Home   Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links


lundi 5 mai 2003

Index

Tragique retour

Titre. « Faubourg ».
Héros. Réne Chevalier,célibataire, 41 ans, sans profession fixe.
Forme. Courtes scènes s'enchaînant sans transition avec de nombreux retours en arrière.
Première publication. Gallimard, 1937.

PIERRE MAURY

René Chevalier, qui se fait appeler de Ritter, peut-il encore croire qu'il est le même homme quand il revient après vingt-cinq ans dans la ville de sa jeunesse ? Il est accompagné d'une jeune femme de mœurs légères, Léa, dont les charmes sont bien utiles pour trouver un peu d'argent. Car l'aventurier qu'il est devenu arrive sans le sou, ou presque. Dans un premier temps, personne ne le reconnaît, même pas sa mère. Il est comme un étranger dont Léa se demande ce qu'il est venu chercher…

A contrecœur, il doit emprunter mille francs à sa tante Mathilde, qui n'est d'ailleurs pas sa tante mais une vieille amie de sa mère, et qui est la première personne de la ville à le reconnaître. Elle lui souffle que Marthe Soubirot, la fille du marchand de chaussures, doit toujours être amoureuse de lui. Pendant que Léa tient sous sa coupe le patron de l'hôtel, dont l'épouse est prête à payer une forte somme pour éloigner l'aventurière, un plan mûrit dans l'esprit de Chevalier : se marier avec un magasin de chaussures !

A vouloir gagner sur tous les tableaux, Marthe côté officiel et Léa côté louche, il est évident que Chevalier court droit à la catastrophe. Il est en quête de respectabilité, mais aussi et surtout il veut faire fortune, c'est d'ailleurs pourquoi il a choisi de revenir :

Les imbéciles, disait René, parlent avec mépris des petites villes ! Moi qui ai fait plusieurs fois le tour du monde, je sais que c'est dans les petites villes que s'amassent les fortunes… Et quelle paix ! Quelle sérénité !

« Faubourg » est un roman dans lequel Simenon restitue l'atmosphère d'une petite ville de province, avec ses secrets que tout le monde a éventés depuis longtemps. Avec la minutie qui le caractérise, il baptise chaque rue, chaque place, bien que la ville elle-même ne soit pas nommée. Il utilise aussi son expérience de journaliste quand il fait entrer de Ritter (plutôt que Chevalier) dans le monde de la presse.

Le contraste est saisissant entre ce que Chevalier dit avoir vécu sur tous les continents et sa nouvelle quête immobile ancrée dans les lieux de son passé plus lointain. Les histoires qu'il raconte fascinent, bien qu'elles soient si extraordinaires que certains commencent à en douter. Mais l'aventure, la vraie, est au coin de la rue : la double vie qu'il mène s'effondrera pour un sentiment qu'il s'imaginait mal connaître, la jalousie.

Georges Simenon, « Faubourg », Gallimard, 5,18 €, et Folio Policier, n°121, 3 €.

Le Soir du lundi 5 mai 2003
© Rossel et Cie SA, Le Soir en ligne, Bruxelles, 2002