Bibliography   Reference   Forum   Plots   Texts   Simenon   Gallery   Shopping   Film   Links

Spécial Lognon

par Murielle Wenger

 
English translation

1. Apparition d'un personnage ou Lognon avant Maigret
2. Lognon dans le cycle des Maigret
a) Portrait physique
b) Lognon et son entourage
c) Portrait moral: "le lugubre Lognon"
d) Le Malchanceux
e) Maigret et Lognon


Je reprends ici, comme je vous l'avais promis, l'analyse des collaborateurs de Maigret. Comme mon étude des "quatre fidèles" n'est de loin pas encore terminée, j'aimerais offrir à tous les lecteurs et fans de Maigret, comme une sorte d'avant-goût de cadeau de Noël, une analyse du personnage de Lognon.

1. Apparition d'un personnage ou Lognon avant Maigret

Lognon, Joseph de son prénom, apparaît pour la première fois sous la plume de Simenon en 1937, dans un roman qui n'est pas un Maigret: "Monsieur la Souris." Le titre du premier chapitre nous donne immédiatement un trait caractéristique du personnage: "Les silences de l'inspecteur Malgracieux". C'est bien sûr ainsi qu'est surnommé Lognon par ses collègues. En fait, c'est le père La Souris, un clochard, qui lui a trouvé ce surnom.

Lognon est un inspecteur "en civil", qui appartient à la police municipale, et qui travaille dans un poste de commissariat du 9e arrondissement, dit "de l'Opéra". Il est chargé de la surveillance de la voie publique, et en particulier d'empêcher la prostitution clandestine, et c'est pourquoi il s'occupe plus spécifiquement des "filles soumises" et des "filles de brasserie".

Son portrait est déjà tout tracé, au moral comme au physique: "Devant cette porte, il y avait un Lognon funèbre qui attendait.": "sombre et renfrogné", ce n'est pas son genre de parler inutilement. Son regard est obstiné, et il semble "toujours poursuivre la solution d'un problème difficile". Il a le visage fermé, regard lourd, l'œil farouche, le front buté, la mine triste, et il parle en grognant. Il ne supporte pas la plaisanterie, toujours anxieux d'être pris pour dupe. Mais au fond de lui, c'est un timide, qui a conscience de son infériorité. Il se rend bien compte qu'il a "tort de vouloir trop bien faire, comme sa femme se tuait à le lui répéter" et de risquer par ses démarches, qu'il n'annonce pas toujours à ses chefs, de compromettre sa situation. Au fond c'est un "honnête homme", et "même, tout au fond, un brave homme".

Il a un visage osseux, aux traits épais, "aussi durement taillé qu'une tête de bois", le poil d'un noir d'encre, d'énormes sourcils qui lui barrent le visage. Il fume la cigarette, et la pipe chez lui. Il porte un complet brun et un chapeau de la même couleur, un faux col raide.

Tout entier à son métier, il fait des heures supplémentaires, il suit les suspects, "en chasse", "sombre et patient", "héroïque et obstiné", ne lâche pas avant de savoir ce qu'il veut savoir. C'est un entêté, intransigeant pour les questions de service, qui a le respect du secret professionnel, qui connaît tous les règlements par cœur, mais son manque d'orthographe l'empêche d'accéder à un titre plus élevé que celui d'inspecteur, qu'il a mis plus de douze ans à conquérir. Son rêve est d'appartenir au Quai des Orfèvres. Il se fait attaquer par ceux qu'il traque, et c'est une constante qu'on retrouvera chez lui de se faire assommer ou tirer dessus, ce qui le rend indisponible et lui vaut de se faire "voler" son enquête par les hommes du Quai.

Il habite dans le 18e arrondissement, au 29, place Constantin-Pecqueur, au quatrième étage, et il est marié, sa femme est mal portante et lui fait souvent des reproches ("C'est ta faute! Quel besoin as-tu de toujours te mettre en avant?...Surtout que tu n'y es plus quand il s'agit de retirer les marrons du feu…"), et il a un fils (qui n'est pas du tout mentionné dans le corpus des Maigret). Il passe ses vacances dans le Cantal. Son beau-frère est instituteur.

A la fin du roman, le commissaire Lucas appuie la demande d'entrer au Quai faite par Lognon, "qui ferait un bon inspecteur de la Police judiciaire à condition qu'il se résigne à modérer son zèle et à soumettre ses initiatives à ses supérieurs hiérarchiques…", comme le précise Lucas dans son rapport.

Apparemment, cette demande a fini par aboutir, puisqu'on retrouve Lognon en commissaire de la PJ dans "L'Outlaw" (1939). Dans ce roman, Lognon a son bureau au Quai des Orfèvres, c'est un homme mal habillé, mais qui a la rosette de la Légion d'honneur, à l'abord calme, avec une apparente indifférence; il "n'a pas l'air de penser", il fait des petits dessins en écoutant les suspects, il appelle les inspecteurs "mes enfants", il est marié, et il fume la cigarette ou la pipe. Bon sang, mais on nous a changé notre Lognon! Se prendrait-il pour Maigret, maintenant qu'il a été nommé au Quai des Orfèvres?!

2. Lognon dans le cycle des Maigret

Lognon apparaît dans le cycle des Maigret en 1946, dans la nouvelle Maigret et l'inspecteur Malgracieux. On le retrouvera dans 6 romans: PIC, LOG, JEU, TEN, PAR et FAN: Il apparaîtra aussi dans la nouvelle, hors cycle, "Le petit restaurant des Ternes"(1947).

Intéressons-nous d'abord à cette dernière nouvelle. Lognon y travaille au commissariat rue de l'Etoile, à la limite du 8e et du 17e arrondissement. Son portrait, pour ainsi dire, est conforme à lui-même: toujours surnommé "l'inspecteur malgracieux", il porte un pardessus mal coupé, un chapeau incolore, et paraît morose. Il grogne et grommelle. On apprend encore qu'il porte des lunettes pour rédiger ses rapports.

Nous allons résumer ici les informations que nous trouvons sur ce personnage dans les 7 ouvrages où il apparaît dans le corpus, à savoir, comme dit supra, mal, PIC, LOG, JEU, TEN, PAR et FAN.

a) Portrait physique

L'abord physique de Lognon ne parle pas en sa faveur: il porte de vieux vêtements mal repassés, ses souliers sont souvent crottés et mouillés, ses complets sont ternes (gris souris), son unique pardessus est gris et son chapeau d'un vilain brun; il porte des cravates sombres, montées sur un appareil en celluloïd (sauf une fois où sa cravate est rouge: il a profité de l'absence de sa femme, qui est partie en cure (TEN); il a même porté un chapeau de paille!). Tout cela fait de lui une silhouette grise, courte et maigre, à la démarche toujours fatiguée, aux yeux larmoyants, fatigués et bordés de rouge, au teint bilieux, au long nez bulbeux et rouge à cause de son perpétuel rhume de cerveau. On apprend aussi qu'il ne boit presque pas à cause de problèmes d'estomac. Il ne fume pas (ou plus..) à cause de sa femme, qui ne supporte pas l'odeur du tabac.

b) Lognon et son entourage

Dans le cycle des Maigret, Lognon habite toujours place Constantin-Pecqueur, mais cette fois au 5e étage, dans un appartement exigu, situé dans un immeuble en brique rouge.

Lognon est marié depuis trente ans, et malheureusement pour lui, sa femme est "la plus acariâtre du monde", toujours mal portante, ce qui fait que Lognon en est réduit à s'occuper du ménage après son travail. De plus, elle passe son temps à lui faire des reproches, à lui dire qu'il est "trop consciencieux, qu'il se ruine la santé et que personne ne lui en sait gré". Elle l'appelle "Charles" (peut-être s'appelle-t-il Charles Joseph Lognon, après tout…).

Comme Mme Lognon est petite, maigre, mal coiffée, mal habillée et qu'elle est toujours en train de se plaindre, Maigret ne peut s'empêcher d'être irritée par elle ("il finissait par en être écoeuré" LOG). On a l'impression que Simenon lui-même est un peu agacé par ce personnage, et qu'il a pris un malin plaisir à la faire attaquer par des gangsters!

Lognon est un inspecteur en civil, qui travaille soit dans le quartier St-Georges (9e arrondissement) (PIC), au poste de la rue de La Rochefoucauld (JEU et LOG), soit dans le 18e arrondissement (qui touche le 9e) (PAR et FAN), au commissariat de Montmartre (commissariat des Grandes-Carrrières) (TEN). C'est l'homme qui connaît le mieux les alentours de la place Blanche et de la place Pigalle.

c) Portrait moral: "le lugubre Lognon"

Deux aspects se côtoient en Lognon: d'un côté, c'est l'homme "le plus lugubre de la police parisienne" (LOG), d'une humeur de chien, au visage renfrogné, à la voix lamentable et maussade.

Mais Maigret a fini par découvrir que c'est "le meilleur des hommes, au fond, le plus consciencieux des inspecteurs, consciencieux au point d'en être imbuvable": tatillon, formaliste, scrupuleux, sans génie, mais minutieux, honnête, un bon policier, "le chien de chasse le plus obstiné qui fût" (PIC), "le policier qui avait le plus de flair de Paris, le plus obstiné, et celui qui aurait voulu le plus désespérément réussir" (PAR). Mort de fatigue, abattu par son rhume, il n'en continue pas moins son travail acharné et refuse de se reposer. Il doit éprouver "une âcre volupté [à être] victime de l'injustice et de sa propre conscience" (JEU). Mais cela ne suffira pas pour le faire entrer au Quai, malgré son désir farouche, car il échoue à tous les examens (il s'est présenté quatre fois au concours!), par manque d'une instruction de base.

d) Le Malchanceux

La malchance s'acharne sur lui "avec tant d'insistance qu'il en [est] arrivé à avoir la hargne d'un chien galeux". Il déteste tous ceux qui travaillent au Quai, tous ceux qui ont un grade supérieur au sien. Il est persuadé d'être la victime d'une conjuration qui l'empêche de monter en grade et d'accéder au Quai. Sa malchance est "si proverbiale que certains prétendaient qu'il avait le mauvais œil". Chaque fois qu'il s'occupe d'une affaire, soit il ne peut arrêter le coupable parce que celui-ci a de hautes protections, ou bien Lognon tombe malade et quelqu'un d'autre termine l'affaire à sa place, ou bien c'est le juge d'instruction chargé de l'affaire qui prend pour lui le bénéfice de la réussite, ou bien un crime se passe quand il n'est pas de service, ou bien c'est la Brigade criminelle (et Maigret!) qui prend l'affaire en main. "Pauvre Lognon, qui aurait tant voulu se distinguer! Chaque fois qu'il s'élançait sur une affaire, c'était comme une fatalité, il voyait Maigret arriver pour la lui prendre des mains." (PIC). Mais il finira par l'avoir, "son" affaire, puisque c'est sa photo à lui qui paraîtra dans les journaux à la fin de l'enquête chez Jonker (FAN) !

Lognon est d'ailleurs tellement habitué à voir ses initiatives se retourner contre lui qu'il en arrive à se rendre ridicule par ses précautions (comme d'envoyer le même rapport à tous ses supérieurs hiérarchiques), il se montre "plus humble que nature".

D'ailleurs, c'est à se demander s'il n'aime pas ça: "Il avait besoin de se sentir bien malheureux, bien malchanceux, de se considérer comme une victime du sort." (PIC). "Au fond, il aurait peut-être été malheureux de ne plus mériter le titre d'inspecteur Malgracieux. Il avait besoin de se lamenter et de grogner, besoin de se sentir l'homme le plus malchanceux de la terre." (LOG)

e) Maigret et Lognon

Malgré que le commissaire "plaigne de tout cœur" ce "pauvre Lognon", il n'arrive pas à avoir avec lui les rapports de familiarité qu'il a avec d'autres inspecteurs. Un exemple: s'il lui arrive, dans le feu de l'action, de tutoyer Lognon, la plupart du temps il le vouvoie.

Malgré que Maigret lui passe "beaucoup de pommade pour adoucir [ses] blessures d'amour-propre", que le commissaire ménage jusqu'au bout la susceptibilité de l'inspecteur, qui est en fait "un pauvre bougre plein de bonne volonté" (mal), qu'il déploie avec lui des trésors de patience qu'il n'a pas toujours pour ses inspecteurs, qu'il souligne les mérites de l'inspecteur dans ses rapports officiels, la cordialité n'a pas de prise sur le Malgracieux, et Lognon "mérite trop son surnom pour répondre aux avances du commissaire" (mal).

Maigret l'aime bien, au fond, il ne lui en veut pas de son humeur et il en a même pitié, car il sait que sa femme n'aide pas à lui rendre la vie agréable. Et Maigret préfère lui donner le surnom d'inspecteur Malchanceux, parce qu'il a le "don d'attirer sur lui tous les malheurs". D'ailleurs, Maigret le soupçonne "d'avoir pris goût à la malchance et à la mauvaise humeur, de s'en être fait un vice personnel, qu'il entretient avec amour" (PIC)

Voilà le portrait de l'inspecteur Lognon, à cheval sur les règlements, mais qu'il transgresse lui-même quand il croit tenir la "grosse affaire" qui lui permettra d'avoir de l'avancement; son abord grognon cache en fait une volonté farouche de ne pas être pris pour un idiot, et son "excès d'humilité n'est qu'un excès d'orgueil"…Irritant au premier abord, il finit par être presque sympathique à force d'être victime des événements, plutôt "malchanceux" que "malgracieux".

29.11.06


Home   Bibliography   Reference   Forum   Plots  Texts   Simenon   Gallery   Shopping   Film   Links