Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links

originally at:
Access to Justice site
1998

in English

L'attitude d'une personne à la barre des témoins: l'enseignement de Georges Simenon

Gilles Renaud
Cour de justice de l'ontario (division provinciale)


Introduction

"Le ton de cette dernière phrase fut moins ferme, prouvant que James mentait consciencieusement." Il y a fort à parier que le commissaire Maigret avait raison de conclure que le témoin n'était pas crédible sur la foi de cet élément subjectif, mais bien dans le contexte d'un roman, à savoir La guinguette à deux sous, Tout Simenon 17, ©Libre Expression, 1991, Presses de la Cité, Paris, à la page 161. Toutefois, il ne s'ensuit certainement pas qu'il est loisible aux juges des faits de s'y fier lors de l'évaluation de l'attitude d'une personne à la barre des témoins. Bien qu'il soit tentant, à l'instar du personnage fictif de Georges Simenon, de conclure qu'un témoin s'est coupé du seul fait qu'il y avait "une nuance d'orgueil dans la voix",1 ou qu'il a fait preuve d'un "sourire ironique",2 ou qu'il a été contraint d'avaler sa salive avant de poursuivre,3 enfin qu'il a froncé les sourcils avec inquiétude,4 est-ce compatible avec notre charge?

Il est d'ores et dejà reconnu par tous que le devoir d'évaluer la crédibilité et la fiabilité d'un témoignage revêt une importance insigne lors de la tenue du procès. Et, partant, que cette évaluation peut tenir compte d'éléments qui sont subjectifs, voire incapable d'être expliquée de façon objective. À cet effet, citons les observations qui suivent que nous a livrées le juge Cory dans l'arrêt La Reine c. Lifchus (1997), 9 C.R. (5th) 1, 118 C.C.C. (3d) 1, 150 D.L.R. (4th) 733, 216 N.R. 215, 118 Man. R. (2d) 218, à la page 11, le para. 29:

... il peut y avoir quelque chose dans l'attitude d'une personne à la barre des témoins qui amènera un juré à conclure que le témoin n'est pas crédible. Il est possible que le juré soit incapable d'indiquer l'aspect précis de l'attitude du témoin qu'il a jugé suspect, et qu'il ne puisse, par conséquent, s'expliquer à lui-même ou expliquer aux autres exactement pourquoi il ne faudrait pas croire le témoin. Les jurés ne devraient pas avoir le sentiment que l'impression générale, peut-être intangible, qui se dégage de l'attitude d'un témoin ne peut pas être prise en considération dans l'appréciation de sa crédibilité.

[.. there may be something about a person's demeanour in the witness box which will lead a juror to conclude that the witness is not credible. It may be that the juror is unable to point to the precise aspect of the witness's demeanour which was found to be suspicious, and as a result cannot articulate either to himself or others exactly why the witness should not be believed. A juror should not be made to feel that the overall, perhaps intangible, effect of a witness's demeanour cannot be taken into consideration in the assessment of credibility.]

Cet enseignement nous rappelle les observations de l'hon. juge L'Heureux-Dubé dans l'arrêt Larentide Motels c. Beauport (Ville), 1989 1 R.C.S. 705, à la p. 799 où il est question des gestes, regards, hésitations, tremblements, rougeurs, bravade et surprise des témoins.

La question demeure entière: s'il est vrai que les juges doivent considérer un témoignage sous tous ses aspects, quels sont les gestes, les tics, les moues, les "maniérismes", bref, les aspects, qui ne peuvent être retenus parce que trop peu fiables dans l'appréciation de la preuve? Nous allons tenter de jeter un éclairage utile sur cette question en faisant appel aux romans de Georges Simenon pour les années 1930-1937.

Le plan de ce texte est fort simple: en un premier temps, les jalons usuels de l'appréciation de la preuve seront revus, de façon sommaire; par après, un certain nombre de thèmes seront discutés en enfilade. Au demeurant, nous souhaitons avoir illustré quelques dangers qui découlent du recours aux éléments subjectifs dans l'évaluation de l'attitude des témoins.

2) Analyse

a) L'évaluation de l'attitude des témoins: l'enseignement des tribunaux

Nous sommes redevables au juge O'Halloran pour l'excellent résumé de cette question dans l'affaire Faryna c. Chorny, [1951] 4 W.W.R. (N.S.) 171, [1952] 2 D.L.R. 354 (C.A. C.-B.),5 à la page 356 [D.L.R.]:

But the validity of evidence does not depend in the final analysis on the circumstance that it remains uncontradicted, or the circumstance that the Judge may have remarked favourably or unfavourably on the evidence or the demeanour of a witness; these things are elements in testing the evidence but they are subject to whether the evidence is consistent with the probabilities affecting the case as a whole and shown to be in existence at the time; and cf. Brethour v. Law Society of B.C., [1951] 2 D.L.R. 138 at pp. 141-2.

If a trial Judge's finding of credibility is to depend solely on which person he thinks made the better appearance of sincerity in the witness box, we are left with a purely arbitrary finding and justice would then depend upon the best actors in the witness box. On reflection it becomes almost axiomatic that the appearance of telling the truth is but one of the elements that enter into the credibility of the evidence of a witness. Opportunities for knowledge, powers of observation, judgment and memory, ability to describe clearly what he has seen and heard, as well as other factors, combine to produce what is called credibility ... A witness by his manner may create a very unfavourable impression of his truthfulness upon the trial Judge, and yet the surrounding circumstances in the case may point decisively to the conclusion that he is actually telling the truth. I am not referring to the comparatively infrequent cases in which a witness is caught in a clumsy lie.

Par ailleurs, l'hon. juge O'Halloran ajoute. à la page 357, que:

The credibility of interested witnesses, particularly in cases of conflict of evidence, cannot be gauged solely by the test of whether the personal demeanour of the particular witness carried conviction of the truth. The test must reasonably subject his story to an examination of its consistency with the probabilities that surround the currently existing conditions. In short, the real test of the truth of the story of a witness in such a case must be its harmony with the preponderance of the probabilities which a practical and informed person would readily recognize as reasonable in that place and in those conditions. Only thus can a Court satisfactorily appraise the testimony of quick-minded, experienced and confident witnesses, and of those shrewd persons adept in the half-lie and of long and successful experience in combining skilful exaggeration with partial suppression of the truth.

Puisqu'il à été question de l'affaire Brethour, précitée, notons au passage que le juge O'Halloran a déclaré à ce sujet, à la page 141:

The credibility of interested witnesses, particularly in cases of conflict of evidence, must reasonably be subjected to an examination of the consistency of their stories with the probabilities that surround the currently existing conditions. In short, the real test of the truth of a story of a witness in such a case must be its harmony with the preponderance of the probabilities which a practical and informed person would readily recognize as reasonable in that place and under those conditions. A Court of Appeal must be satisfied that the finding of credibility in the tribunal of first instance is based, not on one element only to the exclusion of others, but is based on all the elements by which it can be tested in the particular case.

Notons au passage l'enseignement de m. le juge Trainor dans l'affaire Vanderbyl c. Insurance Corporation of British Columbia, [1993] 6 W.W.R. 725, 79 B.C.L.R. (2d) 156 (C.S.), au para ?:

In both civil and criminal proceedings when sitting with a jury it is the responsibility of the trial judge to instruct them on the course they should follow when dealing with the testimony of witnesses. Those instructions apply, as well, to the task facing a judge sitting without a jury. I usually say something to a jury along the following lines:

When you think about the evidence of a witness concern yourself about their opportunity to observe. What chance did they have to observe whatever it was about which they are testifying? What are their powers of observation? Generally what kind of an individual are they? Are they the kind of person that you can rely on to give you an accurate account? You have to make that decision on the basis of their general evidence and your impression of the individual as they gave you their evidence.

...

In carrying out your task you should reflect upon the demeanour or appearance in the witness box of each of the witnesses. With each witness you will look at his interest or disinterest, integrity, knowledge of facts. Is he reliable? Is he careful? Gauge as well as you can the honesty and capacity of a witness. Bear in mind that a courtroom is a strange place for most people, and remember that the testimony of each of the witnesses must be regarded in the light of all of the circumstances, including what other persons have said. [nous avons souligné]

La Cour d'appel de l'Ontario a donné son aval à cet enseignement dans l'arrêt R. c. Davidson (1974), 6 O.R. (2d) 103, 20 C.C.C. (2d) 424 où il est dit que le seul fait de rejeter le témoignage du prévenu ne peut donner lieu à la conclusion que cette personne s'est parjurée. Le juge des faits doit poursuivre l'analyse et conclure, de façon objective, qu'il y a preuve que la personne n'est pas digne de foi. À cet effet, voir les motifs du juge Hill dans l'affaire R. c. N.K.D., [1997] O.J. No. 3877 (Gen. Div.) où le savant juge déclare, au para. 27: "As the trier-of-fact, I endeavoured to pay close attention to the principal witnesses during their testimony. In the end result, however, my observation of the demeanour of the witnesses was unhelpful in determining the issue of guilt or innocence."

Le tribunal a constaté que l'attitude des témoins ne permettait pas de trancher le débat et qu'il était nécessaire d'analyser le contenu des témoignages. Ainsi, "In evaluating the testimony of a complainant, a number of factors are worthy of consideration including the internal consistency of her evidence, the logic and common sense of the testimony in terms of the circumstances described, the consistency of the complainant's evidence against the standard of prior statements made by her and against the defence evidence and the exhibits filed." Voir le para. 30. De même, il sera utile de noter qu'au para. 33, le juge s'exprime ainsi: "It is generally recognized that some differences or discrepancies in a witness' testimony, in particular when compared to prior statements of that witness out of court, may well be indicative of a truthful witness -- one who has not provided a scripted and rehearsed account, but rather one which suffers only from certain human frailties, for example, the product of a dulled memory, confusion from the stress of being a witness or other cause too insufficient to significantly affect the witness' credibility and reliability."

Il faut insister également sur l'enseignement du Lord Shaw of Dunfermline dans le jugement Clarke v. Edinburgh and District Tramways Company Limited, [1919] S.C. (H.L.). 35, à la page 37: "... witness without any conscious bias towards a conclusion may have in their demeanour, in their manner, in their hesitation, in the nuance of their expression, in even the turns of the eyelid, left an impression [upon the trier of fact]...".

En guise de conclusion à cette partie introductive, qu'il nous soit permis de faire référence au monde merveilleux du sport afin d'illustrer notre propos. À la page 3 de sa biographie, Hardball [1987, Times Books, New York], l'ancien commissaire du baseball majeur Bowie Kuhn cite l'exemple d'un joueur qui a été "tiré" d'un lit en feu et qui a fourni cette réponse lorsqu'il a été accusé de s'être endormi en fumant une cigarette: "That bed was on fire when I got into it". Est-il possible de retenir comme vraisemblable une teele réponse, nonobstant l'attitude apparemment candide du témoin?

3) L'évaluation de l'attitude des témoins: l'enseignement de Simenon

a) Le défaut de conserver un air sérieux

"Et vous n'avez pas songé à parler à la police de la visite de M. Clément?"?
"Ma foi..."
Pour cacher son trouble, il essaya de rire.

Monsieur Gallet, décédé,
Tout Simenon 16, à la page 40.

"Malheur de malheur!... C'est moi qui ai... Ha! Ha! ...
du moment que j'ai deux condamnations, c'est lui qu'on va croire ..."

Au Rendez-Vous des Terre-Neuvas,
Tout Simenon 16, à la page 681.

Fort de ces exemples, il faut se pencher sur la question de l'importance, s'il y a lieu, du défaut d'un témoin de conserver un air sérieux à la barre. Doit-on conclure que cette personne n'est pas franche? Bien qu'il soit évident que certains mensonges sont trahis au moyen d'un sourire déplacé, la question est de savoir quels sourires tombent dans cette catégorie. Pour rétablir l'équilibre dans l'évaluation du témoignage, il faudrait pouvoir comparer comment cette personne se comporte de façon générale avec le comportement qu'elle laisse voir au tribunal. Il est évident qu'il est impossible d'obtenir ces renseignements, faute de temps. Il devrait cependant en être autrement si le seul fait de ne pas pouvoir s'empêcher de rire, de façon nerveuse, résulte à miner le crédit qu'on pourrait accorder au récit que donne ce témoin. Somme toute, bien qu'on doive se pencher de façon attentive à cette question, il importe de ne pas oublier le commentaire du juge Trainor, précité, à l'effet que: "Bear in mind that a courtroom is a strange place for most people ...".

b) L'importance de pouvoir soutenir le regard d'une personne

"Connaissez-vous M. Jacob?"
Elle lui offrit son regard, comme pour l'inviter à y lire la sincérité.

Monsieur Gallet, décédé,
Tout Simenon 16, à la page 51.

Maigret le regarda dans les yeux. L'homme avait l'air sincère, trop bête, par surcroît, pour bien mentir.

Monsieur Gallet, décédé (The Death of Monsieur Gallet),
Tout Simenon 16, à la page 62.

Le regard de Maigret était planté dans les yeux de l'Américain, qui ne se troubla pas.

La tête d'un homme,
Tout Simenon 16, à la page 772.

"Vous n'avez pas tué F...?"
Basso regarda Maigret dans les yeux, ardemment.

La guinguette à deux sous,
Tout Simenon 17, à la page 170.

L'interprétation que donne les juges des faits à la capacité d'un témoin de pouvoir soutenir ou non le regard accusateur du procureur adverse est parfois la donnée essentielle d'un jugement portant sur la crédibilité, du moins, c'est l'enseignement que nous avons reçu des tenors du Barreau. Quant à nous, il nous semble difficile, voire impossible, d'y accorder une importance autre que secondaire, à la rigueur; qui plus est, est-ce que les passages ci-dessus, et le suivant, ne sont pas représentatifs d'une époque où la valeur de la plaidoirie se mesurait, non pas de façon objective, mais par l'éclat suscité? Ainsi, dans L'affaire Saint-Fiacre, Tout Simenon 17, à la page 296, lit-on: "L'ennui, c'est qu'il n'y avait pas moyen de rencontrer le regard du régisseur".6 Certes, le juge des faits pourra tirer avantage de la situation où le témoin détourne la tête, dont exemple est donné dans Le port des brumes, Tout Simenon 17, à la page 561, "Le capitaine Delcourt détourna la tête, n'osant pas nier." Mais, est-ce que la honte de mentir est la seule explication pour un tel geste?

Aussi, croyons-nous utile de soulever encore deux exemples relativement brefs pour illustrer les dangers de se fier, ni plus ni moins, au battements des yeux dans le cadre d'un procès:

Chez les Flamands, Tout Simenon 17, à la page 412: "Maigret surprit une flamme joyeuse dans les yeux de son interlocuteur.";

Le port des brumes, Tout Simenon 17, à la page 581: "un regard fielleux".

Est-il possible d'émettre autre que des réserves sur le bien fondé de ces descriptions et, partant, des aperçus portant sur la crédibilité que nous révèlent ces gestes?

Avant de conclure ce thème, il sera utile de signaler le problème de l'interprétation de la "gestuelle des yeux", si vous me passez l'expression, dans le cadre des procès impliquant les autochtones; une mise en garde est nécessaire: il serait possible de soulever ce problème pour plusieurs autres groupes mais c'est impossible, faute d'espace. À ce sujet, le texte Multicultural Law Enforcement (Strategies for Peacekeeping in a Diverse Society", [Prentice Hall, Englewood Cliffs, N.J., 1995], dont Robert M. Shusta est le co-auteur, nous livre une analyse remarquable de cette question. Citons aux fins d'un résumé que: "An Indian who adheres to the unspoken rules about eye contact [being impolite] may appear to be shifty and evasive." Voir la page 251. À ce sujet, nous vous recommandons le texte de Me Rupert Ross, Dancing with a ghost: exploring Indian reality [1992, Octopus Publishing Group, Markham], et de façon toute particulière les pages 6-10. Enfin, il ne faut jamais sous-estimer la possibilité que nous puissions verser dans l'erreur en ce qui à trait à ce que le chercheur Eric Venbrux a décrit par l'expression "cultural miscommunication". Voir son livre, A Death in the Tiwi islands: conflict, ritual and social life in an Australian Aboriginal community, [1995, University of Cambridge Press, Cambridge], aux pages 154-175. À la page 154, il cherche à faire valoir que "... cultural miscommunication plays a large part in the difficulties Aborigines face in a court room."

c) Un regard vide d'expression7

"Les pauvres sont habitués à refréner l'expression de leur désespoir ..."

Le pendu de Saint-Pholien, Tout Simenon 16, à la page 123.

Puis la vieille est arrivée, avec une drôle de mine. La mine de quelqu'un qui est bouleversé et qui veut paraître naturel ...

La tête d'un homme, Tout Simenon 16, à la page 782.

Qu'en est-il des individus taciturnes, de ceux et celles qui sont décrits comme impassibles? Sont-ils susceptibles d'être jugés moins que crédibles si leur témoignage n'est pas marqué par le fer de l'émotion, surtout dans le cadre de dossiers à prime abord attendrissants? Pour plusieurs, le fait de se présenter à la barre représente une première expérience face au tribunal et il nous semble tout à fait vraisemblable que certains d'entre eux cherchent à maîtriser leur nervosité au moyen d'un sang froid hors de l'ordinaire. C'est à bon droit, toutefois, que plusieurs procureurs plaident qu'un manque de naturel chez le témoin puisse trahir un manque de sincérité, c'est-à-dire qu'une telle situation puisse introduire une "note fausse" au diapason de l'évaluation de l'attitude du témoin. Il serait donc naturel d'exiger des procureurs qu'ils (elles) s'évertuent à souligner que ces personnes ont tendance à ressentir énormément de difficulté à laisser percer leurs émotions.

Afin de ne pas étendre exagérément le sujet, nous n'examinerons que le pendant de cette question en faisant mention d'un passage du livre Le Relais d'Alsace, Tout Simenon 16, aux pages 855-6: "L'inspecteur n'était décidément pas de taille. Il ne pouvait cacher ses impressions. Il était jeune. Ses yeux disaient: 'Vlan! ... Réponds à celle-là!..."8

d) Un tempérament nerveux

"C'est drôle, de se retrouver .. reprit Van Damme, qui ne semblait pas capable de supporter le silence."

Le pendu de Saint-Pholien,
Tout Simenon 16, à la page 136.

A d'autres petits riens encore, à une certain façon d'être, de s'asseoir, de regarder, le commissaire reconnaisssait l'irrégulier qui, même s'il est en règle, ne peut surmonter son angoisse en face de ls police.9

Le pendu de Saint-Pholien,
Tout Simenon 16, aux pages 143-144.

Et Maigret regardait les deux mains du fonctionnaire ... qui devint si pâle que le commissaire crut un instant qu'il allait s'évanouir. Ses lèvres tremblaient. Il essaya de parler sans y parvenir.

L'Ombre chinoise,
Tout Simenon 17, à la page 205.

Derechef la question qui se pose est la suivante: quelle est la mise en garde qui doit être émise dans le cadre de l'évaluation du témoignage? Il est d'usage que les jurés reçoivent des directives les enjoignant à évaluer l'apparence et le comportement du témoin, sa façon de témoigner. La juge leur demande si le témoin a paru honnête et digne de foi. Par ailleurs, les jurés sont invités à évaluer si le témoin s'est senti nerveux et confus d'avoir à témoigner dans la boîte aux témoins. Si elle (ou il) trahissait de la nervosité, était-ce simple question d'être mal à l'aise ou en raison des difficultés qui résultent de tenter de mentir? Ainsi, il est difficile parfois d'évaluer le témoignage de celui, de celle, qui doit toujours chercher à meubler le silence. Est-ce par désire de plaire, ou en raison d'un tempérament nerveux, ou est-ce le produit d'une conscience coupable qui cherche à ajouter des détails pour que le récit soit perçu comme étant vraisemblable?

À ce sujet, voir l'article fort intéressant de Me Alan D. Gold, "The Average, Nervous, Inadequate, Inarticulate, In Short, Typical Accused's Defence", 22 C.R. (4th) 253. Comme de raison, ces difficultés lors du témoignage ne sont pas l'appanage exclusif du prévenu. En guise d'exemple, nous soulevons le passage qui suit: "Car elle était incapable de se contenir! Incapable de mentir aussi! Ou alors, elle eût inventé des choses infiniment plus compliquées." Le charretier de la Providence, Tout Simenon 16, à la page 243. Voir aussi Pietr le Letton, Tout Simenon 16, à la page 429 où il est question d'un individu qui tremblait. "C'était flagrant. Et il était d'une nervosité inusitée. Tout son visage, toute sa personne étaient agités par des tics multiples." Est-il possible d'évaluer un tel comportement à juste titre? Enfin, s'il est vrai que "Ses mains blanches trahissaient une certaine nervosité"10, encore faut-il savoir si la nervosité découle du fait de mentir ou du fait d'être à la barre?

D'aucuns s'accordent pour conclure que tout témoin a le potentiel d'être un "bluffeur".11 Mais comment faire la part des choses lorsqu'il est évident que certains se troublent du fait de mentir, mais que d'autres ne sont pas du tout troublés d'être pris à soumettre un mensonge grossier. Voir Les 13 coupables, Tout Simenon 17, à la page 849: On prouve aux gens qu'ils mentent et ils ne se troublent pas. Ils racontent une autre histoire, avec la même inconscience.""

e) Le témoin qui s'exprime à demi-mot et mal...

"Et vous étiez d'accord tous les trois pour me proposer...?"
Il n'y avait pas besoin d'achever les phrases. On comprenait tout à demi-mot. On comprenait même les silences, on avait l'impression d'entendre penser.

Le pendu de Saint-Pholien,
Tout Simenon 16, à la page 170.

"... sa physionomie exprimait nettement sa pensée...".

La danseuse du Gai-Moulin,
Tout Simenon 17, à la page 50.

Il ne s'agit pas, à ce stade, de la personne nerveuse qui a de la diffucuté à s'exprimer en raison d'un tempérament nerveux mais plutôt du témoin qui est peu loquace. Comment évaluer l'attitude de cette personne, du bien-fondé de son témoignage? Bref, il s'agit toujours des mêmes questions, des mêmes problèmes que nous venons de discuter. Nul doute que certaines réactions sont plus faciles à juger que d'autres, par exemple, l'effet de la surprise dans le cadre d'une personne qui a peine à s'exprimer mais dont le haut-le-corps est très éloquent. Voir La danseuse du Gai-Moulin, Tout Simenon 17, à la page 63, où Simenon fait état d'une personne qui est devenu cramoisi sous l'effet de la surprise.

f) Le témoin qui hésite

"Gauthier a trouvé l'argent?""
Un temps d'hésitation, très court.
"Non, commissaire ... Je vais vous dire...
Ce n'était pas sur le visage de Saint-Fiacre que le drame se jouait...

L'affaire Saint-Fiacre,
Tout Simenon 17, à la page 319.

Il s'agit, n'est-ce pas, de savoir si le témoin est digne de foi. Mais ce vocable résume bien le problème: c'est une question de foi. Peut-on se fier à des hésitations lorsque tous les témoins hésitent, plus ou moins, à diverses étapes du témoignage? Bien qu'il soit aisé de reconnaître qu'une hésitation puisse être de propos délibéré afin de gagner du temps, il se peut fort bien que la personne cherche aussi à se concentrer et à chercher leurs mots, tel le cas tiré du roman Le fou de Bergerac, Tout Simenon 17, aux pages 472-473: "Et le docteur, confus, fouillait dans sa mémoire".

Par ailleurs, Chez les Flamands, Tout Simenon 17, à la page 411, nous offre l'exemple d'un individu qui est prié de répondre à une question sans hésiter et qui répond "moi?" afin de se donner le temps de la réflexion en feignant de manfer avec appétit. À cet effet, Simenon nous enseigne que "Quand quelqu'un répond moi de la sorte, c'est neuf fois sur dix qu'il veut gagner du temps". Voir Le fou de Bergerac, Tout Simenon 17, à la page 508.

g) L'aspect du témoin

"[il] tient les épaules et la tête de travers, ce qui ne lui donne pas l'air franc..."

Le port des brumes,
Tout Simenon 17, à la page 561.

Est-ce logique de se fier ainsi à l'air du témoin afin d'en tirer des conséquences utiles quant au fond du témoignage? Et que faire d'un témoin qui s'habille de façon peu usuelle? Dans son autobiographie, Sur la ligne de feu [Stanké, 1988, Montréal] le juge en chef Jules Deschênes donne l'exemple du témoin qui s'est présenté "devant moi avec non pas une, mais deux croix de fer à la boutonnière" dans le cadre de l'enquête sur les criminels de guerre. Voir la page 452.

4) Conclusion

Fort du concours des romans de Georges Simenon, notre objet a été de souligner plusieurs questions qui se posent en ce qui à trait à l'évaluation du témoignage de l'attitude d'une personne à la barre des témoins. Nul doute que le juge des faits se doit de prendre note de tous les gestes du témoin, à l'instar de la mère qui figure dans le roman La danseuse du Gai-Moulin, Tout Simenon 17, à la page 30 et qui "guettait les expressions de physionomie de son fils" lorsqu'il répondait à ses questions. Comme nous l'enseigne la juge L'Heureux-Dubé dans l'arrêt Laurentide Motels c. Beauport (Ville), [1989] 1 R.C.S. 705, à la page 799: Dans ce contexte, une cour d'appel qui n'a ni vu ni entendu les témoins et, à ce titre, est incapable d'apprécier leurs gestes, regards, hésitations, tremblements, rougeurs, surprise ou bravade ...".

Cependant, il faut être conscient que des indices de la sorte sont peu fiables et qu'ils peuvent induire en erreur et que la plupart sont équivoques; ils peuvent autant être la preuve de franchise que celle d'un manque de franchise. Ainsi, pouvons-nous lire dans Le suspect, Tout Simenon 21, aux pages 156-157: "Or, elle mentait. Il en était sûr. Elle mentait si mal qu'elle éprouva le besoin de le regarder en face, dans le vain espoir de le persuader de sa bonne foi."

Au bout du compte, comme nous l'énonce Simenon dans son roman Le charretier de la Providence, Tout Simenon 16, à la page 197: "... la réalité [étant] invraisemblable", il faut être prudent lors de l'évaluation de l'attitude du témoin.


Notes
  1. Voir Chez les Flamands, Tout Simenon 17, à la page 373. Il serait superflu de citer à chaque fois les renvois à la maison d’impression et au lieu d’impression et à l’année, respectivement.
  2. Voir L’Ombre chinoise, Tout Simenon 17, à la page 207.
  3. Voir L’affaire Saint-Fiacre, Tout Simenon 17, à la page 339
  4. Voir Le fou de Bergerac, Tout Simenon 17, à la page 459 et Liberty Bar, Tout Simenon 17, aux page 775 et 794.
  5. Voir R. c. Mayrand (C.A.Q.), [1989] A.Q. No 1070, No 500-10-000095-875 (500-27-000736-860 C.S.P.M.) et R. c. St-Amour (C.A.Q.), [1988] A.Q. no 80, No 500-10-000119-865 (500-01-007666-818 C.S.P.M.).
  6. La situation contraire s’est présentée dans le roman Chez les Flamands, Tout Simenon 17, à la page 391: "Pas une fois il ne détourna le regard."
  7. Il ne s’agit pas des questions soulevées du fait qu’une personne fait défaut de réagir lors d’une arrestation. À ce sujet, voir Les 13 coupables, Tout Simenon 17, à la page 845, où il est écrit: "Où avez-vous fait sa connaissance?" Pas de réponse. Certains policiers, tirant de ce mutisme des conclusions qui parraissent évidentes...". Voir aussi Chez les Flamands, Tout Simenon 17, à la page 405. Par ailleurs, notez les commentaires du juge Vanek dans la cèlébre affaire La Reine c. Nelles, 16 C.C.C. (3d) 97 (Cour prov. Ont.) aux pages 122-129.
  8. Le Dr. H.E. Emson, qui a signé le texte The Doctor and the Law, (3é édition) [1995, Butterworths, Markham] souligne que les médecins ont tendance à dominer les situations professionnelles et qu’ils (elles) sont parfois désavantagé(e)s lors du dépôt de témoignage en raison de cette trop grande confiance qui semblent se dégager de leur façon d’agir. Voir les pages 69-70
  9. Voir aussi Le passager du Polarlys, Tout Simenon 17, à la page 676: "Elle s’efforçait de garder un air dégagé, regardait son interlocuteur dans les yeux. Mais, en pareil cas, il est dangereux de juger du naturel des attitudes, car l’innocent qui se croit soupçonné est parfois plus troublé que le coupable."
  10. Voir La Nuit du Carrefour, Tout Simenon 16, à la page 476.
  11. Voir Le pendu de Saint-Pholien, Tout Simenon 16, à la page 157.

    Home  Bibliography  Reference  Forum  Plots  Texts  Simenon  Gallery  Shopping  Film  Links