Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Jérôme   Murielle (English)   Murielle (French)

Maigret of the Month: Un échec de Maigret (Maigret's Failure)
2/29/08 –

1. Introduction

We could analyze this novel from a "psycho-sociological" point of view, in particular the biographical aspects revealed about Maigret. In effect, it returns us to Maigret's youth, and above all to his childhood home, Saint-Fiacre. After the first great disillusionment which had been his return to the château of his childhood (FIA), this novel is another "demolition" of the Chief Inspector's childhood memories... After the death of the Countess, the ideal icon as imagined by the young Maigret, it is in a way the "death of the château" that Maigret sees in this novel... not only had it been sold, not only had it left the sphere of the aristocracy, but furthermore it had been bought by an obnoxious character, Fumal.

However, rather than make a detailed analysis on the profound meaning of the novel, please allow me, Maigretphile friends, to linger over certain elements of details evoked in the text, which are no less important for increasing our understanding of our cherished character.

2. In the office of the Director of the P.J.

"It was not the time for Report. So when the Director of the P.J. called Maigret into his office during the course of the day, it generally meant something important was up." (Ch. 1)

It's effectively with this summons from the Director of the P.J. that the "Fumal affair" begins... Fumal had spoken with the Minister of the Interior to have him arrange for a personal interview with Maigret...

Before diving directly into this matter, let's remain for a moment, if you don't mind, in the office of the Director of the P.J. This character holds, we must say, a relatively unassuming, secondary role in the corpus. We realize that his relative anonymity is due to the fact that the Directors of the P.J. do not hold a stable position, because they are named as high-level functionaries, through a hierarchical path, in a way, and not as any function of their years of service as Chief Inspectors, as "first among equals". Or at least that's the case after a certain period in the corpus: Consider in this regard DEF, "Maigret remembered the time when the Director of the P.J. was chosen from among the Chief Inspectors. His colleagues, at a certain period, had teased him by repeating that he'd finish up in the armchair of the top boss." In reality, the only "top boss" who truly merited the title in the eyes of Maigret, who had seen "nine Directors of the P.J. "(DEF), and the only one described in any detail in the novels, is his first boss, Xavier Guichard, who had arranged for his entry into Quai at the beginning.

If we follow a route through the corpus, we'll notice the following points:

  • In the Fayard period, before Simenon's first visit to the Quai in 1932-1933, at the invitation of Xavier Guichard, the references to a "Director of the P.J." are rather vague... In LET, we meet a "Director of the Investigative Service" – Maigret calls him "Chief", and only encounters him at the Majestic after Torrence's death. We find a "Director of the P.J." in GAL, mentioned once as being away from the Quai, at a conference in Prague. In GUI, he intervenes on only one occasion to complain that Maigret is using too many men in his investigation of Basso. In FOU, the Director is present in the first pages of the book, only used to send Maigret to make verifications at Bordeaux, a good pretext for the author to have Maigret on the train where he will meet "the madman of Bergerac"... In ECL, the conversation between Maigret and his "Chief" is a little longer, marked by a certain melancholy: Maigret is on the point of retirement. Finally, in MAI, their relationship is rather strained, for Maigret, already retired, comes in spite of everything to mix in an affair which only concerns him because his nephew is involved...

  • In the Gallimard period, after several furtive appearances in three stories (amo, sta, hom), in which we learn all the same that their relationship is cordial enough (amo: "the Director of the P.J., who knew as well as anyone the moods of Maigret"; sta: "So you're waiting for a little fact? murmured the Chief with a smile, for he knew his man."). He takes more importance in the novels of this cycle, and we sense from this time the influence of the memories of the author's visit to the Quai. Thus in CEC, for the first time, there is mention of the daily "Report", for which all the section chiefs meet in the Director of the P.J.'s office: "It was the little ceremony of each morning.". It's also in this novel that the Director of the P.J. is described for the first time: "the Chief had long white hair, and a musketeer's goatee." A portrait evidently inspired by that of Xavier Guichard... It's also in this same novel that Maigret is called into the Chief's office to be presented with an admirer of his "methods", a situation which will recur a number of times (AMI, SCR), without counting the episode where Maigret will discover, in the Director's office, a young novelist "without a trace of self-doubt" and who would make of him an immortal novelistic character (MEM) ... In this Gallimard period, we find the Chief of the P.J. again in SIG (among others, in the scene where he reads M. Blaise's telegram), in CAD where he's only mentioned, and in FEL, for a brief scene where Maigret tells him of Pétillon's accident. We note that in the unpublished story Death Threats, written in the same period as these novels, two scenes in the office of the Chief frame the action, and it's mentioned that the Chief has a white goatee. Always Xavier Guichard...

  • In the Presses de la Cité period, the Chief is mentioned in the stories pip and pau. Maigret meets him on numerous occasions in MOR, then he speaks of him at some length in PRE, with the characteristics of Xavier Guichard: that's where we learn that the young Maigret, local station secretary, knew personally the "Chief of Sûreté", who had once been a friend of his father's. Guichard is like a guardian figure, who follows Maigret "discreetly from afar, or rather, from above", periodically changing his area of service with the goal of "quickly giving him experience of all the machinery of the police." From his side, Maigret has for him an admiration quasi-filial, having transferred onto him "a little of the veneration which he'd had for his father". We find the Director of the P.J. again, with no details, for brief meetings, in AMI, DAM and MME. Next, Maigret's Memoirs presents us Xavier Guichard anew, and his relationship with Maigret: "And this big boss, in my eyes, was truly the big boss in all the senses of the word. It was under him that I made my debut at the Police Judiciaire – without protecting me in the true sense of the word, he followed me discreetly from above.... I'm speaking of Xavier Guichard, with the roguish eyes and long white hair of a poet." We next meet a Director of the P.J., without any detailed description, for brief scenes in PIC, MEU, LOG, REV, BAN, PEU, TRO, ECO, MIN, COR, TEN, and ECH. The character becomes more and more anonymous, and we must probably assume, in the internal chronology of the investigations, that Guichard is no longer, at this point, Director of the P.J. After VOY, there's no question about it, since it's written that the Director of the P.J. is M. Benoît. Brief scenes and mentions are found in SCR, VIE; PAR, BRA, and CLI. In DEF, we meet a Director named Blutet, who had only been on the job three years, and who hadn't "any experience with the police, except, perhaps, through novels. He was a high-level functionary who had served in various ministries." Which explains the relatively strained relations described between the two men in the book... Another few appearances of the Director, always brief and anonymous, in PAT, VOL, HES, ENF, VIN, and we finally learn in CHA that this Director has retired, and that his position was offered to Maigret, who refused it, for the Chief Inspector is above all a man of action, for whom it would have been "painful to pass his days in an office, studying files and spending his time with more or less administrative tasks..."

  • Lastly, we note that, apart from a few exceptions (LET, sta, MOR, REV) in general Maigret only meets his Chief in the Director's office, when he comes to report on the progress of an investigation, as if the Chief were just a symbolic entity who animates his office, a personification of the hierarchy that should respect Maigret. But whoever the man occupying the office, Maigret likes this room, situated at "the end of a long hallway lined with offices" (MAI). Preceded by a waiting room "furnished with red velvet armchairs" (MAI) and an "enormous round sofa" also covered with red velvet (bea), the office is entered by a padded door (MAI, SIG, men, pip, SCR). It is lit by numerous lamps, of which one has a green shade (SIG, MEM), set on a desk (CEC) of mahogany (pip, MME). Also on the desk, a crystal globe serving as a paper-weight (FOU) and a brass inkstand (VOY). The room is furnished with two mahogany bookcases (SCR). Maigret frequently plants himself in front of the windows, from which he can view the scene, always changing, but always appreciated, of the Seine, the quays and the bridges.

3. Memories of Saint-Fiacre: the father, the mother, the Countess

Two important elements of Maigret's life are recalled in this novel: one, his boyhood friends, and the other his memories of childhood at Saint-Fiacre. We'll leave aside for now those young companions (we can take up this subject in a future MoM, when we treat Maigret's Boyhood Friend, for example), and we'll concentrate now on Maigret's childhood memories.

This is another of the essential elements which make of the Chief Inspector a character at once complex and captivating, that his author has endowed him with a past, and that these autobiographical aspects are not only presented at numerous occasions in the corpus, but that they continue to hold an important place in the "mental functioning" of Maigret in the framework of his investigation.

As we know, Simenon describes Maigret's childhood for the first time in Maigret Goes Home, this novel of the "return to his roots", in which the Chief Inspector finds himself obliged to confront his childhood memories with the reality of his present adult life. Revealed in small glimpses in the following novels, we must await Maigret's Memoirs for the author to "finalize" the biography of his character. After that, the Chief Inspector's childhood memories reappear here and there in the corpus, always by allusions, which, small as they may be, are none the less significant.

So we'll traverse the corpus once more, and stop at certain elements of the Chief Inspector's childhood, as told by Simenon in the course of the novels. We'll limit ourselves today to three characters who form part of the earliest memories of the Chief Inspector:

  • Evariste Maigret, his father: a quasi-mythical figure, whose portrait derives, along with others, from that of Simenon's father. What do we know of him? After having done his studies at an agricultural school (MEM), he had been for thirty years steward of the château de Saint-Fiacre (FIA, and passim in the corpus), where he managed some 20 farms (VAC), 26 according to MEM. Very tall, very thin, he had reddish-blond hair and a long mustache (MEM). He was very conscious of his work, had a "very strong sense of obligation" (MEM). His premature death (at 44, of pleurisy, MEM) cut short the medical studies of his son (VAC, TRO, TEN). He was buried in the little cemetery behind the Saint-Fiacre church (FIA). Maigret, filled with respect for the memory of the man who had been his father, never really knew him well, and the image he retains is a bit idealized, to the point of seeking more "substantive figures" like that of Xavier Guichard

  • his mother: it's a somewhat faded image that Maigret retains of her, for he lost her when he was quite young (she died giving birth when Maigret was 8, according to MEM). The few rare memories, more like sensations, that he has, are colored with a sweet nostalgia... a box where his mother put buttons (VOY), a lithograph chosen by her, depicting a young woman at the edge of a lake (VIE), the perfume she wore on Sundays (VIE), the blue color of the apron she wore (VIN)... He thinks of her particularly when he is ill, no doubt because at those moments she'd had more time to concern herself with him. Thus his memory of the measles he'd had just before her death (" the warmest memory, the most comforting that he had of her", VIC), or the caramel crème that she made for him when he had the grippe (cho). Thank goodness for Mme Maigret, who knows how to make as good a crème and who has taken over, in part, the maternal place!

  • The Countess de Saint-Fiacre: another icon with a real face, that Maigret continues to see through the eyes of a child or adolescent... an image that the young Maigret admired from afar in the park of the château, "tall, thin, melancholic" (FIA), she personified "all femininity, all grace, all nobility" (FIA), in a word, the "ideal woman" (ECH). Sometimes, years later, he still dreamed of her (VIE).

 

4. From blanquette de veau to sandwiches, passing by the Brasserie Dauphine

  1. In Chapter 2 of the novel, Maigret goes to lunch in the company of Lucas at the Brasserie Dauphine, and they have a blanquette de veau "that Mme Maigret couldn't have made any creamier". You'll recall that I've already referred more than once to Jacques Sacré's book, Bon appétit, Chief Inspector Maigret, in which the author surveys the culinary habits of our hero. I'd like to return to it once more, and supported by this work, examine some elements of the corpus, to the end of drawing up a little "Chart of Maigret's favorite Menus".

    Jacques Sacré has surveyed all the culinary allusions in the Maigret corpus, and drawn up an inventory. In his book are indicated the frequencies of citation of each dish, but not the names of the novels in which they appear. Out of curiosity, I've taken my turn at an analysis of the corpus, to be able to provide the details of some dishes enjoyed by our gourmand Chief Inspector... That said, I strongly advise you to read Jacques Sacré's book... it's a must!

    Some of the dishes Maigret eats have become mythical, and here I'll present five: blanquette de veau [veal in white sauce], choucroute [saurkraut], fricandeau with sorrel, coq au vin, and andouillette [chitterling sausage].

    But before going into detail about these dishes, I'd like to take a little tour of Maigret's culinary habits, as a function of the chronology of the corpus, and so I've counted the allusions to food made in each novel. Here is the result in tabular form:


    (click to enlarge)

    The numbers show the number of menus mentioned in the novel. I mean by menu the name of a "special" dish... mentions such as, for example, "chicken drumsticks with a glass of wine", downed as a quick snack, are not counted as a true "menu". One thing is immediately striking: Maigret does not truly become a gourmet until fairly late in the corpus. In the Fayard period, the Chief Inspector is satisfied most of the time with sandwiches. It's hardly better in the Gallimard period, and it's really not until the end of the Presses de la Cité period that Maigret passes a good part of his investigation eating tasty little dishes. We will see also that the "mythical" dishes mentioned above for the most part do not appear until relatively late in the corpus.

    • blanquette de veau is discovered rather late by Maigret, and is only mentioned on four occasions in the corpus: eaten for the first time at the Brasserie Dauphine in ECH, Maigret likes it enough to have it again in ENF and VIN (where it is "perfectly creamy, the sauce a golden yellow, very aromatic"). In FOL, it's Mme Maigret who prepares it.

    • choucroute: as Jacques Sacré writes: "salvation for the tired policeman, for the gourmand and undecided Chief Inspector. Choucroute, omnipresent flower of the brasseries of Paris... accompanied, above all, by beer, plenty of beer. Choucroute, the rich and invigorating dish true to the image of the Chief Inspector. After sandwiches, it's the second dish in importance" cited in the novels, and it's also the menu which appears earliest in the corpus: Maigret has his first choucroute in GUI, then the heat of the South of France doesn't stop him from ordering it again in LIB. He has two portions in ber, with a goodly amout of beer ("broad and heavy, he had a way of lifting his demi with such savor that it could be used for the advertising of a brand of beer"). Choucroute is also a pleasure that can be shared with all sorts of guests: an American criminologist (CEC), an old clochard (SIG), or certainly Lucas (MOR), Lapointe (BRA) or Mme Maigret (MME). choucroute "garnie" is accompanied with sausages (JUG) frankfurters (ber), salt pork (TEM, NAH, VIN), and it's especially delicious when it's Mme Maigret who prepares it (NAH, VIN) – naturally, since she's from Alsace!

    • fricandeau with sorrel: "one of my favorite dishes" says Maigret in noy. He has it again in ber, but too tired in SIG, he turns down the one Mme Maigret has prepared for him. He makes up for it in MOR, with the one prepared by Irma, and in AMU and FOL, made by Mme Maigret.

    • coq au vin: another plate to be shared with company: with an American criminologist (CEC) (again!), an American FBI agent (NEW), a street tough (PRE), the Pardons (DEF), and Mme Maigret (TUE, SEU), who has moreover a little "trick" to make the dish more delicious... she replaces the traditional glass of cognac or Armagnac with plum brandy from Alsace!

    • andouillette: the meat dish most frequently cited, as Jacques Sacré writes, "The champion is, as you'd expect, andouillette, provincial dish and pride of the Loire where Maigret likes so much to eat. Andouillette is also a classic in the little bistros of Paris, one of their trademarks." "Rediscovered" by Maigret in AMU, when he returns with Mme Maigret and the Pardons to a restaurant on the banks of the Marne that he had frequented years earlier, he likes it, and orders it again in PAR, CLI, FAN, NAH, VOL, HES, FOL and IND, accompanied by fries or mashed potatoes.

  2. But our Chief Inspector, if he appreciates these good dishes, is constrained by his job to be satisfied more often with sandwiches (which perhaps explains why...). That's the food most frequently mentioned in the corpus. We also note that the great majority of these sandwiches are eaten in the situation of an interrogation taking place in Maigret's office. Most of the time, the sandwiches are brought up by a waiter from the Brasserie Dauphine (LET, bea, SIG, MME, GRA, REV, TEN, AMU, CON, VIE, CLO, FAN, DEF, PAT), named Joseph (obs, MOR, BAN) or Justin (MEU), carried on a tray covered with demis of beer. The first food taken by Maigret in the corpus, sandwiches from the Brasserie Dauphine appears in LET. We learn throughout the series that Maigret likes them crusty ("not soft bread", as he says in LET); with ham (CEC, JUG, MOR, BAN, VIE, CLO, PAT) or pâté (NUI, JUG, MIN).

  3. As noted above, Maigret ate his first blanquette in the Brasserie Dauphine, another of the Chief Inspector's mythical places, where he even has his table, his corner, "near the window, from which he can see the Seine and the passing boats" (IND). It's a place charged with olfactory memories, a "beneficial concentrate of all the bistros of Paris" (said Michel Carly, in Maigret, across Paris): " against a background of aperitifs and alcohol, a connoisseur would discern the slightly sharp aroma of the local wines of the Loire. In the kitchen, it was the scent of tarragon and chives that dominated." (COL)

    Between the two "affective poles" which are his home on Boulevard Richard-Lenoir and his office at the Quai des Orfèvres, the Brasserie Dauphine represented a resting place, an obligatory stop at the close of an investigation, time for a well-earned demi or an aperitif, to shake off the weight pressing down on Maigret's shoulders over the course of an exhausting interrogation, before returning to the haven where delicious dishes and the tenderness of Louise await him... It's sometimes also a refuge where the Chief Inspector can "ruminate" at his ease, and sometimes exchange impressions with his closest collaborators, over the course of a savory meal... And finally, the third function of the Brasserie Dauphine is to be the "official purveyor" of the indispensible sandwiches and demis in the course of interrogations in Maigret's office... The three functions are more or less equal in importance in the corpus, as shown in the table below:

    I've tallied the number of time the Brasserie Dauphine appears in the corpus, according to its function, i.e. the tray of sandwiches and demis (or sometimes coffee croissants) brought up by a waiter to Maigret's office; the meals, lunch or dinner, taken by Maigret at the brasserie; the case where the Chief Inspector stops by just to drink a demi or an aperitif. This last function is a little more frequently used by Maigret, but the difference is not significant.

    Mentioned since the beginning of the corpus, in LET (where the waiter of the brasserie comes with his tray "holding six demis and four fat sandwiches"), the place will be frequented by Maigret throughout the course of his investigations, until the last novel (CHA). It seems to me still interesting to draw up a list of the drinks and meals offered by the establishment (noting that they're not all detailed in the corpus): aside from the legendary sandwiches, Maigret eats there, veal marengo with a red Bordeaux (BAN), a ragout of veal (TEN), blanquette of veal (ECH) with a vin rosé (ENF) or Bourgueil (VIN), veal's head with a local Loire wine (ASS), veal's liver en papillotes with a Pouilly (COL), andouillette (NAH, IND) with Sancerre (VOL) or a Beaujolais (FOL), riced veal with mushrooms (CHA), tripes à la mode de Caen (CHA). The meals finish, generally, with coffee, sometimes accompanied by Calvados. (MEU, BAN, ENF), old Bourgogne brandy (TRO), or fine (brandy) (CLI). To appease his thirst, the Chief Inspector orders, besides the traditional demis of beer, essentially two types of drink: an aperitif, pastis (REV, IND, CHA), also called pernod (GRA, JEU, MIN), "imitation absinthe" (PHO) or "opaline drink" (COL); and a strong drink, fine (PIC) or cognac (TUE, CHA).

    We also note that the brasserie is run "as a family", "the mother at her oven, the father behind the zinc counter, the son helping the waiter with the serving" (VOY), that the patron, Leon (FOL), was already there when the Chief Inspector began at the Quai, and that his son also works in the kitchen (COL).

5. Taxis, the black cars of the P.J., and the Chief Inspector's car...

The first time he goes to Fumal's house, Maigret takes "one of the black cars" of the P.J. (Ch. 2). Friend Maigretphiles, since starting to read these texts on this site, you must be getting to know my "collector's streak".... And so you can well imagine that this mention of "black cars" intrigued me, and that I had to wonder when these "black cars" first appeared in the Maigret corpus. And while tracing through the corpus, I can at the same time investigate another mode of transportation frequently used by the Chief Inspector, the taxi.

As we all know, Maigret never drives a car. He has certainly tried to learn, but "it sometimes happened that, plunged into his reflections, he'd forget he was behind the wheel. Two or three times, he hadn't thought of using his brakes until the last minute, so he didn't persist." (MIN); "He was on guard against his distractions, foggy daydreams into which he could easily sink in the course of an investigation." (PAT). Understandable! And as he "would risk remaining, nose in the air regarding the sky play through the leaves of the trees, watching the passers-by, or else, in the course of an investigation, losing himself in one of his gloomy reveries" (DEF), it was better to be reasonable, and let himself be driven by one of his inspectors, or take a taxi.

Returning to our "black cars of the P.J.", throughout the Fayard cycle, Maigret only takes taxis. The first – and only - mention in the Gallimard cycle, of a "police car" appears in SIG. We have to then wait until the Presses de la Cité cycle, and the story mal, to find mention of a "fast little car reserved for police officers", and it is in MEU that we meet for the first time the term "little black car", found in the forms, "little black auto of the P.J." in GRA, BAN, MIN, BRA, CHA, "little black car of the P.J." in REV, CLO, VIN, SEU, or simply "little black auto" in BAN, TRO, VIE, ASS, CLI, DEF, HES, ENF, TUE, FOL IND, "little black car" in ECH, TEM, PAT, NAH, HES, ENF, TUE, FOL, IND. We note, anecdotally, that mention is made of a "blue Peugeot" in MME, and of a "black-and-white [patrol car]" in PAR.

When the black cars of the P.J. are not available, or when Maigret wants to "ruminate" in his corner, he prefers to take a taxi: "And Maigret, wedged into the corner of the car, whose windows were fogged up on the inside while the outside was beaded with rain, passed the kind of hour he liked." (TET); Maigret chose an open taxi, a beautiful car, almost new, and settled himself into the cushions. ... And he dozed voluptuously throughout the journey, his eyes half-closed, a thread of smoke leaving his lips around the stem of his pipe. " (obs) It's rendered even more enjoyable by the fact that almost all the taxi drivers recognize the Chief Inspector: "'Quai des Orfèvres...' 'Certainly, Monsieur Maigret!' It's infantile, but human: it pleased him that the driver had recognized him and given him a friendly greeting." (SIG), "'Where to now, Monsieur Maigret?...' For all the drivers knew him, and that pleased him all the same." (pau); "He took the first taxi. 'Boulevard Richard Lenoir.' 'I know, Monsieur Maigret.' " (TRO), "[Maigret] at last found a taxi at a stand. 'Boulevard Richard-Lenoir...' 'Got it, Boss...' One who knew him and didn't protest because the trip was too short. " (TUE). Even if sometimes this notoriety irritated him a little: "'Rue de la Pompe!' he said to the driver of a yellow taxi. 'Certainly, Monsieur Chief Inspector.' It had been a long time since that sort of thing pleased him." (VIE), "he dropped himself into the seat of a taxi. 'Quai des Orfèvres...' 'Yes, Monsieur Maigret...' That no longer pleased him. Before, he'd been proud enough to be recognized in that way, several years ago, he'd become annoyed by it. " (HES), he continues all the same to appreciate it: "He found, downstairs, a driver who knew him and, for once, it pleased him" (PAR); "he dropped himself into the seat of a taxi saying: 'Boulevard Richard-Lenoir..'. 'Certainly, Chief Inspector...' By this point the Prefecture of Police should forbid taxi drivers from recognizing him!" (DEF); "a taxi stopped before the house. He was giving the address where he wanted to go when the driver, mischievously, asked: 'Quai des Orfèvres?'" (CHA).

Finaly, Maigret had discovered another means of transport, very useful for getting him to the country on weekends: in the beginning, the Maigrets went to Morsang or Meung by train, but little by little, another idea came to them... what if they bought a car? Yes, but then, Maigret doesn't drive... So, what to do? And if Mme Maigret were to learn to drive? Mentioned for the first time in DEF: "Mme Maigret could drive it. ... "Can you see me, me, responsible for a ton of steel speeding along at 100 km per hour? ", the idea, at first rejected by Louise, eventually came to pass "His wife, at 10:00 o'clock, was going to take her third driving lesson. The idea was amusing, unexpected. He couldn't say how they'd decided. When Maigret was new on the force, there was no question of affording a car... Afterwards, he hadn't seen the necessity. It was too late to learn to drive. Too many things going through his head. He wouldn't see the red lights, or might take the brake for the accelerator. But it would be nice, on a Sunday, to go by car to Meung-sur-Loire, their little house... They wound up deciding, all at once. His wife couldn't help laughing. 'You can imagine it... Learning to drive, at my age...' 'I'm sure you'll be a good driver...." (VOL). The proof: Mme Maigret got her license, and the Maigrets bought a [Renault] 4CV (VIC), allowing them to spend Sundays in the country (ENF) or at Meung (TUE).

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, February 2008

original French

Maigret of the Month: Un échec de Maigret (Maigret's Failure)
2/3/08 – Here are some modern images of the setting of this month's Maigret of the Month, "Un echec de Maigret".

There is no building with number 58 bis in Bd de Courcelles... it goes from 40 to 50 and then 60. The picture shows the Blvd and the Rue de Prony (Blvd Courcelles on the left, Rue Prony in the back).

And here's a view from inside the Parc Monceaux, still a quiet and nice park, with around it, some nice private buildings.

Rue de l'Etoile is indeed not far away when you walk toward Place de l'Etoile, about 1.5 km from the supposed 58bis. It was convenient for Fumal to go and visit his mistress.

There are two hotels just in the pictures... I didn't inquire about the type of rooms nor how they rent.

Regards
Jerome

Maigret of the Month: Un échec de Maigret (Maigret's Failure)
2/18/08 –

1. Introduction

On pourrait analyser ce roman d'un point de vue "psycho-sociologique", en particulier sous l'aspect de l'évocation biographique qu'il donne sur Maigret. En effet, ce roman revient sur la jeunesse de Maigret, et surtout sur le lieu d'enfance qu'est Saint-Fiacre. Après la première et grande désillusion qu'a été son retour au château de son enfance (FIA), ce roman-ci est une nouvelle "démolition" des souvenirs d'enfance du commissaire: après la mort de la comtesse, icône idéale telle que la rêvait le jeune Maigret, c'est en quelque sorte la "mort du château" que Maigret vit dans ce roman-ci: non seulement celui-ci a été vendu, non seulement il a quitté la sphère de l'aristocratie, mais en plus il a été racheté par un odieux personnage, tel que l'est Fumal.

Cependant, plutôt que de faire une analyse fouillée sur le sens profond de ce roman, vous me permettrez, amis maigretphiles, de m'attarder plutôt sur quelques éléments de détails évoqués dans le texte, et qui n'en sont pas moins importants pour la connaissance qu'on peut avoir de notre personnage fétiche.

2. Dans le bureau du directeur de la PJ

"Ce n'était pas l'heure du rapport. Quand le directeur de la PJ appelait ainsi Maigret dans son bureau en cours de journée, il se passait généralement quelque chose d'important." (chapitre 1)

C'est effectivement sur cet appel du directeur de la PJ que va démarrer l'"affaire Fumal": celui-ci s'est adressé au ministre de l'Intérieur pour obtenir une entrevue avec Maigret en personne...

Avant de plonger plus en avant dans cette affaire, attardons-nous un instant, si vous le voulez bien, dans ce bureau du directeur de la PJ. Ce personnage tient, il faut le dire, un second rôle assez effacé dans le corpus. Il faut savoir aussi que son relatif anonymat est dû au fait que les directeurs de la PJ n'occupent pas une place stable, parce qu'ils sont nommés en tant que hauts fonctionnaires, par une voie hiérarchique, en quelque sorte, et non pas en fonction de leurs années de service en tant que commissaires, comme le serait un primus inter pares. C'est du moins le cas à partir d'une certaine période dans le corpus: voir à ce propos DEF: "Maigret se souvenait du temps où le directeur de la PJ était choisi parmi les commissaires. Ses collègues, à certaine époque, le taquinaient en lui répétant qu'il finirait dans le fauteuil du grand patron." En réalité, le seul "grand patron" qui mérite vraiment ce titre aux yeux de Maigret, qui a vu "défiler neuf directeurs de la PJ "(DEF), et le seul qui soit décrit plus en détail dans les romans, est son premier patron, Xavier Guichard, celui qui l'a fait entrer au Quai à ses débuts.

Si on suit un parcours dans le corpus, on constatera les points suivants:

  • dans la période Fayard, avant la première visite de Simenon au Quai en 1932-1933, sur l'invitation de Xavier Guichard, les mentions d'un "directeur de la PJ" sont assez vagues: dans LET, on rencontre un "directeur du Service des recherches" que Maigret interpelle du vocable "chef", et que le commissaire ne fait que croiser au Majestic après la mort de Torrence; on retrouve un "directeur de la PJ" dans GAL, mentionné à une seule reprise comme étant absent du Quai, car en congrès à Prague; dans GUI, il intervient à une seule reprise pour se plaindre que Maigret mobilise trop de monde à la recherche de Basso; dans FOU, le directeur est présent dans les premières pages du livre, juste utile à envoyer Maigret faire des vérifications à Bordeaux, bon prétexte pour l'auteur à emmener Maigret dans le train où il rencontrera le "fou de Bergerac"...; dans ECL, la conversation de Maigret et de son "chef" est un peu plus longue, marqué d'une certaine mélancolie: Maigret est sur le point de partir à la retraite; enfin, dans MAI, leurs rapports sont assez difficiles, car Maigret, déjà à la retraite, vient malgré tout se mêler d'une affaire qui ne le concerne que parce que son neveu y est impliqué...

  • dans la période Gallimard, après quelques furtives apparitions dans trois nouvelles (amo, sta, hom), dans lesquelles on apprend tout de même que leurs rapports sont assez cordiaux (amo: "le directeur de la PJ, qui connaissait mieux que quiconque les humeurs de Maigret"; sta: "-Vous attendez donc un petit fait ? murmura le chef en souriant, car il connaissait son homme."), il prend plus d'importance dans les romans de ce cycle, et on sent dès lors l'influence des souvenirs de l'auteur à propos de sa visite au Quai; ainsi, dans CEC, est évoqué pour la première fois le "rapport" quotidien au cours duquel tous les chefs de service se réunissent dans le bureau du directeur: "C'était la petite cérémonie de tous les matins.". C'est aussi dans ce roman que le directeur de la PJ est décrit pour la première fois: "le chef avait de longs cheveux blancs et une barbiche de mousquetaire." Portrait évidemment inspiré de celui de Xavier Guichard... C'est encore dans ce même roman que Maigret est appelé dans le bureau du chef pour qu'il soit présenté à un admirateur de ses "méthodes", une situation que l'on retrouvera plusieurs fois (AMI, SCR), sans compter l'épisode où Maigret va découvrir, dans ce bureau du directeur, un jeune romancier "qui ne doute de rien" et qui va faire de lui un personnage de roman immortel (MEM) ... Dans cette période Gallimard, on retrouve encore le chef de la PJ dans SIG (entre autres dans la scène où celui-ci lui lit le télégramme de M. Blaise), dans CAD où il en est juste fait mention, et dans FEL, pour une brève scène où Maigret lui raconte l'accident arrivé à Pétillon. Notons que dans la nouvelle inédite Menaces de mort, écrite dans la même période que ces romans, deux scènes dans le bureau du chef encadrent le récit, et il est fait mention que le chef porte une barbiche blanche. Toujours Xavier Guichard...

  • dans la période Presses de la Cité, le chef est mentionné dans les nouvelles pip et pau; Maigret le croise à plusieurs reprises dans MOR, puis il en est parlé assez longuement dans PRE, sous les traits de Xavier Guichard: c'est là que l'on apprend que le jeune Maigret, secrétaire de commissariat, connaît personnellement le "chef de la Sûreté", qui a été autrefois un ami de son père. Guichard est comme une figure tutélaire, qui suit Maigret "discrètement de loin, ou plutôt de haut", le changeant périodiquement de service afin de lui "donner plus vite l'expérience de tous les rouages de la police." De son côté, Maigret a pour lui une admiration quasi filiale, ayant reporté sur lui "un peu de la vénération qu'il vouait à son père". On retrouve le directeur de la PJ, sans détails mentionnés, pour de brèves entrevues, dans AMI, DAM et MME. Ensuite, Les mémoires de Maigret nous présentent à nouveau Xavier Guichard, et ses relations avec Maigret: "Et ce grand patron-là, à mes yeux, était vraiment le grand patron dans toute l'acception du terme, celui sous lequel j'avais fait mes premières armes à la Police judiciaire, celui qui, sans me protéger à proprement parler, m'avait suivi discrètement et de haut [...]. Je veux parler de Xavier Guichard, aux yeux malicieux et aux longs cheveux blancs de poète." On retrouve ensuite un directeur de la PJ, sans détails de description, pour de brèves scènes dans PIC, MEU, LOG, REV, BAN, PEU, TRO, ECO, MIN, COR, TEN, ECH; le personnage devient de plus en plus anonyme; et probablement faut-il imaginer, dans la chronologie interne des enquêtes, que Guichard n'est plus, à ce moment-là, directeur de la PJ. D'ailleurs, dès VOY, la chose est avérée, puisqu'il y est écrit que le directeur de la PJ se nomme M. Benoît. Les brèves scènes et mentions se retrouvent dans SCR, VIE; PAR, BRA, CLI. Dans DEF, on rencontre un directeur nommé Blutet, qui n'occupe son poste que depuis trois ans, et qui n'a "aucune expérience de la police, sinon, peut-être, par les romans. C'était un haut fonctionnaire qui avait appartenu à différents ministères." Voilà qui explique les relations assez tendues qui sont décrites entre les deux hommes dans ce roman... Encore quelques apparitions, toujours aussi brèves qu'anonymes, du directeur dans PAT, VOL, HES, ENF, VIN, et on apprend enfin dans CHA que celui-ci va prendre sa retraite, et que son poste est proposé à Maigret, qui le refuse, parce que le commissaire est avant tout un homme de terrain, à qui il serait "pénible de passer [ses] journées dans un bureau, à étudier des dossiers et à [s'] occuper de questions plus ou moins administratives..."

  • notons enfin que, à part quelques exceptions (LET, sta, MOR, REV) Maigret ne croise en principe son chef que dans le bureau de celui-ci, lorsqu'il vient lui rendre compte de l'avancée d'une enquête, comme si le chef n'était qu'une entité symbolique qui anime son bureau, une personnification de la hiérarchie que doit respecter Maigret. Mais, quel que soit l’homme qui habite ce bureau, Maigret apprécie cette pièce, située au "bout du long couloir où s'alignent les bureaux" (MAI). Précédé d'un salon d'attente "meublé de fauteuils de velours rouge" (MAI) et d'un "énorme canapé rond" recouvert lui aussi de velours rouge (bea), le bureau s'ouvre par une porte matelassée (MAI, SIG, men, pip, SCR). Il est éclairé de plusieurs lampes, dont une à abat-jour vert (SIG, MEM), posée sur le bureau (CEC) d'acajou (pip, MME). Sur le bureau encore, un globe de cristal qui sert de presse-papier (FOU) et un encrier de cuivre (VOY). La pièce est meublée de deux bibliothèques d'acajou (SCR). Maigret se campe souvent devant les fenêtres, d’où il voit le paysage, toujours changeant, mais toujours aussi apprécié, de la Seine, des quais et des ponts.

3. Souvenirs de Saint-Fiacre: le père, la mère, la comtesse

Deux éléments importants de la vie de Maigret sont rappelés dans ce roman: d'une part, ses relations à ses camarades de jeunesse, et d'autre part ses souvenirs d'enfance à Saint-Fiacre. Nous laisserons de côté pour cette fois l'évocation de ses anciens camarades (nous pourrons reprendre le sujet lors d'un prochain MoM, par exemple quand il s'agira de traiter L'ami d'enfance de Maigret), et nous nous concentrerons sur les souvenirs d'enfance de Maigret.

C'est encore un des éléments essentiels qui font du commissaire un personnage à la fois complexe et attachant, que son auteur l'ait doté d'un passé et que ces aspects autobiographiques soient non seulement présentés à plusieurs reprises dans le corpus, mais encore qu'ils tiennent une place importante dans le "fonctionnement mental" de Maigret dans le cadre d'une enquête.

Chacun le sait, Simenon décrit pour la première fois l'enfance de Maigret dans L'affaire Saint-Fiacre, ce roman du "retour aux sources", dans lequel le commissaire se voit obligé de confronter ses souvenirs d'enfance à la réalité de sa vie présente d'adulte. Evoquée par petites touches dans les romans suivants, il faut attendre Les mémoires de Maigret pour que l'auteur refasse une "mise au point" sur la biographie de son personnage. Ensuite, les souvenirs d'enfance du commissaire réapparaîtront çà et là dans le corpus, toujours par allusions, qui, pour petites qu'elles soient, n'en sont pas moins significatives.

Nous allons donc parcourir encore une fois le corpus, et nous arrêter sur quelques éléments de l'enfance du commissaire, tels qu'ils sont racontés par Simenon au fil des romans. Nous nous limiterons aujourd'hui à trois personnages qui font partie de la mémoire "enfantine" du commissaire:

  • *Evariste Maigret, le père: figure quasi mythique, dont le portrait emprunte, entre autres, à celui du père de Simenon; qu'apprenons-nous de lui ? Après avoir fait des études dans une école d'agriculture (MEM), il a été pendant trente ans régisseur du château de Saint-Fiacre (FIA, et passim dans le corpus), où il dirigeait une vingtaine de métairies (VAC), vingt-six selon MEM. Très grand, très maigre, il arborait de longues moustaches d'un roux blond (MEM); il avait la conscience de sa tâche, un "sentiment très poussé du devoir" (MEM). Sa mort prématurée (à 44 ans, d'une pleurésie, MEM) a coupé court aux études de médecine de son fils (VAC, TRO, TEN). Il a été enterré dans le petit cimetière derrière l'église de Saint-Fiacre (FIA). Maigret, plein de respect pour le souvenir de l'homme qu'a été son père, ne l'a jamais vraiment bien connu, et l'image qu'il en garde est quelque peu idéalisée, au point de chercher des "figures substitutives" comme celle de Xavier Guichard

  • la mère: c'est une image un peu effacée que Maigret garde d'elle, parce qu'il l'a perdue tout jeune (elle est morte en couches alors que Maigret avait huit ans, voir MEM); les quelques rares souvenirs, plutôt sous forme de sensations, qu'il en garde, sont empreints d'une douce nostalgie: une boîte où sa mère mettait les boutons (VOY), une lithographie choisie par elle et représentant une jeune femme au bord d'un lac (VIE), le parfum qu'elle mettait le dimanche (VIE), la couleur bleue du tablier qu'elle portait (VIN); il se rappelle particulièrement d'elle lorsqu'il était malade, sans doute parce qu'à ces moments-là elle avait plus de temps pour s'occuper de lui: ainsi son souvenir de la rougeole qu'il a eue juste avant qu'elle ne meure (le "souvenir le plus chaud, le plus rassurant qu'il eût gardé d'elle", VIC), ou la crème au caramel qu'elle lui préparait lorsqu'il avait la grippe (cho); bienheureuse Mme Maigret qui sait faire d'aussi bonne crème et qui a pris en partie la place de la figure maternelle !

  • la comtesse de Saint-Fiacre: plus une icône qu'une figure réelle, Maigret continue de la voir avec ses yeux d'enfant ou d'adolescent; c'est une image que le jeune Maigret admirait de loin dans le parc du château, "grande, mince, mélancolique" (FIA), elle personnifiait "toute la féminité, toute la grâce, toute la noblesse" (FIA), en un mot la "femme idéale" (ECH). Il lui arrive, des années après, d'en rêver encore (VIE).

4. De la blanquette de veau aux sandwiches en passant par la Brasserie Dauphine

  1. Au chapitre 2 du roman, Maigret va déjeuner en compagnie de Lucas à la Brasserie Dauphine, et ils dégustent une blanquette de veau "que Mme Maigret n'aurait pas faite plus crémeuse". Vous vous souvenez que j'ai déjà évoqué plus d'une fois le livre de Jacques Sacré, Bon appétit, commissaire Maigret, dans lequel l'auteur recense les habitudes culinaires de notre héros. J'aimerais y revenir une fois de plus, et en m'appuyant sur cet écrit, recenser quelques éléments du corpus, afin de dresser une petite "carte des menus préférés" de Maigret.

    Jacques Sacré a recensé toutes les allusions culinaires dans le corpus des Maigret, et en a dressé un inventaire. Dans son livre sont indiquées les fréquences de citation de chaque plat, mais pas le nom des romans dans lesquels ils apparaissent. Piquée par la curiosité, j'ai repris à mon tour l'analyse du corpus, afin de vous détailler quelques plats savourés par notre gourmand commissaire... Ceci dit, je vous conseille fortement la lecture du livre de Jacques Sacré, fort passionnante...

    Quelques plats dégustés par Maigret sont devenus mythiques, et j'en étudierai ici cinq: la blanquette de veau, la choucroute, le fricandeau à l'oseille, le coq au vin et l'andouillette.

    Mais avant d'entrer dans le détail de ces plats, j'ai eu envie de faire un petit tour d'horizon des habitudes culinaires de Maigret, en fonction de la chronologie du corpus, et j'ai comptabilisé les allusions à la nourriture faite dans chaque roman. Voici le résultat sous forme de tableau:


    (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

    Les chiffres en ordonnées donnent le nombre de menus mentionnés dans le roman. J'entends par menu le nom d'un plat "mijoté", les mentions telles que par exemple "cuisse de poulet avec un verre de vin", avalés sur le pouce, ne comptant par pour un vrai "menu". Une chose frappe immédiatement: Maigret ne devient vraiment un gourmet qu'assez tard dans le corpus. Dans la période Fayard, le commissaire se contente la plupart du temps de sandwiches; c'est à peine mieux dans la période Gallimard, et ce n'est vraiment qu'à la fin de la période Presses de la Cité que Maigret passe une bonne partie de son enquête à déguster de bons petits plats. Nous verrons aussi que les plats "mythiques" évoqués plus haut n'apparaissent pour la plupart qu'assez tardivement dans le corpus.

    • la blanquette de veau est découverte assez tard par Maigret, et n'est mentionnée qu'à quatre reprises dans le corpus: dégustée pour la première fois à la Brasserie Dauphine dans ECH, Maigret l'apprécie au point d'en reprendre dans ENF et VIN (où elle est "onctueuse à point, la sauce d'un jaune dorée, très parfumée"); dans FOL, c'est Mme Maigret qui la prépare

    • la choucroute: comme l'écrit Jacques Sacré: "providence du policier fatigué, du commissaire gourmand et indécis. La choucroute, fleur des brasseries omniprésentes à Paris [...] et qui s'accompagne avant tout de bière, de nombreuses bières. La choucroute, le plat roboratif et généreux bien à l'image du commissaire. [...] après les sandwiches, c'est le 2e plat en importance" cité dans les romans, et c'est aussi le menu qui apparaît le plus tôt dans le corpus: Maigret déguste sa première choucroute dans GUI, puis la chaleur du Midi ne l'empêche pas d'en reprendre dans LIB. Il en mange ensuite deux portions dans ber, avec force bière ("large, épais, il avait une telle façon de saisir son demi avec gourmandise qu'il eût pu servir de réclame pour une marque de bière"). La choucroute est aussi un plaisir que l'on partage avec toutes sortes de convives: criminologiste américain (CEC), ancien clochard (SIG), ou encore Lucas (MOR), Lapointe (BRA) ou Mme Maigret (MME). La choucroute "garnie" s'accompagne de saucisses (JUG) de Francfort (ber), de petit salé (TEM, NAH, VIN), et elle est particulièrement savoureuse quand c'est Mme Maigret qui la prépare (NAH, VIN); évidemment, puisqu'elle est Alsacienne!

    • le fricandeau à l'oseille: "un de mes mets préférés" dit Maigret dans noy; il en reprend dans ber; trop fatigué dans SIG, il dédaigne celui que lui a préparé Mme Maigret, mais il se rattrape dans MOR avec celui mijoté par Irma, dans AMU et dans FOL avec celui de Mme Maigret

    • le coq au vin: encore un plat que l'on déguste en compagnie: avec un criminologiste américain (CEC) (encore!), un agent de la Police fédérale américaine (NEW), un petit marlou (PRE), le couple des Pardon (DEF), Mme Maigret (TUE, SEU), qui a d'ailleurs un petit "tour de main" pour en faire un plat délicieux: elle remplace le verre traditionnel de cognac ou d'armagnac par de la prunelle d'Alsace!

    • l'andouillette: le plat de viande le plus fréquemment cité, comme l'écrit Jacques Sacré: "Le champion est, vous vous en doutez, l'andouillette, plat provincial et fleuron de la Loire où Maigret aime tant passer à table. L'andouillette est aussi un classique des petits bistrots de Paris, une de leurs images de marque." "Redécouvert" par Maigret dans AMU, lorsqu'il retourne avec Mme Maigret et les Pardon dans un restaurant des bords de Marne qu'il a fréquenté autrefois, le plat lui plaît et il en recommande dans PAR, CLI, FAN, NAH, VOL, HES, FOL et IND; le plat 'accompagne de pommes frites ou de purée de pommes de terre.

  2. Mais notre commissaire, s'il apprécie les bons petits plats, est contraint par son métier à se contenter le plus souvent de sandwiches (ceci expliquant peut-être cela...). C'est la nourriture la plus fréquemment évoquée dans le corpus. Notons aussi que la grande majorité de ces sandwiches sont mangés dans le cadre d'un interrogatoire mené du bureau de Maigret, et qu'il s'agit aussi, la plupart du temps, de sandwiches montés par le garçon de la Brasserie Dauphine (LET, bea, SIG, MME, GRA, REV, TEN, AMU, CON, VIE, CLO, FAN, DEF, PAT), prénommé Joseph (obs, MOR, BAN) ou Justin (MEU), et qu'il apporte sur un plateau couvert de demis de bière. Première nourriture ingurgitée par Maigret dans le corpus, les sandwiches de la Brasserie Dauphine apparaissent dès LET. On apprendra au cours du corpus que Maigret les préfère croustillants ("pas de pain mie", comme il dit dans LET); au jambon (CEC, JUG, MOR, BAN, VIE, CLO, PAT) ou au pâté (NUI, JUG, MIN).

  3. comme dit plus haut, Maigret a dégusté sa première blanquette à la Brasserie Dauphine, un autre lieu mythique du commissaire, où il a même sa table, son coin, "près de la fenêtre, d'où il apercevait la Seine et les bateaux qui passaient" (IND). C'est un lieu chargé de réminiscences olfactives, un "bienfaisant concentré de tous les bistrots de Paris" (dixit Michel Carly, in Maigret, traversées de Paris): "sur un arrière-fond d'apéritifs et d'alcool, un connaisseur aurait discerné le fumet un peu aigu des petits vins de la Loire. Quant à la cuisine, l'estragon et la ciboulette dominaient." (COL)

    Entre les deux "pôles affectifs" que sont son domicile Boulevard Richard-Lenoir et son bureau au Quai des Orfèvres, la Brasserie Dauphine représente une halte, un passage obligé à la fin d'une enquête, le temps de prendre un demi ou un apéritif bien mérité, afin de secouer le poids qui a pesé sur les épaules de Maigret au cours d'un interrogatoire épuisant, avant de regagner le havre où l'attendent les bons petits plats et la tendresse de Louise... C'est parfois aussi un refuge où le commissaire peut "ruminer" à son aise, ou parfois échanger ses impressions avec ses collaborateurs les plus proches, au cours d'un savoureux repas... Enfin, la troisième fonction de la Brasserie Dauphine est d'être la "pourvoyeuse officielle" des sandwiches et demis indispensables aux interrogatoires menés dans le bureau de Maigret... Les trois fonctions sont en importance à peu près égales dans le corpus, comme le montre le tableau ci-dessous:

    J'ai recensé dans le corpus le nombre de citations concernant la Brasserie Dauphine, selon la fonction qu'elle remplit, i.e. le plateau de sandwiches et demis (ou parfois de café et croissants) montés par le garçon dans le bureau de Maigret; les repas, déjeuner ou dîner, pris par Maigret à la brasserie; les cas où le commissaire s'y arrête uniquement pour y boire un demi ou un apéritif. Cette dernière fonction est un peu plus fréquemment employée par Maigret, mais la différence d'avec les autres fonctions est peu significative.

    Cité dès le début du corpus, dans LET (où le garçon de la brasserie vient déposer son plateau "supportant six demis et quatre sandwiches obèses"), l'endroit va être fréquenté par Maigret tout au long de ses enquêtes, jusqu'au dernier roman (CHA). Il m'a semblé encore intéressant de dresser la liste des boissons et repas offerts par l'établissement (notons qu'ils ne sont pas tous détaillés dans le corpus): à part les légendaires sandwiches, Maigret y a mangé du veau marengo avec du bordeaux rouge (BAN), un ragoût de veau (TEN), de la blanquette de veau (ECH) avec du vin rosé (ENF) ou du Bourgueil (VIN), de la tête de veau avec un petit vin de la Loire (ASS), du foie de veau en papillotes avec du Pouilly (COL), de l'andouillette (NAH, IND) avec du sancerre (VOL) ou du beaujolais (FOL), du ris de veau aux champignons (CHA), des tripes à la mode de Caen (CHA). Ces repas se terminent en général par un café, parfois accompagné de calvados (MEU, BAN, ENF), vieux marc de Bourgogne (TRO), ou fine (CLI). Pour apaiser sa soif, le commissaire commande, outre les traditionnels demis de bière, essentiellement deux types de boisson: un apéritif, le pastis (REV, IND, CHA), nommé aussi pernod (GRA, JEU, MIN), "imitation d'absinthe" (PHO) ou "boisson opaline" (COL); et un alcool fort, fine (PIC) ou cognac (TUE, CHA).

    Notons encore que la brasserie est tenue "en famille", "la mère à son fourneau, le père derrière le comptoir d'étain, la fille aidant le garçon à servir" (VOY), que le patron, prénommé Léon (FOL), tenait déjà l'établissement quand le commissaire a débuté au Quai, et que son fils s'occupe aussi de la cuisine (COL).

5. Les taxis, les autos noires de la PJ, et la voiture du commissaire...

Pour se rendre la première fois au domicile de Fumal, Maigret emprunte "une des voitures noires" de la PJ (chapitre 2). Amis maigretphiles, depuis le temps que j'écris des textes pour ce site, vous commencez à connaître ma "fibre collectionneuse".... Vous pouvez donc bien imaginer que cette histoire de "voiture noire" m'a intriguée, et que je me suis demandé depuis quand il était question de ces "voitures noires" dans le corpus des Maigret. Et tant qu'à parcourir une fois de plus le corpus, j'en ai profité pour m'intéresser à un autre mode de locomotion fréquemment utilisé par le commissaire, les taxis.

Comme chacun le sait, Maigret ne conduit jamais de voiture; il a bien essayé d'apprendre, mais "il lui était arrivé, plongé dans ses réflexions, d'oublier qu'il était au volant. Deux ou trois fois, il n'avait pensé à ses freins qu'à la dernière minute et il n'avait pas insisté." (MIN); "Il se méfiait de ses distractions, des rêveries brumeuses dans lesquelles il sombrait facilement au cours d'une enquête." (PAT). Comme on le comprend! Et comme il "risquerait de rester le nez en l'air à regarder le soleil jouer dans le feuillage des arbres, à se retourner sur un passant ou une passante, ou encore, au cours d'une enquête, à se perdre dans une de ses rêveries maussades" (DEF), mieux vaut effectivement être raisonnable, et se laisser conduire par un de ses inspecteurs, ou prendre un taxi.

Pour en revenir à nos "voitures noires de la PJ", au cours du cycle Fayard, Maigret n'a emprunté que des taxis. La première mention – et la seule - dans le cycle Gallimard, d'une "voiture de la police" apparaît dans SIG. Il faut attendre ensuite le cycle Presses de la Cité, et la nouvelle mal, pour trouver la mention d'une "petite voiture rapide réservée aux officiers de police", et c'est dans MEU qu'on rencontre pour la première fois le terme de "petite voiture noire", qu'on retrouve sous la forme "petite auto noire de la PJ" dans GRA, BAN, MIN, BRA, CHA, "petite voiture noire de la PJ" dans REV, CLO, VIN, SEU, ou simplement "petite auto noire" dans BAN, TRO, VIE, ASS, CLI, DEF, HES, ENF, TUE, FOL IND, "petite voiture noire" dans ECH, TEM, PAT, NAH, HES, ENF, TUE, FOL, IND. Notons, pour l'anecdote, qu'il est fait mention d'une "Peugeot bleue" dans MME, et d'une "voiture-pie" dans PAR.

Quand les voitures noires de la PJ ne sont pas libres, ou que Maigret a envie de "ruminer" dans son coin, il préfère prendre un taxi: "Et Maigret, bien calé dans un coin de la voiture, dont les vitres s'embuaient à l'intérieur tandis que l'extérieur était perlé de pluie, passa une heure comme il les aimait." (TET); Maigret choisit un taxi découvert, une belle voiture presque neuve, et se cala sur les coussins. [...] Et il somnola voluptueusement tout le long du trajet, les yeux mi-clos, un filet de fumée filtrant de ses lèvres qui entouraient le tuyau de sa pipe. " (obs) C'est d'autant plus agréable que les chauffeurs de taxi connaissent presque tous le commissaire: "-Quai des Orfèvres... – Entendu, monsieur Maigret ! C'est enfantin, mais c'est humain: cela lui fait plaisir que le chauffeur l'ait reconnu et lui lance ce bonsoir amical." (SIG), "Où allons-nous, maintenant, monsieur Maigret?... Car tous les chauffeurs le connaissaient, et cela aussi faisait quand même plaisir." (pau); "Il entra dans le premier taxi venu. –Boulevard Richard Lenoir. – Je sais, monsieur Maigret. " (TRO), "[Maigret] trouva enfin un taxi en stationnement. – Boulevard Richard-Lenoir... Compris, patron... Un qui le connaissait et qui ne protesta pas parce que la course était trop courte. " (TUE). Même si parfois cette notoriété l'agace un peu: "-Rue de la Pompe! lança-t-il au chauffeur d'un taxi jaune. –Entendu, monsieur le commissaire. Il y avait longtemps que cela ne le flattait plus d'être reconnu de la sorte." (VIE), "il se laissa tomber sur la banquette d'un taxi. – Quai des Orfèvres... Oui, monsieur Maigret... Cela ne lui faisait plus plaisir. Avant, il était assez fier d'être reconnu ainsi mais, depuis quelques années, il en était plutôt agacé. " (HES), il continue tout de même à l'apprécier: "Il retrouvait, en bas, un chauffeur qui le connaissait et, pour une fois, cela lui fit plaisir" (PAR); "il se laissait tomber sur la banquette d'un taxi et lançait: - Boulevard Richard-Lenoir... –Entendu, commissaire... D'ici à ce que le préfet de police interdise aux chauffeurs de taxis de le reconnaître! " (DEF); "un taxi s'arrêtait devant la maison. Il allait donner l'adresse où il voulait aller quand le chauffeur, malicieux, prononça: - Quai des Orfèvres ?" (CHA).

Enfin, Maigret a découvert un autre moyen de transport, bien utile pour se rendre à la campagne le week-end: au début, les Maigret rejoignaient Morsang ou Meung en train, mais peu à peu, il leur est venu une autre idée: et si on achetait une voiture ? Oui, mais voilà: Maigret ne conduit pas... alors, que faire? Et si Mme Maigret se mettait à la conduite ? Evoquée pour la première fois dans DEF: "Mme Maigret aurait pu le piloter. [...] – Tu me vois, moi, responsable d'une tonne de ferraille lancée à cent kilomètres à l'heure? ", l'idée, d'abord repoussée par Louise, finit par faire son chemin: "Sa femme, à dix heures, irait prendre sa troisième leçon de conduite. C'était drôle, inattendu. Il n'aurait pas pu dire comment ils s'étaient décidés. Quand Maigret était jeune fonctionnaire, il n'était pas question de faire les frais d'une auto. [...] Par la suite, il n'en avait jamais vu la nécessité. Il était trop tard pour apprendre à conduire. Trop de choses lui passaient par la tête. Il ne verrait pas les feux rouges, ou bien il prendrait le frein pour l'accélérateur. Ce serait pourtant agréable, le dimanche, d'aller en auto à Meung-sur-Loire, dans leur petite maison... Ils venaient de se décider, tout à coup. Sa femme s'était défendue en riant. - Tu n'y penses pas... Apprendre à conduire, à mon âge... - Je suis sûr que tu conduiras très bien...." (VOL). La preuve: Mme Maigret a passé son permis, et les Maigret ont acheté une quatre chevaux (VIC), ce qui leur permet de passer le dimanche à la campagne (ENF) ou à Meung (TUE).

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links