elle explique la raison pour laquelle le fils Brown lui a donné une grosse somme d'argent, dans une atmosphère pesante:

    "L'atmosphère était lugubre, Jaja se décidait au silence par crainte d'empirer les choses. Sylvie ne pleurait pas, ne bougeait plus, attendait on ne savait quoi. Il n'y avait que le petit réveille-matin à poursuivre sa vie laborieuse et à pousser sur le cadran blême les aiguilles noires qui semblaient trop lourdes pour lui. – Tic tac, tic tac, tic tac... A certains moments, c'était un véritable vacarme. Un chat blanc, dans la cour, vint s'asseoir juste devant le soupirail."

    Contraste entre les aiguilles noires du réveil qui symbolisent l'attente presque menaçante de Maigret, et le blanc du chat qui vient assister paisiblement à la scène...

  • Voici un autre chat dans Cécile est morte: celui de la concierge de Juliette Boynet: trois apparitions, trois tableaux:

    - description de la loge de la concierge au début du roman: "Une odeur fade qu'épiçait du pipi de matou. Ce matou ronronnait devant le poêle."

    - un peu plus tard, Maigret est toujours en conversation avec la concierge: "Maigret s'installa à nouveau dans le fauteuil d'osier, qui craquait sous son poids. La concierge rechargea le poêle et, quand elle se rassit, le chat sauta sur ses genoux."

    - enfin, Simenon décrit le soir où Maigret est chez Dandurand, et, après avoir brossé le tableau des occupations des habitants de la maison, il écrit: "La concierge ne voulait pas se coucher avant le départ de Maigret et, pour se donner le courage d'attendre, elle finissait la bouteille de vin rouge tout en expliquant la situation à son chat."

  • Dans Félicie est là, encore un petit tableau: "elle lui désigna l'arrière-boutique, qui servait de cuisine à Mélanie Chochoi. Dans la pénombre, on distinguait un fauteuil de rotin, où un chat roux était roulé en boule sur un coussin rouge"

  • Autre tableau, le chat de Valentine Besson, un chat de race en harmonie avec le luxe de la chambre: "une chambre de grande coquette, toute tendue de satin crème. Au milieu de l'immense lit, un chat persan au pelage bleuté faisait la sieste, et il avait à peine entrouvert ses yeux dorés en l'honneur de l'intrus."

    Dans le même roman, un autre chat, dans le bar où Maigret découvre Théo en compagnie du frère de Rose: "De sorte que le silence pesa dans le bar, où, le patron compris, ils n'étaient que quatre, plus un chat noir couché en rond sur une chaise devant le poêle."

  • Dans Le revolver de Maigret, voici encore une autre loge de concierge: "un poêle, un lit très haut surmonté d'un édredon rouge, une table ronde couverte d'une toile cirée, un fauteuil avec un gros chat roux." Dans ce même roman se trouve aussi l'histoire du chat que Maigret raconte à Alain Lagrange pour amadouer le jeune homme: l'histoire d'un gros chat brun qui s'est caché dans un arbre et qui n'ose plus en redescendre: "Le chat avait peur parce qu'il ignorait qu'on ne lui voulait pas de mal." dit Maigret à Alain, voulant lui faire comprendre qu'il ne cherche qu'à l'aider.

  • Dans Maigret s'amuse, c'est un chat dans un café, qui n'est pas sans rappeler celui de Mme Calas (voir infra): "Sur les murs peints en jaune, on voyait des réclames comme dans les cafés et les auberges de campagne et une odeur de ragoût émanait de la cuisine. Pour compléter le tableau, un chat roux ronronnait sur une chaise à fond de paille."

  • Dans Maigret et le voleur paresseux, voici le chat de Mme Cuendet: "un chat blanc, avec des taches café au lait, entrouvrait à peine ses yeux verts", qui fait partie du tableau: "On aurait dit que le moindre objet, le tisonnier, les bols à grandes fleurs roses, et jusqu'au balai où le chat se frottait le dos, avait sa vie propre, comme dans les anciens tableaux hollandais".

  • Dans Le voleur de Maigret, on pourrait presque dire que le chat que Maigret croise devant l'immeuble de Ricain est un symbole de celui-ci, par son côté insaisissable et farouche: "un chat qui se glissait furtivement le long des murs...", "Le chat venait se frotter à son pantalon et le regardait comme pour quêter une caresse. Mais, quand Maigret se pencha, il s'éloigna d'un bond pour miauler deux mètres plus loin. – A qui appartient-il ? – Je l'ignore... A tout le monde... On lui jette des bouts de viande par les fenêtres et il passe sa vie dehors..." Comment ne pas voir dans ce chat une allusion à Ricain, lui qui "passe sa vie dehors" à chercher des "amis" qui pourraient lui fournir de quoi vivre ? On ne lui jette pas des bouts de viande, mais Carus et les autres lui font souvent l'aumône d'un repas au Vieux-Pressoir...

  • Enfin, on terminera par le chat sans doute le plus important du corpus, celui d'Aline Calas dans Maigret et le corps sans tête: je me contenterai de reprendre ici ce que j'écrivais à ce propos dans l'analyse de ce roman que j'avais faite pour la rubrique du Maigret of the month:

    On aura noté, dans ce roman, l'importance du chat de Mme Calas, qui est un peu comme l'âme des lieux: quand Maigret pénètre pour la première fois dans le bar, il n'y a personne dans la pièce, "rien qu'un gros chat roux, couché près du poêle", qui symbolise l'ambiance pleine d'apathie qu'Aline entretient dans le bar. L'après-midi, lors de sa seconde visite, Maigret retrouve "le chat roux [qui] était toujours près du poêle, d'où il semblait n'avoir pas bougé." Immobilité de l'animal, immuabilité des choses, lassitude et indifférence d'Aline... Le lendemain, Maigret retrouve "le chat couché près du poêle". Une fois Aline envoyée au juge Coméliau, que faire du chat, qui est comme une image d'Aline elle-même? Maigret l'amène à la bouchère, occasion pour Simenon de faire passer par la bouche de celle-ci son sentiment sur Aline: "c'est une malheureuse qui n'est pas responsable". Ensuite, quand Maigret retourne de nuit au bar pour s'imprégner du décor, il retrouve le chat, à qui il s'adresse pour un dialogue de réflexion. Et enfin, c'est le manque de "feeling" de Coméliau à propos de l'importance de ce chat pour Aline qui sera une des raisons de l'animosité entre le juge et Maigret: "-Elle m'a seulement demandé, en sortant de mon cabinet, si vous vous étiez occupé de son chat. – Qu'avez-vous répondu? – Que vous aviez autre chose à faire. De ça, Maigret devait en vouloir toute sa vie au juge Coméliau."

Notons encore au passage que Maigret possède lui-même un chat... mais seulement une fois qu'il est à la retraite: à côté des poules, des lapins et de la chèvre de Mme Maigret, on voit rôder un chat dans le jardin de Meung-sur-Loire...

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links