Home   Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links


mardi 25 novembre 2003

Index

« L'aîné des Ferchaux » : c'est la faute au colon

Titre. « L'aîné des Ferchaux ».
Lieux de l'action. La France, le Panama, Bruxelles et Ténériffe.
Héros. Michel Maudet, secrétaire de Dieudonné Ferchaux.
Première publication. 1945.

PIERRE MAURY

Chez Simenon, les romans se suivent et se ressemblent - par la taille, du moins, quasi constante. Quelques ouvrages dépassent néanmoins largement le volume standard, et on y sent l'ambition d'un écrivain désireux de modifier son image d'auteur populaire.

« L'aîné des Ferchaux » est de ceux-là.

Dieudonné, présenté par le titre comme le personnage principal, est un colon qui a fait fortune en Afrique avec son frère Emile, en utilisant des méthodes peu orthodoxes (mais très répandues au début du XXe siècle) : tricherie sur le poids des marchandises, élimination physique de trois nègres… Les pratiques ont beau être banales pour l'époque, elles sont malgré tout un moyen d'attaquer en justice les aventuriers qui ont réussi. Quand commence le roman, un autre personnage entre en scène, qui sera le véritable héros : Michel Maudet, âgé d'une vingtaine d'années, fraîchement marié, tire le diable par la queue et devient le secrétaire de Dieudonné Ferchaux. Celui-ci voit dans son employé un garçon semblable à ce qu'il était au même âge, à la fois inquiet de son avenir et prêt à tout pour occuper une place au sein d'une société où l'argent ne compterait pas.

La fascination est réciproque entre les deux hommes. Elle ne repose pourtant pas sur les mêmes éléments d'appréciation. Petit à petit, elle se transforme pour faire place à un lien ambigu, qui les dirige ensemble vers le Panama. Avant de les opposer...

La France et l'Amérique sont donc les deux faces d'un récit qui prend racine en Afrique, où, cette fois, Simenon ne nous conduit pas, sinon par quelques allusions. Elles sont aussi deux moments dans un face-à-face mortel dont l'issue semble inéluctable.

Plus épais que la majorité des autres romans, « L'aîné des Ferchaux » ne souffre toutefois pas de la moindre longueur. Des personnages secondaires viennent l'étoffer en s'agitant autour des principaux protagonistes.

Parmi eux, Michel Maudet occupe bel et bien la première place. C'est lui d'ailleurs qui précipite, à Bruxelles, la suite des événements, parce qu'il a lu… « Le Soir », où une petite annonce l'a poussé à prendre l'initiative. Son ambition n'a d'égale que sa veulerie calculée.·

« L'aîné des Ferchaux », Folio Policier, n°201, 432 pp., 6,40 euros, et « Tout Simenon », tome 25, Omnibus.

Le Soir du mardi 25 novembre 2003
© Rossel et Cie SA, Le Soir en ligne, Bruxelles, 2002