Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Happy New Year!

par Murielle Wenger

English translation

    Les rues étaient glacées. Maigret releva le col de son pardessus et s'engouffra dans le petit bar au milieu du Pont-Neuf. Il commanda un grog, et le liquide brûlant provoqua tout de suite une sensation de bien-être, qui lui rappela, il ne sut trop pourquoi, la grippe qu'il avait eue à dix ans. A ce moment-là, au fait, c'était à la même période de l'année, autour du 31 décembre, il se trouvait à Nantes, dans la maison de sa tante. Il avait passé Noël à Saint-Fiacre, auprès de son père, puis il était reparti, par le petit train du soir. Etait-ce à l'église qu'il avait pris froid ? Il se rappelait d'un frisson qui l'avait parcouru pendant la messe de minuit. Ou alors, sur le chemin du retour au château, alors que le vent chassait les feuilles devant lui ? Il n'y avait pas de neige non plus cette année là, comme aujourd'hui, et le commissaire en éprouvait la même déception que lorsqu'il était enfant.

    A Nantes, lorsqu'il était arrivé à la boulangerie de son oncle, il éternuait sans cesse, et il avait le nez rouge de s'être mouché pendant tout le voyage. Sa tante avait tout de suite remarqué ses yeux trop brillants, avait posé sa main sur son front déjà brûlant, et le petit Jules n'avait pas protesté quand elle lui avait dit de se coucher. Elle lui avait apporté une tisane, dans laquelle elle avait versé du rhum. Peut-être un peu trop, car l'enfant s'était senti glisser dans une agréable torpeur, que la moiteur du lit déjà détrempé de sueur n'avait fait qu'accentuer. Il avait fait des rêves étranges, dont il ne se rappelait pas exactement la teneur, mais il se souvenait que c'était agréable, et qu'il s'était efforcé, à son réveil, d'en prolonger la sensation en gardant les yeux bien fermés.

    Maigret avala son deuxième grog, poussa la porte du bar et se retrouva dans l'air froid. Le contraste de température fit battre son sang plus vite dans ses tempes, et il eut comme une sorte de vertige. Il marcha vite, traversa le pont et se retrouva sur le quai de la Mégisserie, qu'il longea jusqu'à la place du Châtelet. Il se dirigea ensuite vers l'Hôtel de Ville, prit la rue de Rivoli, jusqu'aux Grands Magasins du Louvre. Là, il se faufila entre les passants, et vint coller son visage contre les vitrines, où on voyait, sur les étalages enluminés, circuler un train électrique, dans un paysage enneigé. Les passagers des wagons étaient des ours en peluche, et des poupées aux robes froufroutantes.

    C'est en voyant, à côté de lui, un gamin à la tignasse rousse qui tenait la ficelle d'un ballon rouge dans sa main serrée par le froid, qu'il prit sa décision. Il reprit sa route, traversa la place des Vosges, où les fontaines laissaient couler une eau si argentée qu'elle en paraissait givrée, puis rejoignit le boulevard Richard-Lenoir. Tout en montant l'escalier, il prit une mine défaite, mais il eut de la peine à cacher la petite flamme qui brillait dans ses prunelles.

    Mme Maigret ouvrit la porte, et n'eut besoin que d'un coup d'œil pour comprendre, lorsque son mari lui dit: "- Je crois que je suis en train d'attraper la grippe." Pas dupe, elle sourit, l'envoya se coucher, et prépara une tisane avec beaucoup de rhum.

    Ce soir-là, les Maigret n'allèrent pas au restaurant pour fêter le passage à la nouvelle année. Le commissaire passa la nuit à transpirer dans son lit, et à faire des rêves étranges. Mais c'était bien agréable. Quand au matin, sa femme l'éveilla avec son café, il l'embrassa tendrement, et lui promit qu'il l'emmènerait le jour même en Alsace. Qui sait, les deux sœurs auraient peut-être l'occasion de préparer quelques pâtisseries fleurant bon la cannelle, et le beau-frère trouverait bien encore une bouteille de vieille prunelle à déboucher…

Happy New Year fellow Maigretphiles!

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links