Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret et le fantôme (Maigret and the Ghost, Maigret and the Apparition)
3/29/09 – Maigret of the month

1. Introduction

This novel, one of the shortest in the corpus (the only one, in any case, to have the unusual number of 7 chapters, see MoM of November 2008), is, however, one of my favorites. First of all because the plot unfolds in the Montmartre district which Maigret particularly likes, and to which he always returns with pleasure, and then because the novel teems with allusions, reminiscences and details that the author seems to enjoy scattering throughout the text, as if he wanted once more to show his attachment to his character, whom he places once more with evident pleasure at the heart of an investigation, finding again with delight memories of other cases, in a sort of game to which Simenon invites the reader, as if to say, "Do you remember such-and-such a case, when Maigret did this or that?".

Before occupying ourselves with these famous reminiscences already evoked numerous times, I'd like to turn to several other points which set me to thinking...

2. Maigrets and non-Maigrets

Realizing that this Maigret was the only one written in 1963, although the three preceding had been written in the single year, 1962, I wondered why. My first idea was that it stemmed from the fact that Simenon had written more non-Maigrets that year. Consulting a bibliographic list, I verified that that was not the case, since only two other novels were written in 1963. I wondered if there were some more general connection between the quantity of Maigrets written during a year and that of other novels. Using Michel Carly's latest research on the chronology of the Maigret writings, I first did an analysis of the number of Maigrets written by Simenon each year. Here are the results:

We note the following points:

  • After the "record" years of the first Maigrets, when Fayard accepted publishing the series, while "insisting" in return on Simenon's prolific production necessary to its success (nine novels written in a single year, 1931), the "Maigret" production settled down to one or two novels per year, for Simenon was embarked on other novelistic writing, and from that point would divide his time between the Maigrets and the non-Maigrets.

  • The years '46 to '54 count among the most prolific with regard to Maigret production. They correspond to the author's "American" years — years of great production, particularly 1949, which inspired Simenon to write four Maigrets, of which two were written in December (DAM and MME). Simenon was comfortable with his character, whom he endowed little by little with humanity and a past filled with details (and furthermore it was in 1950 that he wrote his Chief Inspector's Memoirs).

  • After his return to Europe, the production of the Maigret novels ran constantly between one and two novels per year, with the exception of 1962, when three novels of the Chief Inspector's cases were written.

More interesting perhaps is the comparison by year between the production of the Maigrets and that of the non-Maigrets. Put otherwise, the question which arises for me is whether the number Maigrets per year was inversely proportional to that of the other novels, and so if, for example, Simenon produced but a single Maigret in a year, did that imply that he was writing many more other novels? To ask is to seek the answer, and here is the result:

The graph seems to indicate that there is no real correlation between the number of Maigret novels and the number of non-Maigrets. In fact, if we set aside the Fayard years (during which Simenon published, alongside of novels in his real name, other novels under pseudonyms), we find that the annual production, since the Presses de la Cité period, runs, all novels included, around an average of four to five novels for the "American" period, then from three to four novels after settling in Switzerland. Simenon explained in his Memoirs,

"I'd written my novels in three or four days (the pulps). Then 12 per year (at the time of the Maigrets). Then six (for almost 20 years). Now I'm down to four, for the older I get, the more they exhaust me. It's true that I try to compress more and more." (in: When I Was Old)

"I've written, since 1929, 240 novels. Since I always tried to make them increasingly alive, and at the same time more and more compact, the work became more and more exhausting. As a result of which, I wrote less and less. Twelve per year in the beginning, four and even three at the end."; "Depending on the epoch, I wrote 12 novels a year, then six, then finally four, not because I became lazier, but because I tried to push my characters further and further to the end, and that increasingly wore me out." (in [My Dictations])

And Simenon did seem to divide his writing time more or less equally between his Maigrets and non-Maigrets... with generally, depending on the year, either one more Maigret than non-Maigret, or the reverse, or the same number of each. And this alternation is proof, once more, of the attachment Simenon felt for his Chief Inspector...

3. Time and month of writing

With regard to this "concentration" of novels' writing time, we can see that it's not only that the number of novels diminish as an annual average, but also that the writing time for a novel becomes shorter and shorter. Considering only those Maigrets for which we know the exact dates of writing, using almost all the novels of the Presses de la Cité period, we see the writing time pass from 9-10 days at the beginning of the period, to seven days for the last novels:

And while we're into statistics, we can also consider, as we've already done elsewhere (see the MoM for June, 2008) in the month of writing, and its frequency in the corpus. Otherwise put, we can ask the question of whether Simenon had a special month for the writing of a Maigret, if a month is more frequently "used" by the author. A simple mind game, just for the pleasure of plunging once more into the corpus.... It's enough for me here to do an analysis on the Presses de la Cité period, first because that's the one for which we have the most detailed information, and also because it covers a very long period of writing, more than 25 years.

For novels written overlapping two months, I've done the following regrouping: I counted the numbers of days used in each of the two month, and I've placed that novel in the month with the most writing days. In one case, as there was the same number of days in each of the two months, I've put a "half-novel" in each of those months, which explains the 6.5 of February and the 2.5 of March. While no great statistical conclusions can be drawn from this graph, it seems nonetheless to show a slight tendency for certain months... some periods seem a little more favorable for the hatching of a Maigret, in particular, the beginning of autumn, with September, the beginning of summer with June, and all three winter months. The author's pleasure to forget the winter cold by immersing his character in Parisian springtime? Chance of the calendar and Simenon's availability? The twists and turns of Simenon's inspiration? I leave the choice of interpretation up to you...

4. November rain

As said above, this novel is strewn with small phrases, whether allusions to other novels, descriptions of a detail of Maigret's life, or his reactions to the world around him. For example, this lovely sentence in Ch. 3: "The rain began to fall again, a fine rain, a sort of fog which softened the light. In the sky, the clouds hardly moved, changing little by little into a gray dome." Snow, sun, fog or rain, the author delights in painting a little meteorological scene according to the mood of his Chief Inspector. And since this novel is placed under the sign of November rain, here is an anthology of some of the sentences about rain, across all the seasons...

  • in the spring: "Above, the clouds were no longer white and gold, but a bluish gray, and the rain fell on a slant, pattering on window sill." (JEU)

    "Clouds ran low, dark against a sky the color of frosted glass, and drops of water fell from their fringes." (PEU)

    "The sky was covered with light, spongy, pale gray clouds, and it was going to rain for the first time in ten days, in showers, in long swaths of warm rain." (PRE)

    "When it started to rain, the sun, already red above the rooftops, wasn't hidden, the bottom of the sky remaining alit, windows here and there continued to shoot off flames as a single pearl gray cloud, hardly darker at the center, edges luminous, passed above the district with the lightness of a balloon" (CON)

  • in summer: "The sun shone, the sky remained solid blue, with not a single cloud, and nonetheless long drops of slanted rain could be seen falling, very far apart, and crashing to the ground, they made wide black spots." ENF

    "The rain continued to fall, so lightly that the droplets seemed to be placed delicately, one atop the other, forming on the pavement a sort of dark lacquer." TEN

  • in autumn: "It was raining again, that morning, a light rain, gloomy. You couldn't see it fall. You couldn't feel it, and yet it covered everything with a cold lacquer, and on the Seine there were billions of little living spots." (CEC)

    "If the rain fell ceaselessly, the drops were spaced, and you began to see a silver glow between the clouds." (ASS)

  • and in winter: "It was already the third sudden shower that had fallen since morning, light, clear, one of those guileless rains which don't stop the sun from shining" (MOR)

5. Reminiscences

I'm going to speak here of some elements scattered through the text, some evoking other novels, some which reveal something about Maigret or Simenon in general. As I said in the introduction, we have the impression, in this novel, that Simenon brings up like a game a crowd of details about his character, details he had invented in preceding novels, and of which he makes a sort of "digest", a little "collection for the use of the Maigretphile", as much as winks of the eye at his reader, whom he seems to invite to play his game of reminiscences. Here are some of these details:

a) The Return of Lognon

In effect it's in this novel that we again encounter Inspector Unlucky, about whom we've gone without news since Maigret and the Lazy Burglar. This will also be the last novel in the corpus in which Lognon appears. Once more, poor Lognon falls "victim to his duty", and his zeal gets him shot. Nonetheless, this time Simenon gives him his chance, since it's he who gets the honors at the end of the case... it's the photo of him, Lognon, that is published in the papers. Even so, he still must spend all his time caring for his wife... it's not so easy to change one's nature!

b) The "parallel" investigation

Before getting involved in the Jonker affair, Maigret was just finishing an affair of jewel thieves. We note that the theme will be taken up again, with more details, in the next two novels: Maigret on the Defensive and The Patience of Maigret. And, an amusing detail, the name of one of the members of the "motorcycle gang", Jean Bauche, will be given to Palmari's companion, the chief of the other band of jewel thieves, Aline Bauche.

c) The "methods" of Maigret

After the description – extremely detailed - of Marinette's apartment in Ch. 2, Simenon writes this with regard to Maigret: "If someone had asked the Chief Inspector what he was thinking about, he would have found it hard to answer. He recorded. In disorder. Haphazardly. He sometimes looked outside, sometimes in the apartment, knowing that at a given moment certain images would come together and take on meaning." How to better summarize the specifics of the Maigret "technique" of apprehending an investigation... pick out some details, some "objects which speak", an atmosphere, and a setting which reflects the life of the one concerned, then melt all these elements together to have them pour out a human truth. For a more extensive analysis of this "method" of Maigret, I suggest you see the very well done study by Els Wouters, published by Céfal: "Maigret: 'I never deduce'."

d) M. Pyke, London and the USA

Is there any need to recall here that the novel where the "worthy M. Pyke came to learn the methods of the PJ" was AMI, that where his "schoolboy English... hadn't served him so well in London" was VOY and that "his two trips to the United States" were recounted in NEW and CHE...

e) An investigation in record time

"Rarely, in a single day, had he accumulated so many details on an affair about which he had had no idea on rising in the morning." We note here that this case is, in fact the shortest, in number of days, of all those in the corpus of novels. See in this regard the graph in MoM of March, 2008.

f) Madame Maigret: a "feminine ideal"

We know that Simenon once answered a journalist who questioned him about his ideal love, that it was Mme Maigret. Half-serious, half-jest, the affirmation probably contains nonetheless a truth, and if Simenon, in the first Maigrets, is satisfied to have Mme Maigret intervene at the end of a novel like a housewife Penelope awaiting the return of her husband, she will more and more take a place in the investigations as the corpus progresses. Not only will she assist her husband by her maternal and culinary presence, as guardian of the hearth where the Chief Inspector comes to regain his strength during or at the end of a case, but again the author will slip in more and more little remarks describing the tender complicity of the Maigret couple, their relationship at once simple and deep, such as probably Simenon dreamed of living, and that he no doubt finished by finding with his final companion, Teresa.

And in this title, this little sentence that the author slips in at Ch. 6 regarding the relationship between Maigret and his wife — "He didn't call her by her first name, nor did she call him by his. She didn't call him "dear", nor did he call her that. What would have been the point, since they felt in a way that they were the same person?" — has an almost pathetic resonance if we recall that Simenon wrote this in 1963, in that difficult time he lived through in his relationship with his wife Denyse...

g) Inns on the banks of the Seine and the Marne

In Ch. 6, we learn that on weekends Marinette went with her fiancé to inns by the water. And Simenon gives us a list of their addresses, of establishments that more or less existed, sometimes under a different name. See in this regard Michel Carly's Maigret, across Paris, where the author reviews these inns, and the relationship that Simenon – and thus Maigret – had with these locales, presented more than once in the corpus (see for example, SIG or GUI).

h) A key phrase

To finish up, I'd like to point out this sentence in the last chapter, which summarizes so magnificently Maigret's attitude towards his métier, and his way of leading his investigations, not like a "solver of enigmas" in the fashion of Sherlock Holmes or Hercule Poirot, but rather like a "seeker of human truth".

To Jonker, who said to him: "You're not a collector...", Maigret replies, "I collect people..."

6. By way of conclusion...

And because they are dear to my heart, I invite you once more to discover the two versions of this novel in the television series, that with Jean Richard, in an adaptation particularly true to the novel, and that with Bruno Crémer, in which the action is moved to Finland, but which, while quite different, is also very successful.

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, March 2009

original French

Maigret of the Month - March 2009: Maigret et le fantôme (Maigret and the Ghost, Maigret and the Apparition)
3/8/09 – Photos related to some of the action in Maigret et le fantôme...


Rue Caulaincourt, Montmartre. "In the middle of the square was a stone sculpture of a couple, one of the woman's breasts revealed in the folds of her clothing. The statue was black where the rain hit it." Ch. 1


One side of Square Constantin-Pecqueur


Ave. Junot from the bottom (near Square C-Pecqueur)


A building, Ave. Junot. Note the high windows at the top to let in the light.


A villa, near the middle of Ave. Junot with high window, to let in the light.


A nice building entry, Ave. Junot. Lots of buildings from around the 1930s.


Building across from the villa, Ave. Junot


Ave. Junot from the top.


Town Hall of the 18th arrondissement, the police entry is on the right side (sign visible). This is where Lognon was based.


The old entrance for Bichat Hospital

Jérôme

Maigret of the Month: Maigret et le fantôme (Maigret Loses His Temper)
3/29/09 –

1. Introduction

Ce roman, un des plus courts du corpus (le seul en tout cas qui ait ce nombre insolite de 7 chapitres, voir le MoM de novembre 2008), est cependant l'un de mes préférés. D'abord parce que l'intrigue se déroule dans ce quartier de Montmartre que Maigret affectionne particulièrement, et qu'il retrouve toujours avec plaisir, et ensuite parce que le roman fourmille d'allusions, de réminiscences et de détails que l'auteur semble s'être amusé à parsemer dans son texte, comme s'il voulait une fois de plus montrer son attachement à son personnage, qu'il replace avec un plaisir évident au cœur d'une enquête, retrouvant avec délices des souvenirs d'autres enquêtes, dans une sorte de jeu auquel Simenon convie le lecteur, comme s'il lui disait: "Vous souvenez-vous de telle enquête, lorsque Maigret faisait ceci ou cela ?"....

Avant de nous occuper de ces fameuses réminiscences déjà maintes fois évoquées, j'aimerais revenir sur quelques autres points qui m'ont inspiré des réflexions.

2. Maigret et non-Maigret

En réalisant que ce Maigret était le seul du corpus écrit en 1963, alors que les trois précédents avaient été écrits dans la même année 1962, je me suis demandé pourquoi. Ma première idée a été que cela tenait peut-être au fait que Simenon avait écrit plus de non-Maigret cette année-là. En consultant une liste bibliographique, j'ai constaté que ce n'était pas vraiment le cas, puisque seuls deux autres romans ont été écrits en 1963. Je me suis demandé alors s'il y avait un rapport plus général entre la quantité de Maigret écrits pendant une année et celle des autres romans. M'appuyant sur les dernières recherches établies par Michel Carly sur la chronologie d'écriture des Maigret, j'ai d'abord fait une analyse du nombre de romans Maigret écrit par Simenon chaque année. Voici ce que cela donne:

On notera les points suivants:

  • après les années "record" des premiers Maigret, lorsque Fayard accepte d'éditer la série en "exigeant" en contrepartie de Simenon une production prolifique nécessaire au succès (9 romans écrits dans la seule année 1931), la production "maigretienne" se tasse à raison de 1 à 2 romans par an, car Simenon s'est lancé dans une autre écriture romanesque, et il va dorénavant alterner son temps entre les Maigret et les non-Maigret

  • les années 46 à 54 comptent parmi les plus prolifiques en ce qui concerne la production maigretienne: elles correspondent aux années "américaines" de l'auteur; ce sont des années de grande production, avec en particulier l'année 1949, qui inspire quatre romans Maigret à Simenon, dont deux sont écrits en décembre (DAM et MME): Simenon se sent bien avec son personnage, qu'il dote peu à peu d'une humanité et d'un passé pleins de détails (c'est d'ailleurs en 1950 qu'il écrit les Mémoires de son commissaire)

  • après la rentrée en Europe, la production des romans Maigret tourne constamment entre 1 et 2 romans par an, avec pour exception l'année 1962, où trois romans des enquêtes du commissaire sont écrits.

Plus intéressante peut-être est la comparaison annuelle entre la production des Maigret et des non-Maigret. Autrement dit, la question se posait pour moi de savoir si le nombre de Maigret par an était inversement proportionnel à celui des autres romans, et si par exemple lorsque l'auteur ne produisait qu'un Maigret dans une année, cela impliquait qu'il écrivait beaucoup plus d'autres romans. Poser la question, c'était chercher à y répondre, et voilà le résultat:

Le graphique semble indiquer qu'il n'y a pas vraiment de corrélation entre le nombre de romans Maigret et celui de non-Maigret. En fait, si on met de côté les années Fayard (pendant lesquels Simenon publie, à côté de romans sous son patronyme, d'autres romans sous pseudonymes), on se rend compte que la production annuelle, dès la période Presses de la Cité, tourne, tous romans confondus, autour d'une moyenne de 4 à 5 romans pour la période "américaine", puis de 3 à 4 romans dès que Simenon s'est installé en Suisse. Simenon s'en est d'ailleurs expliqué dans ses Mémoires:

"J'ai écrit mes romans en trois ou quatre jours (les populaires). Puis douze par an (au temps des Maigret). Puis six (pendant près de vingt ans). J'en arrive à quatre, car plus j'avance, plus ils m'épuisent. Il est vrai que je m'efforce de concentrer toujours davantage." (in: Quand j'étais vieux)

"J'ai écrit, depuis 1929, deux cent quatre romans. Comme j'essayais de les rendre toujours de plus en plus vivants et en même temps que de plus en plus ramassés, le travail était de plus en plus harassant. C'est ce qui fait d'ailleurs que j'écrivais de moins en moins. Douze par an au début, quatre et même trois à la fin."; "Selon les époques, j'ai écrit douze romans par an, puis six, puis enfin quatre, non parce que je devenais plus paresseux, mais parce que je m'efforçais de pousser davantage mes personnages jusqu'au bout et que cela me fatiguait davantage." (in Mes Dictées)

Et Simenon semble bien partager son temps d'écriture à parts presque égales entre Maigret et non-Maigret: on a en général, selon les années, soit un Maigret de plus que les non-Maigret, soit l'inverse, soit un nombre identique des deux genres. Et cette alternance est la preuve, une fois de plus, de l'attachement que Simenon portait à son commissaire...

3. Temps et mois d'écriture

A propos de cette "concentration" du temps d'écriture des romans, on pourra noter que c'est non seulement le nombre de romans qui diminue du point de vue d'une moyenne annuelle, mais encore que le temps d'écriture pour un roman devient de plus en plus court. Pour les seuls Maigret, dont on connaît précisément les dates d'écriture pour presque tous les romans de la période Presses de la Cité, on voit le temps d'écriture passer de 9-10 jours au début de la période à 7 jours pour les derniers romans:

Et puisque nous sommes dans les statistiques, on peut aussi s'intéresser, comme nous l'avons déjà fait ailleurs (voir le MoM de juin 2008) au mois d'écriture, et à sa fréquence dans le corpus. Autrement dit, on peut se poser la question de savoir si Simenon a un mois privilégié pour écrire un Maigret, si un mois est plus fréquemment "utilisé" par l'auteur. Simple jeu de l'esprit, juste fait pour le plaisir de se plonger une fois de plus dans le corpus.... Je me suis contentée ici de faire l'analyse sur la période Presses de la Cité, d'abord parce que c'est celle pour laquelle nous avons le plus de précisions, et ensuite parce qu'elle couvre une très longue période d'écriture, sur plus de 25 ans.

Pour les romans écrits à cheval sur deux mois, j'ai procédé à un regroupement de la façon suivante: j'ai compté le nombre de jours utilisés dans chacun des deux mois, et j'ai intégré le roman dans la catégorie du mois où il y avait le plus de jours. Dans un cas, comme il y avait autant de jours dans chacun des deux mois, j'ai mis une "moitié de roman" dans chacun de ces deux mois, ce qui explique le 6,5 de février et le 2,5 de mars. Sans que l'on puisse tirer de grandes conclusions statistiques de ce graphique, il semble néanmoins se dégager une tendance un peu plus marquée pour certains mois: certaines périodes semblent un peu plus favorables à l'éclosion d'un Maigret, en particulier le début de l'automne avec septembre, le début de l'été avec juin, et tous les mois d'hiver. Plaisir de l'auteur d'oublier la froidure hivernale en plongeant son personnage dans le printemps parisien ? Hasard du calendrier et des disponibilités de Simenon ? Méandres de l'inspiration simenonienne ? Je laisse à chacun le choix de son interprétation...

4. Pluie de novembre

Comme dit plus haut, ce roman est parsemé de petites phrases, soit allusions à d'autres romans, soit descriptions sur un détail sur la vie de Maigret, ou sur ses réactions face au monde qui l'entoure. Par exemple cette jolie phrase au chapitre 3: "La pluie recommençait à tomber, une pluie fine, une sorte de brouillard qui adoucissait la lumière. Les nuages, dans le ciel, bougeaient à peine et se transformaient peu à peu en une calotte d'un gris uni." Neige, soleil, brouillard ou pluie, l'auteur se délecte à brosser un petit tableau météorologique s'accordant à l'humeur de son commissaire. Et puisque ce roman est placé sous le signe de la pluie de novembre, voici un florilège de quelques phrases sur la pluie, à toutes les saisons:

- au printemps: "Là-haut, les nuages n'étaient déjà plus blanc et or mais d'un gris bleuté et la pluie tombait en diagonale, crépitant sur l'appui de la fenêtre." (JEU)

"Des nuages couraient bas, sombres sur un ciel couleur de verre dépoli, et des gouttes d'eau tombaient de leur frange." (PEU)

"Le ciel se couvrait de nuages légers, spongieux, d’un beau gris pâle, et il allait pleuvoir pour la première fois depuis une dizaine de jours, par averses, en longues hachures de pluie tiède." (PRE)

"quand il se mit à pleuvoir, le soleil, déjà rouge au-dessus des toits, ne se cacha pas, le fond du ciel resta incandescent, des fenêtres, par-ci par-là, continuèrent à lancer des flammes tandis qu’un seul nuage gris perle, le centre à peine plus sombre, les bords lumineux, passait au-dessus du quartier avec la légèreté d’un ballon" (CON)

- en été: "Le soleil brillait, le ciel restait d'un bleu uni, on ne voyait pas un seul nuage et pourtant de longues gouttes de pluie se mirent à tomber en diagonale, très séparées les unes des autres, et, en s'écrasant sur le sol, elles dessinaient de larges taches noires." ENF

"La pluie tombait toujours, si légère que les gouttelettes semblaient se poser délicatement les unes sur les autres pour former sur le pavé une sorte de laque sombre." TEN

- en automne: "Il pleuvait encore, ce matin-là; une pluie douce, morne. On ne la voyait pas tomber; on ne la sentait pas et pourtant elle couvrait tout de laque froide, et il y avait sur la Seine des milliards de petits ronds vivants." (CEC)

"Si la pluie tombait toujours, les gouttes s’étaient espacées et on commençait à voir une lueur argentée entre les nuages." (ASS)

- et en hiver: "C'était déjà la troisième giboulée qui tombait depuis le matin, claire, limpide, une de ces pluies candides qui n'empêchent pas le soleil de briller" (MOR)

5. Réminiscences

Je vais parler ici de quelques éléments parsemés dans le texte, soit qu'ils évoquent d'autres romans, soit qu'ils m'inspirent une réflexion sur Maigret ou sur Simenon en général. Comme je l'ai dit dans l'introduction, on a l'impression, dans ce roman, que Simenon reprend comme par jeu une foule de détails sur son personnage, détails qu'il avait inventés dans des romans précédents, et qu'il en fait une sorte de "digest", de petite "collection à l'usage du maigretphile", comme autant de clins d'œil à son lecteur, qu'il semble inviter à jouer au jeu des réminiscences. Voici quelques-uns de ces détails:

a) le retour de Lognon

C'est en effet dans ce roman que l'on retrouve l'inspecteur Malchanceux, dont on était resté sans nouvelles depuis Maigret et le voleur paresseux. Ce sera aussi le dernier roman où Lognon apparaîtra dans le corpus. Une fois de plus, le pauvre Lognon est "victime de son devoir", et son zèle le conduit à se faire tirer dessus. Néanmoins, cette fois Simenon lui donne sa chance, puisque c'est lui qui s'en tire avec les honneurs à la fin de l'enquête: c'est la photo à lui, Lognon, qu'on publie dans les journaux. Et pourtant, il faudra tout de même qu'il s'occupe encore de soigner sa femme: on ne change pas aussi facilement le naturel !

b) l'enquête "parallèle"

Avant de s'occuper de l'affaire Jonker, Maigret vient de terminer une affaire de voleurs de bijoux. Notons que le thème sera repris, avec plus de détails, dans les deux prochains romans: Maigret se défend et La patience de Maigret. Et, détail amusant, le nom d'un des membres du "gang des motocyclettes", Jean Bauche, sera donné à la compagne de Palmari, le chef de l'autre bande des voleurs de bijoux: Aline Bauche.

c) la "méthode" de Maigret

Après la description – minutieuse - de l'appartement de Marinette au chapitre 2, Simenon écrit ceci à propos de Maigret: "Si on avait demandé au commissaire à quoi il pensait, il aurait été en peine de répondre. Il enregistrait. En désordre. Au petit bonheur. Il regardait tantôt dehors, tantôt dans l'appartement, sachant qu'à un moment donné certaines images se rejoindraient et prendraient un sens." Comment résumer mieux ce qui fait la spécificité de la "technique" maigretienne d'appréhension d'une enquête: repérer des détails, des "objets qui parlent", une atmosphère, et un décor qui reflète le vécu de celui qui l'a occupé, puis fondre au creuset tous ces éléments pour en faire jaillir une vérité humaine. Pour une analyse plus poussée de cette "méthode" de Maigret, je vous renvoie à l'étude très bien faite d'Els Wouters, parue aux éditions du Céfal: "Maigret:« je ne déduis jamais»".

d) M. Pyke, Londres et les USA

Est-il besoin de rappeler ici que le roman où le "digne M. Pyke était venu se mettre au courant des méthodes de la PJ" est AMI, que celui où son "anglais scolaire [...] ne lui avait pas servi à grand-chose à Londres" est VOY et que "ses deux voyages aux Etats-Unis" sont racontés dans NEW et CHE...

e) une enquête menée dans un temps record

"Rarement, en une seule journée, il avait recueilli autant de détails sur une affaire dont il n'avait aucune idée en se levant le matin." Notons ici que cette enquête est effectivement la plus courte, en nombre de jours, de toutes celles du corpus des romans. Voir à ce propos le graphique paru dans le MoM de mars 08.

f) Madame Maigret: un "idéal féminin"

On sait que Simenon a répondu une fois à un journaliste qui l'interrogeait sur son idéal amoureux, que celui-ci était Mme Maigret. Mi sérieuse, mi-boutade l'affirmation n'en contenait pas moins probablement une vérité, et siimenon, dans les premiers Maigret, se contentait de faire intervenirMme Maigret en fin de roman comme une Pénélope ménagère en attente du retour de son mari, celle-ci va prendre de plus en plus de place dans les enquêtes au fur et à mesure du corpus; non seulement elle va seconder son mari par sa préence maternante et culinaire, en gardienne du r où leommissaire vient se ressourcer au cours ou en fin d'enquête, mais encore l'auteur va glisserde plus en plus de petites phrases qui écrivent la tendre complicitéducouple Maigret, leur relation à la fois simple et profonde, telle que probablement Simenon rêvait d'en vivre uneet qu'il a sans doute finipar trouver avec sa dernière compagne Teresa.

Et à ce titre, la petite phrase que l'auteur glisse au chapitre 6 à propos des relations entre Maigret et sa femme: "Il ne l'appelait pas par son prénom, ni elle par le sien. Elle ne lui disait pas chéri et il ne lui disait pas chérie. A quoi bon, puisqu'ils se sentaient en quelque sorte une même personne ?", a une résonnance presque pathétique si l'on se remémore que Simenon l'a écrite en 1963, dans cette période si difficile qu'il vit dans sa relation avec Denyse...

g) les guinguettes des bords de Seine et de Marne

Au chapitre 6, on apprend que Marinette se rendait le week-end avec son fiancé dans des auberges au bord de l'eau. Et Simenon de nous donner une liste d'adresses, dont les établissements ont plus ou moins tous existé, parfois sous un autre nom. Voir à ce propos le livre de Michel Carly, Maigret, traversées de Paris, où l'auteur recense ces guinguettes, et évoque la relation que Simenon – et à travers lui Maigret – entretenait avec ces lieux, présentés plus d'une fois dans le corpus (voir par exemple SIG ou GUI).

h) une phrase-clé

Pour terminer, j'aimerais signaler cette phrase du dernier chapitre, qui résume si magnifiquement l'attitude de Maigret dans son métier, et sa façon de mener ses enquêtes, non comme un "découvreur d'énigmes" à la façon de Sherlock Holmes ou de Hercule Poirot, mais plutôt comme un "chercheur de vérité humaine".

A Jonker qui lui dit : "Vous n'êtes pas collectionneur...", Maigret répond: "Je collectionne les hommes..."

6. En guise de conclusion...

Et parce qu'elles sont chères à mon cœur, je vous invite une fois de plus à découvrir les deux versions de ce roman dans les séries télévisées: celle avec Jean Richard, dans une adaptation particulièrement fidèle du roman, et celle avec Bruno Crémer, dont l'action est transposée en Finlande, mais dont l'adaptation, quoique fort différente, est aussi très bien réussie.

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links