Home   Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links


vendredi 14 février 2003

Index

Exposition - Le grand Georges (se) décline sur le mode thématique

Le siècle de Simenon s'ouvre à Liège

Photo Pierre-Yves Thienpont.

La nouvelle expo Simenon plonge dans le siècle du père de Maigret. Manque un peu de surprise dans une mise en scène qui a déjà fait ses preuves.

ÉRIC RENETTE

On attendait beaucoup (trop ?) de l'exposition « Simenon... un siècle », dont l'inauguration officielle, hier, marquait le point de départ de l'Année Simenon à Liège. Aux manettes : Jeannot Kupper, déjà concepteur de l'expo « Tout Simenon » qui, de manière originale, célébrait le... nonantième anniversaire de la naissance du père de Maigret et qui avait attiré 220.000 visiteurs !

Dix ans plus tard, pour renouveler l'exploit, l'équipe d'EuroCulture devait donc relever un défi technique (renouveler une mise en scène qui a fait ses preuves) et conceptuel (ne pas se répéter). L'option a donc été de privilégier une approche thématique là où Simenon était exposé chronologiquement en 1993. A première vue (mais le montage de l'exposition n'était pas encore achevé lors de la visite de presse), l'objectif est atteint, à moitié au moins...

L'exposition se découvre donc à travers différents espaces et reconstitutions réalistes. L'aventure commence dans un square 1900 où sont illustrés les premiers pas dans l'écriture du « petit Sim ». Puis, les couloirs d'un paquebot content des voyages où se côtoient - mais en s'y répétant de manière lassante - les chambres de Simenon, Gide, Céline, Hemingway.

Viennent alors la naissance de Maigret et la comparaison de son bureau avec celui de quelques confrères (Nestor Burma, Philippe Marlowe, Sherlock Holmes), mais aussi d'une plus récente consœur (la morgue de la médecin légiste Kay Scarpetta).

Dans le registre classique, on découvrira encore quelques reconstitutions de plateaux de cinéma, pour montrer l'influence de l'œuvre simenonienne dans le 7e art, ainsi qu'une salle de projection rappelant les extraits des plus célèbres adaptations. La reproduction d'une péniche amarrée à une écluse est supposée traduire l'« ambiance simenonienne » par excellence. Beaucoup d'effort pour peu d'effet ?

On entre aussi plus intimement dans le monde de l'écrivain à travers ses romans « de la destinée » ou à travers une « galerie » de Simenon et ses (10.000) femmes réalisées à la fois de manière pudique mais néanmoins complète.

Le bureau du grand Georges trône au centre de l'exposition. Autour de lui, l'espace est réservé aux « rituels de l'écriture », ces manies du romancier indispensables pour « se mettre en écriture ». Autour, les habitudes ritualisées d'autres écrivains sont ébauchées à travers de simples textes. Enfin, avant de déboucher sur la bibliothèque (une « rue » bordée de 130 dos de livres de Simenon), une salle en forme de trou de serrure ouvre le regard vers un Simenon plus privé encore (amis, maisons...).

Réussite : tout au long de ces espaces, c'est la voix de Simenon qui guide le public et commente les événements.

Mais si l'exposition se veut un des éléments marquants de l'Année Simenon à Liège, elle souffre néanmoins quelques critiques. Se voulant de rayonnement international, elle méritait plus qu'un bilinguisme partiel français-néerlandais - les germanophones et anglophones devront se contenter d'un simple plan traduit... Le passage en revue des autres auteurs du siècle reste... littéraire et anecdotique. Enfin, et surtout, de l'avis des connaisseurs (en est-il de même pour le grand public ?), la version 2003 est beaucoup plus froide, moins interactive que sa petite sœur de 1993.

Une manière comme une autre de souligner que les concepteurs ont eu raison dix ans trop tôt... mais qui ne suffira sans doute pas à justifier le prix d'entrée (9 euros pour les adultes).

Jusqu'au 30 septembre, tous les jours de 10 à 18 heures (22 heures le vendredi). Réserv. : 02-412.58.58.

Le Soir du vendredi 14 février 2003
© Rossel et Cie SA, Le Soir en ligne, Bruxelles, 2002