Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Maigret of the Month: Maigret et l'homme du banc (Maigret and the Man on the Bench, Maigret and the Man on the Boulevard)
6/15/07 –

1. A fine novel

This novel is one of my favorites, but for reasons which are hard to explain. Nonetheless, here are some... first, it's a story with a rather sad tone, very much like Simenon's "gray novels" (of the non-Maigrets), but with some lighter touches (Santoni, Schrameck), a mixture which leaves us with a strong and lasting impression. Then, the characters evoked by Simenon are well-drawn, and the author shows us once more his talent in the art of presenting a procession of well-rendered protagonists. And lastly, the plot is woven between these quite different characters, but linked to the central figure of Thouret. He's an example of a character often portrayed by Simenon, the "poor soul", whose commonness is apparent, but who, thanks to – or at least because of – particular circumstances, reconstructs for himself a life of his wishes, but a life which, inevitably for the novel, he cannot enjoy for long... for Maigret to discover the originality of this life, he has to be brought to know the person who led it, and for this he has to be inevitably murdered... that is the price for the Chief Inspector to make contact with him…

2. I like to stroll the Grand Boulevards…

For the most part, the action of the novel takes place in one of Maigret's favorite Parisian locales... "Maigret had always had, without trying too hard to understand why, a certain predilection for the portion of the Grand Boulevards between the Place de la République and Rue Montmartre." (beginning of Ch. 2). It's a chance for Simenon to evoke, through several street names, a characteristic area of Paris. To help you find your way, I've presented a simplified map of the area:

In Ch. 1, Louis Thouret was killed in a cul-de-sac off the Boulevard Saint-Martin, behind a building on Rue Meslay (to the left on the map). The local police station is but a few steps away, on Rue Notre-Dame-de-Nazareth (letter A on the map). Mme Thouret tells Maigret that her husband worked at Kaplan et Zanin, on Rue de Bondy. Rue de Bondy has become today Rue René Boulanger (at the X on the map). Monique Thouret sometimes lunched with her father in a restaurant on Boulevard Sébastopol (C on the map). In Ch. 2, we learn that Maigret goes to the movies with his wife almost every week on Boulevard Bonne-Nouvelle, which adjoins Boulevard Saint-Martin. Maigret goes to Kaplan et Zanin, coming to the intersection in front of the Théâtre de la Renaissance (marked by on the map). In Ch. 3, Maigret meets Neveu in a bistro on Rue Saint-Martin (between C and A on the map). Neveu tells him that Thouret bought gaufres (pastry) on Rue de la Lune (E on the map).

3. Variations on a theme

The theme of the "poor soul" who invents a parallel life for himself has already been done by Simenon in the Maigrets, in the short story, "Death of a Nobody" (1946), whose framework is very similar to that of the present novel. It's a theme which comes often from the pen of Simenon, and which haunts him to the extent that he used it twice with his Chief Inspector. Just for fun, I've made a little table to compare the story (pau) and the novel (BAN), to show their differences and similarities.

 Death of a NobodyMaigret and the Man on the Bench
DifferencesJuliette Tremblet is "disoriented by events" Emilie Thouret wants to control the entire life of her family
Francine, the daughter, is "softer"; her father gives her money so that she doesn't have to work Monique, the daughter, is "hard", she blackmails her father for money
The Tremblets live in an apartment, in a popular quarter in the heart of Paris The Thourets live in a house in the suburbs
Tremblet's money came from the lottery Thouret's money came from thefts
The investigation takes place in fine weatherThe investigation takes place in bad weather
Tremblet's killer is a "friend", who kills him out of "annoyance" Thouret's killer is a "low-life"; he kills him for his money
Similarities The two are married to women who "don't suit them"
Both daughters are aware, at least in part, of the double lives of their fathers
Both men have a "banal" and routine job (cashier, shopkeeper), and both pretend to their family that they continue to work at it
Both men have a second lodging
Both men keep canaries
Both men have a mistress
Both men have in their second home piles of books, which they can read "in peace"
Both men wear different clothes for their second life

4. Objects which speak to us

Two objects in this novel have an importance equal to that of the characters... these are, of course, the brown shoes and the bench where Thouret sat. Their appearance returns as a leitmotif and at the same time as a marker of the action throughout the novel. In Ch. 1, the brown shoes of the corpse "clash" with the rest of his aspect, and then Mme Thouret claims that her husband had never worn brown shoes. The "incongruity" quickly gives Maigret an indication that Thouret's life may not have been so commonplace, and each time he questions a witness he asks the question, had they ever seen Thouret with these shoes. In Ch. 2, the concierge and Léone talk to him about it. In Ch. 3, Maigret is set on the trail of a second lodging for Thouret because of the brown shoes, because he had to leave them somewhere before returning home; in the same chapter, Maigret understands, because it had been the same for him long ago, that the brown shoes were for Thouret the symbol of "freedom". In Ch. 5, Maigret discovers, in a closet in Thouret's room, three pairs of brown shoes. IN Ch. 6, Monique claims to have seen her father with brown shoes (and to have thus discovered his double life). In Ch. 8, Jorisse tells Maigret "You were bound to find that he had a room in the city... because of the brown shoes."

Similarly for the bench: In Ch. 2, the concierge tells Maigret that she'd seen Thouret on a bench "in the middle of the day", like a man with nothing to do, and who was enjoying himself. In Ch. 3, it's Saimbron who tells Maigret that he'd seen Thouret on a bench, and he adds that he'd seen him with a companion. As the brown shoes had put Maigret on the trail of a second lodging, so the bench and the companion allow the Chief Inspector to question Thouret's activities... what was he doing on a bench, and who was his companion – a potential killer? That's why Maigret sends Neveu to "sit on benches and make connections". And the Inspector didn't realize that Maigret would happily take his place, for Maigret needs to "put himself into the skin" of the victim to understand what's happened. And perhaps, if he had spent the time on the benches himself, he'd be able to understand Thouret's double life without the need for additional clues…. In Ch. 5, Maigret asks Antoinette if she had ever seen Thouret on a bench, and she also tells of a man with the face of a clown. In Ch. 6, it's Monique who says she'd seen her father sitting on a bench. In Ch. 7, Schrameck tells how he'd made Thouret's acquaintance on a bench, and we will learn that the bench is essentially the key to the affair, as from a simple "resting station", the bench had become an observation post permitting the planning of the thefts.

5. Numbers and letters

In Ch. 5, Mariette Gibon gives her telephone number, "Bastille 22-51". Intrigued by this form of number, met elsewhere in other novels, I searched for information, and here's what I found on the history of the telephone...

The first applications of the telephone were devoted to basically local communications, or within a restricted group of users. An operator manually established the connections between the various subscribers. And as these weren't so numerous, the operator knew them all. When the government decided to establish the first "general public" network, it became necessary to codify the users, in other words, to assign them a telephone "address". The simplest system was to give a number to each in the chronological order of their subscribing. And that's the method that was adopted. Further, as the number of subscribers increased, they set up new centrals. Subscribers were thus identified by a number within a central. For example, if M. Dupont was the 273rd subscriber in the central Opéra à Paris, he would be accessed by requesting "Opéra 273".

6. A walk through the corpus

We can find a few allusions scattered through the text:

  • the allusion to MME at the end of Ch. 3: "Wasn't it while chatting with the mother of a little boy, on a bench in the Square d'Anvers, while she was waiting for her dentist appointment, that Mme Maigret, without wanting to, had discovered the trail of a murderer?"

  • the allusion to CHE in Ch. 8: "the Chief Inspector remembered the six-footers he'd met on the ranches of Texas and Arizona."

  • the "nostalgia for fatherhood", a recurrent theme, found in the relationship between Maigret and Lecoeur, and between Maigret and Jorisse

  • two allusions to Maigret's youth, little touches by which Simenon anchors his character in a "biographical reality": In Ch. 4, we learn that the Maigrets had had a baby girl, but she hadn't lived, and in Ch. 8, in response to Jorisse, who told of his troubles with his mother, Maigret replies: "As for me, I didn't have a mother."

7. Video and a riddle…

I'd like to end this text with a suggestion and a little unpretentious game. The suggestion is to invite you to watch the two television versions of the novel, the first that of Jean Richard, whose adaptation "sticks" strongly to the text, and where you will find "real" images of Boulevard Saint-Martin, filmed in the actual locations of the action, including the famous bench! The second, that with Bruno Crémer, who takes certain liberties with the text, but which is one of the better episodes of the series…

The little game is this: just a simple invitation to scan the text of the novel with "an eye for detail": it's about the response to the following question... In Ch. 4, Maigret asks Mariette Gibon the number of her "borders", and she replies "For the moment, there are three." What are the names of the three women? (careful, there's a trap!)

Solution: actually, four names are mentioned:

  • Lucile (in Ch. 4, Mariette Gibon tells Maigret that Lucile sometimes played belote with Thouret)

  • Yvette (end of Ch. 4: "It's not Vice, Yvette!")

  • Olga (Ch. 5, one of the girls, Olga, received a phone call; Ch. 9, Olga, the brunette, went out to do her marketing)

  • Arlette (the one Maigret makes talk in the final chapter, and who reveals the name of Thouret's murderer)

We can suggest several explanations for the little "mystery":

  • simple negligence on the part of the author (we know that sometimes Simenon changes the name of a character in the course of a novel)

  • a lie by Mariette Gibon: in fact, she has four lodgers, but doesn't want to say so; Yvette doesn't live in the house and is only there to turn a trick…

  • it's Lapointe who will be charged with protecting the women who comes to "give up" the murderer... is it at the moment that he "entrusts" her, that Simenon remembered more or less unconsciously "Maigret in Montmartre", and Lapointe's first love, who was also called Arlette? We note in passing the strange fact that Maigret "forgets" to liberate Lapointe from his care of Arlette, and leaves them to pass the night together…

Murielle Wenger

translation: S. Trussel
Honolulu, June 2007

original French

Maigret of the Month: Maigret et l'homme du banc (Maigret and the Man on the Bench, Maigret and the Man on the Boulevard)
6/16/07 – There are also similarities between this novel and "M. Gallet, décédé" [Maigret Stonewalled]:

The two men are married to women who don't suit them.
The child (a son in this case) is aware of the double life of his father.
Both men have a "banal" and routine job (travelling salesman in this case), and both pretend to their family that they continue to work at it.

Mattias Siwemyr

Maigret of the Month: Maigret et l'homme du banc (Maigret and the Man on the Bench, Maigret and the Man on the Boulevard)


6/21/07 – A small comment on Maigret et l'homme du banc. Reference is made to a subway station "Saint-Martin". This station is not on any modern map of the subway because it was closed in September 1939 as men had to leave for the army and were not enough to keep all stations open. Here's a link.

Jerome

Maigret of the Month: Maigret et l'homme du banc
6/12/07 –

1. Un beau roman

Ce roman est un de mes préférés, mais les raisons pour lesquelles je l'apprécie sont difficiles à expliquer: en voici tout de même quelques-unes: d'abord, c'est un roman au ton plutôt triste, qui le rapproche beaucoup des "romans gris" de Simenon (hors cycle des Maigret), mais avec quelques touches plus gaies (Santoni, Schrameck), un mélange qui nous laisse une impression forte et durable. Ensuite, les personnages évoqués par Simenon sont bien dessinés, et l'auteur nous montre à nouveau son talent dans l'art d'évoquer un cortège de protagonistes typés. Enfin, l'intrigue se tisse entre ces personnages fort différents, mais que relie la figure centrale de Thouret. Celui-ci fait partie de ces personnages souvent évoqués par Simenon, le "pauvre type" dont la banalité n'est qu'apparente, mais qui, grâce à – ou à cause de – circonstances particulières, s'est reconstruit une vie selon ses désirs, mais une vie dont, fatalité du roman oblige, il ne peut profiter longtemps: pour que Maigret découvre l'originalité de cette vie, il faut qu'il soit amené à connaître le personnage qui la menait, et ceci ne peut fatalement se faire que si celui-ci est assassiné: c'est à ce prix que le commissaire pourra entrer en contact avec lui…

2. J'aime flâner sur les grands boulevards…

L'action du roman se situe en majeure partie dans un lieu parisien privilégié par Maigret: "Maigret avait toujours eu, sans trop chercher à savoir pourquoi, une certaine prédilection pour la portion des Grands Boulevards comprise entre la place de la République et la rue Montmartre." (début du chapitre 2). C'est l'occasion pour Simenon d'évoquer, au travers de quelques noms de rues, une portion de Paris caractéristique. Pour mieux s'y retrouver, je vous propose ici un plan simplifié des lieux:

Au chapitre 1, Louis Thouret a été assassiné dans une impasse du Boulevard Saint-Martin, qui donne sur un immeuble de la rue Meslay (à gauche sur le plan). Le commissariat du quartier est à deux pas, rue Notre-Dame-de-Nazareth (lettre A sur le plan). Mme Thouret raconte à Maigret que son mari travaillait chez Kaplan et Zanin, rue de Bondy. La rue de Bondy est devenue de nos jours la rue René Boulanger (voir X sur le plan). Monique Thouret allait parfois déjeuner avec son père dans un restaurant du boulevard Sébastopol (C sur le plan). Au chapitre 2, on apprend que Maigret va au cinéma presque chaque semaine avec sa femme boulevard Bonne-Nouvelle: celui-ci fait suite au boulevard Saint-Martin. Maigret se rend chez Kaplan et Zanin, et arrive devant l'intersection devant le Théâtre de la Renaissance (marqué par un sur le plan). Au chapitre 3, Maigret retrouve Neveu dans un bistrot de la rue Saint-Martin (entre C et A sur le plan). Neveu lui raconte que Thouret achetait des gaufres rue de la Lune (E sur le plan).

3. Variations sur un thème

Le thème du "pauvre type" qui s'invente une vie parallèle avait déjà été évoqué, dans le cycle des Maigret, dans la nouvelle "On ne tue pas les pauvres types" (1946), dont la trame est très semblable à celle du roman qui nous occupe. C'est un thème qui revient souvent sous la plume de Simenon, et qui le hante au point de l'avoir utilisé dans deux récits mettant en scène le commissaire. Pour le plaisir, j'ai fait un petit tableau qui compare la nouvelle (pau) et le roman (BAN), pour mettre en avant ce qui les différencie et ce qui les rapproche.

 On ne tue pas les pauvres typesMaigret et l'homme du banc
DifférencesJuliette Tremblet est "dépassée par les événements" Emilie Thouret veut régenter toute la vie de sa famille
Francine, la fille, est plus "douce"; son père lui donne de l'argent pour qu'elle ne doive plus travailler Monique, la fille, est "dure", elle fait chanter son père pour qu'il lui donne de l'argent
Les Tremblet habitent dans un logement, dans un quartier populaire au cœur de Paris Les Thouret habitent une maison en banlieue
L'argent de Tremblet a été gagné à la loterie L'argent de Thouret a été gagné par des vols
L'enquête se déroule par beau temps L'enquête se déroule par mauvais temps
L'assassin de Tremblet est un "copain" de celui-ci, il l'a tué par "vexation" L'assassin de Thouret est un "gars du milieu"; il l'a tué pour s'emparer de son argent
Ressemblances Les deux sont mariés à une femme qui ne leur "convient pas"
Les deux filles sont en courant, au moins en partie, de la double vie de leur père
Les deux hommes exerçaient un travail "banal" et routinier (caissier, magasinier), et les deux ont continué à faire croire à leur famille qu'ils continuaient de l'exercer
Les deux hommes ont un deuxième logement
Les deux hommes ont dans ce logement des canaris
Les deux hommes ont une maîtresse
Les deux hommes ont dans leur second logement des tas de livres, qu'ils peuvent lire "en paix"
Les deux hommes s'offrent des vêtements différents pour leur double vie

4. Des objets qui nous parlent

Deux objets prennent dans ce roman une importance presque égale à celle de personnages: il s'agit, bien sûr, des souliers jaunes et du banc où s'asseyait Thouret. Leur évocation revient à la fois comme un leitmotiv et à la fois comme un balisage de l'action tout au long du roman. Au chapitre 1, les souliers jaunes du cadavre "détonnent" avec le reste de son aspect, puis Mme Thouret déclare que son mari n'a jamais porté de souliers jaunes. Cette "incongruité" donne très vite à Maigret un indice que la vie de Thouret n'est peut-être pas si banale, et, à chaque fois qu'il interroge un témoin, il pose la question à celui-ci s'il a vu Thouret avec ces souliers. Au chapitre 2, la concierge et Léone lui en parlent. Au chapitre 3, Maigret est mis sur la piste d'un second logement de Thouret à cause des souliers jaunes, qu'il doit bien laisser quelque part avant de rentrer chez lui; dans le même chapitre, Maigret comprend, parce qu'il en a fait de même autrefois, que ces souliers jaunes sont pour Thouret le symbole de son "affranchissement". Au chapitre 5, Maigret découvre, dans l'armoire de la chambre de Thouret, trois paires de souliers jaunes. Au chapitre 6, Monique avoue avoir vu son père avec ses souliers jaunes (et donc avoir découvert sa double vie). Au chapitre 8, Jorisse déclare à Maigret "Vous avez fatalement appris qu'il avait une chambre en ville, Ne fût-ce qu'à cause des souliers jaunes."

De même, le banc: au chapitre 2, la concierge dit à Maigret qu'elle a vu Thouret sur un banc "en plein jour", donc comme un homme qui n'a rien à faire et qui prend du bon temps. Au chapitre 3, c'est Saimbron qui raconte à Maigret qu'il a vu Thouret sur un banc, et il ajoute aussi qu'il a vu celui-ci avec un compagnon. Comme les souliers jaunes donnaient la piste du second logement à Maigret, ainsi le banc et ce compagnon permettent au commissaire de se poser des questions sur les activités de Thouret: que faisait-il sur un banc, et qui était son compagnon: un assassin potentiel ? C'est pourquoi Maigret envoie Neveu s' "asseoir sur les bancs et lier connaissance". Et l'inspecteur ne comprend pas que Maigret ferait volontiers le travail à sa place, car Maigret a besoin de se "mettre dans la peau" de la victime pour comprendre ce qui s'est passé. Et peut-être, s'il avait pu passer lui-même son temps sur les bancs, aurait-il compris la double vie de Thouret sans avoir besoin d'autres indices….Au chapitre 5, Maigret demande aussi à Antoinette si elle a jamais vu Thouret sur un banc, et celle-ci lui parle aussi de l'homme à la tête de clown. Au chapitre 6, c'est Monique qui déclare avoir vu son père sur un banc. Au chapitre 7, Schrameck raconte qu'il a fait connaissance de Thouret sur un banc, et on va apprendre que ce banc est effectivement la clé de l'affaire, puisque, de simple "station de repos", le banc est devenu poste d'observation qui permet d'organiser les cambriolages.

5. Des chiffres et des lettres

Au chapitre 5, Mariette Gibon donne son numéro de téléphone "Bastille 22-51". Intriguée par cette forme de numéro, rencontrée d'ailleurs dans d'autres romans, je suis allée chercher des informations, et voici ce que j'ai trouvé sur l'histoire du téléphone:

Les premières applications du téléphone sont vouées aux communications essentiellement locales, ou dans un groupe restreint d'utilisateurs. Un opérateur établit les connexions manuellement entre les divers abonnés. Et comme ceux-ci ne sont pas nombreux, il les connaît tous. Lorsque l'Etat décide d'implanter les premiers réseaux à vocation "grand public", il devient nécessaire de codifier les utilisateurs, c'est à dire de leur attribuer une "adresse" téléphonique. La plus simple codification est de donner un numéro par l'ordre chronologique de demande d'abonnement. Et c'est la méthode qui sera adoptée. En outre, comme le nombre d'abonnés croît, on installe de nouveaux centraux. Les abonnés sont alors reconnus par un numéro au sein d'un central. Par exemple, si M. Dupont est le 273e abonné du central Opéra à Paris, on le joint en demandant " Opéra 273 ".

6. Promenade dans le corpus

On pourra noter les quelques allusions parsemées au fil du texte:

  • l'allusion à MME à la fin du chapitre 3: "N'est-ce pas en bavardant avec la mère d'un petit garçon, sur un banc du square d'Anvers, alors qu'elle attendait l'heure de son rendez-vous chez le dentiste, que Mme Maigret, sans le vouloir, avait découvert la trace d'un assassin?

  • l'allusion à CHE au chapitre 8: "le commissaire revoyait les gars d'un mètre quatre-vingt-dix qu'il avait rencontrés dans les ranches du Texas et de l'Arizona."

  • la "nostalgie de la paternité", thème récurrent s'il en est, qu'on retrouve ici dans les rapports entre Maigret et Lecoeur, et entre Maigret et Jorisse

  • deux allusions à la jeunesse de Maigret, petites touches par lesquelles Simenon ancre son personnage dans une "réalité biographique": au chapitre 4, nous apprenons que les Maigret ont eu une petite fille, qui n'a pas vécu; et au chapitre 8, en réponse à Jorisse qui évoque ses difficultés de relation avec sa mère, Maigret réplique: "Moi, je n'avais pas de mère."

7. Vidéo et devinette…

J'aimerais terminer ce texte par une suggestion et un petit jeu sans prétention. La suggestion, c'est de vous inviter à regarder les deux versions qui ont été tournées à partir de ce roman: la première, celle de la série Jean Richard, dont l'adaptation "colle" fortement au texte, et où vous retrouverez des images "réelles" du boulevard Saint-Martin, tournées sur les lieux mêmes de l'action, y compris le fameux banc! La seconde, celle avec Bruno Crémer, qui prend une certaine liberté avec le texte, mais qui fait partie des bons épisodes de la série…

Le petit jeu, le voici: n'y voyez qu'une simple invite à parcourir le texte du roman avec un œil "curieux des détails" : il s'agit de répondre à la question suivante: au chapitre 4, Maigret demande à Mariette Gibon le nombre de ses "locataires", et celle-ci répond: "Pour le moment, j'en ai trois. " Quel est le nom de ces trois femmes ? (attention, il y a un piège!)

Solution: en réalité, quatre prénoms sont mentionnés:

  • Lucile (au chapitre 4, Mariette Gibon dit à Maigret que Lucile faisait parfois une belote avec Thouret)

  • Yvette (fin du chapitre 4: "C'est pas les Mœurs, Yvette !")

  • Olga (chapitre 5, une des filles, Olga, a reçu un coup de téléphone; chapitre 9, Olga, la brune, est sortie faire son marché)

  • Arlette (c'est elle que Maigret fait parler au dernier chapitre, et qui lui dévoile le nom du meurtrier de Thouret)

On peut avancer plusieurs explications à ce petit "mystère":

  • simple négligence de la part de l'auteur (on sait qu'il arrive à Simenon de changer le nom d'un personnage en cours de roman)

  • mensonge de Mariette Gibon: en fait, elle abrite 4 locataires, mais ne veut pas le dire; à moins que Yvette n'habite pas la maison et ne soit là que pour une passe…

  • c'est Lapointe qui sera chargé de la protection de la femme qui vient de "donner" le meurtrier; est-ce qu'au moment de lui "confier" celle-ci, Simenon a eu une réminiscence plus ou moins inconsciente du souvenir de "Maigret au Picratt's", et du premier amour de Lapointe, qui s'appelait elle aussi Arlette ? Remarquons au passage le fait étrange que Maigret "oublie" de libérer Lapointe de la surveillance d'Arlette, et qu'il les laisse passer la nuit ensemble…

Murielle Wenger

English translation

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links