Bibliography   Reference   Forum   Plots   Texts   Simenon   Gallery   Shopping   Film   Links

Le Soir magazine
12 février, 2003

L'Année Simenon

Simenonville se souvient...
Simenon à Paris
Une star jamais honorée
Une œuvre immense
Simenon dans la Pléiade
Les trésors du Fonds Simenon
Les mémoires intimes d'un fils
Sa dernière demeure
Une vie de ruptures...
Au menu de la fête...
La production Simenon
Ils ont tous joué Maigret
Au cinéma, 57 films

Georges Simenon l'écrivain

Les trésors du Fonds Simenon

Fonds Simenon
S'il écrivait ses « romans durs » au crayon et ses « Maigret » à la machine, pour les uns et les autres, il utilisait des enveloppes jaunes surlesquelles il notait des informations factuelles liées aux romans.
C'est dans le château de Colonster, au cœur du Domaine universitaire du Sart Tilman à Liège, que repose aujourd'hui l'héritage de Simenon : des documents et objets qui évoquent le souvenir du romancier et de son itinéraire professionnel et ravissent les passionnés de l'écrivain et les chercheurs.

Dans la pièce où sont conservés les documents proprement dits, on peut voir exposées sur des murs des œuvres originales des éditions françaises et étrangères. Dans des vitrines et armoires, on découvre les manuscrits d'un grand nombre de romans et des photos que Simenon a prises durant ses nombreux voyages à travers le monde, l'ensemble des ouvrages critiques, des dossiers de presse établis année après année par son secrétariat et un certain nombre d'exemplaires de ses romans d'avant le grand Simenon.

On trouve aussi au Fonds les fameuses enveloppes jaunes, explique Benoît Denis. Quand il était plongé dans l'écriture de ses romans, Simenon notait sur ces enveloppes les noms de ses personnages, leur âge et diverses informations factuelles afin de pouvoir rester concentré sur l'écriture tout en ne se trompant pas sur un fait pratique.

Le Fonds conserve également les copies de films anciens ou modernes tirés d'une de ses œuvres ainsi que des objets remarquables comme la boule d'or gravée à son nom par Cartier ou son mobilier de bureau (donné récemment par ses héritiers).

Et dire que tous ces trésors littéraires ont failli s'envoler pour la Russie car avant de les donner à l'Université de Liège, en 1976, Simenon s'apprêtait à les léguer à l'Université de Saint-Pétersbourg car il y connaissait un professeur qui avait traduit ses œuvres. Il se disait que les communistes prendraient soin de ses écrits étant donné leur aspect populaire.

À l'époque, j'étais assistant de Maurice Piron, raconte Jacques Dubois. Celui-ci avait décidé d'écrire à Simenon pour l'avertir du fait que nous avions, à la fin des années soixante, consacré une année de cours à Simenon. Nous estimions alors qu'il n'était pas normal que l'Université de Liège enseigne la littérature belge sans faire mention de ce grand écrivain liégeois. Simenon nous a répondu. Maurice Piron et lui se sont rencontrés et Simenon lui a dit son émotion d'avoir été l'objet de cours et lui a annoncé sa décision de donner comme il l'écrivit lui-même « tout ce qu'un homme de mon âge a pu accumuler ».

Joëlle Smets

Le Soir magazine
12 février, 2003

L'Année Simenon

Simenonville se souvient...
Simenon à Paris
Une star jamais honorée
Une œuvre immense
Simenon dans la Pléiade
Les trésors du Fonds Simenon
Les mémoires intimes d'un fils
Sa dernière demeure
Une vie de ruptures...
Au menu de la fête...
La production Simenon
Ils ont tous joué Maigret
Au cinéma, 57 films


Home   Bibliography   Reference   Forum   Plots  Texts   Simenon   Gallery   Shopping   Film   Links