Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: La folle de Maigret (Maigret and the Madwoman)
1/21/10 –

1. Introduction

A number of "Simenonians" and several "Maigretphiles" believe that the last Maigrets of the corpus are not among the best, and that the vein of the author had run a little dry... But I'm not entirely of that opinion, and if the best Maigrets are not necessarily the last, nevertheless there are still, in this end of the corpus, several gems worthy of attention... And Maigret and the Madwoman is no doubt one... For me, it's an absolutely typical Maigret.

In this novel, Simenon takes up several notes from his own writing, and evokes with a certain underlying tenderness, some of the most characteristic themes of Maigret's world... Consider, for example, the "topographical" description of the Quai des Orfèvres at the beginning of Ch. 1 (the courtyard of the PJ, the staircase, the long hallway, Maigret's office on the second floor), springtime in Paris, the Chief Inspector's meals, or how he spends his Sunday with Mme Maigret.

This novel is a mixture of lightness, with its evocations of Maigret themes, and gravity, with the basis of the plot, in particular the description of Angèle's future, having certain accents of the "hard" novels.

2. Maigret in May...

In the Maigrets, the weather is always an important element of the plot... The Chief Inspector uses the weather as a true barometer of his moods. Sensitive to atmospheric conditions, Maigret rejoices like a child at the slightest ray of sunshine sliding over an object, or the odor of springtime, or the first snow. I've already analyzed elsewhere the Chief Inspector's relationship with the weather, and perhaps you recall, faithful internet Maigretphiles, that I discovered, through an analysis of the corpus, that the majority of Maigret's cases take place, contrary to expectations, in springtime, and that the further he advances into the corpus, the more often the author places his character in an investigation during the warmer half of the year.

Might you be interested in knowing which cases took place in which season? Here are two tables which present a response:

Novels

green = spring   blue = summer   red = autumn   yellow = winter

Stories

The second graph shows the stories. The colors represent the same season. orange = season unclear, but depending on the context, it is probably a case either in fall or winter, with the latter being the most likely. The story The Old Lady of Bayeux provides no clear indication of the season.

If Simenon excels at painting the chilly, hazy atmosphere of a gray November day, he knows as well how to brush the canvas of springtime with multiple odors and fresh colors. For springtime is, for Simenon – and for Maigret – undeniably the "belle saison", where the sun overrides the rain, in concert with the breeze bringing odors and flavors, light caresses on one's skin...

In Maigret's Madwoman, the author also paints in little touches – little phrases – the return of fair days and the particular atmosphere of Paris in springtime...

"It was May. The sun was vibrant and Paris was all in pastels." (Ch. 1)

"For the past ten days not a drop of rain had fallen, the breeze had been light, the sky pale blue, and, in this ideal month of May, Paris had the colors of the scenery for an operetta." (ibid.)

"The sky was always so blue, the air so sparkling." (Ch. 2)

"The sky was a slightly bluish pink, the leaves of the trees still a tender green, and the birds were all chirping." (ibid.)

"The weather was very mild. The air was still, impregnated little by little with a pleasant freshness, and you could just make out the rustling of the leaves in the trees." (Ch. 3)

And, as is often the case in the Maigrets, after the first few chapters where Maigret is attentive to the weather, in the following chapters he forgets about it, because he's immersed in his case, and it's not until the last chapters that he interests himself in it once more. And the weather itself, as if to match the more dramatic tone of the narrative, outside of a final interrogation where the truth will be revealed, the weather has changed, like the mood of the Chief Inspector...

"You could say that the weather played the role of giving the confrontation a gray and dull atmosphere. While it had been splendid weather for the past two weeks, the sky was somber, and a fine rain was falling on Paris."

If the month of March is the month most often used by Simenon represent spring (see the study cited above), the month of May is symbolic in its way for this season, for it's always described by the author as a month of fine weather, and the comments are always very evocative, as in these examples...

"a sparkling May sun bathed the Grand Boulevards, where only silhouettes of springtime moved." (Mlle Bertha and her Lover)

"The air smelled strongly of springtime, with puffs so warm and perfumed that, with the help of the Beaujolais, it brought the blood to your head and made you think of taking a nap on the grass, with a newspaper over your head." (ibid.)

"this day of May 3, a warm, sunny day, with, in the air, that special vibration of the air of Paris in springtime, from morning to night, entering in puffs into the cool room of a café, the lightly sweet odor of the chestnut trees on the Boulevard Saint-Germain" (The Most Obstinate Man in the World)

"Paris was favored, the next day, by one of those spring days which only manage to emerge three of four times a year… All was fine, light, heady, of a rare quality – the blue of the sky, the hazy softness of some clouds, the breeze which caresses you suddenly at the corner of a street, and which shakes the chestnut trees just enough to force you to raise your head towards their clusters of sweet flowers." (ibid.)

"It was one of those exceptional months of May which he had only experienced two or three times in his life, which had the luminosity, the taste, the odor of memories of childhood." (Maigret in Society)

3. Maigret's drawings

"He was doodling on a sheet of paper and suddenly realized that it more or less looked like an old lady." (Ch. 4)

In the course of an investigation, it sometimes happens that Maigret, lost in thought, or sometimes while on the phone, doodles on a piece of paper a more or less shapeless drawing, but one whose unconscious meaning reveals nonetheless the "functioning" of the Chief Inspector...

  • Thus, in Maigret Returns, the Chief Inspector tries to understand what has taken place in the Floria, in the murder case in which his nephew was implicated...

    "Maigret, with the zeal of a schoolboy, drew a rectangle, and, in around the middle of the rectangle, a little cross. His head slightly tilted, he regarded his drawing with a frown... Down at the bottom of the rectangle Maigret drew another, smaller one: the desk. And in this desk, finally, a dot represented the revolver. This was of no value. It didn't mean a thing. The affair was not a problem in geometry. Maigret persevered all the same, crumpled his paper into a ball, and started his drawing on a new sheet. Only, he no longer thought about the meaning of the rectangles and crosses."

  • In Maigret in Exile, Maigret telephones to Nantes, then to Nice, to get information on Janin and Mme Forlacroix. In the background remains the unconscious memory of the glimpse of Lise Forlacroix in her bed...

    "Maigret never took notes. If he had a mechanical pencil in his hand, a piece of paper in front of him, it was to doodle arabesques with no relation to the case." However, just a few lines later... "He gave his instructions in a few words, and, when he was finished, he glanced mechanically at the paper resting on his desk, and saw that what he had drawn was clearly a fleshy mouth, the lips well-defined and sensual like in a painting by Renoir. He tore the sheet into little pieces and threw them into the fire." We'll leave to the psychiatrists the pleasure of interpreting this last gesture...

  • In Madame Maigret's Friend, the Chief Inspector tries to reconstruct the sequence of events of a case. On the date Gloria Lotti went to Concarneau...

    "In the margin, Maigret playfully drew a woman's hat with a veil."

    further: "The page was picturesque, for Maigret had added drawings which looked like children's drawings."

  • In Maigret Takes a Room, the Chief Inspector resumes the interrogations of the neighboring lodgers at Mlle Clément's, and makes a summary in his notepad...

    "He'd read it so much, with his pencil in his hand, that he'd doodled arabesques, like in the margins of a schoolboy's notebook."

  • In Maigret and the Burglar's Wife, while listening to Ernestine tell what has happened to her husband...

    "Maigret set himself to making notes, which he surrounded mechanically with arabesques."

  • In Maigret and the Gangsters, Maigret listens to Lognon's report...

    "Maigret, while listening, was doodling on his blotter."

    Still in the same novel, Maigret, after he'd been attacked by the gangsters, returns to the Quai...

    "Maigret had taken off his overcoat. Without realizing it, he still had on his hat, and was sitting in at his desk, mechanically playing with a pencil." After having telephoned his wife to tell her not to wait for him, he thought about how the gangsters had acted... "Maigret, on a sheet of paper, doodled dolls, like a schoolboy in the margins of his notebooks."

  • In Maigret and the Black Sheep, the Chief Inspector listens to the telephone report of Torrence, who'd just searched the maids' rooms in Josselin's building. The Inspector had discovered in one of the rooms, "a young woman, stark naked... very dark, with immense eyes, clearly Spanish or South American." And what does Maigret do while he's listening? He draws "mechanically on a blotter, the torso of a woman."

4. Let's play...

To finish, I'd like to propose you two quizzes. The first is simple enough.

1) Have you picked up the allusions in the novel to two other Maigret investigations?

2) Maybe you recall that in July of last year, I offered you a series of quizzes where you had to discover, from a description of the cadavers, in which novels they were found. Since one of the answers was actually the present novel, I'm offering a new series along the same lines. So, if the spirit moves you...

  1. "And it was inexplicable, strangely desolate, this great tall boy, whose too-white chest showed at the neck of his blue-striped cotton pajamas. On his neck was a large blue mark. His features were horribly contorted."

  2. "A human form was lying across the sidewalk, one hand hanging in the gutter, and you could see pale skin between the black shoes and the bottom of the pants... the dead man wasn't wearing socks."

  3. "Above, in the doorway of the bathroom of room 347, the Director no longer dared to look at the obese body of the Colonel, strangely lying in his bath, head below the water, only his stomach protruding."

  4. "The body was just what you would imagine from the photographs... tall, bony, with the sunken chest of a bureaucrat, pale skin which made his hair very dark, though those on his chest were reddish. No more than half his face was still intact, since his left jaw had been torn off by the shot. His eyes were open. It's hard to say whether his mousy-gray eyes were duller than in the picture... On the left side of his chest, finally, a neat wound, regular, in the shape of a blade."

  5. "On the bed that Arlette had occupied, a man was stretched out, his chest bare. He was still wearing his pants and shoes. Dr. Jolly's back, as he leaned over the body, hid his face, but the rough blue cloth of his pants had already told Maigret."

  6. "As is often the case, the hole, in the throat, appeared disproportionately large for the caliber of the bullet. She'd bled profusely, but her face betrayed nothing but astonishment. As far as they could tell, the woman was small, plump and gentle, one of those women who make you think of simmering dishes, of jams lovingly canned."

  7. "It was not until 10:00 that the trunk was finally opened by a locksmith... A cadaver had been folded over onto itself, and to pack it better, they hadn't hesitated to break the vertebrae of the neck. A man in his forties, very foreign looking, whose wallet they sought in vain."

  8. "Maigret pointed to the corpse on the bed. The sheets and covers were undone. The pillow had fallen on the floor. One arm was hanging down. You could see the blood on the pajamas torn or burnt by the powder."

  9. "On the ground, a man was sitting, his back against the wall, slightly leaning to his left. ... The American, in fact, had put his revolver in his mouth and shot himself, blowing half his head off."

  10. "It was only after some time had passed that he slowly approached the stretched out form, the beige shape of his raincoat, and bent over, still slowly... In any case, before or after having killed the man with a knife, they'd beat him violently, and repeatedly, so that his face was swollen, a lip split, half his face unrecognizable."

Solutions

1) In Ch. 1, Maigret asks his wife if she'd ever sat on a bench in a public garden. Mme Maigret replies...

"It sometimes happens. While waiting for the time of an appointment at the dentist's, for example." (cf. MME)

In Ch. 5, Chief Inspector Marella telephones Maigret to give him information about what Marcel was doing in Toulon. Marella asks Maigret how long it's been since they've seen each other, and Maigret answers,

"Ten years? Twelve years? It was at the time of the business at Porquerolles." (cf. AMI)

2) the cadavers:

  1. Jean Ducrau in ECL

  2. old Gobillard in PEU

  3. Colonel Ward in VOY

  4. Emile Gallet in GAL

  5. Henri Trochu in DAM

  6. Joséphine Papet in ENF

  7. Graphopoulos in GAI

  8. Léonard Lachaume in TEM

  9. William Crosby [aka Kirby] in TET

  10. Albert Rochain in MOR

Murielle Wenger
translation: S. Trussel
Honolulu, January 2010

original French

Maigret of the Month - January 2010: La Folle de Maigret (Maigret's Madwoman)
1/7/10 – Enjoying a short week of vacation in Paris, I walked around this afternoon, following Maigret in La Folle de Maigret...

Place des Victoires



Place des Victoires


Place des Victoires, nice little round Place

Boulevard Beaumarchais



Boulevard Beaumarchais


Boulevard Beaumarchais

Place de la Bastille



Place de la Bastille

Bazar de l'Hôtel de Ville



Hôtel de Ville and BHV behind


BHV : Bazar de l'Hôtel de Ville


BHV : Bazar de l'Hôtel de Ville


Hôtel de Ville

Pont Neuf



Pont Neuf

Quai des Orfèvres



Quai des Orfèvres


Quai des Orfèvres : The portal at 36 Quai des Orfèvres : described on the first page of the book


Quai des Orfèvres


Quai des Orfèvres

Place Dauphine



Place Dauphine


Place Dauphine


Place Dauphine

Quai de la Mégisserie



8 Quai de la Mégisserie, there is a pet shop on the ground floor. The street is noisy with
a lot of traffic, I wouldn't open my window, and hearing birds would be difficult.


The Seine & Quai de la Mégisserie


The Seine & Quai de la Mégisserie, Hotel de Ville is in the back


Quai de la Mégisserie. Note the booksellers' stalls on the right. It's strange that Maigret doesn't
ask them about any unusual visitor, as bouquinistes spend their days waiting for customers.


Quai de la Mégisserie, Hôtel de Ville is in the back

Jérôme

Maigret of the Month: La folle de Maigret (Maigret and the Madwoman)
1/21/10 –

1. Introduction

Plusieurs simenoniens et quelques maigretphiles sont d'avis que les derniers Maigret du corpus ne sont pas des meilleurs, et que la veine de l'auteur s'était un peu tarie... Je ne partage pas entièrement cet avis, et si les meilleurs Maigret ne sont pas forcément les derniers, il n'en reste pas moins qu'il y a, dans cette fin du corpus, quelques perles qu'il vaut la peine de cultiver... Et La folle de Maigret en fait sans nul doute partie...Ce roman est pour moi un Maigret tout à fait typique.

Dans ce roman, Simenon retrouve quelques notes propres à son écriture, et évoque avec une certaine tendresse sous-jacente quelques-uns des thèmes les plus caractéristiques du monde de Maigret... Citons, par exemple, la description "topographique" du Quai des Orfèvres au début du chapitre 1 (la cour de la PJ, l'escalier, le long couloir, le bureau de Maigret au premier étage), le printemps parisien, les repas du commissaire ou ses occupations du dimanche avec Mme Maigret.

Ce roman est un mélange de légèreté, avec ces évocations de thèmes maigretiens, et de gravité, avec le fond de l'intrigue, en particulier la description du destin d'Angèle, qui a certains accents des romans "durs".

2. Maigret en mai...

Dans les Maigret, le temps qu'il fait est un élément toujours important de l'intrigue: le commissaire utilise la météo comme un véritable baromètre de ses humeurs. Sensible aux conditions atmosphériques, Maigret se réjouit comme un enfant du moindre rayon de soleil qui glisse sur les objets, de l'odeur du printemps ou de la première neige. J'ai déjà analysé ailleurs les rapports du commissaire avec la météo, et peut-être vous souvenez-vous, fidèles internautes maigretphiles, que j'avais découvert, par l'analyse du corpus, que la majorité des enquêtes de Maigret se déroule, contre toute attente, au printemps, et que plus on avance dans le corpus, plus l'auteur place souvent son personnage dans une enquête à la "belle saison".

Peut-être vous intéresserait-il de connaître quelles enquêtes se déroulent à quelle saison ? Voici deux tableaux qui présentent une réponse à cette question:

Sur ce graphique, les traits en vert indiquent une enquête au printemps, ceux en bleu en été, le rouge est pour l'automne et le jaune est pour l'hiver.

Ce second graphique concerne les nouvelles. Les couleurs représentent les mêmes saisons. L'orange indique une enquête dont la saison n'est pas précisée, mais, d'après le contexte, il doit s'agir d'une enquête soit en automne, soit en hiver, avec une plus grande probabilité pour la seconde. La nouvelle La vieille dame de Bayeux ne nous donne pas d'indication claire sur la saison.

Si Simenon excelle à peindre l'atmosphère frisquette et brumeuse d'un jour grisâtre de novembre, il sait aussi brosser la toile d'un printemps aux odeurs multiples et aux fraîches couleurs. Car le printemps est, pour Simenon – et pour Maigret – indéniablement la "belle saison", où le soleil l'emporte sur la pluie, de concert avec la brise qui amène odeurs et saveurs, caresses légères sur la peau...

Dans La folle de Maigret, l'auteur peint ainsi par quelques petites touches – petites phrases – le retour des beaux jours et l'atmosphère particulière du printemps parisien:

"On était en mai; le soleil était vibrant et Paris avait des couleurs pastels." (chapitre 1)

"Il y avait dix jours qu'il n'était pas tombé une goutte d'eau, que la brise était légère, le ciel bleu pâle, et, par ce mois de mai idéal, Paris avait les couleurs d'un décor d'opérette." (ibid.)

"Le ciel était toujours aussi bleu, l'air aussi pétillant." (chapitre 2)

"Le ciel était d'un rose légèrement bleuté, les feuilles des arbres d'un vert encore tendre et les oiseaux pépiaient à l'envi." (ibid.)

"Il faisait très doux. L'air était immobile, s'imprégnant peu à peu d'une agréable fraîcheur, et c'est à peine si on entendait le frémissement des feuilles dans les arbres." (chapitre 3)

Et, comme souvent dans les Maigret, après ces premiers chapitres où Maigret est attentif au temps qu'il fait, dans les chapitres suivants, il oublie la météo parce qu'il est immergé dans son enquête, et c'est dans les derniers chapitres qu'il s'intéresse à nouveau au temps qu'il fait, et ce temps lui-même, comme pour s'accorder au ton plus dramatique qu'a pris le récit, lors d'un interrogatoire final où sera révélée la vérité, ce temps a changé, comme l'humeur du commissaire:

"On aurait dit que le temps se mettait de la partie pour donner à cette confrontation une atmosphère grise et terne. Alors qu'il avait été splendide pendant les deux dernières semaines, le ciel était sombre et une pluie fine tombait sur Paris."

Si le mois de mars est le mois le plus souvent utilisé par Simenon pour figurer le printemps (voir l'étude citée supra), le mois de mai est symbolique à sa façon de cette saison, parce qu'il est toujours décrit par l'auteur comme un mois de beau temps, et les notations sont toujours très évocatrices. On voici quelques exemples:

"un pétillant soleil de mai baignait les grands boulevards, où n'évoluaient que des silhouettes printanières." (Mlle Berthe et son amant)

"L'air sentait tellement le printemps, avec des bouffées si chaudes et si parfumées, que, le beaujolais aidant, cela mettait le sang à la tête et donnait des envies de sieste dans l'herbe avec un journal déployé sur la tête." (ibid.)

"cette journée du 3 mai, une journée tiède, ensoleillée, avec, dans l'air, cette vibration particulière au printemps parisien et, du matin au soir, entrant par bouffées dans la salle fraîche du café, le parfum légèrement sucré des marronniers du boulevard Saint-Germain" (Le client le plus obstiné du monde)

"Paris fut favorisé, le lendemain, d'une de ces journées comme le printemps n'en réussit que trois ou quatre chaque année, […]. Tout était bon, léger, capiteux, d'une qualité rare: le bleu du ciel, le flou moelleux de quelques nuages, la brise qui vous caressait soudain au tournant d'une rue et qui faisait frémir juste assez les marronniers pour vous forcer à lever la tête vers leurs grappes de fleurs sucrées." (ibid.)

"C'était un de ces mois de mai exceptionnels comme en n’en connaît que deux ou trois dans sa vie et qui ont la luminosité, le goût, l’odeur des souvenirs d’enfance." (Maigret et les vieillards)

3. Les dessins de Maigret

"Il griffonnait de vagues dessins sur une feuille de papier et se rendait soudain compte que cela représentait plus ou moins à la vieille dame." (Chapitre 4)

Au cours d'une enquête, il arrive que Maigret, tout en ruminant, ou parfois en téléphonant, griffonne sur un bout de papier un dessin plus ou moins informe, mais dont la signification inconsciente n'en est pas moins révélatrice du "fonctionnement" du commissaire...

  • Ainsi, dans Maigret, le commissaire essaie de comprendre ce qui s'est passé au Floria, dans le meurtre où son neveu est impliqué:

    "Maigret, avec l'application d'un écolier, dessinait un rectangle, et, quelque part au milieu de ce rectangle, traçait une petite croix. La tête un peu penchée, il regardait son dessin en faisant la moue. [...] Tout au bout du rectangle, Maigret en indiquait un autre plus petit: le bureau. Et dans ce bureau, enfin, un point figurait le revolver. Cela ne servait à rien. Cela ne voulait rien dire. L'affaire n'était pas un problème de géométrie. Maigret s'obstinait quand même, roulait son papier en boule, recommençait le dessin sur un autre. Seulement, il ne pensait plus au sens du rectangle et des croix."

  • Dans La maison du juge, Maigret téléphone à Nantes, puis à Nice, pour avoir des renseignements sur Janin et sur Mme Forlacroix. En arrière-plan, lui reste inconsciemment en mémoire l'image de Lise Forlacroix aperçue dans son lit:

    "Maigret ne prenait jamais de notes. S'il avait un portemine à la main, un papier devant lui, c'était pour y tracer des arabesques sans aucun rapport avec l'affaire." Pourtant, à peine quelques lignes plus bas: "Il donna ses instructions, en quelques mots, et, quand il eut fini, il regarda machinalement le papier posé sur son bureau, vit que ce qu'il avait dessiné n'était autre qu'une bouche charnue, des lèvres ourlées et sensuelles comme on en voit dans les tableaux de Renoir. Il déchira la feuille en petits morceaux et jeta ceux-ci au feu." On laissera aux psychanalystes le plaisir d'interpréter ce dernier geste...

  • Dans L'amie de Madame Maigret, le commissaire essaie de reconstituer la suite des événements de l'affaire. A la date où Gloria Lotti se rend à Concarneau:

    "En marge, Maigret s'était amusé à dessiner un chapeau de femme avec un bout de voilette."

    Plus loin: "La page était pittoresque, car Maigret l'agrémentait de dessins qui ressemblaient à des dessins d'enfants."

  • Dans Maigret en meublé, le commissaire reprend les interrogatoires des locataires voisins du meublé de Mlle Clément, et en fait un résumé sur son calepin:

    "Il l'avait tellement relu, son crayon à la main, qu'il y avait dessiné des arabesques, comme en marge d'un cahier d'écolier."

  • Dans Maigret et la Grande Perche, tout en écoutant Ernestine raconter ce qui est arrivé à son mari:

    "Maigret s'était mis à prendre des notes qu'il entourait machinalement d'arabesques."

  • Dans Maigret, Lognon et les gangsters, Maigret écoute le rapport de Lognon:

    "Maigret, tout en écoutant, faisait des dessins sur son buvard."

    Toujours dans le même roman, Maigret, après qu'il se soit fait attaquer par les gangsters, rentre au Quai:

    "Maigret avait retiré son pardessus. Sans le savoir, il avait gardé son chapeau sur la tête et s'était assis devant son bureau, où, machinalement, il se mettait à jouer avec un crayon." Après avoir téléphoné à sa femme de ne pas l'attendre, il réfléchit à la manière dont ont agi les gangsters: "Maigret, sur une feuille de papier, crayonnait des bonshommes, comme un écolier en marge de ses cahiers."

  • Dans Maigret et les braves gens, le commissaire écoute au téléphone le rapport de Torrence, qui vient de fouiller les chambres de bonnes de l'immeuble des Josselin. L'inspecteur a découvert dans une des chambres "une jeune femme flambant nue [...] très brune, avec des yeux immenses, un type espagnol ou sud américain fort prononcé." Et que fait Maigret en l'écoutant ? Il dessine "machinalement sur son buvard un torse de femme."

4. Jouons...

Pour terminer, j'aimerais vous proposer deux jeux de devinettes. Le premier est assez simple:

1) Avez-vous repéré dans le texte du roman les allusions à deux autres enquêtes de Maigret ?

2) Vous vous souvenez peut-être qu'en juillet de l'année passée, je vous avais soumis une série de devinettes où il s'agissait de découvrir, d'après la description de cadavres, dans quels romans ceux-ci se trouvaient. Comme une des réponses était justement le roman présent, je vous propose une nouvelle série sur le même principe. Alors, si le cœur vous en dit...

  • "Et c'était bien inexplicable, d'une étrange désolation, ce grand garçon maigre, dont la poitrine trop blanche apparaissait dans l'échancrure du pyjama de toile bleue à fines rayures. Au cou, il y avait un large cerne bleu. Les traits étaient ignoblement convulsés."

  • "Une forme humaine était couchée en travers du trottoir, une main pendait dans le ruisseau, et on voyait le clair de la peau entre les souliers noirs et le bas du pantalon: [...] le mort ne portait pas de chaussettes."

  • "Là-haut, au seuil de la salle de bains du 347, le directeur n'osait plus regarder le corps obèse du colonel, drôlement couché dans la baignoire, la tête sous l'eau, le ventre seul émergeant."

  • "Le corps était bien ce qu'on pouvait imaginer d'après la photographie: un corps long, osseux, avec une poitrine creuse de bureaucrate, une peau blême qui faisait paraître les poils très sombres, encore que ceux de la poitrine fussent roussâtres. Il n'y avait plus d'intacte qu'une moitié du visage, car la joue gauche avait été arrachée par le coup de feu. Les yeux étaient ouverts. C'est à peine si les prunelles, d'un gris souris, étaient plus éteintes que sur le portrait. [...] Sous le sein gauche, enfin, une plaie nette, régulière, gardait la forme d'une lame."

  • "Sur le lit qu'Arlette avait occupé, un homme était étendu, le torse nu. Il portait encore son pantalon, ses souliers. Le dos du docteur Jolly, penché sur lui, cachait son visage, mais le gros tissu bleu du pantalon avait déjà renseigné Maigret."

  • "Comme cela arrive souvent, le trou, dans la gorge, paraissait disproportionné d'avec le calibre d'une balle. Elle avait beaucoup saigné et pourtant son visage ne trahissait que de l'étonnement. Pour autant qu'il en pouvait juger, la femme était petite, boulotte et douce, une de ces femmes qui font penser à des plats mijotés, à des confitures amoureusement mises en pot."

  • "Ce n'est qu'à dix heures que la malle fut enfin ouverte par un serrurier. [...] Un cadavre était replié sur lui-même et, pour le tasser davantage, on n'avait pas hésité à casser les vertèbres du cou. Un homme d'une quarantaine d'années au type étranger très prononcé, dont on chercha en vain le portefeuille."

  • "Maigret désignait le mort sur le lit. Les draps et les couvertures étaient défaits. L'oreiller était tombé sur le plancher. Un bras pendait. On voyait du sang sur le pyjama déchiré ou brûlé par la poudre."

  • "Par terre, un homme était assis, adossé au mur, légèrement penché sur la gauche. [...] L'Américain, en effet, s'était tiré une balle de revolver dans la bouche, à bout portant, et il avait la moitié de la tête emportée."

  • "Ce ne fut qu'après un certain temps qu'il s'approcha lentement de la forme étendue, de la tache beige de l'imperméable, et se courba, lentement toujours [...]. En tout cas, avant ou après avoir tué l'homme d'un coup de couteau, on l'avait frappé assez violemment, à plusieurs reprises, pour que son visage fût tuméfié, une lèvre fendue, toute une moitié de la figure déformée."

Solutions

1) Au chapitre 1, Maigret demande à sa femme s'il lui est déjà arrivé de s'asseoir sur un banc dans un jardin public. Mme Maigret répond:

"Cela a dû m'arriver. En attendant l'heure d'un rendez-vous avec le dentiste, par exemple." (cf. MME)

Au chapitre 5, le commissaire Marella téléphone à Maigret pour lui donner des renseignements sur ce que le Grand Marcel est venu faire à Toulon. Marella demande à Maigret depuis quand ils ne se sont pas vus, et Maigret lui répond:

"Dix ans ? Douze ans ? C'était lors de l'affaire de Porquerolles." (cf. AMI)

2) les cadavres:

a) Jean Ducrau dans ECL

b) le vieux Gobillard dans PEU

c) le colonel Ward dans VOY

d) Emile Gallet dans GAL

e) Henri Trochu dans DAM

f) Joséphine Papet dans ENF

g) Graphopoulos dans GAI

h) Léonard Lachaume dans TEM

i) William Crosby dans TET

j) Albert Rochain dans MOR

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links