Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret et le client du samedi (Maigret and the Saturday Caller)
12/28/08 –

Are the Maigrets detective stories?

Here we find Maigret battling an unusual case, in the sense that he is consulted more as a confessor than a policeman, before a crime has been committed. Once more, Simenon deviates from the classic rules of the detective story – and moreover we can ask whether the Maigrets actually are detective stories in the traditional sense... where we expect the investigator, policeman or detective, to be presented with a corpse whose murderer he must discover. Here, Maigret is confronted by a character, banal in appearance, who seeks him out at home on the Boulevard Richard-Lenoir, to confess, not to a murder, but to his intention to commit one. As in Maigret Has Scruples [SCR], the Chief Inspector will intrude into a milieu where he is not only not obligated to, at first, but not authorized to, since he hasn't the right to act until a crime has been committed.

Moreover, in this regard, we can find similar cases in more than one novel in the corpus, justifying the opinion that these novels are not detective stories in the strictest sense. Ignoring Maigret and the Gangsters [LOG] (where there is just an unsuccessful attempt at murder) and Maigret and the Minister [MIN] (the crime is a theft), we can find a number of novels where the murder becomes, in a way, the background, and the object of the plot is less the search for the guilty person than a search for the victim's past (Maigret and the Young Girl [JEU], Liberty Bar [LIB], Maigret in Montmartre [PIC], for example), or an attempt to understand the motives of the murderer (Maigret and the Killer [TUE], Maigret and the Headless Corpse [COR], Maigret and the Wine Merchant [VIN], for example). We also note that often Maigret, led by his innate gift of empathy, tries not only to understand the criminal, but sometimes takes things to the absurd (consider, for example Maigret and the Flemish Shop [FLA], where the Chief Inspector doesn't have Anna arrested, or Inspector Cadaver [CAD], where Maigret plays "mender of destinies" by obliging the murderers to expiate their crime through an arranged marriage). And when Maigret must, in spite of everything, deliver the guilty to justice, he does so almost reluctantly (see for example, Maigret and the Millionaires [VOY]), or he arranges to be in some way relieved of the task... he arranges for Peter the Lett [LET] to get a revolver with which he can kill himself, he transforms the attempted murder of his inspector into a bungled burglary (Maigret Rents a Room [MEU]), or he allows the guilty one to escape (Maigret's Failure [ECH]).

Maigret's attitudes towards crime and criminals are simply a reflection of the actual attitudes of the author. Simenon, in his novels, tries to show that man is never completely responsible for his actions, and that (almost) all murders are, if not excusable, at least explainable by an almost unconscious logic which has pushed the perpetrator to the enactment. Just limiting ourselves to the Maigret novels, we can make an interesting analysis of the motives for the crimes described, and we discover that they all have motives to explain, and often almost justify them. Further, Maigret's attitude toward the guilty differs according to the motives which led them to act.

Considering the 74 novels (without the short stories and Maigret's Memoirs [MEM]), we find 87 murders exposed, which I have attempted to regroup into 10 categories:

  1. Murders where the perpetrator acts in revenge or because of humiliation (examples: Peter the Lett [LET]: Peter kills his brother who has humiliated him; Maigret in Holland [HOL]: Any kills her brother-in-law who chose the young Beetje over her; Maigret's Mistake [TRO]: Mme Gouin avenges her humiliation by Louise; Maigret and the Nahour Case [NAH]: Oueni kills his boss to avenge his humiliation and have suspicion fall on the one that replaced him; etc.)

  2. Murders committed by the underworld, often linked with theft (examples: Little Albert killed by the Polish Gang in Maigret's Special Murder [MOR], the fortuneteller killed by Justin in Maigret and the Fortuneteller [SIG], the Goldbergs in Maigret at the Crossroads [NUI])

  3. Murders committed by "complicity" (a single example: Mortimer killed by Anna in Peter the Lett [LET])

  4. A special category, that where the supposed murder is actually a suicide (three cases: Maigret Stonewalled [GAL], Maigret in Society [VIE], Maigret in Retirement [FAC])

  5. Murder "by accident", where the murderer didn't actually have the intention to kill, but he felt forced by circumstances (Maigret at the "Gai Moulin" [GAI]: Delfosse surprised by Graphopoulos, Maigret's Boyhood Friend [ENF]: Lamotte kills Josée when firing at Florentin)

  6. Murders committed "out of necessity" which the murderer feels compelled to commit, either to eliminate a witness of an earlier crime (Lock 14 [PRO], Maigret on Holiday [VAC]) or to hide other actions (Maigret Loses His Temper [COL])

  7. "Gratuitous" murder (a single example: Radek's murders in A Man's Head [TET])

  8. Murders for profit, either to appropriate or keep a fortune (The Hotel Majestic [MAJ], Maigret and the Old Lady) [DAM], or to maintain a sort of power (Death of a Harbormaster [POR])

  9. Murders committed through a type of madness (Maigret Afraid [PEU], Maigret and the Killer [TUE])

  10. Murders which do not easily fit into one of the above categories (Maigret Sits it Out [ECL]).

We see that some murders could possibly be assigned to more than one category (for example, we might ask whether Radek's murders aren't also resulting from humiliation).

Here, summarized in the form of a graph, the results of the analysis:

We note the following points:

  • Murders based on revenge or humiliation are noticeably more frequent in the corpus, which is not surprising considering the frequency with with Simenon treats this theme in his work as a whole.

  • Murders connected with or as a result of a theft are also relatively frequent. This too is not surprising, as this category of murder is part of the everyday work of the Chief Inspector.

  • Accidental murders, and those committed out of a sense of necessity, taken together, also form an important part, which once again argues Simenon's thesis of the non-responsibility of the guilty.

  • Murders for self-interest are slightly less frequent, but it should be noted that in these cases Maigret is the least indulgent of the guilty... If he has a tendency to "excuse" murder for revenge or humiliation (Lock 14 [PRO], Maigret on the Defensive [DEF], Maigret and the Wine Merchant [VIN]) or by accident (The Bar on the Seine [GUI], Maigret's Revolver [REV]), it's towards those who murder for sordid self-interest that he has the least understanding, and it's those he remands to justice with the least remorse (Maigret and the Old Lady [DAM], Maigret and the Burglar's Wife [GRA], The Hotel Majestic [MAJ], Maigret and the Saturday Caller [CLI], Maigret and the Flea [IND]).

  • If we calculate the number of arrests of murderers in relation to the number of murders, we find 68% arrests, and so in 32% of the cases the murderer was not arrested, either because he escaped justice by death (Peter the Lett [LET], Death of a Harbormaster [POR], Maigret and Monsieur Charles [CHA], Lock 14 [PRO], The Madman of Bergerac [FOU], Maigret and the Black Sheep [BRA]) or by flight (Maigret's Failure [ECH], The Saint-Fiacre Affair [FIA]), or because Maigret decided not to arrest him (The Sailors' Rendezvous [REN], Inspector Cadaver [CAD]) or because he is restricted by an intervention "from higher up" (Maigret and the Bum [CLO], Maigret's First Case [PRE]). And if, in a third of the cases, the murderer will not be brought to justice, in the other two-thirds, Maigret will happily leave to others the responsibility of judging those whose confessions he has drawn.

If his métier obliges him to "seek the truth", he acts more for the love of the chase than because he wants at any cost to lock up the guilty person... More than once, it's only reluctantly that he delivers the guilty one up to justice (Maigret and the Millionaires [VOY], Maigret Rents a Room [MEU], The Bar on the Seine [GUI], Maigret Hesitates [HES], Maigret and the loner [SEU]). There is only one category of murder which finds no pardon in his eyes... the taking of innocent lives for sordid self-interest of money or power (Maigret and the Saturday Caller [CLI], Maigret and the Flea [IND], My Friend Maigret [AMI])... In these cases it's (almost) without remorse and with a sort of jubilation that he sends them to their punishment. And it's only in these cases that he permits himself his rare displays of brutality in his career... the slap to the "nasty boys" De Greef and Moricourt (My Friend Maigret [AMI]), the punch in the face to Ramuel (The Hotel Majestic [MAJ]), the breaking of Valentine's carafe (because even so, one doesn't slap an old lady...) (Maigret and the Old Lady [DAM]).

So we see that in the Maigret novels, we are far from the detective story where the plot consists simply of "tracking down" the guilty person with the help of clues for solving a murder. And this elegantly solves an enigma... Maigret, if he searches the truth, is not so much for the lover of crime puzzles, but rather for the "seeker of men", searching for human truth...

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, December 2008

original French

Maigret of the Month: Maigret et le client du samedi (Maigret and the Saturday Caller)
12/07/08 – Photos of locations where some of the action takes place in Maigret et le client du samedi...

Place des Abbesses... Planchon called M from a café on the Place des Abbesses, near a house where he'd been working all day.

Place des Abbesses, with its métro station, Théâtre de l'Atelier, which looked like a toy or stage set, and its bistros and small shops, seemed to M to be far more genuine working class Montmartre than Place de Tertre...


Rue Tholozé... They went by métro, got out at Place Blanche and began to walk slowly up Rue Lepic, which makes a large bend to the left where it meets Rue des Abbesses....


and straight ahead Rue Tholozé climbs up a steep slope, then rejoins Rue Lepic by the Moulin de la Galette.

Jérôme

Maigret of the Month: Maigret et le client du samedi (Maigret and the Saturday Caller)
12/28/08 –

Les Maigret: des romans policiers ?

Voici Maigret aux prises avec une enquête inhabituelle, dans le sens où on vient le consulter, plus comme un confesseur que comme un policier, avant qu'un crime soit commis. Une fois de plus, Simenon s'écarte des règles "classiques" du roman policier – on pourrait d'ailleurs se poser la question de savoir si les Maigret sont des romans policiers au sens traditionnel du terme... – qui veulent qu'un enquêteur, policier ou détective, soit mis en présence d'un cadavre dont il s'agit de découvrir l'assassin. Ici, Maigret est confronté à un personnage, banal en apparence, qui vient le trouver dans son cadre familier du Boulevard Richard-Lenoir, pour y confesser, non pas un crime, mais son intention d'en commettre un. Comme dans Les scrupules de Maigret, le commissaire va devoir faire une intrusion dans un milieu alors que rien, au départ, ne l'y autorise, puisqu'il n'a pas la légitimité d'agir que lui conférerait un crime avéré.

D'ailleurs, en y réfléchissant, on pourrait trouver des cas similaires dans plus d'un roman du corpus, ce qui justifierait l'opinion que ces romans ne sont pas des romans policiers au sens strict. Sans compter Maigret, Lognon et les gangsters (où il n'y a qu'une tentative de meurtre non aboutie) ou Maigret chez le ministre (le "crime" consiste en un vol), on trouvera nombre de romans où le crime passe, pour ainsi dire, au second plan, et l'objet de l'intrigue est moins la recherche du coupable que la quête du passé de la victime (Maigret et la jeune morte, Liberty Bar, Maigret au Picratt's, par exemple), ou que l'essai de compréhension des motifs du coupable (Maigret et le tueur, Maigret et le corps sans tête, Maigret et le marchand de vin, par exemple). On notera aussi que souvent Maigret est amené, par son don inné d'empathie, à non seulement comprendre le criminel, mais parfois à la limite de l'absoudre (que l'on songe par exemple à Chez les Flamands, où le commissaire ne fait pas arrêter Anna, ou à L'inspecteur Cadavre, où Maigret joue les "raccommodeurs de destinée" en obligeant les complices du meurtre à expier leur crime par un mariage arrangé). Et quand Maigret est obligé de livrer malgré tout un coupable à la justice, il le fait presque à son corps défendant (voir par exemple Maigret voyage), ou alors il s'arrange pour être en quelque sorte déchargé de la besogne: il met à disposition de Pietr le Letton un revolver pour que celui-ci puisse se suicider, il transforme l'attentat contre son inspecteur en un cambriolage raté (Maigret en meublé), ou il laisse le coupable prendre la fuite (Un échec de Maigret).

L'attitude de Maigret envers les coupables et les crimes ne sont d'ailleurs que le reflet de la propre attitude de Simenon. Celui-ci, dans ses romans, cherche à montrer que l'homme n'est jamais complètement responsable de ses actes, et que (presque) tous les crimes sont, sinon excusables, du moins explicables par une raison plus ou moins inconsciente qui a poussé leur auteur au passage à l'acte. En ne considérant que les romans Maigret, on peut faire une intéressante analyse des motifs des crimes décrits, et on se rend compte que tous ont un mobile qui les explique, et souvent les justifie presque. De plus, l'attitude de Maigret envers les coupables est assez différente selon les motifs qui les ont fait agir.

En prenant en compte les 74 romans (sans les nouvelles ni Les Mémoires de Maigret), on arrive à 87 crimes exposés, que j'ai essayé de regrouper en 10 catégories:

  1. les crimes où le coupable agit par vengeance ou par humiliation (exemples: Pietr-le-Letton: Pietr tue son frère qui l'a humilié; Un crime en Hollande: Any tue son beau-frère qui lui a préféré la jeune Beetje; Maigret se trompe: Mme Gouin venge ses humiliations sur Louise; Maigret et l'affaire Nahour: Ouéni tue son patron pour venger son humiliation et faire retomber les soupçons sur celle qui l'a repoussé; etc.)

  2. les crimes commis dans le "Milieu", souvent liés à une affaire de vol (exemples: le petit Albert tué par la bande des Polonais dans Maigret et son mort, la voyante tuée par Justin dans Signé Picpus, les Goldberg dans La nuit du carrefour)

  3. les crimes commis par "complicité" (un seul exemple: celui de Mortimer par Anna dans Pietr-le-Letton)

  4. une catégorie particulière, celle où le crime s'avère en réalité un suicide (trois cas: Monsieur Gallet, décédé, Maigret chez les Vieillards, Maigret se fâche)

  5. les crimes par "accident", où le meurtrier n'avait pas forcément l'intention de tuer, mais qu'il y a été poussé par les circonstances (La danseuse du Gai-Moulin: Delfosse surpris par Graphopoulos, Un ami d'enfance de Maigret: Lamotte atteint Josée en tirant sur Florentin)

  6. les crimes commis par "nécessité" que le meurtrier a été entraîné à commettre soit pour éliminer le témoin d'un premier crime (Le charretier de la Providence, Maigret en vacances) ou pour cacher d'autres actions (La colère de Maigret)

  7. le "crime gratuit" (un seul exemple: les crimes de Radek dans La tête d'un homme)

  8. les crimes par intérêt, soit pour s'approprier ou garder une fortune (Les caves du Majestic, Maigret et la vieille dame), soit pour conserver une forme de pouvoir (Le port des brumes)

  9. les crimes commis par une forme de folie (Maigret a peur, Maigret et le tueur)

  10. les crimes qu'il est plus difficile de faire entrer dans une de ces catégories (L'Ecluse no 1, Maigret à Vichy).

Notons que certains crimes pourraient peut-être appartenir à plusieurs catégories (par exemple, on peut se demander si les crimes de Radek ne sont pas aussi dus à l'humiliation).

Voici, résumé sous forme de graphique, ce que donne l'analyse:

On notera les points suivants:

  • les crimes dus à la vengeance ou à l'humiliation sont sensiblement plus fréquents dans le corpus, ce qui n'a rien d'étonnant vu la fréquence avec laquelle Simenon aborde ce thème dans son œuvre

  • les crimes liés ou conséquents à un vol sont relativement fréquents aussi: là encore, rien d'étonnant: cette catégorie de crimes fait partie du "tout-venant" du travail du commissaire

  • les crimes accidentels ou commis par une sorte de nécessité, pris ensemble, forment aussi une part importante, ce qui, une fois de plus, accrédite la thèse de la non-responsabilité du coupable, selon Simenon

  • les crimes par intérêt sont un peu moins fréquents, mais il est à noter que c'est dans ces cas-là que Maigret est le moins indulgent envers les coupables: s'il a tendance à "excuser" les coupables d'un meurtre par vengeance ou par humiliation (Le charretier de la Providence, Maigret se défend, Maigret et le marchand de vin) ou par accident (La guinguette à deux sous, Le revolver de Maigret), c'est envers les meurtriers par intérêt sordide qu'il a le moins de compréhension, et c'est ceux-là qu'il remet à la justice avec le moins de remords (Maigret et la vieille dame, Maigret et la Grande Perche, Les caves du Majestic, Le client du samedi, Maigret et l'indicateur)

  • si on calcule le nombre d'arrestations des coupables par rapport au nombre de meurtres, on arrive à 68% d'arrestations, donc 32 % des cas où le meurtrier n'a pas été arrêté, soit qu'il échappe à la justice par la mort (Pietr-le-Letton, Le port des brumes, Maigret et Monsieur Charles, Le charretier de la Providence, Le fou de Bergerac, Maigret et les braves gens) ou par la fuite (Un échec de Maigret, Maigret et l'affaire Saint-Fiacre), soit que Maigret décide de ne pas l'arrêter (Au rendez-vous des Terre-neuvas, L'inspecteur Cadavre) ou qu'il en est empêché par une intervention venue "d'en haut" (Maigret et le clochard, La première enquête de Maigret). Et si, dans un tiers des cas, le meurtrier ne sera pas poursuivi en justice, dans les deux autres tiers, Maigret laissera bien volontiers à d'autres le soin de juger celui qu'il a acculé aux aveux.

Si son métier l'oblige à "chercher la vérité", c'est plus par amour de cette recherche qu'il agit, que parce qu'il veut à tout prix enfermer un coupable: plus d'une fois, c'est à contre-cœur qu'il a dû livrer celui-ci à la justice (Maigret voyage, Maigret en meublé, La guinguette à deux sous, Maigret hésite, Maigret et l'homme tout seul). Il n'y a qu'une catégorie de meurtriers qui ne trouvent pas grâce à ses yeux: ceux qui s'en prennent à d'innocentes victimes pour les intérêts sordides du pouvoir et de l'argent (Maigret et le client du samedi, Maigret et l'indicateur, Mon ami Maigret): ceux-là, c'est (presque) sans remords et avec une sorte de jubilation qu'ils les envoie à la punition: c'est avec ceux-là aussi qu'il se permet les rares gestes brutaux de sa carrière: la gifle aux "sales gamins" que sont De Greef et Moricourt (Mon ami Maigret), le coup de poing au visage de Ramuel (Les caves du Majestic), le bris de la carafe de Valentine (parce qu'on ne gifle tout de même pas une vieille femme...) (Maigret et la vieille dame).

On voit donc que dans les romans Maigret, on est loin du roman policier où l'intrigue consiste à simplement "traquer" le coupable à l'aide d'indices pour découvrir la solution d'un crime, comme on résoudrait élégamment une énigme: Maigret, s'il cherche la vérité, la cherche non en tant qu'amateur de rébus policiers, mais en tant que "chercheur d'hommes"en quête de vérité humaine...

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links