Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

English   Photos   French  

Maigret of the Month: Maigret et les braves gens (Maigret and the Black Sheep)
11/26/08 –

1. A crime in a familiar milieu

After a foray into the world of the aristocracy (VIE) and an investigation revolving around a tranquil burglar and a gang of hold-up specialists (PAR), this time Maigret plunges into a world closer to his own social class, that of these "good people" that the Chief Inspector might entertain in his own home, or meet at a dinner at the Pardons. And if Maigret is often disconcerted when he enters a world previously unknown to him (that of diplomats, bankers or business lawyers, for example), he is equally ill at ease when he encounters a murder in a milieu with which he is familiar from the outset. If murder was not unexpected among the "young toughs" of Montmartre, or the consequence of sordid interests of the upper class, a murder was not impossible in the "simple" milieu of good people. This is what the Chief Inspector discovers in this investigation... murder knows no boundaries, no social barriers. You can find a "skeleton in the closet", even at your next-door neighbor's...

2. A microcosm in an apartment

As Simenon can well present the many-faceted world of Paris, he enjoys creating a "condensed version" of this world in describing the residents of an apartment... More than once Maigret is led to traverse from cellar to attic a Parisian apartment, whose inhabitants comprise a complete universe... We can think, for example, of the apartment where Couchet had his laboratories in OMB: 61 Place des Vosges accommodates, besides the inescapable concierge, on the second floor, an aristocrat whose wife is in the process of giving birth, on the third, two young girls who love music, a couple where the husband is a civil servant, and two spinsters. Still at Place des Vosges, but this time 17-bis (amo), the second floor is occupied by a couple where the husband is – ostensibly – in import-export. We don't know about the third, but on the other hand the fourth, in the roof, is that of maids' rooms, occupied by a beautiful blonde spy, a composer of music, and an elderly fashion designer.

Let's leave the center of Paris and head for the suburbs, to Bourg-la-Reine, and a large six-story apartment building (CEC). On the ground floor we find a bicycle shop and a grocery store. On the second, a family where the husband is a traveling salesman and the wife is awaiting her fifth child. On the third, a bus conductor and a spinster piano teacher. The fourth is empty. On the fifth, an elderly attorney, disbarred because of a sex scandal. On the sixth, on elderly invalid and her niece, and on the other side, a Hungarian family whose two provocative-looking daughters are always on the stairs.

We return to Paris, more precisely, to Montmartre. 66-bis Rue Lamarck (mal), an old seven-story building... On the fourth floor lives a couple and the sister of the wife... who also goes up to the fifth to see her lover. At 42-B, Rue Notre-Dame-de-Lorette (PIC), the building is guarded by a concierge married to a policeman. A woman's hairdresser lives on the mezzanine floor, a masseuse on the second, and on the third we find an artificial flower business, a litigator, and a fortune-teller. The fourth floor is inhabited by a young strip-tease artist, a fat blonde woman who runs a checkroom in a theater, and a girl working in a brasserie. A little further into the quarter, another apartment house, inhabited on the fifth floor by an old countess, fallen and addicted to morphine, and on the sixth by a widower who works for the Tax Office. 113-bis Rue de Clichy (JEU), on the third floor, a widow sublets a room to young girls visiting Paris. On the same floor, a couple with the husband working in insurance... they have three children and a young maid from Normandy. Rue Caulaincourt (PAR), we find a dentist on the third floor, a midwife on the fourth and a milliner on the sixth. In ENF, we return to Rue Notre-Dame-de-Lorette, to 17-bis. On the first floor, next to the lodge of a "monumental" concierge, we find a lingerie shop and a shoe store. On the second, a dentist, a retired couple, and another couple who work as caterers. On the third, a corset-maker and a woman with three children. On the fourth, a young kept woman, and next door, a middle-aged woman. On the fifth, a couple with two children, a retired trainman who lives with his grandson, and an elderly woman, half deaf.

Next to Montparnasse, we find, on Rue Lhomond, Mlle Clément's building (MEU). On the ground floor, the owner's room, and that of an elderly operetta singer. On the second floor, the room of a young woman kept by an elderly gentleman, that of a couple with their infant, where the husband works in insurance, the room of an accountant and that of a student. On the third, another couple, the husband Polish, the wife caring for their child, a young secretary, a Yugoslav male nurse in an mental asylum, and a young man who, from peddling encyclopedias, moved to armed robbery... Opposite the building, another apartment, with a couple on the second floor... the husband is a ship's purser, and the wife is an invalid. On the third, a bearded man who works at Bon Marché. On the fourth, a widow in curlers who does housekeeping, and on the top floor, a maid who has male company every night. At 27 Boulevard Pasteur (MIN), the second and third floors are occupied by middle-class people, and Maigret meets the women with their children. On the fourth floor, there's a deaf old woman, and a family where the husband works in a bank. On the fifth floor is the apartment of a Minister. At 37-bis, Rue Notre-Dame-des-Champs (BRA), the ground floor has the concierge's lodge, the rooms of an elderly woman, rich and greedy, and those of a widower, assistant manager in an insurance company. The second floor is occupied by a South American family and an art critic, the third by some Americans. On the fourth floor, a couple of good people, with the husband the retired owner of a box company, and another middle-aged couple. On the fifth, a couple and their young daughter, the husband an architect, and another couple where the husband is a manufacturer. On the sixth, a single woman and a young couple. On the seventh, the maids' rooms, one of which sheltered the murderer.

On the Grand Boulevards, we find an old building scheduled for demolition (BAN), in the courtyard of which is a manufacturer of holiday articles. In the building, we find a mattress-maker, an usher, a licensed masseuse, a feather business and a typing school. Boulevard Saint-Martin (MIN), above a clock store, we find a private detective agency. And also a dentist, an artificial flower business, and a Swedish masseuse.

Rue des Acacias (PAT), a six-story building. On the first floor, the concierge's lodge, the apartment of a young man who works in television, and that of a podiatrist. On the second, a family where the father is a ticket collector for the métro and the daughter is a student in an art academy, and another family where the father works in insurance. On the third, an American journalist and a couple of means. On the third, a physical training instructor and an Italian couple. On the fifth, an old gangster, more or less "gone straight" and his companion, an old "girl of the streets", and incidentally, owner of the building, then a couple where the husband is a traveling salesman, his wife Belgian, and on the fifth, a family where the father is a bartender, and an Englishman. And finally, in the attic rooms, four maids, an elderly spinster, and an elderly deaf-mute.

At the Quai de la Mégisserie (FOL), we find on the ground floor a bird-seller's, on the second floor a charming old lady, and a young girl with her mother. On the third, a curious old lady, a bachelor historian, and a young couple who work for the cinema. On the fourth, a couple where the wife works in a men's shop, and the husband in insurance, their infant tended to by the devout grandmother on the same floor. On the fifth, a couple with their two children. On the sixth, and elderly invalid and a brasserie cashier.

3. On the length of a novel and of a chapter...

You may have noticed, in the novel which concerns us today, that the last chapter is particularly short, occupying but two pages. You know my mania for making comparisons intra-corpus, and I haven't escaped the desire to delve more deeply and to concern myself with the lengths of chapters. I know that Steve has already done an analysis of the lengths of the novels, but I'll redo it here as a function of the present subject.

My own study was done using as a base the Rencontre edition, since I have it in its entirety.

Here first I give an analysis of the lengths of the novels, according to the chronological order of the writing...

We note the following...

  • The average number of pages per novel increases with the corpus... an average of 132 pages for the Fayard period, 138 pages for the Gallimard period, and 149 for Presses de la Cité.

  • The average number of pages per novel, all cycles included, is 144 pages (in the Rencontre edition used)

  • The longest novel is MOR (185 pages); the four shortest novels (124 pages) are found, logically enough, in the Fayard cycle (PRO; FLA; MAI) and in the Gallimard (FEL).

Another interesting analysis is that of the evolution of the number of chapters as a function of the chronology of the writing of the corpus...

It's interesting to note that...

  • The number of chapters per novels decreases as a function of the chronology of the corpus: an average of 12 chapters per novel for the Fayard cycle, 10 for the Gallimard, and 8 for Presses de la Cité.

  • The average numbers of chapters per novel, all cycles included, is 9.

  • The novel with the most chapters is LET (19) and that with the least is FAN (7)

Even more interesting is the combination of the two preceding analyses, calculating the average number of pages per chapter, again as a function of the chronology of the corpus...

The points to note are the following...

  • Since, as we've seen above, the novels of the Fayard period have more chapters but fewer pages, naturally the average number of pages per chapter is smaller than for that of the Presses de la Cité period, which has more pages but fewer chapters. The average number of pages per chapter for the Fayard cycle is 12, for the Gallimard, 14, and for Presses de la Cité, 18, resulting in an overall average, all cycles included, of 16 pages per chapter

  • The two longest chapters are found in HES (26 pages) and NAH (25 pages)

  • We find short chapters of 2 or 3 pages in a number of novels... LET, PRO, TET, BRA, DEF and IND. It's always the last chapters of these novels, which evoke in a more summary text, the conclusion of an investigation, a technique used frequently by Simenon in the Maigrets. The very great majority of his novels end with a chapter shorter than the preceding ones, which gives the "final action" of a story... For example, the short report of Radek's execution in TET, the departure of the Southern Cross in PRO, the epilog heralding the following novel in DEF, and Maigret's visit to Mme Josselin to tell her of the death of her son in BRA.
Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, November 2008

original French

Maigret of the Month: Maigret et les braves gens (Maigret and the Black Sheep)
11/10/08 – Photos of locations where some of the action takes place in Maigret et les braves gens...

Rue du Saint-Gothard, running along the RER B line, previously a railway line from Denfert-Rochereau to Sceaux.

A building that looks like an industrial building converted into an apartement.


Rue Dareau, just near by, running under the RER B line (the bridge in the back).


Rue Notre-Dame des Champs, in the 6th arrondissement, a wealthy part of Paris with many shops. The buildings offer a high quality of life.

Jérôme

Maigret of the Month: Maigret et les braves gens (Maigret and the Black Sheep)
11/26/08 –

1. Un crime dans un milieu connu

Après une incursion dans le monde de l'aristocratie (VIE) et une enquête autour d'un cambrioleur tranquille et d'un gang spécialisé dans les hold-up (PAR), Maigret plonge cette fois dans un monde plus proche de son propre milieu social, celui de ces "braves gens" que le commissaire aurait pu croiser dans son propre immeuble, ou lors d'un dîner chez les Pardon. Et si Maigret est souvent dérouté lorsqu'il pénètre dans un nouveau monde inconnu de lui jusqu'alors (celui des diplomates, des banquiers ou des avocats d'affaires, par exemple), il est tout autant mal à l'aise lorsqu'il rencontre le crime dans un milieu qu'il appréhende mieux de prime abord. Si le crime peut être l'apanage des "petites frappes" de Montmartre, ou la conséquence de sordides intérêts de la haute bourgeoisie, un meurtre n'est pas impossible dans le milieu "simple" des braves gens. C'est ce que le commissaire découvre dans cette enquête: le crime n'a pas de frontières, et ne connaît pas les barrières sociales. On peut trouver un "cadavre dans un placard", même chez son voisin de palier...

2. Un microcosme dans un immeuble

Comme Simenon sait raconter le monde hétéroclite de Paris, de même il aime à faire un "condensé" de ce monde en décrivant les locataires d'un immeuble: plus d'une fois Maigret est amené à parcourir de la cave au grenier un immeuble parisien, dont les habitants résument tout un univers...On peut penser par exemple à l'immeuble où Couchet avait ses laboratoires dans OMB: le 61 place des Vosges abrite, à part l'incontournable concierge, au premier étage un aristocrate dont la femme est en train d'accoucher, au second deux jeunes filles qui aiment la musique, un couple dont le mari est fonctionnaire et deux vieilles filles. Toujours place des Vosges, mais cette fois au 17 bis (voir amo), le premier étage est occupé par un couple dont le mari s'occupe – officiellement – d'import-export, on ne sait rien du deuxième étage, mais par contre, le troisième étage, mansardé, est celui des chambres de bonnes, qui abritent une belle espionne blonde, un compositeur de musique et une vieille couturière.

Quittons le centre de Paris et rendons-nous en banlieue, à Bourg-la-Reine, dans un grand immeuble de cinq étages (CEC). Au rez-de-chaussée, on trouve un marchand de bicyclettes et une épicerie. Au premier, une famille dont le mari est représentant de commerce et dont la femme attend son cinquième enfant. Au deuxième, un receveur d'autobus et une vieille fille professeur de piano. Le troisième étage est inoccupé. Au quatrième, un ancien avoué rayé du barreau pour une affaire de mœurs. Au cinquième, une vieille femme impotente et sa nièce, et de l'autre côté du palier, une famille de Hongrois dont on rencontre toujours dans l'escalier les deux filles aux allures provocantes.

Revenons à Paris et plus précisément à Montmartre. Au 66 bis, rue Lamarck (voir mal), un vieil immeuble de six étages: au troisième étage habitent un couple et la sœur de madame; qui se rend aussi au quatrième où vit son amant. Au 42 ter, rue Notre-Dame-de-Lorette (PIC), l'immeuble est gardé par une concierge mariée à un agent de police. Un coiffeur pour dames occupe l'entresol, une masseuse le premier étage, et au deuxième étage, on trouve une affaire de fleurs artificielles, un contentieux et une voyante extralucide. Le troisième étage est habité par une jeune strip-teaseuse, une grosse femme blonde qui tient le vestiaire dans un théâtre, et une fille de brasserie. Un peu plus loin dans le quartier, un autre immeuble, habité au quatrième par une vieille comtesse déchue et morphinomane, et au cinquième par un veuf qui travaillait dans les contributions directes. Rue de Clichy, au 113 bis (JEU), au deuxième étage, une veuve sous-loue une chambre à des jeunes filles de passage. Au même étage, un couple dont le mari travaille dans les assurances, ils ont trois enfants et une jeune bonne venue de Normandie. Rue Caulaincourt (PAR), on trouve au second étage un dentiste, une sage-femme au troisième et une modiste au cinquième. Dans ENF, nous retournons rue Notre-Dame-de-Lorette, au 17 bis. Au rez-de-chaussée, à côté de la loge d'une "monumentale" concierge, on trouve un magasin de lingerie et une boutique de chaussures. Au premier, un dentiste, un couple de retraités, et un autre couple qui travaille dans la restauration. Au deuxième, une corsetière et une femme avec trois enfants. Au troisième, une jeune femme entretenue et à côté, une dame d'un certain âge. Au quatrième, un couple avec deux enfants, un retraité des chemins de fer qui vit avec son petit-fils, et une vieille femme à moitié sourde.

Du côté de Montparnasse, on va trouver, rue Lhomond, le meublé de Mlle Clément (MEU). Au rez-de-chaussée, la chambre de la logeuse et celle d'un ancien chanteur d'opérette. Au premier étage, la chambre d'une jeune femme entretenue par un vieux monsieur, celle d'un couple, dont le mari travaille dans les assurances, avec leur bébé, la chambre d'un comptable et celle d'un étudiant. Au second, un autre couple, dont le mari est Polonais et la femme attend un enfant, une jeune dactylo, un Yougoslave infirmier dans un asile d'aliénés, et un petit jeune homme, qui, du colportage d'encyclopédies, est passé au hold-up...En face du meublé, un autre immeuble, dont le premier abrite un couple: le mari est commissaire de bord et la femme est impotente. Au second, un barbu qui travaille au Bon Marché. Au troisième, une veuve en bigoudis qui fait le ménage, et au dernier étage, une bonne qui reçoit des hommes toutes les nuits. Au 27 Boulevard Pasteur (MIN), le premier et le second étage sont habités par des gens de classe moyenne, dont Maigret rencontre les femmes et leurs enfants; au troisième, c'est une vieille femme sourde et une famille dont le mari travaille dans une banque; le quatrième étage abrite l'appartement d'un ministre. Au 37 bis, rue Notre-Dame-des-Champs (BRA), le rez-de-chaussée comporte la loge de la concierge, le logement d'une vieille fille riche et avare et celui d'un veuf sous-directeur dans une compagnie d'assurances. Le premier étage est occupé par une famille sud-américaine et un critique d'art, le deuxième par des Américains. Au troisième étage, un couple de braves gens, dont le mari retraité est l'ancien propriétaire d'une cartonnerie, et un autre couple d'un certain âge. Au quatrième, un couple et leur fille, le mari est architecte, et un autre couple dont le mari est un industriel. Au cinquième, une dame seule et un jeune couple. Au sixième, les chambres de bonnes, dont l'une a abrité le meurtrier.

Sur les Grands Boulevards, voici un vieil immeuble voué à la démolition (BAN), dont la cour abritait une fabrique d'articles de fêtes. Dans l'immeuble, on trouve un matelassier, un huissier, une masseuse diplômée, un commerce de plumes et un cours de dactylographie. Boulevard Saint-Martin (MIN), au-dessus d'une boutique d'horlogerie, on rencontre une officine de police privée. On y trouve aussi un dentiste, un commerce de fleurs artificielles, une masseuse suédoise.

Rue des Acacias (PAT), un immeuble de cinq étages: au rez-de-chaussée, la loge de la concierge, le logement d'un jeune homme qui travaille à la télévision, et celui d'une pédicure. Au premier, une famille dont le père est contrôleur du métro et la fille étudiante dans une académie de peinture, une autre famille dont le père travaille dans les assurances; au deuxième, une journaliste Américaine et un couple de rentiers; au troisième, un professeur de culture physique et un couple d'Italiens; au quatrième, un ancien truand plus ou moins "rangé des voitures" et sa compagne, une ancienne "fille du trottoir", et accessoirement propriétaire de l'immeuble; ainsi qu'un couple dont le mari est voyageur de commerce, sa femme est Belge; au cinquième, une famille dont le père est barman, et un Anglais; enfin, dans les mansardes, quatre bonnes, une vieille fille et un vieux sourd-muet.

Quai de la Mégisserie (FOL), on trouve au rez-de-chaussée un marchand d'oiseaux, au premier une charmante vieille dame, et une petite fille avec sa mère; au deuxième, une vieille femme curieuse, un historien célibataire et un jeune couple qui travaille pour le cinéma; au troisième, un couple dont la femme travaille dans une chemiserie et le mari dans les assurances, leur bébé est gardé par la grand-mère; au même étage, un religieux; au quatrième, un couple avec leurs deux enfants; au cinquième, un vieil impotent et une caissière de brasserie.

3. De la longueur d'un roman et d'un chapitre...

Vous aurez remarqué, dans le roman qui nous occupe aujourd'hui, que le dernier chapitre est particulièrement court, puisqu'il ne comporte que deux pages. Vous connaissez ma manie de faire des comparaisons intra-corpus, et je n'ai pas échappé à l'envie d'approfondir le sujet et de m'intéresser à cette longueur des chapitres. Je sais que Steve avait déjà fait l'analyse de la longueur des romans, mais j'ai décidé de la reprendre en fonction du sujet présent.

Ma propre étude a été faite sur la base de l'édition Rencontre, puisque c'est celle que je possède intégralement.

Voici d'abord ce que donne l'analyse de la longueur des romans, selon l'ordre chronologique d'écriture du corpus:

Notons les éléments suivants:

  • le nombre moyen de pages par roman augmente selon le corpus: il passe de 132 pages en moyenne pour la période Fayard, à 138 pages pour la période Gallimard, et à 149 pages pour la période Presses de la Cité

  • le nombre moyen de pages par roman, tous cycles confondus, est de 144 pages (dans l'édition Rencontre utilisée)

  • le roman le plus long est MOR (185 pages); les quatre romans les plus courts (124 pages) se trouvent, de façon assez logique, dans le cycle Fayard (PRO; FLA; MAI) et un dans le cycle Gallimard (FEL)

Une autre analyse intéressante est celle de l'évolution du nombre de chapitres en fonction de la chronologie d'écriture du corpus:

Il est intéressant de noter que:

  • le nombre de chapitres par roman diminue en fonction de la chronologie du corpus: il passe d'une moyenne de 12 chapitres par roman pour le cycle Fayard, à 10 chapitres pour le cycle Gallimard, et à 8 pour le cycle Presses de la Cité

  • le nombre moyen de chapitres par roman, tous cycles confondus, est de 9 chapitres

  • le roman qui comporte le plus de chapitres est LET (19) et le celui qui en a le moins est FAN (7)

Plus intéressante encore est la combinaison des deux analyses précédentes, c'est-à-dire le calcul du nombre moyen de pages par chapitre, toujours en fonction de la chronologie du corpus:

Les points à noter sont les suivants:

  • puisque, comme on l'a vu ci-dessus, les romans de la période Fayard ont plus de chapitres mais moins de pages, il en découle naturellement que le nombre moyen de pages par chapitre est plus petit que pour ceux de la période Presses de la Cité, qui ont plus de pages mais moins de chapitres: le nombre moyen de pages par chapitre pour le cycle Fayard est de 12, pour le cycle Gallimard de 14, et pour le cycle Presses de la Cité de 18, d'où une moyenne générale, tous cycles confondus, de 16 pages par chapitre

  • les deux plus longs chapitres se trouvent dans HES (26 pages) et dans NAH (25 pages)

  • on trouve de courts chapitres de 2 ou 3 pages dans plusieurs romans: LET, PRO, TET, BRA, DEF et IND; il s'agit alors des derniers chapitres de ces romans, qui évoquent en un texte plus ramassé la conclusion d'une enquête, une technique utilisée fréquemment par Simenon dans les Maigret: la très grande majorité de ses romans se terminent par un chapitre plus court que les précédents, qui donne "l'action finale" d'une histoire: par exemple, le court récit de l'exécution de Radek dans TET, le départ du Southern Cross dans PRO, l'épilogue annonciateur du roman suivant dans DEF, ou la visite de Maigret à Mme Josselin pour lui annoncer la mort de son frère dans BRA.
Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links