Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: La colère de Maigret (Maigret Loses His Temper)
2/18/09 –

Rather than an analysis based on the heart of the novel, this time I'd like to dwell on a couple of elements "picked up" from the text, and which made me want to – once more! – make a foray into the corpus. And so here are two "mini-analyses", in which I hope, fellow Maigretphiles, you will find some pleasure...

1. The methods of murder

"Now, neither Maigret, nor Lucas, in spite of numerous years of service in the police, could remember a single underworld murder committed by strangulation. Each quarter of Paris, each social class, has, you might say, its own way of killing ... There are quarters for stabbing, others where they prefer a bludgeon, and those, like Montmartre, where firearms dominate." (Ch. 1)

I have, in a previous study, analyzed the motives – according to Simenon as seen throughout the Maigrets - which push someone to murder. I'd like to take up this base once more to study this time the "methods" utilized to put down a victim, to see if there's any correlation between the motive and the method – always according to Simenon's texts.

To make this analysis, I proceeded in the following fashion: I extracted the principal murders described in the novels (totaling 85), ignoring the short stories, and divided them according to the "method" used. Which gives us the results summarized in this graph...

We note that in his career, Maigret has above all investigated murders committed with firearms (more than a third of the murders described were done in this manner). The other types of murders are distributed fairly equally among murders by strangulation, by a "sharp instrument" (of various forms, collected here under the term "knife"), by a "blunt instrument" (collected here under the term "bludgeon"), and finally by various "methods" (summarized by the term "other"), for example, suffocation (Mme de Caramé in FOL), needle plunged into the heart (Torrence in LET), or accusatory letter (the countess in FIA). Murder by poison remains rarer, conforming thus to the theory, mentioned in more than one novel, according to which murders by poison often go unpunished.

Another interesting area is to study the correlation between the method used for a murder and its motive. We can divided the 85 murders described into seven categories of motive:

  • murders for vengeance, often following a humiliation felt by the murderer. (example: Chabut's murder in VIN).

  • murders committed in the framework of an "underworld" affair, often connected with a theft (example: Goldberg's murder in NUI)

  • murders "by accident", in which the murderer didn't actually have the intention to kill (example: Josée's murder in ENF)

  • murders "out of necessity"... the murderer must get rid of a troublesome witness (example: Lucile's murder in VAC)

  • murders committed out of self interest, to preserve a fortune or social position (example: Rose's murder in DAM)

  • murders of madness (example: the women's murders in FOU or TEN)

  • murders for various other reasons (example: Hélène Lange's murder in VIC)

Showing the relationship between these motives for murders and the methods used to commit them, we can discover the following...

Murders by firearms are most often a result of vengeance or humiliation, probably committed following a "fit of rage". This could also include murders committed by the underworld. The other motives are various: accident, self-interest, and we note that murders committed through madness aren't committed (at least in the Maigret corpus) with the aid of a firearm. Madness prefers, as we will see below, more "hand to hand" methods, such as a knife, a blunt instrument, or strangulation.

The knife is used either for vengeance, affairs of the underworld, or madness. Murders for self-interest do not choose a knife, but prefer other methods, as shown below.

The motives for strangulation are various: vengeance, necessity, self-interest, or other, no motive dominating this category. It is interesting to note, by contrast, that strangulation is not used in the underworld, confirming well what was said in the opening citation at the beginning of this analysis.

Here also, no single motive dominating murders committed using a blunt instrument. We note however that it's not a method utilized in murders committed "out of necessity", which might explain the fact that when a murders feels obliged to commit a murder to eliminate an embarrassing witness, he plans his crime, so that he doesn't use the first thing that comes to hand that he can use to bludgeon his victim. Murder by blunt instrument is rather a last resort... picking up the first heavy object that comes to hand to strike the victim, so that it seems "normal" for this method to be fairly frequent in murders "by accident".

Poison, if it is less frequently used, is however a method very dominant in murders for self-interest... murders brooded over, plotted, skillfully prepared, often by old ladies in the Maigrets, where the murderer want to escape punishment even more that the others, since the murder is precisely to preserve a fortune or social status, for which they won't hesitate to take a person's life...

It can occur in murders of the underworld, that the murderer is obliged by circumstances to use other weapons than a knife or a gun, resulting in the proportion slightly elevated in this category (example: the young girl, cared for by Léontine Faverge, suffocated in ASS, or old Giacomi run over by a car in NEW).

2. Maigret and lawyers

In this novel, Maigret deals with a murderer who practices the profession of attorney. If, as a general rule, "lawyer's don't kill..." as Maigret says in Ch. 7, and that an attorney is therefore not the type of criminal that the Chief Inspector often meets, nonetheless, lawyers, in the Maigret novels, play rarely a good role. That was at least my a priori impression, which led me to try and confirm it with a little tour of the corpus...

Lawyers are not abundant in the corpus. We meet them in only 21 novels, and a single short story. We can class them into various categories...

  • the "anonymous": they are only there for their presence with a defendant or condemned, as a symbol of the judicial apparatus, and make but a furtive appearance. Thus Lenoir's lawyer in GUI, Lecoeur's in BAN, Renée and Prou's lawyers in CLI, Bureau's in TUE

  • the "extras": we simply see them pass in their wide-sleeved robes in the hallways of the Palais de Justice. Thus in bay, SCR, ASS

  • the "auxiliaries": they have the same status as those in the first category... they are there to assist a client; they have furthermore, a name, and sometimes merit a short description, their presence is more or less important according to the novel. Thus Mr. Leloup, Monfils's lawyer in CEC; Mr. Courtieux, Forlacroix's lawyer in JUG; Mr. Radel, Mme Lachaume's lawyer in TEM; Mr. Lenain, Josset's lawyer in CON; Mr. Duché and Mr. Lamblin, the Meurants' lawyers in ASS; Mr. Gambier, Fernand's lawyer in PAR; Mr. Bourdon, Lamotte's lawyer in ENF; Mr. Huet, the thieves' lawyer in TUE; Mr. Loiseau, Mahossier's lawyer in SEU.
    Note that when Simenon describes these lawyers, it's in general by a rather "negative" description... Whether a scrawny lawyer "hunting a client", or an arrogant lawyer crossing swords with Maigret, it's never a pleasure for the Chief Inspector to meet one!

  • the "utilitarians": Maigret phones them to get information... Mr. Chavanon in COL, Mr. Bouvier in HES, Mr. Demaison in CHA

  • the "colorful": Maigret runs across them for various reasons, but their descriptions, if not much more sympathetic than the other, often includes a touch of humor, rendering these characters les negatively than the preceding. Thus Mr. Tallier, Métayer's lawyer in FIA, Mr. Ramuel in COL;

  • the "nice ones": much rarer, we find but two in the corpus, Mr. Chapuis, Martine's father in AMU; Mr. Parendon in HES

  • the last four lawyers we meet in the corpus are much more questionable. Besides Mr. Gaillard in COL, we find Mr. Liotard in MME, at least a suspect in the Steuvels affair, and finally two characters, where one turns out to be a murderer and the other an accomplice, one a lawyer, one becoming one. Is it so surprising, considering the negative description Simenon gives for lawyers throughout the Maigret corpus, that Any, Popinga's murderer in HOL, did her law studies, and that Joseph, in FLA, was preparing for his law examinations?

3. Reminiscences

And I can't finish without once more taking up the chase for allusions, the search for reminiscences in the corpus that I enjoy so much...

  • "And it didn't displease him, in fact, to find once more this Montmartre air, which he hadn't breathed for years." (Ch. 3): one of the most characteristic investigations made in the heart of Montmartre is probably Maigret in Montmartre [PIC]

  • It's also in Maigret in Montmartre that we meet The Grasshopper, the dwarf chasseur, which reminds us of Louis Boubée, called Mickey, the dwarf chasseur of this novel

  • "It was on the banks of the Seine, several miles upriver from Corbeil. There was an inn, the Vieux-Garçon, where, for 20 years, the Maigrets went from time to time to spend a Sunday. Maigret had discovered it in the course of a case..." (Ch. 6). This must be the inn where Maigret investigated in The Bar on the Seine [GUI]. But it's also in the same area that the Beau-Pigeon kept by Mlle Roy in Signé Picpus [SIG] was located. We can read the details about Morsang in Michel Carly's fine book, Maigret, across Paris, from which I'd like to cite you an extract here, concerning the relationship of Simenon, Maigret and Morsang...

    "Next to the inn, Simenon had tasted the joys of the Seine since his first mooring there in the spring of 1930. Returned from his Nordic expedition, the young novelist has anchored the Ostrogoth in the locality Les Fours-à-Chaux... Beautiful life outdoors. In the clearing, Simenon invites his Parisian friends to riotous picnics. Sausage and phonograph. ... A cask of rosé de Loire is wedged in the fork of a tree and Simenon earns a solid reputation as a skirt chaser. Which doesn't stop him from "working relentlessly", as he states in Point-Virgule. "I was moored in the middle of nowhere ..., and sometimes in the cabin, sometimes on the bridge, I tapped out Maigret after Maigret." Certainly he still produced "popular novels", but he realized in this verdant corner, an essential mutation. Sim became Simenon. He distanced himself from popular fabrication, passed a stage, and climbed, thanks to the detective story, the first step towards literature. Maigret was born definitively under the signature of a 27-year-old man, and that for a personal contract of more than 40 years."

    Murielle Wenger

    translation: S. Trussel
    Honolulu, February 2009

    original French

Maigret of the Month - February 2009: La Colère de Maigret (Maigret Loses His Temper)
2/8/09 – Photos related to some of the action in La Colère de Maigret...


Rue des Rondeaux... where Émile's body was found outside Père Lachaise Cemetery


The entrance to Père Lachaise Cemetery


Rue Victor Massé, where Émile lived and the Train Bleu was located

Some Montmartre cabarets...

Jérôme

Maigret of the Month: La colère de Maigret (Maigret Loses His Temper)
2/18/09 –

Plutôt qu'une analyse sur le fond du roman, j'aimerais cette fois m'attarder sur quelques éléments "piqués" au long du texte, et qui m'ont donné l'envie de refaire – une fois de plus ! – une petite incursion dans le corpus. Voici donc deux "mini-analyses", dont j'espère, amis Maigretphiles, que vous trouverez quelque plaisir à les parcourir...

1. Les méthodes du crime

"Or, ni Maigret, ni Lucas, malgré leurs nombreuses années de service dans la police, ne se souvenaient d'un seul crime du milieu commis par strangulation. Chaque quartier de Paris, chaque classe sociale a pour ainsi dire sa façon de tuer [...]. On connaît les quartiers à coups de couteau, ceux où on se sert d'une matraque et ceux, comme Montmartre, où dominent les armes à feu." (chapitre 1)

J'avais, lors d'une précédente étude, analysé les motifs – selon Simenon vu à travers les Maigret - qui poussent quelqu'un au meurtre, et j'aimerais reprendre cette base pour étudier cette fois les "méthodes" utilisées pour abattre une victime, afin de voir s'il existe une corrélation entre le motif et la méthode – toujours selon les textes de Simenon.

Pour faire cette analyse, j'ai procédé de la façon suivante: j'ai recensé les principaux meurtres décrits dans les romans (il s'en trouve 85), sans tenir compte des nouvelles, et je les ai d'abord répartis selon la "méthode" utilisée. Voici ce que cela donne, résumé sur un graphique:

On notera que, dans sa carrière, Maigret a surtout enquêté sur des crimes commis avec des armes à feu (plus d'un tiers des crimes décrits le sont de cette façon). Les autres crimes se répartissent à parts presque égales entre crimes commis soit par strangulation, soit par un "instrument tranchant" (de formes diverses, résumées ici sous le terme "couteau"), soit par un "instrument contondant" (résumé sous le terme "assommé"), ou enfin soit par des "méthodes" diverses (résumées par le terme "autre"), par exemple étouffement (Mme de Caramé dans FOL), aiguille plongée dans le cœur (Torrence dans LET), ou lettre accusatrice (la comtesse dans FIA). Le crime par poison reste plus rare, conforme en cela à la théorie, évoquée dans plus d'un roman, selon laquelle le crime par empoisonnement reste souvent impuni.

Un autre élément intéressant à étudier est la corrélation entre la méthode utilisée pour un meurtre et le motif de celui-ci. On peut répartir les 85 crimes décrits selon 7 catégories de motifs:

  • crime commis par vengeance, souvent à la suite d'une humiliation ressentie par le meurtrier (exemple: le meurtre de Chabut dans VIN)

  • crime commis dans le cadre d'une affaire du "Milieu", souvent liée à une histoire de vol (exemple: le meurtre de Goldberg dans NUI)

  • crime commis par "accident", dans lequel le meurtrier n'avait pas forcément l'intention de tuer (exemple: le meurtre de Josée dans ENF)

  • crime commis par "nécessité": le meurtrier doit se débarrasser d'un témoin gênant (exemple: le meurtre de Lucile dans VAC)

  • crime commis par intérêt, pour conserver une fortune ou une position sociale (exemple: le meurtre de Rose dans DAM)

  • crime commis par folie (exemple: les meurtres de femmes dans FOU ou TEN)

  • crime commis pour des motifs divers (exemple: le meurtre d'Hélène Lange dans VIC)

En mettant en rapport ces motifs et la méthode utilisée pour les commettre, on peut constater les faits suivants:

Les crimes commis par armes à feu sont souvent le résultat d'une vengeance ou d'une humiliation, commis probablement à la suite d'un "coup de colère". Ce peut être aussi des crimes commis dans le cadre du "Milieu". Les autres motifs sont divers: accident, intérêt, et il est à noter que les crimes commis par folie ne le sont pas (du moins dans le corpus des Maigret) à l'aide d'une arme à feu. La folie préfère, comme on le verra plus bas, les méthodes plus "corps à corps", tel le couteau, l'instrument contondant ou l'étranglement.

On joue du couteau soit par vengeance, soit dans des affaires du Milieu, soit par folie. Les crimes d'intérêt ne se font pas au couteau, on privilégie d'autres méthodes, comme on le verra plus bas.

Les motifs pour la strangulation sont diversement répartis: vengeance, nécessité, intérêt, ou autre, aucun motif ne domine dans cette catégorie. Il est intéressant de noter, par contre, que la strangulation n'est pas utilisée dans le "Milieu", ce qui confirme bien ce que nous disait la phrase donnée en citation au début de cette analyse.

Ici aussi, pas de motif dominant dans les crimes commis à l'aide d'un instrument contondant. A noter cependant que c'est une méthode qu'on n'utilise pas dans les crimes commis par "nécessité", ce qui peut s'expliquer peut-être par le fait que lorsqu'un meurtrier se sent obligé de commettre un crime pour éliminer un témoin gênant, il planifie son crime, de sorte qu'il ne se sert pas du premier instrument venu à l'aide duquel il pourrait assommer sa victime. Le meurtre par instrument contondant est plutôt du ressort du hasard: on prend le premier objet lourd qui tombe sous la main pour frapper la victime, de sorte qu'il paraît assez "normal" que cette méthode soit assez fréquente dans les crimes dus à un accident.

Le poison, s'il est peu fréquemment utilisé, est une méthode néanmoins très dominante dans les crimes par intérêt: crimes ruminés, tramés, savamment préparés, souvent par de vieilles femmes dans le corpus des Maigret, où le meurtrier cherche à échapper au châtiment encore plus que dans les autres cas, puisque son crime a justement pour motif de conserver soit une fortune, soit un statut social, pour lesquels il n'hésite pas à supprimer une vie humaine...

Il peut arriver que dans les crimes du "Milieu", le meurtrier soit obligé par les circonstances à utiliser d'autres armes que le couteau ou le revolver, d'où la proportion un peu plus élevée dans cette catégorie (exemple: la petite fille, gardée par Léontine Faverge, étouffée dans ASS, ou le vieux Giacomi écrasé par une voiture dans NEW).

2. Maigret et les avocats

Dans ce roman, Maigret a affaire à un meurtrier qui exerce la profession d'avocat. Si, en règle générale, "un avocat ne tue pas..." comme le dit Maigret au chapitre 7 du roman, et qu'un avocat n'est donc pas un type de criminel que le commissaire rencontre souvent, il n'en reste pas moins que les avocats, dans les romans Maigret, ont rarement un beau rôle. C'était du moins mon impression a priori, que je me suis empressée de chercher à confirmer par un petit tour dans le corpus...

Les avocats ne sont pas foison dans le corpus: on en rencontre dans 21 romans seulement, et dans une seule nouvelle. On peut les classer en plusieurs catégories:

  • les "anonymes": ils ne sont là que pour leur présence auprès d'un prévenu ou d'un condamné, comme symbole de l'appareil judiciaire, et ne font qu'une furtive apparition: ainsi l'avocat de Lenoir dans GUI, l'avocat de Lecoeur dans BAN, les avocats de Renée et de Prou dans CLI, l'avocat de Bureau dans TUE

  • les "figurants": on les voit juste passer dans leur robe aux amples manches dans les couloirs du Palais de Justice: ainsi dans bay, SCR, ASS

  • les "auxiliaires": ils ont le même statut que ceux de la première catégorie: ils sont là pour assister un client; ils ont en plus un patronyme, parfois ils ont droit à une courte description, leur présence est plus ou moins importante selon les romans: ainsi Me Leloup, avocat de Monfils dans CEC; Me Courtieux, avocat de Forlacroix dans JUG; Me Radel, avocat de Mme Lachaume dans TEM; Me Lenain, avocat de Josset dans CON; Me Duché et Me Lamblin, avocats des Meurant dans ASS; Me Gambier, avocat de Fernand dans PAR; Me Bourdon, avocat de Lamotte dans ENF; Me Huet, avocat des cambrioleurs dans TUE; Me Loiseau, avocat de Mahossier dans SEU; à noter que lorsque Simenon décrit ces avocats, c'est en général plutôt par une description "négative": avocat famélique "traquant le client", ou avocat arrogant engageant le fer avec Maigret, ce n'est jamais un plaisir pour le commissaire que de les rencontrer !

  • les "utilitaires": Maigret leur téléphone pour avoir des renseignements: Me Chavanon dans COL, Me Bouvier dans HES, Me Demaison dans CHA

  • les "pittoresques": Maigret les croise pour diverses raisons, mais la description qui en est faite, si elle n'est pas forcément plus sympathique que les autres, comporte souvent une touche d'humour, rendant ces personnages moins négatifs que les précédents: ainsi Me Tallier, avocat de Métayer dans FIA, Me Ramuel dans COL;

  • les "sympathiques": beaucoup plus rares, on n'en trouve que deux dans le corpus: Me Chapuis, père de Martine dans AMU; Me Parendon dans HES

  • les quatre derniers avocats rencontrés dans le corpus sont beaucoup plus ambigus: à part Me Gaillard dans COL, on trouve Me Liotard dans MME, dans le rôle est pour le moins suspect dans l'affaire Steuvels; et enfin, deux personnages, dont l'un s'avère un meurtrier et l'autre un complice, sont tous les deux avocats ou en passe de le devenir: s'étonnera-t-on beaucoup, au vu des descriptions négatives que Simenon fait des avocats tout au long du corpus des Maigret, à se rappeler que Any, la meurtrière de Popinga dans HOL, a fait des études d'avocat, et que Joseph, dans FLA, est en train de préparer des examens de droits pour le devenir ?

3. Réminiscences

Et je ne terminerai pas sans repartir encore une fois à la chasse aux allusions, cette recherche des réminiscences dans le corpus que j'aime tant pratiquer...

  • "Et cela ne lui déplaisait pas, au fond, de retrouver l'air de ce Montmartre-là, qu'il n'avais pas respiré depuis des années." (chapitre 3): une des enquêtes les plus caractéristiques faites au cœur de Montmartre est probablement Maigret au Picratt's

  • c'est aussi dans Maigret au Picratt's qu'on rencontre La Sauterelle, le nain chasseur, qui rappelle Louis Boubée, dit Mickey, le nain chasseur de ce roman-ci

  • "C'était au bord de la Seine, à quelques kilomètres en amont de Corbeil. Il y avait là une auberge, le Vieux-Garçon, où, depuis plus de vingt ans, les Maigret allaient de temps en temps passer le dimanche. Maigret l'avait découverte au cours d'une enquête [...]" (chapitre 6): il s'agit bien sûr de l'auberge où Maigret enquête dans La Guinguette à deux sous. Mais c'est aussi au même endroit que se situe l'auberge le Beau-Pigeon tenu par Mlle Roy dans Signé Picpus. On pourra lire des détails sur Morsang dans le très beau livre de Michel Carly, Maigret, traversées de Paris, dont j'aimerais vous citer ici un extrait à propos des rapports entre Simenon, Maigret et Morsang:

    "A côté de l'auberge, Simenon a goûté aux joies de la Seine lors d'un premier mouillage, au printemps 1930. De retour de son expédition nordique, le jeune romancier a ancré l'Ostrogoth au lieu-dit Les Fours-à-Chaux [...]. Belle vie de plein air. Dans la clairière, Simenon invite ses amis parisiens à des pique-niques chahutés. Saucisson et phonographe. [...] Une barrique de rosé de Loire est coincée dans une fourche d'arbre et Simenon se taille une solide réputation de coureur de jupons. Cela ne l'empêche pas de "travailler d'arrache-pied", comme il l'avoue dans Point-Virgule. «J'étais amarré en pleine nature [...], et tantôt dans la cabine, tantôt sur le pont, je tapais des Maigret après des Maigret.» Certes il produit encore des romans populaires, mais il réalise dans ce coin verdoyant une mutation essentielle. Sim devient Simenon. Il s'éloigne de la fabrication populaire, franchit une étape et grimpe, grâce au roman policier, sur la première marche vers la littérature. Maigret naît définitivement sous la signature d'un homme de vingt-sept ans, et cela pour un contrat intime de plus de quarante années."

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links