Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

Cahiers Simenon
N°1 Simenon et le cinéma

Les Amis de Georges Simenon, 1988

Maigret

Jean DELANNOY

Maigret n'a aucun rapport avec une mode parce que ce personnage, contrairement à pas mal d'autres, n'est plus une création.
Que l'on m'entende bien, je ne veux pas enlever a Simenon sa paternité, bien au contraire. S'il a pris un véritable commissaire de police comme modèle, il l'a développé, en a modifie certains comportements, certaines données de base. Il a fait totalement son travail de romancier en créant son bonhomme... Mais il lui a donné tant de traits, tant de détails, tant de complexité simple que ce personnage lui échappe, sort tout seul dans la rue, vit sa propre vie.
Simenon lui-même l'a si bien compris qu'il a écrire Les Mémoires de Maigret où le commissaire règle quelques comptes avec son créateur.
« Ce Simenon a dit que je portais un chapeau melon... ce n'est pas vrai... il a parlé de mes pardessus à col de velours... c'est un détail ridicule qui l'a frappé... j'en ai eu, bien sûr, mais j'en ai changé... ma carrière est longue... »
Simenon avoue que lorsqu'il lit Les Mémoires de Maigret, il n'est pas toujours d'accord, Maigret existe donc pour son propre compte.
Cela va si loin que même la Police, qui ne plaisante pas, a délivré une carte d'inspecteur à Maigret... Si Simenon peut participer à certaines démarches confidentielles ou officielles, ce n'est pas comme romancier mais parce que représentant de Maigret. Il fait un peu partie de la Maison. Cette aventure n'est arrivée à aucun personnage imaginaire, même pas à Sherlock Holmes.
Maigret m'intéresse parce qu'il n'est pas un vainqueur absolu, pas un héros pittoresque, il est un homme. Il a une femme que nous connaissons qui a ses manies et son charme; nous savons où il habite, nous connaissons son appartement avec son caractère et même ses côtés ridicules. Nous savons que Maigret s'enrhume facilement et comment il se soigne.
Nous ne connaissons pas seulement ses habitudes, son penchant pour un petit verre, ses mots familiers, mais aussi ses problèmes. Nous savons qu'il éprouve pour certains de ses clients une sorte de sympathie, que d'autres affaires le troublent jusqu'à le rendre malade. Il a des cas de conscience, il ne suit pas toujours les règles de la Maison alors qu'il se considère comme un cheval blanchi sous le harnais. Il a des inspecteurs favoris, il en supporte d'autres, quelques-uns le déconcertent.
Maigret existe, et je crois que je ne possède pas d'amis sur qui je connaisse autant de choses quotidiennes et intimes.
Faire vivre ce personnage, c'est une aventure passionnante pour un metteur en scène.
Parmi tous les livres de la série - je les ai tous lus plusieurs fois -, j'en ai choisi plus spécialement un : Maigret tend un piège parce qu'il permettait au commissaire de se manifester totalement.
Ce n'est pas le nombre de coups de revolver qui m'intéresse. Je ne crois pas qu'il soit captivant, ni pour les auteurs ni pour les spectateurs de recommencer, même sous une forme différente, ce que tout le monde connaît.
Tandis que dans notre histoire, Maigret rencontre une race de criminel qu'il ignorait. Sorti de son gibier habituel il doit employer des armes nouvelles et cela le conduit dans un tel enfer qu'il en éprouve une sorte de peur...
Tout cela rend plus humain et je dirais presque plus faible mon ami Maigret ...


Ce texte a figuré dans le dossier de presse de Maigret tend un piège, au moment de la sortie du film, en 1957.

 

Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links