Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Which Maigret to Read First?
2/7/07 –

1. Which was the first Maigret?

As Steve said, much has been written about the debut of Chief Inspector Maigret. While Simenon has given an official version of the birth of his character, we know that things are not so simple, and best is to refer to the article by Menguy and Deligny.

In brief, the character Maigret made his appearance in what the specialists call the "proto-Maigrets" – "Train de nuit" [Night Train], "La jeune fille aux perles" [The Girl with the Pearls], "La femme rousse" [The Red-head] and "La maison de l'inquiétude". [The House of Anxiety]. The first Maigret novel that Simenon signed with his true name was "Pietr-le-Letton" (Maigret and the Enigmatic Left), but the first which was published was "Monsieur Gallet, décédé" (The Death of Monsieur Gallet) (the launching of which caused such a sensation on the occasion of the Anthropometric Ball).

This leads us to the second question, because we can effectively ask whether the best way to discover Maigret is to follow the chronological order, or to choose some other fashion of approaching the world of our Chief Commissioner.

2. Would that be your choice (i.e. LET) for the Maigret to start with?

In my opinion, there is not just one possible manner of approaching Maigret, but rather we have a choice among a number of possibilities, which I will propose to you here:

a) 1st way: If you'd like to trace the evolution, both chronological and psychological, of the character Maigret, no doubt you should choose the "classical" path, that is, to begin with the first novel in which Maigret appears , in which case we have the choice of beginning with the "official" cycle, and so starting with "Pietr-le-Letton", or to work in a manner more "erudite" and discovering the character in his "rudimentary" version in the proto-Maigrets.

Personally, however, I would probably not choose this way of proceeding, and I believe that to best enter into the world of Maigret, I would begin with a different novel, where the Chief Inspector is already more "like himself". Which leads us to the following possibilities:

b) 2nd way: To start with a novel from the "Gallimard period", when Simenon, who'd thought he'd be able to abandon his character, returned to him almost "in spite of himself". The six novels of the Gallimard period (CEC, MAJ, JUG, SIG, CAD and FEL) are among my favorites, and they evoke marvelously the world of the Chief Inspector. So we have a choice: to start with "Les caves du Majestic", the earliest in date of the cycle, or with "Cécile est morte", which typifies by itself the characteristic "atmosphere" of these novels: the importance of the weather, the presence of a crowd of characters, description of the PJ, etc. It's no doubt not an accident that the first "Maigret" of the Jean Richard series was "Cécile est morte", which is a little like a condensation of what can be found in the Maigret cycle.

c) 3rd way: But we might also consider that the "most authentic" Maigret is that of the "Presses de la Cité period", the most important of the cycles in number of novels, and where Simenon puts more and more of himself into the character. As Lacassin put it (in ["The metamorphoses of Maigret", a survey developed for "Maigret steps on stage"], from Omnibus): "The lovers of strictly detective stories … prefer the Maigrets of the Fayard vintage. Those who are Simenon fans, prefer the Presses de la Cité vintage."

And here too, we have a choice: allow me to cite Lacassin once more (ibid.):

"Along with his predecessors, Fayard et Gallimard, Sven Nielsen (Ed. note: the editor at Presses de la Cité) shared the hope of large printings and the dream of seeing Simenon dedicate himself to Maigret. Simenon did not want to deceive this new editor who had consented to his exceptional conditions. The first work he wrote for Presses de la Cité, in the summer of 1945, before his departure for America, was therefore Maigret se fâche (Maigret in Retirement). And he accepted Nielsen's suggestion that he include the name of his hero in the title. But, to show clearly that it was just parenthetical, and that Maigret's career was over, he only showed him in retirement. And the Chief Inspector – or rather the ex-Chief Inspector – will still be retired in Maigret à New York.

With the vantage provoked by his American exile, Simenon realized that Maigret's fate was no longer in his hands, that it was time to make peace with his character, and to throw the chronology overboard in returning him to his office at the Quai des Orfèvres.

This estrangement – and in spite of the proverb "out of sight, out of mind" – facilitated the rapprochement between the author and a character he kept at a distance. Separated from him and Paris by an ocean, the author would sublimate his nostalgia for Paris, savoring it through the Chief Inspector to whom he would lend his sensitivity. It was in America that Simenon would write some of his best Maigrets.

The transition was made smoothly. The third "Maigret" written for Presses de la Cité, Les Vacances de Maigret (Maigre on Holiday), was set in Les Sables-d'Olonne. The Chief Inspector had not yet returned to his office on the Quai des Orfèvres, but neither was he still retired. … In the fourth title, Maigret et son mort (Maigret's Dead Man), Maigret is back to himself: he has returned to the Quai des Orfèvres, his collaborators, his familiar universe….

The fifth, La Première enquête de Maigret – 1913 (Maigret's First Case), marks the "reconciliation" of the author with his character. It shares characteristic of Les Mémoires de Maigret, (Maigret's Memoirs) which deals with the relationship of the Chief Inspector with his memorializer; the hero unveils for us aspects of his biography which were hitherto unknown to us, a little of his intimacy with his wife and much of his approach to life.

With these two books and Un Noël de Maigret, (Maigret's Christmas), a sad and beautiful story, Simenon has undertaken a reconstruction of his character, by giving him a past. This past which the reader had glimpsed only once before in L'Affaire Saint-Fiacre."

And so we find ourselves with a number of solutions:

  • begin Maigret with the first novel of the Presses de la Cité vintage, "Maigret se fâche" (Maigret in Retirement)

  • a variation which I can propose is to consider the short story "La pipe de Maigret" (Maigret's Pipe), written just before "Maigret se fâche", and which gives its title to the first volume from Presses de la Cité; this story permits us to enter in small steps into the world of Maigret.

  • another way of proceding could be to discover the Chief Inspector in his debut with the police, to start with "La première enquête de Maigret", where we can find the germ of what will become later the "methods" of Maigret.

  • along the same lines you could begin with "Les Mémoires de Maigret", so that you could later enjoy finding in other novels the multiples allusions and reminiscences.

  • another suggestion, which I would perhaps take myself, is to start with "Maigret et son mort", which shows, it could be said, a "case-type" of the Chief Inspector: a little world of Paris, Maigret's intuitions, the "installation" of Maigret into the life of the victim, life with Madame Maigret, the relationship with Judge Coméliau, the work of the Criminal Records Office, the Chief Inspector's flu, etc…

  • finally, if I can be permitted a personal note, the first Maigret that I read (I was around 12!) was "Maigret et l'indicateur" (Maigret and the Informer, and it also introduced me to a new world characteristic of Maigret, that of a Chief Inspector awakened in the middle of the night by the ringing of a telephone, who would be leaning over a corpse extended on a rain-drenched sidewalk in Butte-Montmartre, and would investigate in the life of a microcosm of Paris, among "the boys and girls of the underworld"….

In conclusion, we have before us numerous possibilities for the choice of a "first Maigret", and the list doesn't end there… We might also begin with "L'Ombre chinoise" and its plunge into the heart of an apartment un the Place des Vosges, or "L'Affaire Saint-Fiacre" and a return to the sources of Maigret's childhood, or yet "Maigret et la jeune morte" and the extraordinary empathy of the Chief Inspector for a young girl, victim of her fate, or "Maigret et le corps sans tête" and the strange links woven between the Chief Inspector an a suspect, or even…. But let's stop there… In fact, I think their are many ways to enter into Maigret's world… and finally, whatever Maigret you start with, you will be seduced, and you risk but one thing... to catch the "virus" of the Maigretphile… and the desire to read them all!

Murielle Wenger

tr: ST - 2/07

on Which was the first Maigret?
2/7/07 –

1. Which was the first Maigret?

Comme le dit Steve, on a beaucoup écrit à propos des débuts du commissaire Maigret. Si Simenon a donné une version officielle sur la naissance de son personnage, on sait que les choses ne sont pas aussi simples, et le mieux est de vous renvoyer à l'article de Menguy et Deligny.

En résumé, le personnage de Maigret fait son apparition dans ce que les spécialistes ont appelé les proto-Maigret, à savoir "Train de nuit", "La jeune fille aux perles", "La femme rousse" et "La maison de l'inquiétude". Le premier roman de Maigret que Simenon a signé de son vrai nom est "Pietr-le-Letton", mais le premier qu'il a publié est "Monsieur Gallet, décédé" (dont le lancement fut fait à grand fracas à l'occasion du bal anthropométrique).

Ceci nous amène à la seconde question, car on peut effectivement se demander si la meilleure façon de découvrir Maigret est de suivre l'ordre chronologique, ou alors de choisir une autre façon d'aborder le monde de notre commissaire.

2. Would that be your choice (i.e. LET) for the Maigret to start with?

A mon avis, il n'y pas qu'une seule façon possible d'aborder Maigret, mais au contraire nous avons le choix entre plusieurs possibilités, que je vais vous proposer ici:

a) 1ère façon: si on désire connaître l'évolution à la fois chronologique et psychologique du personnage de Maigret, sans doute faut-il choisir la voie "classique", c'est-à-dire lire le premier roman où apparaît le commissaire; et encore avons-nous le choix de le faire en ne prenant en compte que le cycle "officiel", et donc commencer par "Pietr-le-Letton", ou alors travailler de façon plus "érudite" et découvrir le personnage dans sa version "rudimentaire" des proto-Maigret.

Mais personnellement, je ne choisirais probablement pas cette façon de faire, et je crois que pour bien entrer dans le monde de Maigret, je commencerais par un autre roman, où le commissaire est déjà plus "semblable à lui-même". D'où les possibilités suivantes:

b) 2e façon: commencer par un roman de la "période Gallimard", lorsque Simenon, qui croyait pouvoir abandonner son personnage, revint à celui-ci presque "malgré lui". Les six romans de la période Gallimard (à savoir CEC, MAJ, JUG, SIG, CAD et FEL) sont parmi mes préférés, et ils évoquent à merveille le monde du commissaire. Nous avons donc le choix: soit commencer par "Les caves du Majestic", le premier en date de ce cycle, soit par "Cécile est morte", qui résume à lui seul l'"atmosphère" caractéristique de ces romans: importance du temps qu'il fait, évocation d'une foule de personnages, description de la PJ, etc. Ce n'est sans doute pas un hasard si le premier "Maigret" de la série avec Jean Richard à avoir été tourné est "Cécile est morte", qui est un peu comme un condensé de ce que l'on peut découvrir dans le cycle des Maigret.

c) 3e façon: mais on peut aussi être d'avis que le "plus authentique" des Maigret est celui de la période "Presses de la Cité", le plus important des cycles en nombre de romans, et celui où Simenon va mettre de plus en plus de lui-même dans le personnage. Comme l'écrit Lacassin (in "Métamorphoses de Maigret", dossier établi pour "Maigret entre en scène", paru chez Omnibus): "Les amateurs de romans strictement policiers […] préfèrent les Maigret de la cuvée Fayard. Les amateurs de Simenon préfèrent la cuvée Presses de la Cité."

Et ici aussi, nous avons le choix: permettez-moi de citer encore une fois Lacassin (ibid.):

"Avec ses prédécesseurs, Fayard et Gallimard, Sven Nielsen (ndlr: l'éditeur des Presses de la Cité) partage l'espoir de gros tirages et le rêve de voir Simenon se consacrer à Maigret. Simenon ne veut pas décevoir ce nouvel éditeur qui lui a consenti des conditions exceptionnelles. Le premier ouvrage qu'il écrit pour les Presses de la Cité dans l'été 1945, avant son départ pour l'Amérique, sera donc Maigret se fâche. Il a même accepté la suggestion de Nielsen de faire figurer le nom du héros dans le titre. Mais, pour bien montrer qu'il s'agit encore d'une parenthèse et que la carrière de Maigret est terminée, il le montre toujours à la retraite. Et le commissaire, l'ex-commissaire plutôt, y sera encore dans Maigret à New York.

Avec le recul provoqué par son exil américain Simenon se rend compte que le destin de Maigret ne lui appartient plus, qu'il est temps de faire la paix avec son personnage, et de jeter la chronologie par-dessus bord en lui rendant son bureau au Quai des Orfèvres.

L'éloignement – en dépit du proverbe "loin des yeux, loin du cœur" – va faciliter le rapprochement entre l'auteur et un personnage qu'il tenait à distance. Séparé de lui et de Paris par un océan, l'auteur va sublimer sa nostalgie de Paris, la savourer à travers le commissaire dont il emprunte la sensibilité. C'est en Amérique que Simenon écrira quelques-uns de ses meilleurs Maigret.

La transition se fait en douceur. Le troisième "Maigret" écrit pour les Presses de la Cité, Les Vacances de Maigret, se situe aux Sables-d'Olonne. Le commissaire n'a pas encore retrouvé son bureau du Quai des Orfèvres, mais il n'est plus à la retraite. […] Au quatrième titre, Maigret et son mort, Maigret est redevenu lui-même: il a retrouvé le Quai des Orfèvres, ses collaborateurs, son univers familier […].

Le cinquième, La Première enquête de Maigret – 1913, marque la "réconciliation" de l'auteur avec le personnage. Elle tourne à la complicité avec Les Mémoires de Maigret, qui traite des rapports du commissaire avec son mémorialiste; le héros nous dévoilant des aspects jusqu'ici inconnus de sa biographie, un peu de son intimité avec sa femme et beaucoup de son approche de la vie.

Avec ces deux livres et Un Noël de Maigret, conte beau et triste, Simenon a entrepris de reconstruire son personnage, de lui donner un passé. Ce passé que le lecteur avait entrevu une seule fois dans L'Affaire Saint-Fiacre. "

Nous voilà donc devant plusieurs solutions:

  • aborder Maigret par le premier roman de la cuvée Presses de la Cité, soit "Maigret se fâche"

  • une variante que je pourrais proposer est de prendre en compte la nouvelle "La pipe de Maigret", rédigée juste avant "Maigret se fâche", et qui donnera son titre au premier volume paru aux Presses de la Cité; cette nouvelle nous permet d'entrer par petites touches dans le monde de Maigret

  • une autre façon de procéder pourrait être de découvrir le commissaire dans ses débuts à la police, est de commencer alors par "La première enquête de Maigret", où l'on découvre en germe ce que sera plus tard la manière d'enquêter du commissaire

  • dans le même ordre d'idées, on pourrait lire en premier "Les Mémoires de Maigret", et s'amuser ensuite à retrouver dans d'autres romans les multiples allusions et réminiscences

  • une autre suggestion, celle que je retiendrais peut-être, est de commencer par "Maigret et son mort", qui montre, pourrait-on dire, une "enquête-type" du commissaire: petit monde de Paris, intuitions de Maigret, "installation" de Maigret dans la vie de la victime, vie avec Madame Maigret, rapport au jugé Coméliau, travail de l'Identité judiciaire, grippe du commissaire, etc…

  • enfin, si je peux me permettre de raconter mon expérience personnelle, le premier Maigret que j'ai lu (j'avais environ 12 ans!) fut "Maigret et l'indicateur", qui lui aussi m'introduisit dans un monde nouveau et caractéristique: celui d'un commissaire qui était réveillé au milieu de la nuit par un coup de téléphone, qui allait se pencher sur un cadavre étendu sur un trottoir mouillé de pluie de la Butte-Montmartre, et qui allait fouiller dans la vie d'un microcosme parisien, parmi les filles et les gars du "Milieu"….

En conclusion, nous voilà devant de nombreuses possibilités de choix d'un "premier Maigret", et l'inventaire ne s'arrête pas là…On pourrait aussi proposer "L'Ombre chinoise" et sa plongée au cœur d'un immeuble de la place des Vosges, ou "L'Affaire Saint-Fiacre" et le retour aux sources de l'enfance de Maigret, ou encore "Maigret et la jeune morte" et l'extraordinaire empathie du commissaire pour une jeune fille victime de son destin, ou encore "Maigret et le corps sans tête" et les liens étranges qui se tissent entre le commissaire et une suspecte, ou encore…. Mais arrêtons là…En fait, je pense qu'il y a bien des façons d'entrer dans le monde de Maigret…et finalement, que vous commenciez par ouvrir n'importe lequel des Maigret, vous serez séduit, et vous ne risquez qu'une seule chose: attraper le "virus" de la maigretphilie….et avoir envie de lire tous les romans du cycle !

Murielle Wenger

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links