Home   Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links


vendredi 14 février 2003

Index

« Comme s'il était là », dit Pierre Simenon

lesoir

RÉACTION

ÉRIC RENETTE

Nettement moins impliqué que son frère John dans la partie visible de la Fondation Simenon, Pierre, le plus jeune enfant du romancier (né en 1959), vit depuis plusieurs années aux Etats-Unis. L'expo est le fruit d'un travail merveilleux, nous a-t-il confié. J'avais déjà vu celle de 1993, et je les trouve complémentaires, assez différentes. Je suis chaque fois étonné de voir à quel point des gens se sont penchés sur mon père, son œuvre et son époque.

La célébration du centenaire de la naissance de son père le touche : C'est magique, en arrivant de Malibu, de voir qu'on parle de lui dans tous les journaux, à la télé, partout. C'est une manière très belle de dire joyeux anniversaire. Il ne recherchait pas les honneurs, mais, là, je sais qu'il aurait été très touché. Surpris par l'ampleur de la commémoration ? Je n'ai jamais eu du mal à accepter que mon père avait fait de grandes choses, mais, pour moi, c'était avant tout mon père.

Reste que, confrontés à des objets personnels, à la voix omniprésente de l'écrivain à travers l'exposition, Pierre replonge lui aussi dans ses souvenirs : Je le dis à tout le monde, mais c'est vrai : revoir son bureau, ça fait vraiment quelque chose. Et la chemise qu'il mettait pour écrire. Ou même les boîtes d'allumettes, bien caractéristiques de l'époque. Rien qu'à les voir, j'entends le bruit et je sens l'odeur du soufre. Et puis, entendre sa voix dans l'expo... quelques fois, j'avais envie de me retourner, comme s'il était là.

Après avoir été avocat spécialisé dans le droit du cinéma, Pierre Simenon explique qu'il enseigne aujourd'hui encore un peu la plongée sous-marine, mais que, surtout, il est en train d'écrire un livre, en anglais : J'espère qu'il sera terminé cette année. Ma fiancée me motive beaucoup. S'il est édité un jour, certains voudront certainement comparer avec l'œuvre de mon père. Or, ça n'a rien à voir. Mais le plus merveilleux, de toute façon, ce sera de l'avoir écrit.

Le Soir du vendredi 14 février 2003
© Rossel et Cie SA, Le Soir en ligne, Bruxelles, 2002